Archives pour la catégorie Appel à contribution/Call for papers

[Appel à communication] Conflits maritimes et moyens de résolution dans l’Europe atlantique

Projet Maritime Conflict Management in Atlantic Europe, 1200-1600

Séminaire International
Conflits maritimes et moyens de résolution dans l’Europe atlantique
(XIIIe-XVIIe siècles)
Université de La Laguna – 21-22 avril 2017

Bien que la vie maritime soit caractérisée par une violence endémique, résultant d’un milieu hostile à l’homme et échappant à l’autorité de l’État, son importance dans la vie économique et sociale a suscité des initiatives publiques et privées visant à assurer le développement des activités et la défense des intérêts mis en cause.
Ces conflits étaient liés aux dommages naturels et humains imputables à la dureté de l’environnement marin. Les premiers résultaient du manque de moyens techniques pour faire face aux dangers de la mer. Les seconds découlaient des contraintes économiques et des aléas pesant sur les activités commerciales et la pêche, et il n’était pas rare que les victimes se convertissent en agresseurs et vice versa. Une autre cause de conflits tenait aux différends qui s’élevaient entre les maîtres de navires et leurs équipages, entre les fréteurs et les affréteurs ou entre ceux qui finançaient les activités maritimes et commerciales (propriétaires de navires et bailleurs de fonds) et ceux qui les réalisaient (maîtres, marchands).
Une des solutions à cette situation, bien qu’elle n’ait guère porté ses fruits, passa par la mise en place de juridictions maritimes dotées des pouvoirs coercitifs. Les autorités, soutenues par les groupes les plus notables du secteur maritime, se préoccupèrent de sauvegarder les intérêts politiques et économiques des différents royaumes. Dans cette perspective, ils employèrent les moyens militaires, judiciaires, législatifs et diplomatiques propres à l’«État moderne». Ils revendiquèrent le monopole de la violence, la primauté du droit et son rôle de premier plan dans les relations internationales. Lorsque ces moyens ne donnèrent pas les résultats escomptés, ils recoururent à des accords particuliers en raison de la haute valeur économique des activités et des biens affectés. Ceux-ci allaient de simples secours économiques à l’arbitrage, en passant par les ententes entre les associations de marchands.
Quel était le rôle des monarques dans la résolution des conflits maritimes ? Quelles méthodes ont-ils appliquées afin de stimuler ou forcer la réitération des dommages de leurs sujets et habitants ou de ceux qui faisait du commerce dans leurs juridictions ? de favoriser ou d’imposer la réparation des dommages subis par leurs sujets comme par les étrangers qui commerçaient à l’intérieur de leur juridiction ? L’activité réglementaire des monarques passa par l’octroi de sauvegardes individuelles et générales aux marchands et aux transporteurs, annulant le principe de responsabilité collective, l’adoption des mesures dissuasives comme la protection par des navires armés et la navigation en convois et le contrôle de la réparation des dommages. En ce qui concerne les activités professionnelles, ils ont promulgué des lois propres et ont favorisé l’incorporation de lois internationales, ce qui a contribué à créer un droit de la mer. Enfin, ils ont surveillé la manière dont les contrats étaient conclus et appliqués entre les particuliers.

 
Des communications en espagnol, en anglais ou en français sur ces différents thèmes seront les bienvenues. Propositions de communication (résumé en 150 mots et un CV sur une seule page) à envoyer avant le 17 mars 2017 à eaznar@ull.edu.es et à l.h.j.sicking@hum.leidenuniv.nl

 
Eduardo Aznar Vallejo (Universidad de La Laguna)
Louis Sicking (Universiteit Leiden / Vrije Universiteit Amsterdam)

app-com-seminaire-internationalmcmfrdef-1

[CFP] Eléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée / Elements of proof and commercial litigations in the Mediterranean, Workshop du projet ERC ConfigMed

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de notre prochain workshop les 18-20 juin 2015. Vous trouverez ci-dessous les appels à contribution en Français et en Anglais. La date limite pour envoyer les propositions est le 29 mars.

 

Eléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (XVe – XIXe siècle)

Workshop du Programme de recherche Mediterranean Reconfigurations

(ConfigMedEuropean Research Council Advanced Grant n° 295868)

http://configmed.hypotheses.org/

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, salle Marc Bloch, 18-20 juin 2015

 

Que nous apprennent les artéfacts probatoires produits pour régler les litiges commerciaux au sujet de la configuration juridique de la Méditerranée entre les XVe et XIXe siècles ?

Depuis 2012, le programme de recherche Mediterranean Reconfigurations (ConfigMed) s’attache à étudier à nouveaux frais les litiges commerciaux, le pluralisme juridique et le commerce interculturel en Méditerranée, à la croisée de traditions, de régimes et de référents juridiques divers. Dans ce cadre, la méthode choisie prévoit d’aborder les conflits impliquant des acteurs économiques venus d’Europe, de l’empire ottoman et du Maghreb, ainsi que les rencontres, les compromis et les éventuelles contaminations.

Les systèmes de preuve des principaux régimes juridiques de l’Antiquité à l’époque contemporaine ont donné lieu à plusieurs enquêtes ainsi qu’à une grande série de publications entre la fin des années 1950 et le début de la décennie suivante, soit dans un contexte où les empires coloniaux finissants découvraient, ou redécouvraient, les fondements de théories légales autochtones, appelées jouer un rôle essentiel au moment des indépendances.

Ce workshop ambitionne de poursuivre ces travaux et ces réflexions en mettant tout particulièrement l’accent sur la production et la circulation des éléments de preuve en Méditerranée. En partant de l’examen des certificats, des attestations et des déclarations, on tâchera d’examiner leurs effets, tant sur le monde des affaires que sur des systèmes juridiques souvent pensés comme étanches.

L’un des axes structurants de ce workshop procédera à l’analyse des procédures du règlement des litiges à travers la production et la circulation de certificats et d’attestations. Les origines, la diversité formelle, la matérialité et les logiques de ces artéfacts devraient être à même de fournir des éléments de réflexion quant à la nature et la résolution des disputes, ainsi qu’au fonctionnement concret des institutions, telles que les consulats et les tribunaux de commerce.

Une attention particulière devant être portée aux affaires impliquant des agents d’horizons différents (litiges avec l’infidèle, conflits entre étrangers et ceux opposant locaux et gens de passage) ; on s’attachera aux modalités et aux limites de l’accès à la justice pour les différents acteurs (les Musulmans, par exemple, fréquentaient-ils les cours Européennes ?), ainsi qu’aux logiques et aux pratiques d’intermédiation rendues nécessaires par la présentation des éléments probatoires.

Notre réflexion repose sur les acquis de recherches récentes, comme celles consacrées aux procédures de « justice sommaire », mise à la disposition des étrangers et marchands en Europe, ou, en terre d’islam, à des doctrines (Siyasah) et des pratiques de justice administré par le souverain en lieu et place des qâdîs, comme le recours des étrangers au Divan ottoman. Le workshop ambitionne pour autant d’étudier les procédures au ras des archives, à travers les pratiques et la circulation des pièces. Il ne s’agit donc pas de s’intéresser en soi aux systèmes juridico-philosophiques d’une « civilisation » ou d’ « aires culturelles » rarement définies de manière empirique, mais plutôt de réfléchir aux relations socio-culturelles suscitées par les litiges commerciaux, ainsi qu’aux enjeux suscités par la coexistence ou la compénétration de logiques probatoires différentes.

Le workshop vise à surmonter la vision d’une Méditerranée réduite à l’opposition stricte entre un système de preuve Islamique – éminemment oral et structuré par les contraintes formalistes de la loi divine – et un régime probatoire occidental radicalement différent et orienté vers une Rationalisierung toute wébérienne, marqué par le triomphe de l’écrit et la notarisation du droit moderne.

Ceci passera nécessairement par l’examen attentif de la circulation et l’usage des preuves, par la reconstitution des chaînes d’écriture et de réécriture entre litigants, intermédiaires et institutions productrices ou utilisatrices d’éléments probatoires. Cette démarche devrait produire matière à discuter la pertinence des frontières habituellement tracées entre des univers qui s’avèrent être poreux, telles que celles opposant l’oral et l’écrit, le privé et le public. Par exemple, la pratique judiciaire ottomane aurait mis en place des procédés de validation et de certification des actes privés à la valeur similaire aux attestations produites par l’autorité publique du notaire latin.

De surcroît, il s’agira de dépasser une analyse des éléments de preuve les réduisant à leurs fonctions et fins originelles – véhiculer la vérité sur les faits – pour les interpréter pleinement comme des outils de la pensée. L’aspect formel des preuves, leurs logiques de composition et de communication, la rhétorique utilisée, leur(s) langue(s) et tout signe extérieur de validité pourront être mis à contribution afin d’évaluer, sous une lumière nouvelle, la texture des cultures juridiques d’époques, de territoires et de groupes sociaux différenciés. En considérant les pièces probatoires comme des médias, le workshop abordera le rôle de la preuve dans l’analyse des processus de communication et l’interprétera comme un scénario privilégié de créativité légale et culturelle dans un espace transméditerranéen formé par et pour la résolution des litiges commerciaux.

