Archives pour la catégorie Lectures / Readings

[Parution] Du lac Tchad à La Mecque. Le sultanat du Borno et son monde (XVIe-XVIIe siècle)

Nous avons le plaisir de vous informer de la publication de l’ouvrage de Rémi Dewière, de notre projet ERC ConfigMed, Du lac Tchad à La Mecque. Le sultanat du Borno et son monde (XVIe-XVIIe siècle), publié par les éditions de la Sorbonne dans la collection Bibliothèque historique des pays d’Islam.

Résumé

Rebattons les cartes. Le Sahara est au Nord. Son rivage, le Sahel, coupe l’Afrique en deux, de l’Atlantique à la mer Rouge. En son centre, le lac Tchad est le lieu de rencontre de migrants, transhumants, marchands et pèlerins venus des quatre coins du continent. Cette région, plus connue aujourd’hui pour les exactions de Boko Haram, fut à l’époque moderne un carrefour majeur dans les échanges économiques, humains et culturels du Sahel et du Sahara, jusqu’à la Méditerranée. C’est là que, à la croisée du Niger, du Nigeria, du Tchad et du Cameroun actuels, la dynastie des Sefuwa pose les bases d’un État islamique puissant : le sultanat du Borno. Parcourant et organisant leur territoire, entreprenant au péril de leur vie le pèlerinage à La Mecque, les sultans du Borno s’affirment aux XVIe et XVIIe siècles comme des interlocuteurs essentiels dans le monde musulman.

Un imam de la cour, Aḥmad b. Furṭū, nous a livré un témoignage exceptionnel de ce chapitre de l’histoire de l’Afrique, à travers le récit des quinze premières années du règne du sultan Idrīs b. ‘Alī (1564-1596), plus connu sous le nom d’Idrīs Alawma. Loin des idées reçues, son œuvre apporte un éclairage saisissant sur le fonctionnement d’un État sahélien à l’époque moderne et sur ses relations avec le monde qui l’entoure. C’est en embrassant son regard et en prenant en compte les dynamiques environnementales, sociales et politiques de son temps que cet ouvrage cherche à redonner au sultanat du Borno sa place dans le monde, du lac Tchad à La Mecque.

Sommaire

Remerciements

Conventions

Introduction

Prélude. Pour une nouvelle histoire du Borno à l’époque moderne

I. Une consolidation régionale (1391-1574)
II. La bataille pour le Sahara (1574-1585)
III. L’apogée du Borno (1585-1710)

Première partie. REPRÉSENTATIONS DU SULTANAT DU BORNO

Chapitre 1 — Aḥmad b. Furṭū, homme de cour, observateur du monde

I. Les textes d’Aḥmad b. Furṭū : d’une archive d’État au document historique
A. Histoire des manuscrits
B. L’œuvre d’Aḥmad b. Furṭū, du manuscrit à l’édition

II. Aḥmad b. Furṭū, un savant musulman au service du sultan Idrīs b. ‘Alī
A. Aḥmad b. Furṭū, un ‘ālim à la cour du Borno
B. La place d’Aḥmad b. Furṭū à la cour du Borno

III. Les textes d’Aḥmad b. Furṭū, une œuvre littéraire au service du sultan Idrīs b. ‘Alī
A. Une chronique royale inspirée par les maġāzī
B. Une structure de récit marquée par l’expérience de l’auteur
C. Les objectifs de l’auteur

Chapitre 2 — Les représentations du monde au sultanat du Borno

I. Mise à l’écrit, qualification et classification du monde
A. Transcrire et qualifier le monde
B. Classer le monde

II. Représentation des structures politiques dans le récit d’Aḥmad b. Furṭū
A. Le Borno, le Kanem, Kano, trois États territorialisés ?
B. Les acteurs sans territoire, des réalités au discours ?
C. Les sociétés frontalières, entre marge et autonomie

III. Vers une carte du monde tel qu’il est perçu à la cour du sultan du Borno
A. Dessiner le monde physique
B. Centre et périphéries, une construction borno-centrée du monde

Deuxième partie. LE SULTANAT DU BORNO ET SON MILIEU

Chapitre 3 — Le Borno et le bassin du lac Tchad

I. Le lac, poumon du Sahel central
A. Le lac Tchad, à la croisée des chemins
B. Les variations du lac
C. Le lac comme repoussoir des États, une frontière au cœur du bassin du lac Tchad

II. De la Komadugu Yobe au Chari, le cœur géographique du sultanat du Borno
A. Y a-t-il un changement écologique sur les rives de la Komadugu Yobe ?
B. La sanctuarisation du Borno
C. Un glissement progressif vers le sud ?

