Archives mensuelles : mars 2013

Table ronde : Les musulmans en Europe à l’époque moderne

Jeudi 4 avril, 17-19h
Salle Lombard, 96 bd Raspail, 75006 Paris
Entrée libre.
 Sans titre
 

Table ronde autour des ouvrages :

Henry Laurens, John Tolan, Gilles Veinstein,

L’Europe et l’islam : quinze siècles d’histoire, Odile Jacob, 2009.

Jocelyne Dakhlia, Bernard Vincent (dir.),

Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. I. Une intégration impossible, Albin Michel, 2011.

Lucette Valensi,

Ces étrangers familiers. Musulmans en Europe (XVIe – XVIIIe siècles), Payot, 2012.

Isabelle Poutrin,

Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609, PUF, 2012.

Jocelyne Dakhlia, Wolfgang Kaiser (dir.),

Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. II. Passages et contacts en Méditerranée, Albin Michel, 2013.

Les intermédiaires du commerce interculturel entre Vénitiens, Insulaires et « Turcs » dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

Après la description du projet de Christopher Denis-Delacour, voici à présent le projet de Monsieur Mathieu Grenet, dans le cadre de l’ERC ConfigMed.

Les intermédiaires du commerce interculturel entre Vénitiens, Insulaires et « Turcs » dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

Cette enquête s’inscrit dans le sillage de mes précédents travaux sur les identités transnationales et les médiations culturelles dans l’espace méditerranéen, dont il s’agit de prolonger le questionnement autour des notions d’intermédiation, de liminalité et de frontière. Du fait de leur situation à l’interface des empires vénitien et ottoman, mais aussi (et peut-être même surtout) du fait de la qualité de la documentation conservée, les Iles Ioniennes se sont rapidement imposées comme un terrain d’enquête privilégié. Privilégié mais également peut-être problématique, puisqu’il s’agit d’interroger l’importance du contexte insulaire pour un questionnaire tel que le mien – et, par là même, la manière dont les représentations traditionnellement liées à un type d’espace conditionnent à leur tour les questionnements de l’historien.

L’intérêt du terrain que constituent les Îles Ioniennes ne se limite bien sûr pas à la simple accumulation des histoires singulières de chacune de ces sept îles – Corfou, Paxos, Leucade, Ithaque, Céphalonie, Zante et Cythère. Incorporées entre la fin XIVe et le début du XVIe siècle au Stato da Mar vénitien[i], les Îles Ioniennes (ou Heptanèse, du grec hepta nisia, « sept iles ») forment au cours de la période moderne une importante frontière entre Venise et l’Empire ottoman. Suite à la reconquête ottomane, en 1714-1715, des Cyclades, du Péloponnèse, et des deux dernières forteresses vénitiennes dans l’île de Crète (Souda et Spinalonga), elle constitue même l’intégralité du fameux Stato da Mar vénitien au-delà de l’Adriatique.

L’importance – voire l’omniprésence – de ce contexte d’antagonisme direct entre Venise et l’Empire ottoman appelle à son tour un examen sommaire des trois motifs qui imprègnent sur le temps long les caractérisations historiques et géographiques de l’espace ionien, et qui interrogent chacun à sa manière un enjeu de la problématique plus large de l’insularité.

  1. Le premier de ces motifs procède d’une lecture géostratégique de la question insulaire : c’est celui des Iles Ioniennes comme « verrous » entre différents espaces maritimes (généralement, l’Adriatique et la Mer ionienne et, au-delà, l’Egée), ou comme « têtes de pont » (et, au 18e siècle, « bases arrières ») de l’expansion vénitienne en Méditerranée orientale[ii].
  2. Le second motif est celui des Îles Ioniennes comme carrefour – ici à la manière dont Denys Lombard a pu parler de « carrefour javanais », c’est-à-dire non pas simplement comme un lieu à la croisée des chemins, mais comme un espace de captation, de hiérarchisation et de redistribution des différents flux qui le traversent[iii].
  3. Enfin, le troisième et dernier motif est celui de la frontière, qui se décline selon deux modes en apparence antithétiques : d’une part celui du limes (et on rappellera par exemple que la ville de Corfou est dotée d’un impressionnant système défensif de fortifications, ainsi que d’un lazaret très actif )[iv] ; d’autre part, celui de la « frontière franchissable », avec notamment une pratique intensive du commerce interlope, de la contrebande et de la piraterie[v].

Prenant acte de l’importance de ces motifs dans notre compréhension des dynamiques propres à l’espace insulaire ionien, mon enquête entend saisir dans leur pluralité les figures de l’intermédiation entre acteurs du commerce interculturel. Il s’agira donc d’évaluer la fréquence des recours à ces figures d’intermédiaires (interprètes, conseillers commerciaux et juridiques, commis, agents, notaires, etc.), mais également de d’examiner les ressources que celles-ci mettent à disposition des acteurs du commerce interculturel. Et si ma documentation porte en priorité sur des litiges commerciaux entre sujets vénitiens et ottomans, je n’entends pas me concentrer sur la seule dimension contentieuse, mais envisager également les multiples formes de coopération interculturelles.