Ainsi, les contributions abordant les questions suivantes seront particulièrement bienvenues :

  • A quel moment de la procédure survient la présentation et l’examen des preuves et sur quels critères sont-elles évaluées ? Quels sont alors les effets de cette présentation sur l’issue du litige ?
  • Les preuves sollicitées au cours de litiges d’ordre commercial sont-elles spécifiques au monde du commerce méditerranéen ou proviennent-elles d’autres systèmes juridiques et/ou culturels méditerranéen ou extra-méditerranéen ? Est-il alors possible de lier les modalités de résolution des litiges commerciaux à d’autres problèmes, telles que les sollicitations pour restitution des marchandises prises par des corsaires ?
  • La matérialité, la nature et les fonctions de ces instruments sont-elles relatives à des espaces, à des institutions ou à des types de procédures particuliers ?
  • Par-delà les classifications formelles habituelles, quelles différences est-il possible de faire entre les différentes pièces jointes aux procès ? Existe-t-il en Méditerranée  un type de documentation davantage mobilisé que les autres pour obtenir gain de cause lors d’un litige commercial ?
  • Quelle est la place des actes sous seing privé dans la résolution de ces litiges ? Sous quelles conditions, juridiques, politiques et religieuses notamment, et dans quels contextes particuliers revêtent-ils le plus d’importance pour les acteurs ?
  • L’étude des procédures à partir des éléments probatoires confirme-t-elle l’hypothèse selon laquelle les tribunaux marchands auraient eu une approche plus souple que d’autres cours vis-à-vis de la preuve écrite ?
  • En cas de confrontation entre plusieurs régimes probatoires, de quelle manière l’institution régulatrice décide-t-elle de la valeur des pièces qui lui sont présentées ? Existe-t-il alors des régimes mixtes qui reposeraient, de manière pérenne ou ponctuelle, sur l’articulation d’éléments probatoires différents, voire sur leur hybridation ?
  • Quels sont les processus de validation des éléments de preuve ? Et que disent-ils du fonctionnement des institutions, des effets des procédures, ainsi que de la culture juridique des acteurs ?
  • Quelles sont enfin les principales institutions émettrices de certificats et d’attestations en tous genres ? Des schémas particuliers apparaissent-ils dans la sollicitation de ces institutions par les acteurs ? Et quelles sont les logiques de communication prévues par les procédures, ou qui se trouvent définies par la circulation des pièces elles-mêmes ?

Les propositions, de 1000 signes maximum, sont à adresser à Wolfgang Kaiser avant le 29 mars 2015 : wolfgang.kaiser@univ-paris1.fr

Les organisateurs: Francisco Apellániz, Yavúz Aykan, Wolfgang Kaiser, Johann Petitjean

 

 

Elements of proof and commercial litigations in the Mediterranean (XV – XIX century)

Workshop of the Research Program Mediterranean Reconfigurations

(ConfigMedEuropean Research Council Advanced Grant n° 295868)

http://configmed.hypotheses.org/

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, salle Marc Bloch, 18-20 June 2015

 

What can the evidentiary artifacts that are deployed to resolve commercial litigations tell us about the legal configuration of the Mediterranean between the fifteenth and nineteenth centuries?

Since 2012, the Mediterranean Reconfigurations research program (ConfigMed) has been studying commercial disputes, legal pluralism, and intercultural trade in the Mediterranean, at the crossroads of different traditions, legal regimes and referents. In this context, our method helps to address conflicts involving economic actors from Europe to the Ottoman Empire and North Africa, as well as to focus on the encounters, compromises and possible exchanges of these geographical entities.

Systems of legal proof belonging to the prominent legal structures from ancient times to the modern era have been subject of several investigations and a wide range of publications between the late 1950s and early 1960’s, when the collapsing colonial empires discovered – or rediscovered – the foundations of indigenous legal theories, known to play a critical role in their independence.

This workshop aims to continue this work and these reflections with a particular emphasis on the production and circulation of the elements of legal proof in the Mediterranean. Based on the examination of written certificates and declarations, we propose to examine their effect on both the commercial world and legal systems that are often seen as closed within itself.

One of the primary axes of this workshop will be the analysis of the procedures of dispute resolution through the production and circulation of certificates and written testimonies. The origins, formal diversity, materiality and logic of these artifacts should be able to provide food for thought on the nature and resolution of disputes, as well as the practical functions of institutions, such as consulates and commercial courts.

Particular attention will be paid to cases involving agents of different backgrounds (i.e. disputes with the infidels, and those conflicts between local people and foreigners or traveling people); effort will be made to understand the terms and limitations of access to justice for the different actors (for example, did Muslims submit an appeal to the European courts?), as well as the logics and practices of intermediation that were made possible by the presentation of the evidentiary elements.

Our thinking is based on findings from recent research, such as those devoted to the procedures of « summary justice », available to foreigners and merchants in Europe, or, in the land of Islam to the Siyasah doctrine and the practices of justice administered by the ruler instead of the qadis or the uses by foreigners of the Ottoman Imperial Council (Divan) in case of commercial conflicts. The workshop aims to explore such legal procedures by peering into the archives, as well as by tracing the circulation of written documents. Our interest, therefore, will not be invested in the legal and philosophical systems of any single « civilization » or « cultural area », but rather in the socio-cultural relations between them prompted by commercial litigations, as well as issues raised by the coexistence or interpenetration of different evidentiary logics.

As such, this workshop aims to overcome the vision of a Mediterranean reduced to the strict opposition between an Islamic legal system of evidence – oral and highly structured by the formalist constraints of the so called divine law – and a radically different Western evidentiary system oriented towards a Weberian Rationalisierung, marked by the triumph of the written and notarization of the modern law.

This will necessarily involve careful consideration of the circulation and use of evidence, for the reconstitution of the chain of correspondences between litigants, intermediaries and user or producer institutions of evidentiary elements. This should produce material to discuss the relevance of the boundaries usually drawn between worlds that seem to be permeable, such as those opposing the oral and the written, the private and the public. For example, the Ottoman judicial practice had established processes of validation and certification of private acts with values similar to the certificates produced by the public authority of the Latin notary.

Moreover, we will need to go beyond an analysis of evidence reducing them to their mere functions and original purpose – to convey the truth about the facts – in order to fully interpret them as tools of thought. The formal aspect of the evidence, the logic of their composition and communication, the rhetoric used in their language(s) and any external sign of validity may be used in order to evaluate, in a new light, the texture of legal cultures of different eras, territories and differentiated social groups. By considering these evidentiary pieces as instruments, the workshop will address the role of evidence in the analysis of communication processes and interpret it as a privileged scenario of legal and cultural creativity in a trans-Mediterranean space formed by different resolutions of commercial litigations.

Thus, the contributions addressing the following issues are particularly welcome:

  • At what point in the legal procedure did the presentation and the examination of evidence occur, and on what criteria were they evaluated? What were the effects of this presentation on the outcome of the case?
  • Are the evidences used in commercial disputes specific to the world of Mediterranean trade, or do they come from other legal systems and/or Mediterranean and extra-Mediterranean cultural worlds? Is it possible to link the resolution of commercial disputes in terms of other problems, such as solicitations for return of goods taken by corsairs?
  • Do the materiality, nature and functions of these instruments relate to particular spaces, institutions or types of procedures?
  • Beyond the usual formal classifications, what distinctions can be made between different written pieces attached to trials? Is there a type of documentation specific to the Mediterranean legal system that is mobilized more than others in order to win the case in a trade dispute?
  • What is the role of private deeds in the resolution of these disputes? Under what legal, political or religious conditions, and in what particular contexts are they of greatest importance for the actors?
  • Does the study of legal procedures from the point of view of the evidentiary elements confirm the hypothesis that the commercial courts would have had a more flexible approach than other courts vis-à-vis the written evidence?
  • In case of confrontation between several regimes of legal evidence, how would the regulatory institution decide on the value of the pieces presented? Did mixed regimes exist that relied, perennially or ad hoc, on the articulation of different forms of evidence, or even on their hybridization?
  • What was the process of validating the evidence? And what can this process tell us about the function of institutions, the effects of procedures and the legal culture of the actors?
  • Finally, what were the main institutions issuing certificates and documents of proof of all kinds? Do particular schemas appear in the uses of these institutions by social actors? And what were the communication logics provided by the legal procedures? Were they defined by the circulation of the written pieces?