III. L’impact de l’altitude sur les limites du sultanat du Borno
A. Un rayonnement militaire et politique circonscrit au bassin du lac Tchad
B. Les montagnes comme lieu de refuge
C. Les montagnes du sud, frontière « naturelle » à l’expansion du Borno ?

Chapitre 4 — Climats et latitudes : Sahel et Sahara, vers un plus grand bassin du lac Tchad ?

I. Le Sahel, une unité géographique, climatique et politique ?
A. Le Sahel, de l’unité climatique au modèle étatique ?
B. Les routes transsahéliennes, le fil du collier de perles
C. L’impact sur les représentations et les relations

II. Le Sahara, espace de vie, espace d’échange
A. Confins, frontière et interface
B. Le Sahara pluriel : les méridiens
C. Les rivages du Sahara, des ports de désert

III. Le sultanat du Borno et les routes du Sahara
A. L’axe Tripoli-Borno et les oasis du commerce transsaharien
B. Les diagonales, des routes peu connues
C. L’impact des Touareg et des Teda/Tubu : quelle place pour des routes horizontales ?

Troisième partie. DU LAC TCHAD À LA MECQUE, MOBILITÉ ET ḤAǦǦ AU SULTANAT DU BORNO

Chapitre 5 — Mobilités plurielles. Transhumances, commerce et migrations

I. Migrations et contrôle des populations
A. L’arrivée des Sefuwa au Borno (XIIIe-XVIe siècle)
B. Contrôle des population et migration sous Idrīs b. ‘Alī
C. Les autres migrations : esclavage et migrations à longue distance
D. L’émigration bornouane, un vecteur du rayonnement des Sefuwa ?

II. La mobilité pastorale dans l’histoire du sultanat du Borno
A. L’impact de la transhumance sur les équilibres régionaux : l’exemple des guerres du Kanem d’Aḥmad b. Furṭū
B. La gestion des transhumances, une question politique ?
C. Spatialisation des rapports entre État et transhumants

III. La mobilité sur une longue distance : du commerce aux déplacements religieux
A. Le commerce transsaharien, vecteur majeur de la mobilité à longue distance
B. Commerce et mobilité du lac Tchad à la mer Rouge
C. Le commerce vers le sud et l’ouest
D. Islam et mobilité : ‘ulamā’, ziyāra et rayonnement culturel du sultanat du Borno

Chapitre 6 — Le ḥaǧǧ et l’intégration du Borno au Dār al-Islām

I. Les acteurs du ḥaǧǧ
A. Les Sefuwa : la « dynastie aux vingt ḥāǧǧī »
B. Du prince à l’étranger de passage, les ḥāǧǧī dans la société du Borno

II. Les chemins du ḥaǧǧ
A. Les cycles de la route transsaharienne
B. Du Sahara à la savane, les transformations des routes du pèlerinage

III. Le ḥaǧǧ, vecteur de légitimation du pouvoir du sultanat du Borno
A. L’utilisation du ḥaǧǧ pour la correspondance diplomatique
B. Le pèlerinage, objet de prestige et de légitimation des sultans du Borno
C. Le sultan en pèlerinage, pratiques et dangers d’une diplomatie « directe »

Quatrième partie. LA CONSTITUTION DU BORNO COMME PUISSANCE ISLAMIQUE

Chapitre 7 — La matérialité de l’État bornouan

I. Itinérance du pouvoir et territoire du Borno
A. Reconstruction cartographique du pourtour du lac Tchad
B. Du centre aux frontières, les nœuds géographiques du récit d’Aḥmad b. Furṭū
C. Zones de violence, zones de paix : les réalités de l’exercice du pouvoir bornouan

II. Les fondements économiques de l’État bornouan
A. Production du sel et itinérance du sultan
B. La brique rouge : marqueur d’État

III. Le territoire du Borno : frictions, frontières et contrôles
A. La friction du terrain
B. L’État et ses marges : quelles frontières pour le sultanat du Borno ?
C. Du cœur aux confins du sultanat : rencontrer le sultan

Chapitre 8 — Un État islamique en paroles
I. Le Borno, un État islamique
A. La place du Borno dans le Dār al-Islām
B. Une hiérarchisation politique du monde
C. Ḥarb, ribāṭ, ġazw et ǧihād

II. Le discours de légitimation de la dynastie sefuwa
A. Le nasab, l’origine himyarite de la dynastie des Sefuwa
B. De la nisba himyarite à la nisba qurayshite, la construction d’une légitimité califale
C. Du calife au wālī, les transformations de la légitimité religieuse

Conclusion

Sources

Bibliographie

Annexes

Index

Table des cartes

Table des figures

Table des tableaux

 

 

 

 

[Lecture] Ghislaine Lydon – Lundi 7 décembre, salle Perroy (Sorbonne)

Nous avons l’honneur et le plaisir de vous annoncer que Ghislaine Lydon (UCLA) donnera une lecture le lundi 7 décembre de 15 heures à 17 heures en salle Perroy à la Sorbonne, avant le séminaire hebdomadaire de l’IHMC.