En retour, la fréquence de ces interactions invite à resituer le commerce interculturel dans les Îles Ioniennes dans une série de dynamiques politiques et juridiques plus larges, qui engagent les Vénitiens et les Ottomans, ainsi qu’une variété d’autres acteurs, groupes et pouvoirs locaux. Au-delà du nécessaire effort de contextualisation du local, il s’agira ici aussi bien la place des îles dans les stratégies des États vénitien et ottoman[vi], que les dynamiques inter-insulaires propres à l’espace ionien (circulations, rivalités, dépendance, hiérarchisations, etc.).


[i] Cythère tombe sous domination vénitienne dès 1363, puis Corfou en 1386, Zante en 1485, Céphalonie en 1500 et Ithaque en 1503. Quant à Leucade, elle est disputée par les Vénitiens et les Ottomans jusqu’à la guerre de Morée de 1684-99, avant d’être incorporée au Stato da Mar vénitien.

[ii] Nicholaos G. Moschonas, « Navigation and Trade in the Ionian and Lower Adriatic Seas in the Eighteenth Century », in Apostolos E. Vacalopoulos, Constantinos D. Svolopoulos et Béla K. Kiraly (dir.), Southern European Maritime Commerce and Naval Policies from the Mid-Eighteenth Century to 1914, Boulder (Co), Social Science Monographs, 1988, pp. 189-196.

[iii] Nikos S. Vlassopoulos, Marchands Ioniens en Méditerranée, XVIe-XVIIIe siècles (en grec), Athènes, Finatec, 2001 ; Maria Fusaro, « Les Anglais et les Grecs. Un réseau de coopération commerciale en Méditerranée vénitienne », Annales H.S.S., 58/3 (2003), pp. 605-626 ; Gerassimos D. Pagratis, « Merchants and Shipowners in Venetian Corfu in the first half of the Sixteenth Century », in Maria Cristina Chatziioannou et Gelina Harlaftis (dir.), Following the Nereids: Sea Routes and Maritime Business, 16th-20th Centuries, Athènes, Kerkyra, 2006, pp. 31-43.

[iv] Coll., Venezia e la difesa del Levante, da Lepanto a Candia (1570-1670), Venezia, Arsenale Editrice, 1986 ; Katerina Konstantinidou, « Gli Uffici di Sanità delle Isole Ionie durante il Seicento e il Settecento », Studi Veneziani, 49 (2005), pp. 379-391.

[v] Le thème n’est pas nouveau, ainsi qu’en témoignent les travaux classiques de Georges Douin, La Méditerranée de 1803 à 1805 : pirates et corsaires aux Iles Ioniennes, Paris, Plon-Nourrit, 1917 ; Jean Savant, « Pirates et corsaires septinsulaires », L’Hellénisme contemporain, Athènes, 1940. Nous empruntons la notion de « frontière franchissable » à Natividad Planas, « La frontière franchissable : normes et pratiques dans les échanges entre le royaume de Majorque et les terres d’Islam au XVIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 48/2 (2001), pp. 123-147.

[vi] Sur ce point, voir Nicolas Vatin et Gilles Veinstein, « Introduction », in Insularités ottomanes, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, p. 10.

[Séminaire] L’entreprise maritime, un pont entre les Méditerranées ?

efr

Lundi 25 mars 2013 à 17h30

 

École française de Rome

Piazza Navona, 62

 

voyage levantCorneille Le Brun, Voyage au Levant, Paris, Guillaume Cavelier, 1714, Vue de Smirne
(Paris. Bibliothèque du Musée de l’Homme)

séminaire sur

 

L’entreprise maritime, un pont entre les Méditerranées ?

Acteurs, intermédiaires et pratiques juridiques dans la perspective de Naples et de Marseille (1740-1856)

 

par

Christopher Denis-Delacour

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre de recherches d’histoire moderne (EA 127)

Projet Mediterranean Reconfigurations (ConfigMed) – European Research Council

Chercheur résident à l’EFR

 

discutant

Guillaume Calafat

École française de Rome

 

Vous êtes cordialement invité(e)

[Appel à communication] Recompositions géopolitiques en Méditerranée : un défi pour les Mediterranean Studies

Appel à communication

Premier colloque international du cycle « Un nouvel agenda de recherches pour les Mediterranean Studies »

Recompositions géopolitiques en Méditerranée : un défi pour les Mediterranean Studies

Nice & Menton, 08-09 novembre 2013
Université de Nice Sophia-Antipolis, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine- MSH Sud-Est
en partenariat avec l’Institut Universitaire de France
et Science-Po Menton
Organisateurs scientifiques :
Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC et Institut Universitaire de France ; Jean-Pierre Darnis (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC) ; Joseph Martinetti  (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC) en collaboration avec Anthony Jones (Northeastern University & Harvard University)

Espace maritime séparant –et rapprochant- trois continents, la Méditerranée est aussi et peut-être avant tout une représentation, voire une série de représentations ou de mythes qui se sont construits au fil du temps. Ce sont ces images et leur transmission qui forment progressivement le substrat d’où naissent les actions politiques et où se forment les grandes lignes directrices de la politique étrangère. C’est du contraste entre ces représentations que peuvent naître les incompréhensions mutuelles et les difficultés concrètes à collaborer en dépit de la bonne volonté affichée.