Proposals, maximum 1000 characters, should be sent to Wolfgang Kaiser before March 29, 2015: wolfgang.kaiser@univ-paris1.fr

 

Organizers: Francisco Apellániz, Yavuz Aykan, Wolfgang Kaiser, Johann Petitjean

 

 

Appel à contributions : Les consuls, figures de l’intermédiation marchande

Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècles) (10-12 avril 2014)
• Nice, Centre de la Mediterranee Moderne et Contemporaine,

Le colloque « Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècle)»  est organisé dans le cadre du projet de recherche « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècle) » du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (université de Nice Sophia Antipolis). Ce projet, à travers l’étude de figures de l’intermédiation marchande (commis voyageurs et agents de commerce, consuls, courtiers, commissionnaires, capitaines de navires), entend développer une réflexion sur les principales transformations qu’a connues la pratique du commerce à distance durant les époques moderne et contemporaine. C’est donc uniquement sous l’angle des services que les consuls rendaient aux marchands en particulier et au commerce en général qu’est envisagée ici la « fonction consulaire ». Trois thématiques sont plus précisément explorées autour d’un questionnement unifié : qui, au sein du monde marchand, étaient les bénéficiaires effectifs des services commerciaux assurés par les agents consulaires et quelle était l’utilité réelle des consuls pour les marchands ? Au-delà de ces aspects, c’est la problématique plus générale du rôle qu’ont joué les réseaux consulaires dans la croissance, le décloisonnement et la modernisation du commerce à distance qui est soulevée.

Argumentaire

Les travaux récents sur les agents consulaires européens ont porté sur la mise en place des réseaux consulaires européens à l’époque moderne et au XIXe siècle, sur la diversité des missions qui étaient confiées aux consuls et sur la variété de leurs statuts. Ils y sont définis comme des agents de l’État au sein des réseaux consulaires français et espagnols, et, du moins avant le XXe siècle, comme des commerçants privés pour les autres nations. Des enquêtes prosopographiques de grande ampleur ont par ailleurs été menées sur le déroulement des carrières consulaires qui sont tantôt marquées par la mobilité, tantôt, au contraire, par la constitution de « dynasties » locales. Les thèmes de l’insertion des consuls dans leur contexte social, culturel et institutionnel local, tout autant que celui de leur rôle dans la circulation de l’information ont également été abordés, comme en ont témoigné les colloques récemment organisés sur ces sujets à Nice (24-26 novembre 2011) et à Séville (27-28 septembre 2012). En revanche, les études consacrées aux fonctions assumées par les consuls dans l’intermédiation marchande proprement dite sont demeurées rares. Pourtant, qu’ils soient pourvoyeurs d’information vis-à-vis des ressortissants placés sous leur juridiction ou arbitres dans des différends commerciaux, lobbyistes face aux autorités locales ou entremetteurs au sein de leur communauté, les modalités d’intervention des agents consulaires dans la réduction de l’incertitude marchande et dans l’optimisation des transactions commerciales sont multiples. Poser la question du consul en tant que figure de l’intermédiation marchande, c’est donc s’interroger sur l’efficacité des services commerciaux assumés par les consuls et, à plus grande échelle, sur le rôle qu’ils ont joué dans le décloisonnement des espaces marchands européens.

Dans cette perspective, nous souhaitons engager une réflexion sur trois aspects de ces fonctions marchandes des consuls qui seront placées au centre des problématiques abordées par le colloque :

Concernant l’information commerciale, il faut poursuivre la réflexion en cours et s’interroger plus directement sur l’utilité et l’utilisation des informations commerciales collectées par les consuls.

Lorsqu’elles étaient adressées aux services administratifs centraux étaient-elles redistribuées vers les milieux d’affaires ou simplement archivées ? Existait-il, par ailleurs, des connexions directes entre les consuls et les milieux d’affaires (correspondances privées, via le relais des Chambres de Commerce ou contacts personnels directs, noués dans le cadre d’une sociabilité locale) ? Enfin, retrouve-t-on la trace de décisions économiques et commerciales fondées explicitement sur l’exploitation d’informations fournies par des agents consulaires ?

Un deuxième aspect, absolument essentiel pour la thématique étudié, est celui des fonctions juridictionnelles des consuls.

Bien identifiées dans l’Empire ottoman, ces prérogatives sont en revanche moins bien connues dans les autres pays et ont laissé très peu de traces (sauf cas particulier, comme celui de la course). Il est pourtant certain, et avéré par des sources indirectes, que les consuls jouaient un rôle important d’arbitre dans les litiges survenus parmi leurs administrés et qu’ils offraient par ailleurs une possibilité de recours pour des affaires liant leurs administrés à des compatriotes demeurés au pays. La chancellerie consulaire constitue aussi un instrument important offert aux négociants pour sécuriser leurs transactions, qu’il convient de mieux cerner.

Un troisième thème concerne les fonctions de défense des intérêts économiques, commerciaux et maritimes nationaux assurés par les consuls.

La question du lobbying et des pressions exercées sur les autorités locales ou centrales, notamment pour défendre les privilèges des nations, ont été déjà étudiées. Il en est de même pour les conflits qui caractérisaient souvent les relations entre les consuls et leurs administrés. En revanche, des opérations beaucoup plus informelles demeurent méconnues : ainsi, certains consuls n’hésitaient-ils pas à couvrir les opérations de contrebande de leurs administrés, d’autres à les organiser sous forme de coalition ou de syndicat, de manière à opposer un front commun, sur le marché, face aux autres acteurs locaux. Á travers le contrôle et la surveillance qu’ils exerçaient sur leurs administrés, les consuls œuvraient aussi en faveur des intérêts de puissantes corporations marchandes de leur pays d’origine qui, au-delà des gouvernements, étaient en fait souvent leurs réels commanditaires.

Ces trois thématiques seront plus précisément explorées dans le cadre d’un questionnement transversal, dégagé lors des rencontres préparatoires du colloque : qui étaient, au sein du monde marchand, les bénéficiaires effectifs des services commerciaux assurés par les agents consulaires et quelle était l’utilité réelle des consuls pour ces marchands ?

Organisation
Ce colloque s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche soutenu par la Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC, Université de Nice Sophia Antipolis), dont les travaux préliminaires, issus de deux ateliers de recherche organisés en mars 2012 et mars 2013, sont consultables en ligne (http://cmmc-nice.fr/recherches-2/cfimpresentation/). Ce programme donnera lieu à une publication collective, portant sur l’ensemble des opérations entreprises au cours du quadriennal, dont la parution est prévue en 2015.

Modalités de soumission
Les propositions de communication doivent être envoyées en français, italien, espagnol ou en anglais, avant le 15 novembre 2013
à l’adresse suivante : bartolomei2@laposte.net

Le comité scientifique communiquera les propositions retenues le 15 décembre 2013.
Les propositions comporteront
*   un titre et un résumé d’environ 2000 signes,
*   les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, adresse électronique, adresse postale du domicile, téléphone)
*   et un court CV de ce dernier.

La langue du colloque sera le français, mais des communications en espagnol, anglais et italien pourront être entendues.
L’ensemble des contributeurs s’engage à remettre aux discutants nommés par le Comité scientifique un texte de deux-trois pages de sa contribution un mois au moins avant le colloque.
Le comité d’organisation du colloque prendra en charge les frais d’hébergement et de restauration des invités. Les frais de transport restent à la charge des participants.

Comité scientifique du colloque
*   Marcella Aglietti (Universita di Pisa)
*   Thierry Allain (Université Paul-Valéry, CRISES)
*   Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia Antipolis, CMMC)
*   Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia Antipolis-IUF, CMMC)
*   Guillaume Calafat (École française de Rome, ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Mathieu Grenet (ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Maria Fusaro (Exeter University, ERC Sailing into Modernity)
*   Fabrice Jesné (Université de Nantes, CRHIA)
*   Wolfgang Kaiser (Université de Paris-I/EHESS, ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia Antipolis-IUF, CMMC)
*   Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, CERHIO)
*   Francisco Javier Zamora Rodríguez (Centro de História de Além-Mar – FCSH/NOVA-UA)

More info:
http://cmmc-nice.fr/

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

[Congrès International] “Cambios y resistencias sociales en la Edad Moderna. Un análisis comparativo entre el centro y la periferia mediterránea de la Monarquía Hispánica”

Ce billet est un appel à contribution posté par Manuel Lomas Cortes, membre du projet ConfigMed, pour une conférence internationale sur les changements et résistances sociales dans la monarchie hispanique à l’époque moderne.

A través de este congreso internacional se pretende profundizar en los cambios sociales experimentados durante la Edad Moderna, así como en la resistencia suscitada por el proceso, aplicando la metodología más reciente de la historia social. En lugar de contemplar a los grupos sociales como conjuntos permanentes de personas que gozaban de características definidas y permanecían prácticamente inmutables a lo largo del tiempo, se prestará atención sobre todo al estudio de las relaciones y las estrategias adoptadas por los individuos para la consecución de sus objetivos personales, familiares, o del colectivo al que pertenecían, definiendo a partir de ello la existencia de categorías sociales que se articulaban progresivamente en función de las transformaciones experimentadas por la sociedad de la que formaban parte.