Cette lecture aura pour titre Economies de Papier et Papiers de l’Economie: Esquisse comparative sur la place de l’écrit dans l’histoire commerciale

Professeure assistante à la University of California, Los Angeles, G. Lydon est spécialiste de l’histoire moderne de l’Afrique de l’Ouest, et notamment des échanges transsahariens d’un point de vue commercial et légal. Elle est l’auteure de On Trans-Saharan Trails: Islamic Law, Trade Networks and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa et a co-édité avec Graziano Krätli l’ouvrage collectif The Trans-Saharan Book Trade. Manuscript Culture, Arabic Literacy and Intellectual History in Muslim Africa.

G. Lydon travaille actuellement à la publication d’un ouvrage intitulé Contracting Trust: Paper, Literacy and the Law in the History of Muslim Africa. Cet ouvrage

examines the impact of literacy and writing paper in the organization of early modern and modern Muslim and non-Muslim economies. This is a broad study that begins with a history of the production and use of paper in world history, and goes on to consider how legal institutions and commercial literacy shaped ‘paper economies.’ Depending on the religious frameworks and legal cultures supporting these institutions, they experienced different economic development outcomes.

Nous espérons vous y voir nombreux.

[Compte Rendu] A.H. de Groot, The Ottoman Empire and the Dutch Republic. A History of the Earliest Diplomatic Relations 1610-1630 (revised edition), Leiden, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2012, 276 p.

Les rééditions sont toujours de grande utilité[1]. Le livre de de Groot avait marqué non seulement l’historiographie des rapports ottomano-néerlandais mais aussi celle du fonctionnement de la diplomatie ottomane à l’époque moderne. La fin des années 1970 avait aussi vu deux autres monographies sur des sujets similaires : celle de Susan Skilliter sur les débuts des relations anglo-ottomanes et celle de Bosscha Erdbrink sur l’ambassade d’un autre résident hollandais, Cornelis Calkoen, un important successeur de Cornelis Haga dont l’ambassade à la Porte entre 1612 et 1630 constitue le sujet du livre de de Groot. Espérons que le livre admirable de Bosscha Erdbrink, le moins diffusé de cette trilogie fasse aussi l’objet d’une réimpression.

Les réimpressions de textes fondateurs d’un domaine d’étude particulier sont importantes aussi pour une autre raison : elles nous permettent de réévaluer l’état de l’art. De Groot prétend dans sa nouvelle préface à l’ouvrage que « historical research done in this particular field since 1978 did not make it necessary for [him] to change any of [his] points and conclusions ». Dans une étude plus récente sur le même sujet, une thèse de doctorat non-publiée, Bülent Arı répète les conclusions de l’auteur[2]. Tout de même, celui-ci fait un usage extensif d’une source très peu étudiée par de Groot ­- le ms. suppl. turc 118 de la BNF qui contient, à quelques exceptions près, les pétitions de Haga à la Porte et les ordres émis à la suite de ses démarches ­- et rééquilibre le récit de ce dernier qui, à nos yeux, reste, en dernière analyse, centré sur le côté hollandais. Un autre manuscrit, toujours de la Bibliothèque Nationale de Paris, étudié dans une série d’articles par Viorel Panaite, laisse à voir la préhistoire de ces rapports à travers la lutte pour les fatwas des résidents des rois de l’Angleterre et de la France à la Porte pour la « protection » des marchands hollandais dans la première décennie du XVIIe siècle[3]. Pourtant, dans sa préface, de Groot passe sous silence ces deux contributions majeures. Or, celles-ci auraient pu permettre à l’A. de revenir sur ses points et remettre à jour son récit en fonction de nouvelles problématiques de l’écriture des relations diplomatiques à l’époque moderne (Pour rester dans le cadre de l’Hexagone, évoquons l’école de Lucien Bély).