Récemment, en rappelant que l’évocation de la Méditerranée ne renvoie pas nécessairement à une mémoire partagée, Philippe Dugot a affirmé que « la Méditerranée est d’abord une idée européenne ». Elle est toutefois devenue aujourd’hui une possibilité géopolitique, qui semble rompre avec les stéréotypes négatifs d’un espace incapable de s’adapter à un modèle occidental perçu comme but ultime. Dans le cadre de la mondialisation, des phénomènes de régionalisation à grande échelle, entre les grands ensembles Nord-Sud, sont en passe se de construire aux Amériques comme en Asie. Ils sont fondés sur les complémentarités potentielles, notamment sur le plan démographique et en termes des ressources, mais aussi sur des intérêts communs, notamment écologiques. La Méditerranée constituerait ainsi l’un de ces « quartiers d’orange » associant pays développés et  pays en voie de développement dans ces grands ensembles régionaux appelés à devenir des lieux forts d’articulation du processus de mondialisation en cours.

C’est dans le contexte de ces transformations qui ont vu le jour une série de projets – le partenariat euro-méditerranéen, l’Union pour la Méditerranée faisant suite à de projets plus anciens comme la Conférence interparlementaire sur la sécurité et la coopération en Méditerranée, et la conférence 5+4 – qui finissent par laisser l’impression d’une inflation de propositions et de visions.  Reste que les clivages sont nombreux, et que les échanges commerciaux entre les deux rives sont relativement modestes ; 2,3% seulement des investissements directs à l’étranger de l’Union Européenne sont par ailleurs dirigés vers la rive Sud de la Méditerranée.

Les différentes initiatives politiques récentes semblent ainsi marquées plus par un effet d’annonce que par des résultats concrets. Par ailleurs, les déstabilisations nées des printemps arabes et de la décomposition interne en cours de la Syrie, ont brutalement rappelé la fragilité de la zone, sans compter la montée en puissance d’AQMI. Il est donc important d’inscrire les enjeux géopolitiques dans une perspective de longue durée, comme le prouve le soutien déterminé de la Russie à l’allié syrien qui s’inscrit dans une logique qui remonte à la fois aux années 1950 et plus loin encore à la recherche par la Russie impériale de facilités navales en Méditerranée.

Enjeux scientifiques :

Nous nous proposons donc de nous interroger sur les racines des représentations qui soutiennent ces projets et sur les raisons qui peuvent expliquer les difficultés persistantes à les traduire dans des réalités. C’est à la fois dans les différentes politiques nationales mais aussi dans les raisons subjacentes au développement d’une politique méditerranéenne de l’Union Européenne qu’il nous faut rechercher les réponses.  Les différents concepts de politique étrangère, les traditions historiques, les visions associées à la formation des élites, le rôle des bureaucraties spécialisées, les opportunités et effets d’aubaines représentés par les programmes méditerranéens sont quelques-uns des éléments qui concurrent à former les représentations de la Méditerranée et à donner forme à des projets politiques qui n’arrivent pas toujours à effacer leurs différentes matrices. Ainsi, la France et l’Italie ont toutes les deux une politique méditerranéenne forte et ancienne, mais en même temps divergente, alors que l’Allemagne a récemment démontré sa volonté de peser sur les décisions en matière de Méditerranée et que l’Union Européenne est devenue un acteur à part entière, sinon majeur, des politiques méditerranéennes. Face à ces initiatives et ambitions européennes, il convient d’analyser aussi les perceptions des autres pays du pourtour méditerranéen, dont le positionnement par rapport à l’Europe est souvent conditionné par la construction d’une réécriture d’un passé récent qui peine à passer, et qui est à l’origine de la création d’un mythe national. L’Algérie fournit toutefois un bon exemple de comportement réactif des pays de la rive sud par rapport à une série de politiques en provenance de la rive européenne.

Cette analyse de l’histoire de la géopolitique de la Méditerranée contemporaine se greffe à la volonté de réfléchir à l’émergence d’un champ d’étude spécifiquement consacré à la Méditerranée. A ce propos, un numéro des Cahiers de la Méditerranée (édition papier et édition électronique) programmé courant 2014 –revue à comité de lecture, classée par l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement supérieur- prolongera les contributions du colloque en les articulant à un dossier programmatique intitulé « refonder les Mediterranean Studies ».

Dans cette perspective, ce colloque international inaugurera le cycle de rencontres « Un nouvel agenda de recherches pour les Mediterranean Studies » destiné à identifier les chantiers les plus prometteurs des Mediterranean Studies. L’objectif est clair, il s’agit de fédérer la recherche, de réunir plusieurs générations de chercheurs, et de dégager ensemble les perspectives de recherche les plus prometteuses, afin qu’elles soient ensuite explorées et approfondies par les laboratoires de recherche, les chercheurs expérimentés et leurs doctorants.