Para ello, el congreso pretende estimular la realización de un análisis comparado de la sociedad de los tiempos modernos, concentrando el interés en dos áreas geográficas que tuvieron un gran dinamismo durante este periodo, aunque por motivos muy diferentes: el ámbito mediterráneo de la Monarquía Hispánica, por la vitalidad de sus actividades económicas y las peculiaridades de sus sistemas políticos; y Madrid, dada su condición de capital de la Monarquía Hispánica. La principal hipótesis de partida es la existencia, en la Edad Moderna y en los territorios objeto de estudio, de un proceso de cambio social que ofreció oportunidades efectivas de promoción y de ascenso social a una parte de la población; ese mismo proceso de cambio provocó resistencias de una parte de las élites y perjudicó claramente a otros amplios y diversos sectores, cuya reacción supuso en muchos casos un abierto desafío al orden social.

Para cumplir estos objetivos, animamos a los profesores e investigadores relacionados con esta materia y metodología histórica a participar en este congreso internacional, presentando comunicaciones en las que se analicen aspectos diversos, tales como: el trabajo y las relaciones laborales en el mundo urbano; el campesinado y la sociedad rural; la nobleza y las órdenes militares; las minorías y la conflictividad social; y la incidencia del incremento del poder de la Monarquía en la sociedad y las relaciones sociales, entre otros.

 

SESIONES Y PROGRAMA PROVISIONAL

El congreso se estructurará en tres grandes sesiones. En cada una de ellas, contaremos con dos ponencias, que vendrán acompañadas de las comunicaciones que sean aceptadas por parte del comité científico, organizando el programa definitivo en función de la coherencia temática. De esta manera, se contribuirá a desarrollar un debate más profundo y a alcanzar los objetivos para los que se concibe este congreso.

 

1ª sesión: Transformaciones y conflictos en la sociedad urbana

Ponentes: Giovanni Muto y Ricardo Franch Benavent

2ª sesión: Élites sociales y servicio a la Monarquía

Ponentes: Gianfranco Tore y Fernando Andrés Robres

3ª sesión: Minorías, marginados y conflictividad social

Ponentes: Bernard Vincent y Rafael Benítez Sánchez-Blanco

 

PRESENTACIÓN DE COMUNICACIONES AL CONGRESO

Se podrán presentar comunicaciones relacionadas con el contenido de cada una de las sesiones anteriormente descritas. Los interesados deben rellenar la ficha de inscripción y remitirla, antes del 31 de mayo de 2013, al correo electrónico cambiosyresistencias@gmail.com, indicando la sesión en la que se quiere incluir la comunicación, el título y un resumen de la misma (200-300 palabras). Además de los datos personales (nombre y apellidos, afiliación y dirección de correo electrónico), es conveniente la inclusión de un breve CV. Por último, se debe manifestar el compromiso del participante de presentar el trabajo completo para la futura publicación. En cualquier caso, en ésta solo se incluirán las comunicaciones que se hayan expuesto en el congreso y cuyo texto se entregue durante la realización del mismo.

 

CUOTA DE INSCRIPCIÓN

La cuota de inscripción al congreso será de sesenta euros (60 €) y dará derecho a participar en las sesiones científicas, a las comidas que se realizarán entre la sesión matutina y vespertina y a un ejemplar de la
publicación que recogerá los trabajos presentados en este congreso.

 

CALENDARIO DEL CONGRESO

31 de mayo de 2013. Fecha límite para las propuestas de comunicación.

17 de junio de 2013. Comunicación del resultado de la evaluación de las propuestas presentadas por parte del comité científico.

1 de julio de 2013. Final del plazo de abono de la cuota de inscripción. Los comunicantes que no lo formalicen antes de dicha fecha serán excluidos de la participación en el mismo.

23-25 de octubre de 2013. Celebración del Congreso Internacional: Cambios y resistencias sociales en la Edad Moderna. Plazo límite para la entrega del texto definitivo que será objeto de publicación.

 

Para cualquier consulta o si tiene preguntas relacionadas con el congreso o su organización, póngase en contacto con nosotros a través del siguiente correo electrónico:

cambiosyresistencias@gmail.com

 

COMITÉ CIENTÍFICO

Fernando Andrés Robres. Universidad Autónoma de Madrid

Rafael Benítez Sánchez-Blanco. Universitat de València

Remedios Ferrero Micó. Universitat de València

Ricardo Franch Benavent. Universitat de València

Giovanni Muto. Università di Napoli Federico II

Gianfranco Tore. Università di Cagliari

Bernard Vincent. École des Hautes Études en Sciences Sociales. París

COMITÉ ORGANIZADOR

Rafael Benítez Sánchez-Blanco

Ricardo Franch Benavent

Lluís Guia Marín

SECRETARÍA CIENTÍFICA DEL CONGRESO

Manuel Lomas Cortés

Daniel Muñoz Navarro

SECRETARÍA ADMINISTRATIVA

Departament d’Història Moderna. Facultat de Geografia i Història. Universitat de València

Avgda. Blasco Ibañez, 28-4t. 46010 València (Spain)

Tel: 96 386 4245. Fax: 96 386 4234

[Appel à communications] Villes en Méditerranée au Moyen Âge et à l’époque moderne « La ville comme laboratoire des sociétés méditerranéennes »

Les propositions de communications doivent être adressées avant le 10 juillet 2013 par courrier électronique (malamutelisabeth@yahoo.fr). Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Le comité scientifique fera connaître début octobre les contributions retenues.

Argumentaire scientifique

Le titre mérite explication : il s’agit de concilier l’histoire de la Méditerranée et l’histoire des villes. On se demandera s’il y a une spécificité méditerranéenne à l’histoire des villes. La problématique se fonde sur l’articulation époque médiévale – temps moderne selon trois concepts : adaptation, transformation et/ou rupture. Elle sera présente dans les différents champs sémantiques envisagés : l’espace, les activités, l’urbanisme/l’urbanisation/, le temps, la culture. C’est encore un autre aspect d’une histoire urbaine qui a alimenté nombre d’études depuis Lewis Mumford (La Cité à travers l’histoire, Paris, Seuil 1964).

1) L’espace 

La ville est un ensemble matériel et immatériel produit par une société vivant dans un environnement particulier temporel et spatial (Les villes et le monde, Du Moyen Âge au XXe siècle, éd. M. Acerra et alii., PUR, 2011), qui implique une diversité d’expériences historiques : divergent-elles ou convergent-elles dans la longue durée ? Y a-t-il une spécificité de l’espace méditerranéen ? L’opposition Nord-Sud est-elle pertinente et se conjugue-t-elle avec l’opposition supposée Ouest-Est ?

On rappellera les trois zones de l’époque médiévale : la méditerranéenne (la civitas se perpétue), l’européenne du Nord-ouest (la civitas et le portus), la germanique et anglaise (la ville née des marchands). Ces critères, largement périmés à l’époque moderne, perdent de leur sens à l’époque médiévale entre les villes byzantines qui se transforment à partir des structures de la ville romaine et les villes musulmanes qui naissent de rien ou presque. Dans l’Occident médiéval chrétien coexistent également des types de villes et de civilisations urbaines différentes (emporia; castra). Quel fut le devenir de ces différents types urbains à l’époque moderne : y a-t-il eu adaptation à l’existant ou transformation et rupture ? Se produit-il une fracture à l’époque moderne qui serait désormais pérenne et en lien avec une relative déchéance ou marginalisation économique de l’espace méditerranéen ? Faut-il dater du XVIe siècle ce premier fossé nord-sud alors que les villes prospères ‑ Lyon, Anvers, Séville et Lisbonne ‑ prennent la place occupée jadis par Gênes ou Venise. La question débouche bien évidemment sur l’étude de leurs activités. Peut-on alors considérer qu’il y ait des réseaux spécifiques et des hiérarchies s’appuyant sur des réalités distinctes : plus économiques au Nord, encore « médiévales » au Sud  ou bien, au contraire, y eut-il perméabilité voire uniformisation ?

Il conviendra toutefois de faire intervenir un autre paramètre, politique cette fois avec l’intégration des villes à l’époque moderne dans un système politique, celui des États. Mais alors que dire des cités-États italiennes qui traversèrent époques médiévale et moderne? Que dire des villes « capitales » en Méditerranée : Rome a donné l’exemple d’une mondialisation, d’une assimilation de la ville à la civilisation, comme Constantinople-Istanbul ? Comme Cordoue? Mais ailleurs y eut-il de véritables capitales médiévales dans l’espace méditerranéen ou est-ce le prince qui fit des villes des capitales à l’époque moderne ? Concevoir des degrés de « capitalité » [Voir Les Villes capitales au Moyen Âge, 2006]. Y a-t-il une spécificité méditerranéenne dans les capitales multiples ?