Enfin, quelques notifications à l’éditeur (qui plus est, sis dans le berceau de l’édition scientifique !). Dans la nouvelle mise en page de la monographie, les notes intra-codicales ne sont pas mises à jour. Un exemple : la note 37 du cinquième chapitre sur le drogman Paolo Bon (p. 188 de la nouvelle édition) – un des acteurs essentiels de cette histoire sur lequel il faudrait consacrer une petite étude – nous renvoie pour plus d’information aux pp. 134-136. Or, ce renvoi est fait par rapport à l’ancienne édition ; dans la nouvelle, il faut aller aux pp. 114-115. Une seconde remarque : les auteurs cités uniquement dans la bibliographie ne doivent pas faire partie de l’index (par exemple, la rubrique N. Iorga). De même, pour les noms de lieux (cf. la rubrique Ankara de l’index).

Güneş Işıksel


[1]Si je m’abstiens de résumer la trame du début des relations entre la Porte et la République de Sept Provinces Unies ainsi que les carrières des acteurs principaux de cette histoire, c’est pour inviter les lecteurs à relire ce bel ouvrage mais c’est aussi parce que Gilles Veinstein l’avait fait en consacrant un quart de son cours de 2007-2008 au Collège de France à ce sujet : cf. la résumé du cours : http://www.college-de-france.fr/media/gilles-veinstein/UPL35525_Gilles_Veinstein_cours_0708.pdf

[2] Bülent Arı, « The First Dutch Ambassador in Istanbul : Cornelius Haga and the Dutch Capitulations of 1612 », thèse de doctorat non publiée sous la direction de Halil İnalcık, Université de Bilkent, 2003

[3]Voir notamment Viorel Panaite, « Western Merchants and the Ottoman Law : The Legal Section of the Turkish Manuscript no 130 from the Bibliothèque Nationale in Paris », Revue des Études Sud-Est Européennes, XLV (2007), p. 45-62.

E. Natalie Rothman. Brokering Empire: Trans-Imperial Subjects between Venice and Istanbul.

Nous vous proposons la lecture d’une recension écrite par le professeur Wolfgang Kaiser sur l’ouvrage de E. Natalie Rothman, Brokering Empire: Trans-Imperial Subjects between Venice and Istanbul (Ithaca, N.Y.: Cornell University Press. 2012. Pp. xx, 323). Cette recension a été publiée dans le volume 118, numéro 3 de la revue The American Historical Review.

http://ahr.oxfordjournals.org/content/118/3/815.full?keytype=ref&ijkey=25SRPzkpwI76BDV

[Compte rendu de Lecture] Maurits H. Van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System

Ce billet a été une première fois publié dans le numéro 84 de la revue les Cahiers de la Méditerranée en 2012. Son auteur étant membre du projet ERC ConfigMed, nous avons jugé utile de le publier sur notre site, avec l’aimable autorisation de la rédaction de la revue.
 
« Mathieu Grenet – Maurits H. van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System : Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 84 | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012. URL : http://cdlm.revues.org/6587
 
Nous publierons prochainement le compte rendu d’une discussion autour de l’ouvrage qui eut lieu le 16 mars 2012 dans le cadre du Programme de recherche « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècles) : consuls et agents consulaires. État des Connaissances » (voir notre billet sur cette journée)
 