Merci de bien vouloir transmettre aux trois organisateurs par courrier électronique vos propositions de communication avant le 1er mai 2013 sous la forme d’un texte d’une quinzaine de lignes et de les accompagner d’un curriculum vitae incluant vos publications récentes dans le domaine :

pybeaurepaire@gmail.com

Jean-Pierre.DARNIS@unice.fr

joseph.martinetti@orange.fr

 

Call for  proposals

First international conference on « A new research agenda for Mediterranean Studies »

Geopolitical transition in the Mediterranean: a challenge for Mediterranean Studies

Nice & Menton, 8-9 november 2013
Université de Nice Sophia-Antipolis, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine- MSH Sud-Est
In partnership with l’Institut Universitaire de France
and Science-Po Menton
scientific committee :
Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC et Institut Universitaire de France ; Jean-Pierre Darnis (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC) ; Anthony Jones (Northeastern University & Harvard University) & Joseph Martinetti  (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC)

A maritime space which separates -and unites- three continents, the Mediterranean is also, and perhaps above all else, a representation of a series of myths that have developed throughout the centuries. These images and the transmission of these images forms the substratum behind both political actions and the main themes and directives of foreign policy. Mutual incomprehension and problems working together despite a willingness to do so, often arise from conflicts between these different representations or myths.

Recently, recalling the fact that talking about the Mediterranean does not necessarily lead to a shared memory of the area, Philippe Dugot said, »the Mediterranean is first and foremost a European idea. » This idea has, however, now become a geopolitical possibility that seems to have broken away from negative stereotypes identifying it as a space unable to adapt to a Western model perceived as a definitive goal. Within the framework of globalisation, some large scale regional associations between North and South are being created both in the Americas and in Asia. These constructions are founded on the potential to complement each other, particularly from the point of view of demography and resources, but also on common goals, particularly in ecology. The Mediterranean could thus become an area that puts together developing and developed nations giving them a voice within these larger regional assemblies that are fast becoming key forums in the ongoing globalization process.

In the context of these transformations a series of projects have seen the light – the Euro-Mediterranean partnership, the Union for the Mediterranean, which followed a series of older projects like the Inter-Parliamentary Conference on Security and Cooperation in the Mediterranean, and the 5+4 Conference – which left the impression of an excess of propositions and visions. Many differences remain and commercial exchanges between the two shores are relatively modest; only 2.3% of the European Union’s direct investments are on the Southern shore of the Mediterranean.

Various recent political initiatives seem more like propositions than programs with real concrete results. In addition, the destabilization caused by the Arab Spring, the internal collapse taking place in Syria, and the increasing strength of AQMI, have brutally recalled the fragility of this area. It is therefore necessary to place the political issues involved in a long-term perspective, as is shown by the determined support given by Russia to its Syrian ally, which is part of a logic that hails back to the 1950s and even further back to Imperial Russia’s desire for naval facilities in the Mediterranean.

Scientific issues :

We propose an inquiry into the myths and representations that support these projects and into what lies behind the persistent difficulties encountered in trying to turn them into reality. The answer lies both in the different national policies but also in the reasoning behind the development of a Mediterranean policy for the European Union. The different ways of conceiving foreign policy, the historical traditions, the different visions associated with creation and education of elites, the role of specialized bureaucracies and the opportunities and collateral effects of Mediterranean programs are some of the elements which form representations of the Mediterranean and lead to political projects which aren’t always able to erase their different matrices.  Thus, France and Italy both have strong and ancient but divergent Mediterranean policies, Germany has recently shown its desire to have a say in Mediterranean issues, and the European Union has become a fully fledged, and likely a major, actor in Mediterranean policies. In the face of these European initiatives and ambitions, it is worthwhile to look at the perceptions of the other Mediterranean rim countries, whose relationship with Europe is often conditioned by the rewriting of a recent past that is not easily forgotten and is at the origin of national myths. Algeria offers a good example of the reactions of Southern shore countries when faced with a series of policies coming from the European shore.

This analysis of the history and geopolitics of the contemporary Mediterranean is closely linked to a more general desire to reflect on the emergence of a specific field of study dedicated to the Mediterranean. With this in mind, an edition of the Cahiers de la Méditerranée (both paper and electronic editions) programmed for 2014 –peer review publication, registered by the Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement supérieur- will continue the work of this conference by placing its contributions in a dossier entitled « Rebuilding Mediterranean Studies ».

This international conference will therefore kick off a series of meetings that are part of the cycle « a new agenda of research for Mediterranean Studies » aimed at finding the most promising areas within Mediterranean Studies. The goal is clear, to gather researchers also involving different generations of scholars, and identify together the most promising perspectives for future study, so that they may be studied by research laboratories as well as senior researchers and their doctoral students.

Please e-mail your proposals to the three organizers before May 1, 2013.  Proposals should be short texts about 15 lines long (500 words) accompanied by a CV which includes your most recent publications and should be sent to the following e-mail addresses:

pybeaurepaire@gmail.com

Jean-Pierre.DARNIS@unice.fr

joseph.martinetti@orange.fr

L’entreprise maritime, un pont entre les Méditerranées

Nous avons le plaisir de vous présenter le projet de recherche de Christopher Denis-Delacour, dans le cadre de l’ERC ConfigMed. Les projets des autres membres feront l’objet de futurs billets sur notre site.

L’entreprise maritime, un pont entre les Méditerranées.