Peut-on finalement distinguer une « Méditerranée urbaine » distincte d’une « Europe urbaine » ? Compte tenu de milliers d’agglomérations différentes par leurs origines, leurs formes, leurs fonctions, leur nombre d’habitants, la superficie de leur territoire infra et extra muros ? Il faudra définir des critères qui puissent en rendre compte. Si l’on considère la démographie urbaine et son évolution, en particulier les grandes villes, force est de reconnaître qu’il y en a autant au Sud qu’au Nord à l’époque moderne. Cette résistance du Sud méditerranéen urbain n’est-elle pas à souligner ? Observe-t-on des différences entre le Nord et le Sud au niveau des comportements démographiques et de la mobilité des hommes ?

Une histoire des villes renvoie à une approche géographique, morphologique, topographique, climatique qui invite à nous interroger sur les îles considérées comme villes, ce qui est une spécificité largement méditerranéenne ; ainsi, des îles de la Méditerranée orientale ont une ville de même nom : Rhodes, Samos, Kos, Corfou, etc. Les récits des voyageurs, les archives insulaires, les correspondances consulaires permettront de pointer des activités, des réseaux pour ces « îles-villes » qui connaissent nombre de continuités entre les périodes médiévale et moderne.

2) Les dimensions économiques de la ville

Plus classique cet axe n’en est pas moins essentiel dans notre questionnement, car les activités ont hiérarchisé les réseaux et structuré socialement les villes. Il s’agira d’étudier la ville comme centre d’échanges et de se demander depuis quand ces fonctions sont étroitement mêlées. Certes, si les marchés et les ports sont une permanence depuis la ville antique dans l’espace méditerranéen, des portus se greffent sur la ville à l’époque médiévale et les emporia, ces villes carrefours vers l’an 1000, sont dans l’espace méditerranéen : villes italiennes, villes musulmanes, Constantinople. Pourtant la ville médiévale n’est-elle pas définie partout à partir du XIVe siècle par sa fonction économique ? Peut-on dire alors que la spécificité de l’espace méditerranéen s’estompe ?

Une seconde approche consistera à saisir la ville à travers ses populations et ses activités : le passage des villes structurées socialement par les métiers qui réglementent les activités urbaines au Moyen Âge à leur abandon progressif à l’époque moderne (qui connaît néanmoins l’affirmation de structures professionnelles originales à l’instar des prud’homies de pêcheurs). Cette transformation tend à enlever le politique aux métiers, et à mener à une rupture dont on se demandera, à partir d’exemples précis, si elle s’est manifestée partout au même moment, selon les mêmes rythmes et les mêmes modalités, dans une conjoncture marquée par l’importance croissante du rôle de l’État à l’époque moderne, mais aussi par l’évolution sociale urbaine spécifique aux villes italiennes, espagnoles ou de la France méridionale. L’introduction des « ouvriers », résultant de l’existence des ateliers et des chantiers, n’a-t-elle pas été retardée dans le midi méditerranéen alors que la monétarisation de l’économie urbaine casse la solidarité des métiers et que l’aristocratie des métiers tend à se fermer dans nombre de places comme Venise ?

Les réseaux économiques ont-ils vraiment été bouleversés et comment ? La fin du Moyen Âge connaissait les grandes sociétés, les succursales, les facteurs et leurs correspondants comme le soulignent des études récentes (Échanges en Méditerranée médiévale, PUP, 2012). Assiste-t-on à une adaptation et à une transformation des réseaux comme on semble le percevoir à travers l’exemple de l’effacement de Venise et du rôle croissant de Marseille à l’époque moderne en direction de l’empire ottoman ? Enfin, le Moyen Âge et l’époque moderne sont marqués par la « colonisation » si l’on entend la domination économique et culturelle et pas seulement politique et militaire. Ceci invite à réfléchir sur l’intégration des villes dans un réseau d’échanges de toute nature, réseaux dont les pôles sont méditerranéens (Gênes, Venise, Cordoue au Moyen Âge, Lisbonne, Séville à l’époque moderne) : mais on doit se demander si justement la colonisation n’a pas dans un premier temps défavorisé l’espace méditerranéen car elle était tournée vers l’Atlantique.

3) Le champ urbanistique : ville musulmane, ville byzantine, ville du monde latin

Aborder les espaces urbains fonctionnels conduira à étudier dans l’espace méditerranéen les liens entre les lieux de la puissance publique et les villes qui les accueillent. Les exemples de Kairouan et du Caire appellent à se demander si la scission entre la ville marchande et la ville politique est toujours de mise pour la ville musulmane à l’époque moderne ? Par ailleurs, malgré leur intégration dans l’État monarchique Grenade, Séville, Malaga et Cordoue ‑ qui se signalaient par leurs conurbations ‑ ont-elles conservé un « paysage distinct »  des autres villes d’Espagne ? De la même façon les villes italiennes à l’époque moderne s’adaptent-elles à l’urbanisme médiéval ? Les exemples italiens de Venise, Gênes et des villes de condottiere amènent à voir si le transfert de l’espace palatial hors du cœur de la cité vers la périphérie, du centre vers les murailles, s’est perpétué au long de la période moderne en croisant pour cela les lectures archéologique et urbanistique avec les lectures idéologique et politique. Assiste-t-on à l’émergence d’un nouvel ordre urbain, à une rupture de l’héritage ?

Le tissu urbain, réorganisé par le réseau des églises au Moyen Âge, subsiste-t-il à l’époque moderne dans l’espace méditerranéen et est-il différent ce celui du reste de l’Europe ? Dans les zones méditerranéennes chrétiennes, les citadelles médiévales constituent un réseau de forteresses, centres de la vie militaire. Si la ville médiévale, qui se ferme par une enceinte, a rompu avec la ville antique ouverte, la ville moderne en détruisant l’enceinte rompt avec la ville médiévale : est-ce pour autant un éternel recommencement, une rupture brutale ou bien la ville moderne naît de la citadelle médiévale ? La ville médiévale, qui se « réurbanise » par l’extension de faubourgs suburbains, ne préfigure-t-elle pas la ville moderne ? Toute l’Europe enregistre une croissance urbaine, et dans la zone romanisée, les antiques civitates débordent de leurs murailles, mais est-ce exactement selon le même processus qu’ailleurs ?

Les formes d’urbanisme sont également renouvelées par l’évolution des rapports sociaux : la différenciation sociale, l’appartenance ethnique, la nature des métiers, les parentèles, la religion, l’exclusion façonnent-elles des quartiers spécifiques dont les caractères sont renforcés à l’époque moderne ? Par ailleurs, à des degrés divers et selon des chronologies différentes, l’espace urbain connaît à l’époque moderne des améliorations qui visent à assainir les rues, à améliorer la qualité des eaux, à assurer l’évacuation des eaux usées (constructions d’égouts), à lutter contre les risques (incendies, épidémies) : il faudra étudier comment ces objectifs laissent leurs marques dans le tissu urbain.

4) Le temps ou « les temps »

Peut-on parler de sédimentations urbaines ? La ville antique constitue-t-elle une première strate du développement urbain ? Il faudra examiner comment la forme de l’habitat transmise de l’époque antique au Moyen Âge se retrouve aux temps modernes qui apportent toutefois nombre de variantes, d’adaptation et voir si les édifices liés aux loisirs (gymnases, théâtres) comme les marchés appartiennent à un « patrimoine méditerranéen urbain » et quel fut le rôle du Moyen Âge : un temps de rétraction urbaine uniquement et partout ? Et alors que dire de la ville musulmane ? Est-ce que la ville moderne a renoué dans tout l’espace méditerranéen avec la ville antique ouverte?

Le temps politique et le temps religieux n’offrent pas de continuité de la ville médiévale avec la cité gréco-romaine. Il n’y a pas davantage de continuité entre la ville moderne et la ville médiévale au niveau politique. On connaît le rôle « politique » des villes au Moyen Âge. Il faudra souligner comment il glisse progressivement entre les mains des États modernes et quelles furent les grandes étapes. On rappellera notamment l’ascension des juristes qui se prolonge en partie à l’époque moderne alors que les villes sont intégrées dans un système politique, celui des États. Mais n’existe-t-il pas des contre exemples ? Constantinople a-t-elle connu une période médiévale ? Les biographies urbaines montrent qu’il n’y a pas « une réalité urbaine » mais plusieurs types de villes qui ont plus ou moins connu l’accumulation des « temps » antique, médiéval pour aboutir à l’époque moderne. La ville moderne qui succède à la ville musulmane de l’Espagne du sud a- t-elle grand chose à voir avec celle qui succède aux castra ? Et celle qui prend la suite du Quattrocento avec Londres ou Paris ? Transformation ici, rupture là. De même, la ville moderne ne reprend-elle pas les apports médiévaux, voire plus anciens, en les adaptant, en les transformant ? Il n’y a pas continuité, mais héritage.