L’historien néerlandais Maurits van den Boogert a publié en 2005 une version remaniée d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Leyde quatre ans plus tôt. Il s’agit d’un travail majeur, dont les qualités témoignent du dynamisme des « études ottomanes » dans le monde académique européen depuis maintenant près de deux décennies. De par son activité, van den Boogert est lui-même un acteur important de ce mouvement : chercheur à l’Institut d’Etude de l’Islam Moderne de Leyde, responsable de la collection The Eastern Question aux éditions Brill, il est également un historien prolifique, auteur ou co-éditeur de cinq ouvrages ainsi que de nombreux articles, tous parus depuis 2003. Il est enfin étroitement associé au projet-fleuve que constitue la troisième édition de la vénérable Encyclopedia of Islam, pour laquelle il a rédigé un certain nombre de notices importantes sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir plus loin. The Capitulations and the Ottoman Legal System: Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century, est consacré à « la perception, la théorie et la pratique du régime des Capitulations dans le système juridique ottoman du XVIIIe siècle » (p. 3). Ce n’est pas la première fois, loin s’en faut, que les historiens se penchent sur les Capitulations, un ensemble de dispositions juridiques qui, du XVIe au début du XXe siècle, règlent le séjour, le statut et les activités des Européens dans les échelles du Levant et de Barbarie. Plus d’un siècle après sa parution, l’étude pionnière de Francis Rey figure ainsi dans la bibliographie de quasiment tous les ouvrages consacrés au commerce levantin à l’époque moderne, souvent accompagnée du travail classique de Nasim Sousa, publié il y a 80 ans. Mais plus qu’en regard de ces « glorieux ancêtres », le travail de van den Boogert doit être restitué dans le contexte d’un renouveau historiographique, autour d’une question dont se sont récemment emparée certains des plus éminents représentants de l’historiographie ottomane contemporaine. Ce renouveau s’articule autour de trois axes principaux, qui reflètent chacun un courant fort de l’historiographie actuelle, et dont ce livre synthétise admirablement les enjeux en même temps qu’il ouvre des perspectives.Un premier axe vise à resituer les Capitulations dans le système juridique ottoman de l’époque moderne – et donc à réinscrire les rapports entre Empire ottoman et puissances européennes dans un régime qui ne soit pas défini a priori comme celui de l’« exception ». Ainsi que le montre van den Boogert, les Capitulations ne sont pas structurellement exogènes au droit ottoman, mais s’intègrent dans les « coutumes juridiques » qui constituent l’une des trois grandes sources du droit islamique. Un second axe interroge les modalités d’application de ces textes – ou, pour le dire avec Jacques Revel, leur praxéologie. Van den Boogert ne se contente pas de souligner l’écart, déjà bien connu des historiens de l’Empire ottoman, entre « textes » et « pratiques ». Portant l’analyse plus loin, il relève que cette application est nettement moins marquée par l’opposition hiératique de systèmes juridiques ottoman d’un côté, et européen(s) de l’autre, que par un processus constant de négociation entre acteurs et institutions. Le troisième et dernier axe de cette enquête conduit à interroger la manière dont les Capitulations, et en particulier le régime de la « protection » qui lui est étroitement associé, ont donné lieu à différentes constructions historiographiques aux résultats parfois fortement contrastés – depuis l’image des Capitulations comme fer de lance du capitalisme marchand et de l’impérialisme européens dans le Levant, jusqu’à l’idée d’un « détournement » des privilèges européens au profit des minorités de l’Empire. Ici encore, Maurits van den Boogert procède à une salutaire « remise à plat » des enjeux historiques et historiographiques de ces différentes interprétations. D’une part en montrant combien celles-ci sont étroitement liées tant au modèle hégémonique d’un déclin ottoman qui s’étendrait sur les deux derniers siècles de l’Empire. D’autre part en dénonçant l’anachronisme d’une projection sur le XVIIIe siècle du modèle plus tardif d’une inféodation des intérêts de l’Empire à ceux des puissances européennes. La nécessité de repenser ensemble ces trois axes étroitement imbriqués voire co-constitutifs, a conduit Maurits van den Boogert à adopter pour son ouvrage un plan relativement atypique. Outre l’ambitieuse remise en perspective historiographique qui occupe la majeurs partie de l’introduction, The Capitulations and the Ottoman Legal System peut ainsi être subdivisé en deux moitiés à peu près égales. Les trois premiers chapitres sont ainsi respectivement consacrées à : 1) Une étude minutieuse et quasi-philologique des différents textes juridiques sur lesquels se fonde le régime capitulaire – les capitulations (ahdnames), les décrets impériaux (fermans), et les brevets de protection (berats) –, ainsi qu’une présentation des différentes juridictions en charge des affaires concernant les ressortissants européens dans l’Empire ; 2) Une analyse des mécanismes de la protection, et de son extension sur les sujets non-musulmans de l’Empire ; 3) Une réflexion sur les « avanies », que van den Boogert considère à la fois comme une pratique révélatrice des équilibres internes de l’administration ottomane à l’époque moderne, et comme un élément essentiel de l’image d’arbitraire et d’oppression projetée par les Européens sur le système juridique ottoman. Dans le prolongement de ces trois développements, l’auteur organise la seconde partie de son ouvrage autour de trois séries d’études portant chacune sur une figure de conflit juridique – en l’occurrence la succession, la faillite commerciale et le vol. Parce qu’il interroge l’encadrement politico-juridique de la présence européenne dans l’Empire ottoman, et parce qu’il s’efforce de