Acteurs, intermédiaires et pratiques juridiques dans la perspective de Naples et Marseille (1740-1856)

Le présent projet porte sur les capitaines opérant dans les navigations marseillaises et napolitaines et leurs interlocuteurs étatiques et marchands, notamment les consuls, du XVIIIe au XIXe siècle. L’entreprise maritime, (entendue au sens large comme l’ensemble des modalités du commerce maritime, notamment sa réglementation et sa régulation pratique, les connections qu’il favorise et les concurrences qu’il occasionne), constitue ici un observatoire permettant de reconstituer plusieurs formes de transaction économique et/ou identitaires à l’échelle de la Méditerranée, dans une perspective qui transcende la pluralité géographique, culturelle et juridique traditionnellement retenue par l’historiographie.

Pourquoi privilégier l’étude comparée des ports de Marseille et de Naples ? Si Livourne, en tant que port franc total, est selon nous un cas à part, où des groupes et des institutions ont pu interagir par-delà les frontières géographiques mais également ethniques et confessionnelles, et en nourrissant de nouvelles perspectives historiographiques essentielles, cette ouverture reste exceptionnelle. Comprendre comment on règle en Méditerranée occidentale l’interculturalité dans le commerce nécessite d’en complexifier les questionnements au sein d’un espace maritime à la fois en reconfiguration et en extension, mais dans le sens d’un renforcement du contrôle national des échanges qui s’oppose et se nourrit des concurrences qu’il induit. Les tensions autour des marchés orientaux dans la perspective des trafics occidentaux posent alors avec acuité les questions relatives à la territorialisation maritime autour d’une diversité d’acteurs connectant des espaces à des normes malgré une pluralité culturelle loin d’être une barrière économique.

A ce titre le cas napolitain tranche avec ceux, bien connus de l’historiographie, de Venise, Gênes et Livourne. Dépourvues de tradition maritime comme de réseaux transméditerranéens, Naples constitue un terrain d’observation idéal de la mise en place, à partir des années 1740, d’une ambition mercantiliste qui doit toutefois s’appuyer sur une politique maritime incertaine. Or ce programme économique se heurte rapidement à la faiblesse de leurs commanditaires étatiques, notamment en ce qui concerne  leur capacité de projection. Les hésitations du pouvoir, tout comme le « bricolage » institutionnel devant satisfaire les ambitions mercantilistes, sont autant d’éléments interrogeant à la fois le rôle des acteurs marchands et étatiques d’une part, les phénomènes de territorialisation et d’extraterritorialité d’autre part. Car l’ambition des Bourbons devait tenir compte des monopoles propres à certains marchés maritimes. La comparaison avec la structure marseillaise prend alors plus de sens. En effet, alors que la politique commerciale du Royaume des Deux-Siciles se teinte d’un mercantilisme étatique déjà opérant pour la France, cette dernière entame parallèlement une renégociation des traités et capitulations avec l’Empire ottoman. Dans le cas français il s’agit de renforcer les anciennes capitulations le 28 mai 1740 et d’accentuer une position privilégiée sur les marchés du Levant alors que le Regno procède à une normalisation de ses relations avec les Ottomans dans une perspective clairement économique : c’est le sens du traité de paix, de commerce et de navigation conclut le 7 avril 1740. Mais loin de se limiter au versant oriental des marchés Méditerranéens, le Royaume de Naples s’efforça également de renforcer son commerce extérieur avec Tripoli, la Suède, le Danemark et la Hollande, puis plus tard avec la Sardaigne et la Russie. Cette intense activité diplomatico-économique s’accompagna paradoxalement d’un renforcement du contrôle étatique du commerce par l’intermédiaire d’un renouvellement du cadrage institutionnel, notamment par l’intermédiaire du Supremo Magistrato di Commercio crée en 1739. Ce tribunal visait à régler les litiges marchands dans le cadre d’une justice à usage économique. En outre, le Regno renforça sa marine marchande et prit plusieurs mesures visant à en assurer le caractère « national ». A l’image de l’ordonnance de marine colbertienne de 1681, la Prammatica du 18 août 1741 puis le Regolamento per la navigazione de bastimenti mercantili de 1742 devaient réglementer l’activité de la  flotte de commerce napolitaine pour qu’elle soit privilégiée par les négociants locaux. Cette codification mercantiliste des marchés avait déjà été éprouvée côté français et l’activité marseillaise en représentait l’expression la plus aboutie, surtout pour le commerce avec le Levant. Entre le poids des anciennes articulations marchandes et l’irruption de nouveaux acteurs, quel est alors l’espace de négociation commercial laissé aux navigations napolitaines ?