Des permanences peuvent être pourtant pointées à travers le choix du site ; il en est de même des rythmes urbains (temps hebdomadaires, annuels, civiques, festifs, laborieux, religieux) et des « nouvelles formes de sociabilités » (académies, cercles, loges maçonniques, confréries, théâtre). Mais là se pose une autre confrontation, à savoir celle de la ville musulmane avec la ville chrétienne. Ont-elles quelque chose de commun ? Ne doit-on pas alors penser, encore plus qu’ailleurs, en termes d’héritage ? Ne faut-il pas distinguer les aires musulmanes qui s’européanisent dans l’empire ottoman comme c’est le cas avec Salonique à l’époque moderne et la multiplication des écoles. L’influence et le poids de la communauté juive expulsée d’Espagne, ceux des marchands occidentaux ‑ Vénitiens puis Marseillais ‑ participent également à ce mouvement.

Les articulations entre la période médiévale et l’époque moderne sont-elles distinctes dans l’espace méditerranéen ? Le passage de la commune urbaine médiévale à la ville moderne peut être pour cela un excellent terrain d’observation. Cette émancipation s’est accompagnée d’une culture politique et de l’exercice du pouvoir par la « bourgeoisie ». Aussi, une réflexion s’impose : dans quelle mesure l’impulsion a-t-elle été donnée par les villes du Sud ? Quand a eu lieu la rupture de l’époque moderne, si rupture il y a eu, c’est-à-dire changement brutal et soudain ? Qu’est-il resté en héritage dans la représentation que la ville avait d’elle-même à l’époque moderne ? Un patriotisme ? Une mémoire des lieux ?

La mémoire des lieux occupe une place importante dans l’espace urbain. Il faudra examiner comment les acteurs sociaux et politiques ont retraduit dans les discours les anciennes chroniques urbaines, ont capté leur héritage et l’ont parfois instrumentalisé pour le mettre au service d’ambitions collectives ou individuelles. L’histoire plus ou moins mythique des origines de la cité, avec célébration et rituels civiques, peut favoriser la cohésion du groupe ou asseoir la domination de quelques-uns.

Les interventions se répartiront dans les quatre axes énumérés :

Axe 1 : L’espace

Axe 2 : Les dimensions économiques de la ville

Axe 3 : Le champ urbanistique: ville musulmane, ville byzantine, ville du monde latin

Axe 4 : Le temps ou « les temps » des villes

Le comité scientifique du colloque est composé de :

Thierry Allain (Université Paul-Valéry – Montpellier 3)

Anne Brogini (Université de Nice Sophia-Antipolis)

Gilbert Buti (Université d’Aix-Marseille)

Noel Coulet (Université d’Aix-Marseille)

Stéphane Durand (Université d’Avignon et pays du Vaucluse)

Lucien Faggion  (Université d’Aix-Marseille)

Antoine-Marie Graziani (Université Pascal-Paoli)

Philippe Jansen (Université de Nice- Sophia Antipolis)

Wolgang Kaiser (Université Paris I – EHESS)

Élisabeth Malamut (Université d’Aix-Marseille)

Brigitte Marin (Université d’Aix-Marseille)

Paolo Odorico (EHESS)

Mohamed Ouerfelli (Université d’Aix-Marseille)

Christophe Picard (Université Paris I)

Olivier Raveux (Université d’Aix-Marseille)

 

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

[Appel à candidatures] Echange de marchandises et paiements en Europe (XIXe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes

Vous trouverez ci dessous un appel à candidatures au VIe Atelier doctoral Sources pour l’histoire économique européenne (XIIIe-XVIIe siècles)Échange de marchandises et paiements e Europe (XIVe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes qui se déroulera à Arezzo du 1er au 5 juillet 2013.

pouet

L’École  française  de  Rome,  en  collaboration  avec  l’École  normale  supérieure  (Paris), l’Université Paris-7-« Denis Diderot », l’Institut d’histoire moderne  et  contemporaine  (CNRS-École normale supérieure), l’Istituto storico italiano per il Medio Evo, l’Université de Sienne (Dipartimento di  Scienze  della  formazione,  scienze  umane  e  della  comunicazione  interculturale  d’Arezzo)  et  la Fraternita dei Laici d’Arezzo, proposent 15 bourses pour de jeunes chercheurs (doctorants ou post-doctorants  de  la  Communauté  européenne)  travaillant  sur  des  thèmes  relatifs  à  l’économie européenne pré-industrielle. Ces bourses prennent en charge les frais de séjour.

Après la question des prix, abordée en 2012, cette sixième session, d’une durée de cinq jours, aura pour thème l’organisation par les acteurs économiques de la circulation des marchandises et des moyens mis en œuvre pour en assurer le paiement. Elle se donne pour objectif  d’étudier les formes d’organisation commerciale opérant à différentes échelles – des échanges locaux, urbains ou ruraux, aux  circuits  plus  ou  moins  étendus  et  complexes  des  échanges  maritimes  ou  terrestres  qui  se développent à l’échelle continentale. Il serait souhaitable de mettre en évidence les interdépendances entre les différents niveaux de l’échange – opérations de collecte ou de redistribution en particulier–, et les processus de spécialisation des acteurs. L’action des marchands opérant à titre individuel ou en association, firmes dotées ou non d’agences multiples, réseaux fondés sur l’usage de la commission, regroupements  plus  ou  moins  institutionnalisés  d’opérateurs  (guildes,  nations),  sera  envisagée  en interaction  avec  les  processus  et  les  instances  de  régulation  (usages  tacitement  reconnus, interventions du pouvoir politique, justices commerciales) destinés à assurer le contrôle et la sécurité des échanges.
Une  attention  particulière  pourra  être  portée  aux  modes  de  règlement  des  échanges commerciaux qui représentent un point crucial du bon  fonctionnement des affaires. La plupart des moyens de paiement qui seront à disposition des opérateurs à la fin de l’Ancien régime existent déjà au début de la période considérée. Les travaux pourront donc porter sur l’ampleur de leur diffusion, sur  leur évolution  technique  (assignation, endossement) et  la standardisation de  leur(s) usage(s), sur les  garanties  juridiques  dont  ils  sont  progressivement  dotés.  On  s’interrogera  sur  les  conditions (position  économique  des  acteurs,  conjoncture,  type  de  transaction)  qui  conduisent  à  l’usage préférentiel  de  tel  ou  tel  moyen  de  paiement  – espèces,  cédules,  lettre  de  change,  troc –  et  sur l’enregistrement comptable des opérations de paiement qui se complexifie avec le recours généralisé au crédit.

Les  enseignements  se  feront  en  italien,  en  français,  en  anglais  et  en  espagnol.  Les interventions  des  enseignants  et  des  doctorants  seront  accompagnées  d’une  présentation informatique  dans  une  langue  différente  de  celle  utilisée  pour  l’exposé.  L’École  doctorale  prévoit deux sections différentes:
1. La matinée s’organisera autour de deux interventions proposées par des enseignants d’universités et d’institutions scientifiques européennes.
2. L’après-midi sera consacré aux présentations par les jeunes chercheurs de leurs travaux (30 minutes). Ces présentations seront suivies de discussions.

Les  candidats  devront  envoyer  par  courrier  électronique,  au  plus  tard  le  10 mai  2013,  à l’adresse suivante secrmod@efrome.it, un dossier constitué de :
– une lettre de motivation ;
– un  curriculum  vitae  (2 ou 3 pages) accompagné d’une présentation des  recherches en cours et d’un programme de travail ;
– un résumé (min. de 4000 caractères) et titre de l’intervention proposée pour les sessions de l’après-midi ;
– une lettre de recommandation.

Le Comité scientifique se réserve la possibilité d’accueillir d’autres participants à leurs propres frais, s’ils en font une demande motivée.

Les  candidats  retenus  seront  avertis  des  résultats  au  plus  tard  le  25  mai  2013.  Ils  sont  tenus d’assister aux séances de travail avec assiduité. Pour toute information, vous pouvez contacter Claire Challéat, secrétaire des études moderne, contemporaine et de sciences sociales à l’École française de Rome, Piazza Farnese 67, Roma, tel. + 39 06 68601244, e-mail: secrmod@efrome.it

Comité scientifique : Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, François Dumasy, Amedeo Feniello, Franco Franceschi, Stéphane Gioanni, David Igual Luis, Antonella Moriani, Matthieu Scherman.