saisir au plus près les mécanismes de l’incessante négociation à l’oeuvre derrière les situations de conflit entre « Européens » et « Ottomans », cet ouvrage jette un regard neuf et stimulant sur la question de la représentation consulaire – et l’on signalera à ce propos que van den Boogert est également l’auteur de la notice « Consul » de l’Encyclopedia of Islam. La contribution de van den Boogert à l’étude de la question consulaire me semble importante sur au moins trois aspects.Le premier concerne la place du consulat dans l’organisation des « nations » européennes au Levant. A première vue, l’auteur paraît se tenir à équidistance de l’étude locale comme de l’approche « interconnectée », qui constituent les deux modèles dominants de la vaste littérature consacrée à la « nations » européennes. Or, ce refus de faire des Echelles du Levant autant d’isolats indépendants ou, à l’inverse, de simples maillons d’une plus vaste chaîne reliant l’ensemble des intérêts européens en Méditerranée orientale, permet également à van den Boogert de récuser un modèle trop strictement hiérarchique des rapports sociaux, économiques et politiques à l’intérieur des différentes « nations » européennes. Dans une perspective assez proche de Fredrik Barth, l’accent mis sur les motifs de négociation aux frontières du groupe permet ainsi d’éclairer ce qui se joue à l’intérieur même de ce dernier. Si l’on ne peut que saluer la finesse avec laquelle est analysée l’interaction entre consuls, marchands (nationaux ou non) et protégés, on regrettera le peu de place accordée aux ordres religieux, dont on sait qu’ils s’appuient en partie sur les réseaux consulaires européens (et en particulier français) pour relayer leur action missionnaire en direction des chrétiens orientaux. Cette critique mise à part, son positionnement chronologique offre une fois encore à l’auteur un observatoire des plus intéressants sur la présence européenne au Levant : si van den Boogert enregistre la mainmise croissante qu’exercent les Etats modernes sur leurs ressortissants installés à l’étranger, il se refuse ainsi à faire des consuls les simples relais diplomatiques au service d’« appareils d’Etat trans-territoriaux », et s’inscrit en faux face à l’homologie trompeuse entre système des « nations » et fabrique du « national ».Un second enjeu concerne les liens entre justice consulaire d’un côté, et de l’autre un système juridique islamique que van den Boogert définit comme flexible et fondé sur l’interpénétration de différentes sources du droit. Pourfendant le cliché de « nations » européennes conçues comme autant d’« enclaves » en terre ottomane, l’auteur réaffirme avec force le haut degré d’intégration des juridictions consulaires à l’intérieur même du système juridique ottoman. Une fois encore, l’idée d’une perte d’influence des tribunaux islamiques dans la résolution des conflits sous le régime capitulaire procéderait donc d’une projection sur la période moderne d’une évolution qui n’intervient que plus tardivement. Ainsi que le suggère le sous-titre le l’ouvrage (Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century), les cadis des cours islamiques restent au XVIIIe siècle les protagonistes du système juridique auquel sont soumises les « nations » européennes, et ce quand bien même les consuls ne ménagent pas leurs efforts pour garantir l’autonomie de leurs juridictions. L’étude des avanies, souvent décrites par témoins et historiens comme un véritable système d’extorsion mis en place au profit des différents potentats locaux, permet ainsi à l’auteur de démontrer que si les juridictions consulaires se heurtent occasionnellement à de puissants obstacles, elles disposent néanmoins d’une réelle capacité de négocier, capacité sur laquelle se fonde en grande partie la pratique juridique entre Ottomans et « Européens ». Loin de s’en tenir à une vision manichéenne du supposé « choc » entre pratiques et cultures juridiques, van den Boogert souligne enfin, à travers ses nombreuses études de cas, que le droit ottoman, s’il se montre strict avec ses propres ressortissants bénéficiant du régime de la protection, ne joue pas systématiquement en défaveur des étrangers – bien au contraire.Une troisième contribution importante de The Capitulations and the Ottoman Legal System à notre compréhension du système consulaire européen au Levant, concerne la question de la protection consulaire. Une fois encore, l’auteur s’inscrit en faux contre l’historiographie traditionnelle de la présence européenne au Levant. Ainsi, alors que celle-ci a longtemps voulu voir dans la multiplications des « protégés » et autres « barataires » un indice de l’effritement de la souveraineté exercée par l’Empire ottomane sur ses propres sujets, van den Boogert propose de revoir cette interprétation à la lumière des nouvelles évaluations chiffrées du nombre de barataires. Une telle démarche n’est en soi pas nouvelle : Bruce Masters et Bernard Heyberger ont ainsi depuis longtemps suggéré, pour le cas alépin, de revoir à la baisse les estimations classiques venant corroborer le scénario d’une explosion du nombre des protégés et des barataires au cours du XVIIIe siècle. Le principal mérite de van den Boogert est ici de procéder à une estimation portant non pas sur une Echelle, mais sur l’ensemble du Levant : en proposant le chiffre – très bas – de 2500 barataires à la fin du XVIIIe siècle, l’auteur nous amène ainsi à reconsidérer en profondeur la conception traditionnelle d’un régime de la protection érigé en instrument de l’impérialisme européen dans le Levant. Quant au stéréotype d’une mètis levantine permettant aux minorités non-musulmanes de l’Empire d’usurper à l’envi les privilèges réservés à une petite élite, il se heurte ici encore aux conclusion de l’examen, par l’auteur, des fructueux efforts produits par l’administration ottomane afin d’encadrer juridiquement l’octroi et la délivrance des précieux brevets de protection.