Notre étude portera précisément sur des acteurs se trouvant au cœur de ces questionnements, les capitaines et les équipages. Leur observation permet notamment d’appréhender les problématiques nationales et internationales au sein d’un espace méditerranéen en recomposition, en observant en particulier les interactions maritimes et marchandes de la Péninsule balkanique aux côtes barbaresques. Étudier capitaines et équipages permet en d’autres termes de caractériser les modalités concrètes, mais aussi théoriques, du règlement des problèmes d’interculturalité sur le plan des trafics. C’est une approche centrée sur les circulations reliant notamment Naples et Marseille à l’enchevêtrement des horizons marchands méditerranéens. La capacité d’adaptation des acteurs à des environnements juridiques et culturels variés revêt alors une importance capitale. L’enjeu est de s’affranchir d’une définition basée sur l’appartenance univoque à une zone d’influence économique ou étatique, où l’idée de nationalité dresse de nombreuses frontières normatives, sociales et culturelles entre les espaces littoraux. Dans le cadre de ce projet, je me propose de repérer, à partir des sources émanant des tribunaux de commerce, des agents diplomatiques et consulaires et des autres institutions auxquelles les navigations marseillaises et napolitaines sont confrontées, les processus de négociations auxquels participent les capitaines, les pressions extérieures diffuses qu’ils subissent et, au-delà, la manière dont se projette la normativité occidentale dans d’autres espaces méditerranéens. Pour ce faire, plusieurs niveaux d’analyse seront pris en compte pour caractériser l’interculturalité marchande.

Sur le plan national, les institutions chargées de réguler le commerce à Marseille et à Naples doivent en théorie permettre un accroissement des échanges. Or cela ne va pas de soi. Par exemple, la création du tribunal du Supremo Magistrato di Commercio à Naples en 1739 est loin de correspondre à la mise en place d’une justice à usage économique, rapide et à moindre coût. Entre l’inertie sociale des acteurs, le poids des anciennes structures institutionnelles et la concurrence des mercantilismes locaux, tant sur la frange tyrrhénienne qu’adriatique, les acteurs savent et doivent profiter d’interstices marchands et juridiques qui remettent en cause le caractère national de la projection maritime. L’analyse des procès et de la formalisation judiciaire des tribunaux marchands permettra à ce titre de sortir d’un prisme strictement institutionnel et de leur caractère en apparence univoque, même si les statuts et les règles seront pris en compte, pour les observer  depuis l’extérieur et notamment à partir des relations de pouvoir régissant les rapports entre chacun des acteurs.

Le deuxième niveau d’analyse concernera la projection maritime au-delà du cadre occidental. Outre la cartographie et la reconstitution temporelle et factuelle de cette projection, l’objectif est d’évaluer l’emprise de l’Etat sur l’entreprise maritime et les rythmes de son évolution. En effet, capitaines et équipages doivent s’adapter à des contraintes propres aux pays de capitulation qu’ils font interagir avec les notions occidentales de commerce actif et d’extraterritorialité, dont ils sont censés être les acteurs par excellence. En fonction de ces éléments, nous formulons l’hypothèse qu’il est possible de détecter les formes qu’ont pu revêtir les négociations autour du compromis de l’interculturalité marchande. L’analyse des sources consulaires constitue à ce titre l’une des pistes les plus intéressantes, dans la mesure où ces sources se trouvent  à  l’interface entre problématiques étatique et commerciale : le consul est un acteur local autant que l’agent d’une puissance extérieure, et sa correspondance documente l’activité des capitaines sur lesquels il exerce une juridiction. L’objectif sera d’abord de déceler la nature des ressources mises en jeu par les consuls qui surent tirer profit des difficultés en matière d’organisation des trafics et de contrôle mercantiliste. Associée aux comptes-rendus de litiges et aux procédures des divers tribunaux, cette source permettra de repérer les négociants et les intermédiaires liés aux navigations ainsi que les marges de manœuvre et les angles morts laissés à leur disposition par les consuls et les autres agents de l’extraterritorialité. Quelques sondages déjà effectués montrent à quel point la propriété partagée des embarcations, les procédures de naturalisation et les usages pavillonnaires – que l’action consulaire peut favoriser – , sont autant d’éléments permettant une présence étrangère malgré la proclamation des dogmes mercantilistes, qu’elle soit graduellement ottomane ou artificiellement italienne et française.

À partir du croisement de ces différentes sources, il s’agira enfin de se pencher sur la temporalité des interactions mises en jeu par l’entreprise maritime. La question de la survie des acteurs marchands et étatiques face aux bouleversements institutionnels, entre Révolution, Restauration, processus d’unification italienne et interventions russe et autrichienne, interroge en retour sur l’impact de ces changements sur les stratégies commerciales et juridiques des capitaines. Ce projet est donc aussi l’occasion de revisiter ces conflits en dehors de la perspective militaire et diplomatique traditionnelle. Nous envisageons le traité de Paris de 1856 comme limite chronologique de notre projet, le congrès révélant, outre certains aspects géostratégiques latents depuis le XVIIIe siècle, la façon dont la territorialisation maritime cherche à s’harmoniser de manière incertaine à l’articulation des marchés orientaux et des intérêts étatiques. En fonction de ces multiples reconversions et recompositions, nous pourrons alors vérifier que loin d’être des individus juridiquement rationnels et culturellement rigides face aux institutions, les capitaines et les autres acteurs économiques des trafics maritimes sont clairement dotés d’une perception institutionnelle et sociale qui va bien au-delà d’un marché et d’un espace uniques ; ils se révèlent attentifs aux interstices juridiques qui se présentent et capables d’en influencer le contenu. Il ne s’agit plus alors de se restreindre à une problématique identitaire et frontalière, mais de révéler les formes d’un syncrétisme entre les périphéries socioéconomiques et institutionnelles que connecte l’entreprise maritime « orientale ».