Appel Arezzo 2013

[Appel à communication] Recompositions géopolitiques en Méditerranée : un défi pour les Mediterranean Studies

Appel à communication

Premier colloque international du cycle « Un nouvel agenda de recherches pour les Mediterranean Studies »

Recompositions géopolitiques en Méditerranée : un défi pour les Mediterranean Studies

Nice & Menton, 08-09 novembre 2013
Université de Nice Sophia-Antipolis, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine- MSH Sud-Est
en partenariat avec l’Institut Universitaire de France
et Science-Po Menton
Organisateurs scientifiques :
Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC et Institut Universitaire de France ; Jean-Pierre Darnis (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC) ; Joseph Martinetti  (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC) en collaboration avec Anthony Jones (Northeastern University & Harvard University)

Espace maritime séparant –et rapprochant- trois continents, la Méditerranée est aussi et peut-être avant tout une représentation, voire une série de représentations ou de mythes qui se sont construits au fil du temps. Ce sont ces images et leur transmission qui forment progressivement le substrat d’où naissent les actions politiques et où se forment les grandes lignes directrices de la politique étrangère. C’est du contraste entre ces représentations que peuvent naître les incompréhensions mutuelles et les difficultés concrètes à collaborer en dépit de la bonne volonté affichée.

Récemment, en rappelant que l’évocation de la Méditerranée ne renvoie pas nécessairement à une mémoire partagée, Philippe Dugot a affirmé que « la Méditerranée est d’abord une idée européenne ». Elle est toutefois devenue aujourd’hui une possibilité géopolitique, qui semble rompre avec les stéréotypes négatifs d’un espace incapable de s’adapter à un modèle occidental perçu comme but ultime. Dans le cadre de la mondialisation, des phénomènes de régionalisation à grande échelle, entre les grands ensembles Nord-Sud, sont en passe se de construire aux Amériques comme en Asie. Ils sont fondés sur les complémentarités potentielles, notamment sur le plan démographique et en termes des ressources, mais aussi sur des intérêts communs, notamment écologiques. La Méditerranée constituerait ainsi l’un de ces « quartiers d’orange » associant pays développés et  pays en voie de développement dans ces grands ensembles régionaux appelés à devenir des lieux forts d’articulation du processus de mondialisation en cours.

C’est dans le contexte de ces transformations qui ont vu le jour une série de projets – le partenariat euro-méditerranéen, l’Union pour la Méditerranée faisant suite à de projets plus anciens comme la Conférence interparlementaire sur la sécurité et la coopération en Méditerranée, et la conférence 5+4 – qui finissent par laisser l’impression d’une inflation de propositions et de visions.  Reste que les clivages sont nombreux, et que les échanges commerciaux entre les deux rives sont relativement modestes ; 2,3% seulement des investissements directs à l’étranger de l’Union Européenne sont par ailleurs dirigés vers la rive Sud de la Méditerranée.

Les différentes initiatives politiques récentes semblent ainsi marquées plus par un effet d’annonce que par des résultats concrets. Par ailleurs, les déstabilisations nées des printemps arabes et de la décomposition interne en cours de la Syrie, ont brutalement rappelé la fragilité de la zone, sans compter la montée en puissance d’AQMI. Il est donc important d’inscrire les enjeux géopolitiques dans une perspective de longue durée, comme le prouve le soutien déterminé de la Russie à l’allié syrien qui s’inscrit dans une logique qui remonte à la fois aux années 1950 et plus loin encore à la recherche par la Russie impériale de facilités navales en Méditerranée.

Enjeux scientifiques :

Nous nous proposons donc de nous interroger sur les racines des représentations qui soutiennent ces projets et sur les raisons qui peuvent expliquer les difficultés persistantes à les traduire dans des réalités. C’est à la fois dans les différentes politiques nationales mais aussi dans les raisons subjacentes au développement d’une politique méditerranéenne de l’Union Européenne qu’il nous faut rechercher les réponses.  Les différents concepts de politique étrangère, les traditions historiques, les visions associées à la formation des élites, le rôle des bureaucraties spécialisées, les opportunités et effets d’aubaines représentés par les programmes méditerranéens sont quelques-uns des éléments qui concurrent à former les représentations de la Méditerranée et à donner forme à des projets politiques qui n’arrivent pas toujours à effacer leurs différentes matrices. Ainsi, la France et l’Italie ont toutes les deux une politique méditerranéenne forte et ancienne, mais en même temps divergente, alors que l’Allemagne a récemment démontré sa volonté de peser sur les décisions en matière de Méditerranée et que l’Union Européenne est devenue un acteur à part entière, sinon majeur, des politiques méditerranéennes. Face à ces initiatives et ambitions européennes, il convient d’analyser aussi les perceptions des autres pays du pourtour méditerranéen, dont le positionnement par rapport à l’Europe est souvent conditionné par la construction d’une réécriture d’un passé récent qui peine à passer, et qui est à l’origine de la création d’un mythe national. L’Algérie fournit toutefois un bon exemple de comportement réactif des pays de la rive sud par rapport à une série de politiques en provenance de la rive européenne.

Cette analyse de l’histoire de la géopolitique de la Méditerranée contemporaine se greffe à la volonté de réfléchir à l’émergence d’un champ d’étude spécifiquement consacré à la Méditerranée. A ce propos, un numéro des Cahiers de la Méditerranée (édition papier et édition électronique) programmé courant 2014 –revue à comité de lecture, classée par l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement supérieur- prolongera les contributions du colloque en les articulant à un dossier programmatique intitulé « refonder les Mediterranean Studies ».

Dans cette perspective, ce colloque international inaugurera le cycle de rencontres « Un nouvel agenda de recherches pour les Mediterranean Studies » destiné à identifier les chantiers les plus prometteurs des Mediterranean Studies. L’objectif est clair, il s’agit de fédérer la recherche, de réunir plusieurs générations de chercheurs, et de dégager ensemble les perspectives de recherche les plus prometteuses, afin qu’elles soient ensuite explorées et approfondies par les laboratoires de recherche, les chercheurs expérimentés et leurs doctorants.

Merci de bien vouloir transmettre aux trois organisateurs par courrier électronique vos propositions de communication avant le 1er mai 2013 sous la forme d’un texte d’une quinzaine de lignes et de les accompagner d’un curriculum vitae incluant vos publications récentes dans le domaine :

pybeaurepaire@gmail.com

Jean-Pierre.DARNIS@unice.fr

joseph.martinetti@orange.fr

 

Call for  proposals

First international conference on « A new research agenda for Mediterranean Studies »

Geopolitical transition in the Mediterranean: a challenge for Mediterranean Studies

Nice & Menton, 8-9 november 2013
Université de Nice Sophia-Antipolis, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine- MSH Sud-Est
In partnership with l’Institut Universitaire de France
and Science-Po Menton
scientific committee :
Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC et Institut Universitaire de France ; Jean-Pierre Darnis (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC) ; Anthony Jones (Northeastern University & Harvard University) & Joseph Martinetti  (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC)

A maritime space which separates -and unites- three continents, the Mediterranean is also, and perhaps above all else, a representation of a series of myths that have developed throughout the centuries. These images and the transmission of these images forms the substratum behind both political actions and the main themes and directives of foreign policy. Mutual incomprehension and problems working together despite a willingness to do so, often arise from conflicts between these different representations or myths.

Recently, recalling the fact that talking about the Mediterranean does not necessarily lead to a shared memory of the area, Philippe Dugot said, »the Mediterranean is first and foremost a European idea. » This idea has, however, now become a geopolitical possibility that seems to have broken away from negative stereotypes identifying it as a space unable to adapt to a Western model perceived as a definitive goal. Within the framework of globalisation, some large scale regional associations between North and South are being created both in the Americas and in Asia. These constructions are founded on the potential to complement each other, particularly from the point of view of demography and resources, but also on common goals, particularly in ecology. The Mediterranean could thus become an area that puts together developing and developed nations giving them a voice within these larger regional assemblies that are fast becoming key forums in the ongoing globalization process.

In the context of these transformations a series of projects have seen the light – the Euro-Mediterranean partnership, the Union for the Mediterranean, which followed a series of older projects like the Inter-Parliamentary Conference on Security and Cooperation in the Mediterranean, and the 5+4 Conference – which left the impression of an excess of propositions and visions. Many differences remain and commercial exchanges between the two shores are relatively modest; only 2.3% of the European Union’s direct investments are on the Southern shore of the Mediterranean.

Various recent political initiatives seem more like propositions than programs with real concrete results. In addition, the destabilization caused by the Arab Spring, the internal collapse taking place in Syria, and the increasing strength of AQMI, have brutally recalled the fragility of this area. It is therefore necessary to place the political issues involved in a long-term perspective, as is shown by the determined support given by Russia to its Syrian ally, which is part of a logic that hails back to the 1950s and even further back to Imperial Russia’s desire for naval facilities in the Mediterranean.