Mathieu Grenet

Parution : Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. II. Passages et contacts en Méditerranée

DAKHLIA, Jocelyne, KAISER, Wolfgang (dir.), Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. II. Passages et contacts en Méditerranée, Paris, Albin Michel, 2013, 640 p.

 

Diasporas juives ou grecques, morisques, convers religieux entre islam et christianisme, mercenaires, mamelouks, transfuges et métis de tous bords sont les visages concrets et souvent étonnants de cet espace de « l’entre-deux » qu’est la Méditerranée.

Le deuxième tome de l’aventure scientifique des Musulmans dans l’histoire de l’Europe se réfère directement aux débats civiques du présent, et plus particulièrement aux rapports aujourd’hui complexes et tendus de l’Union européenne à l’Islam et à la Méditerranée. D’une rive à l’autre de celle-ci, pourtant, que de mouvements et de circulations… Franchir « l’autre côté » fait-il de vous un transfuge, un hybride, un émissaire privilégié de transferts culturels ? Faut-il voir un traducteur culturel en chaque marchand, chaque voyageur ou migrant, en chaque esclave ou aventurier de l’Europe à l’Islam ou de l’Islam à l’Europe ? Cette interaction s’inscrit-elle, au contraire, dans la dynamique banale des sociétés ?

C’est de part et d’autre de la Méditerranée, dans une lecture nécessairement réciproque et par des réponses contrastées, que cet ouvrage discute les relations de continuum dans la conflictualité qui ont depuis longtemps marqué les échanges entre l’Europe et les sociétés islamiques. Ni trait d’union pacifique, ni lieu de « choc des civilisations », l’entre-deux méditerranéen ainsi revisité permet d’éclairer les conditions mêmes de production, de maîtrise, mais aussi de dissolution de la différence culturelle. En cela, il est une clé d’intelligibilité cruciale du monde contemporain.

NOUVELLE PARUTION : R. Botte, A. Stella (Dir.), Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen-Âge – XXe siècle)

COULEURS DE L’ESCLAVAGE SUR LES DEUX RIVES DE LA MÉDITERRANÉE
THE COLOURS OF SLAVERY ON THE SHORES OF THE MEDITERRANEAN
Edited by/Sous la direction de Roger Botte et Alessandro Stella
Paris, Éditions Karthala, 396 p.

If the enslavement of black people has undeniably unique characteristics, it is also equally obvious that the institution of slavery is as complex and nuanced as the polychromy of human phenotypes.
Without going back to the Greco-Roman times, the Mediterranean space has represented a site of choice to observe the production of slaves, before, during and after the transatlantic slave- trade. From one shore to the other of the Mediterranean, one could observe the co-existence of slaves of different colours, origins and religions.
Together with Africans that had come through the trans-Saharan and Atlantic slave routes, slave markets were fed by Slaves, Caucasians and other Orientals. Religious cleavages nourished and justified the enslavement of Muslims as much as that of Christians and pagans. The same slave status was applied to individuals who, although they shared the same slave status, were destined to very different tasks on the basis of their ethnic origin, sex, age, physical appearance and supposed qualities.
From Byzantium to the Ottoman world, from Christian Europe to the lands of Islam, the designation of slaves represented a large palette of nuances, in which colour was revealed by what it is: a subjective vision of contrasts. It is this multifaceted slavery that the articles of this edited volume try to depict.