CHRISTOPHER DENIS-DELACOUR

[Compte rendu de Lecture] Maurits H. Van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System

Ce billet a été une première fois publié dans le numéro 84 de la revue les Cahiers de la Méditerranée en 2012. Son auteur étant membre du projet ERC ConfigMed, nous avons jugé utile de le publier sur notre site, avec l’aimable autorisation de la rédaction de la revue.
 
« Mathieu Grenet – Maurits H. van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System : Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 84 | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012. URL : http://cdlm.revues.org/6587
 
Nous publierons prochainement le compte rendu d’une discussion autour de l’ouvrage qui eut lieu le 16 mars 2012 dans le cadre du Programme de recherche « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècles) : consuls et agents consulaires. État des Connaissances » (voir notre billet sur cette journée)
 

L’historien néerlandais Maurits van den Boogert a publié en 2005 une version remaniée d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Leyde quatre ans plus tôt. Il s’agit d’un travail majeur, dont les qualités témoignent du dynamisme des « études ottomanes » dans le monde académique européen depuis maintenant près de deux décennies. De par son activité, van den Boogert est lui-même un acteur important de ce mouvement : chercheur à l’Institut d’Etude de l’Islam Moderne de Leyde, responsable de la collection The Eastern Question aux éditions Brill, il est également un historien prolifique, auteur ou co-éditeur de cinq ouvrages ainsi que de nombreux articles, tous parus depuis 2003. Il est enfin étroitement associé au projet-fleuve que constitue la troisième édition de la vénérable Encyclopedia of Islam, pour laquelle il a rédigé un certain nombre de notices importantes sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir plus loin. The Capitulations and the Ottoman Legal System: Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century, est consacré à « la perception, la théorie et la pratique du régime des Capitulations dans le système juridique ottoman du XVIIIe siècle » (p. 3). Ce n’est pas la première fois, loin s’en faut, que les historiens se penchent sur les Capitulations, un ensemble de dispositions juridiques qui, du XVIe au début du XXe siècle, règlent le séjour, le statut et les activités des Européens dans les échelles du Levant et de Barbarie. Plus d’un siècle après sa parution, l’étude pionnière de Francis Rey figure ainsi dans la bibliographie de quasiment tous les ouvrages consacrés au commerce levantin à l’époque moderne, souvent accompagnée du travail classique de Nasim Sousa, publié il y a 80 ans. Mais plus qu’en regard de ces « glorieux ancêtres », le travail de van den Boogert doit être restitué dans le contexte d’un renouveau historiographique, autour d’une question dont se sont récemment emparée certains des plus éminents représentants de l’historiographie ottomane contemporaine. Ce renouveau s’articule autour de trois axes principaux, qui reflètent chacun un courant fort de l’historiographie actuelle, et dont ce livre synthétise admirablement les enjeux en même temps qu’il ouvre des perspectives.Un premier axe vise à resituer les Capitulations dans le système juridique ottoman de l’époque moderne – et donc à réinscrire les rapports entre Empire ottoman et puissances européennes dans un régime qui ne soit pas défini a priori comme celui de l’« exception ». Ainsi que le montre van den Boogert, les Capitulations ne sont pas structurellement exogènes au droit ottoman, mais s’intègrent dans les « coutumes juridiques » qui constituent l’une des trois grandes sources du droit islamique. Un second axe interroge les modalités d’application de ces textes – ou, pour le dire avec Jacques Revel, leur praxéologie. Van den Boogert ne se contente pas de souligner l’écart, déjà bien connu des historiens de l’Empire ottoman, entre « textes » et « pratiques ». Portant l’analyse plus loin, il relève que cette application est nettement moins marquée par l’opposition hiératique de systèmes juridiques ottoman d’un côté, et européen(s) de l’autre, que par un processus constant de négociation entre acteurs et institutions. Le troisième et dernier axe de cette enquête conduit à interroger la manière dont les Capitulations, et en particulier le régime de la « protection » qui lui est étroitement associé, ont donné lieu à différentes constructions historiographiques aux résultats parfois fortement contrastés – depuis l’image des Capitulations comme fer de lance du capitalisme marchand et de l’impérialisme européens dans le Levant, jusqu’à l’idée d’un « détournement » des privilèges européens au profit des minorités de l’Empire. Ici encore, Maurits van den Boogert procède à une salutaire « remise à plat » des enjeux historiques et historiographiques de ces différentes interprétations. D’une part en montrant combien celles-ci sont étroitement liées tant au modèle hégémonique d’un déclin ottoman qui s’étendrait sur les deux derniers siècles de l’Empire. D’autre part en dénonçant l’anachronisme d’une projection sur le XVIIIe siècle du modèle plus tardif d’une inféodation des intérêts de l’Empire à ceux des puissances européennes. La nécessité de repenser ensemble ces trois axes étroitement imbriqués voire co-constitutifs, a conduit Maurits van den Boogert à adopter pour son ouvrage un plan relativement atypique. Outre l’ambitieuse remise en perspective historiographique qui occupe