Scientific issues :

We propose an inquiry into the myths and representations that support these projects and into what lies behind the persistent difficulties encountered in trying to turn them into reality. The answer lies both in the different national policies but also in the reasoning behind the development of a Mediterranean policy for the European Union. The different ways of conceiving foreign policy, the historical traditions, the different visions associated with creation and education of elites, the role of specialized bureaucracies and the opportunities and collateral effects of Mediterranean programs are some of the elements which form representations of the Mediterranean and lead to political projects which aren’t always able to erase their different matrices.  Thus, France and Italy both have strong and ancient but divergent Mediterranean policies, Germany has recently shown its desire to have a say in Mediterranean issues, and the European Union has become a fully fledged, and likely a major, actor in Mediterranean policies. In the face of these European initiatives and ambitions, it is worthwhile to look at the perceptions of the other Mediterranean rim countries, whose relationship with Europe is often conditioned by the rewriting of a recent past that is not easily forgotten and is at the origin of national myths. Algeria offers a good example of the reactions of Southern shore countries when faced with a series of policies coming from the European shore.

This analysis of the history and geopolitics of the contemporary Mediterranean is closely linked to a more general desire to reflect on the emergence of a specific field of study dedicated to the Mediterranean. With this in mind, an edition of the Cahiers de la Méditerranée (both paper and electronic editions) programmed for 2014 –peer review publication, registered by the Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement supérieur- will continue the work of this conference by placing its contributions in a dossier entitled « Rebuilding Mediterranean Studies ».

This international conference will therefore kick off a series of meetings that are part of the cycle « a new agenda of research for Mediterranean Studies » aimed at finding the most promising areas within Mediterranean Studies. The goal is clear, to gather researchers also involving different generations of scholars, and identify together the most promising perspectives for future study, so that they may be studied by research laboratories as well as senior researchers and their doctoral students.

Please e-mail your proposals to the three organizers before May 1, 2013.  Proposals should be short texts about 15 lines long (500 words) accompanied by a CV which includes your most recent publications and should be sent to the following e-mail addresses:

pybeaurepaire@gmail.com

Jean-Pierre.DARNIS@unice.fr

joseph.martinetti@orange.fr

Call for Participants: Mediterranean Seminar/UC MRG Winter Workshop; UCLA 2 February 2013

The Mediterranean Seminar/University of California Multi-Campus Research Project (MRP) in Mediterranean Studies announces its Winter 2013 Workshop, to be held at UCLA on Saturday, 2 February 2013.  This is part of a three-day event which also includes the UCLA Center for Medieval and Renaissance Studies (CMRS) Ahmanson Conference, “Cross-Cultural Encounters in the Medieval and Early Modern Mediterranean,” to be held on January 31-February 1.

The Workshop consists of discussion of three pre-circulated papers and a talk by our featured scholar, Michael Herzfeld (Anthropology, Harvard University).

Carol Lansing
Professor of History, UC Santa Barbara
“Captive Women in the Eastern Mediterranean in the Later Middle Ages”

Erith Jaffe-Berg
Assistant Professor of Theater, UC Riverside
“Mediterranean Cartographies of Sixteenth-Century Commedia dell’ Arte Actresses”

Lucia Carminati
Graduate Student, Middle Eastern and North African Studies, University of Arizona
“Egypt 1919: Working-class Cosmopolitanism and Shifting Boundaries of Belonging”

Michael Herzfeld
Ernest E. Monrad Professor of the Social Sciences
Harvard University
“Gender, Geography, and the Imagining of the Mediterranean”

Space is limited, so please register now. Registration opens for UC faculty and graduate students and those at institutions affiliated with the Mediterranean Consortium today. Registration for all others will begin on Dec. 26 (registration requests may be sent in at any time; early applications will be queued in the order they are received).

Travel assistance (max $350) will be provided to attendees coming from outside the LA area. UC graduate students and faculty are guaranteed this support; others can apply, and it will be awarded on the basis of availability.

Registration requests and other inquiries should be directed to Courtney Mahaney (cmahaney@ucsc.edu) at the UC Santa Cruz Institute for Humanities Research.

Attendees are encouraged to register for the Ahmanson Conference. This is done through UCLA’s Center for Medieval and Renaissance Studies; see http://www.cmrs.ucla.edu/programs/calendar_jan13.html#1-30.

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Call for Papers: Intellectual Networks in the Long Seventeenth Century, Durham University, 30 June-2 July 2013

http://www.topnews.in/files/Durham-University.png

Durham’s Centre for Seventeenth-Century Studies – now part of the Institute of Medieval and Early Modern Studies – has, since its foundation in 1985, organized over a dozen high-profile international conferences. Next year’s event, which both continues that tradition and celebrates the Centre’s new role within one of Durham University’s flagship research institutes, will address the topic of ‘Intellectual Networks in the Long Seventeenth Century.’

The conference will explore the emergence and consolidation of systems of intellectual and cultural exchange during the long seventeenth century, while assessing their lasting influence on the history of scholarship, literature, diplomacy, science, and religious communities. The sub-topics listed below offer some guidance for the submission of proposals. Special emphasis will be placed on the relationship between the British Isles and the wider world.

  • Erudite correspondence
  • Academic networks: knowledge transmission and cultural change
  • Diplomacy, high and low
  • Literary circles
  • Scientific institutions and the history of medicine
  • Intellectual exchange among/within religious communities
  • Book trade and collectorship
  • Counter-intelligence and the political and religious underground
  • Women and intellectual exchange
  • Popular cultural exchange

Proposals for 20-minute papers and full panels should be submitted to early.modern@durham.ac.uk by 15th January 2013. Replies will be sent in early February 2013. Details concerning travel and accommodation for both speakers and delegates will be made available around the same time. It is hoped that the conference will give rise to an edited volume of selected essays.

The conference is taking place at an exciting time for seventeenth century and early modern studies at Durham. Recent significant developments include:

  • The re-opening of Cosin’s Library (1699) on the UNESCO World Heritage site of Palace Green following a major restoration project; the collection, now part of Durham University Library, was assembled by the great seventeenth-century book collector John Cosin, Bishop of Durham (1595-1672)
  • The joint custodianship of the library and archive of Ushaw College, shared between the trustees of the archive and Durham University Library
  • A related international conference on Early Modern English Catholicism taking place at Ushaw College (28 June to 1 July 2013), with which the present conference will share a joint keynote lecture from Professor Eamon Duffy (Cambridge) on the evening of 30 June For further details visit http://www.dur.ac.uk/imrs/newsandevents/research/cfp/

The conference is supported by Durham University’s Faculty of Arts and Humanities, Institute of Medieval and Early Modern Studies, Department of English Studies, Department of History, and School of Modern Languages and Cultures.

http://durhammemsa.files.wordpress.com/2012/12/picture-10.png

Working lives between the deck and the dock: comparative perspectives on sailors as international labourers (16th-18th centuries)

The conference will examine the early modern maritime sector as an early example of an international labour market and it is conceived as an integral part of the project Sailing into Modernity: comparative perspectives on the sixteenth- and seventeenth-century European economic transition, funded by the European Research Council and led by Maria Fusaro with the assistance of Bernard Allaire, Richard Blakemore and Tijl Vanneste. More details on the project can be found at: http://centres.exeter.ac.uk/cmhs/research/sailing%20into%20modernity%20index.html

This ERC project is a comparative study of the contractual conditions and economic treatment of sailors active in the Mediterranean and aims to test the hypothesis that differences in the legal and financial treatment of sailors were one of the crucial factors in the ultimate success of northern European economies in their commercial penetration of the Mediterranean.

For the conference we would like to complement the project’s focus on Italy (Genoa and Venice), France, England and the United Provinces by widening the field to other nations commercially active in the Mediterranean (such as Spain, the Holy Roman Empire, and Scandinavian countries) and other European Seas (such as the Baltic, North Sea and eastern Atlantic). Hoping to gain comparative insights we also welcome contributions that deal with these issues in other maritime regions around the globe in these centuries.

We are especially keen to include contributions based on new archival research that will directly engage with the main themes of the project:

  • sailors’ wages
  • contractual conditions
  • sailors’ litigation at home and abroad
  • sailors’ social and economic make-up
  • managing multi-national crews
  • information exchange in the maritime world

The conference will take place at the University of Exeter 10-12 September 2013, and we plan to publish a selection of the papers presented as a collective volume.We welcome submissions of paper proposals by the 30 December 2012. By this date please send to sailors-conference@exeter.ac.uk

a)    a 1000 words abstract of your proposed paper;

b)    a full CV with contact address.

We plan to shortlist by the beginning of February 2013, and we shall need electronic copies of the papers by the 31 July 2013.

If you have any questions about the conference please contact the organizing committee at sailors-conference@exeter.ac.uk

This event has been submitted and is maintained by:

IHR Webmaster (Moderator)
Institute of Historical Research

You should login and contact this user if you believe the information on this page needs updating.

If you judge that this event entry is inappropriate, please login and report it.

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website