Si l’esclavage des Noirs présente une indéniable spécificité, il est tout aussi évident que l’institution esclavagiste a été aussi complexe et variée que la polychromie des phénotypes humains.
Sans remonter à l’Antiquité gréco-romaine, l’espace méditerranéen, avant, pendant et après la traite transatlantique des Africains est un observatoire de choix sur la fabrique d’esclaves. D’une rive à l’autre de la Méditerranée, nous pouvons observer la coexistence d’esclaves de différentes couleurs, origines, religions.
À côté d’Africains arrivés par les traites transsaharienne et atlantique, les marchés d’esclaves se nourrissaient de Slaves, Caucasiens et autres Orientaux, pendant que les clivages religieux alimentaient et justifiaient la capture et la mise en esclavage aussi bien de musulmans que de chrétiens et de païens. Le même statut d’esclave était appliqué à des individus qui, tout en partageant la domination servile, était souvent, de par leur origine ethnique, leur sexe, leur âge, leur apparence physique et leurs supposées qualités, destinés à des tâches diverses.
De Byzance au monde ottoman, de l’Europe chrétienne aux terres d’islam, la désignation des esclaves empruntait une large palette de nuances, la couleur se révélant pour ce qu’elle est : une vision subjective du contraste. C’est cet esclavage multiforme que tentent de dépeindre les textes ici réunis.

Table des matières/Table of contents

Avant-propos/Introduction
Roger Botte et Alessandro Stella

1. Commerce et esclavage dans le Maghreb oriental (viie-xe siècle)
1. Trade and slavery in eastern Maghreb (7th to 10th century)
Salah Trabelsi

2. Esclaves noirs et esclaves blancs en al-Andalus umayyade et en Ifrîqiya fâtimide. Couleurs, origines et statuts des élites sûdân, et saqâliba
2. Black slaves and white slaves in the Umayyad al-Andalus and in the Fatimid Ifrīqiya. Colours, origins and status of sūdān and saqāliba elites
Mohamed Meouak

3. Esclaves noirs et esclaves blancs en Sicile (vers 1300-vers 1450). Entre déshumanisation et socialisation
3. Black slaves and white slaves in Sicily (1300-1450 circa). Between dehumanization and socialization
Henri Bresc

4. Être esclave à Venise à la fin du Moyen Âge
4. Being slave in Venice at the end of the Middle Ages
Philippe Braunstein

5. Captifs et esclaves dans le royaume de Grenade (xiiie-xvie siècles)
5. Captives and slaves in the Grenade kingdom (13th to 16th century)
Raúl González Arévalo

6. « Negre e de terra de negres infels… » : Servitude de la couleur (Valence, 1479-1516)
6. « Negre e de terra de negres infels… » : Slavery of colour (Valence, 1479-1516)
Fabienne Plazolles Guillén

7. Les « Portugais noirs » de Guinée : destins mêlés (xve-xviie siècles)
7. The “black Portuguese” of Guinea: mixed destinies (15th to 17th century)
António de Almeida mendes

8. Selon l’arrivage sur le marché. La multiplicité ethnique des esclaves en Italie (xvie-xixe siècles)
8. Following the arrival to the market. Ethnic multiplicity of slaves in Italy (16th to 19th century)
Salvatore Bono

9. Le fondu des couleurs ? Expérience croisées de captivité dans le Maroc de l’armée noire
9. Fusing colours? Mixed experiences of captivity in Black Army Morocco
Jocelyne Dakhlia

10. « Bouc noir » contre « Bélier blanc ». L’armée des ‘Abîd al-Bukhârî du sultan Mawlây Ismâ’îl (1672-1727)
10. “Black goat” against “White ram.” The army of the ‘Abīd al-Bukhārī of the Sultan Mawlāy Ismā’il  (1672-1727)
Roger Botte

11. L’esclavage en territoire ottoman à l’époque moderne
11. Slavery in Ottoman lands in modern times
Frédéric Hitzel

12. Liens de parenté et liens sociaux chez les esclaves tsiganes de Valachie. Le salas au xviie siècle
12. Kinship ties and social ties among Gipsy slaves of Wallachia. The salas of 17th century
Florina Manuela Constantin

13. Destins d’affranchis noirs et blancs en Andalousie à l’époque moderne
13. Destinies of black and white manumitted slaves in Andalusia in the modern times
Alessandro Stella

14. Des Noirs dans les troupes des beys de Tunis. Deux expériences d’enrôlement d’esclaves et d’affranchis au milieu du xviiie siècle et en 1837
14. Blacks among Beys’ armies in Tunis. Two experiences of recruitments of slaves and manumitted from mid-18th century to 1837
M’hamed Oualdi

15. Problématique du phénotype. Approche comparative des esclavages dans la Tunisie du xixe siècle
15. The problem of phenotype. Comparative approaches of slavery in 19th century Tunis
Inès Mrad Dali

16. Travail et liberté en Algérie
16. Work and freedom in Algeria
Judith Scheele