la majeurs partie de l’introduction, The Capitulations and the Ottoman Legal System peut ainsi être subdivisé en deux moitiés à peu près égales. Les trois premiers chapitres sont ainsi respectivement consacrées à : 1) Une étude minutieuse et quasi-philologique des différents textes juridiques sur lesquels se fonde le régime capitulaire – les capitulations (ahdnames), les décrets impériaux (fermans), et les brevets de protection (berats) –, ainsi qu’une présentation des différentes juridictions en charge des affaires concernant les ressortissants européens dans l’Empire ; 2) Une analyse des mécanismes de la protection, et de son extension sur les sujets non-musulmans de l’Empire ; 3) Une réflexion sur les « avanies », que van den Boogert considère à la fois comme une pratique révélatrice des équilibres internes de l’administration ottomane à l’époque moderne, et comme un élément essentiel de l’image d’arbitraire et d’oppression projetée par les Européens sur le système juridique ottoman. Dans le prolongement de ces trois développements, l’auteur organise la seconde partie de son ouvrage autour de trois séries d’études portant chacune sur une figure de conflit juridique – en l’occurrence la succession, la faillite commerciale et le vol. Parce qu’il interroge l’encadrement politico-juridique de la présence européenne dans l’Empire ottoman, et parce qu’il s’efforce de saisir au plus près les mécanismes de l’incessante négociation à l’oeuvre derrière les situations de conflit entre « Européens » et « Ottomans », cet ouvrage jette un regard neuf et stimulant sur la question de la représentation consulaire – et l’on signalera à ce propos que van den Boogert est également l’auteur de la notice « Consul » de l’Encyclopedia of Islam. La contribution de van den Boogert à l’étude de la question consulaire me semble importante sur au moins trois aspects.Le premier concerne la place du consulat dans l’organisation des « nations » européennes au Levant. A première vue, l’auteur paraît se tenir à équidistance de l’étude locale comme de l’approche « interconnectée », qui constituent les deux modèles dominants de la vaste littérature consacrée à la « nations » européennes. Or, ce refus de faire des Echelles du Levant autant d’isolats indépendants ou, à l’inverse, de simples maillons d’une plus vaste chaîne reliant l’ensemble des intérêts européens en Méditerranée orientale, permet également à van den Boogert de récuser un modèle trop strictement hiérarchique des rapports sociaux, économiques et politiques à l’intérieur des différentes « nations » européennes. Dans une perspective assez proche de Fredrik Barth, l’accent mis sur les motifs de négociation aux frontières du groupe permet ainsi d’éclairer ce qui se joue à l’intérieur même de ce dernier. Si l’on ne peut que saluer la finesse avec laquelle est analysée l’interaction entre consuls, marchands (nationaux ou non) et protégés, on regrettera le peu de place accordée aux ordres religieux, dont on sait qu’ils s’appuient en partie sur les réseaux consulaires européens (et en particulier français) pour relayer leur action missionnaire en direction des chrétiens orientaux. Cette critique mise à part, son positionnement chronologique offre une fois encore à l’auteur un observatoire des plus intéressants sur la présence européenne au Levant : si van den Boogert enregistre la mainmise croissante qu’exercent les Etats modernes sur leurs ressortissants installés à l’étranger, il se refuse ainsi à faire des consuls les simples relais diplomatiques au service d’« appareils d’Etat trans-territoriaux », et s’inscrit en faux face à l’homologie trompeuse entre système des « nations » et fabrique du « national ».Un second enjeu concerne les liens entre justice consulaire d’un côté, et de l’autre un système juridique islamique que van den Boogert définit comme flexible et fondé sur l’interpénétration de différentes sources du droit. Pourfendant le cliché de « nations » européennes conçues comme autant d’« enclaves » en terre ottomane, l’auteur réaffirme avec force le haut degré d’intégration des juridictions consulaires à l’intérieur même du système juridique ottoman. Une fois encore, l’idée d’une perte d’influence des tribunaux islamiques dans la résolution des conflits sous le régime capitulaire procéderait donc d’une projection sur la période moderne d’une évolution qui n’intervient que plus tardivement. Ainsi que le suggère le sous-titre le l’ouvrage (Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century), les cadis des cours islamiques restent au XVIIIe siècle les protagonistes du système juridique auquel sont soumises les « nations » européennes, et ce quand bien même les consuls ne ménagent pas leurs efforts pour garantir l’autonomie de leurs juridictions. L’étude des avanies, souvent décrites par témoins et historiens comme un véritable système d’extorsion mis en place au profit des différents potentats locaux, permet ainsi à l’auteur de démontrer que si les juridictions consulaires se heurtent occasionnellement à de puissants obstacles, elles disposent néanmoins d’une réelle capacité de négocier, capacité sur laquelle se fonde en grande partie la pratique juridique entre Ottomans et « Européens ». Loin de s’en tenir à une vision manichéenne du supposé « choc » entre pratiques et cultures juridiques, van den Boogert souligne enfin, à travers ses nombreuses études de cas, que le droit ottoman, s’il se montre strict avec ses propres ressortissants bénéficiant du régime de la protection, ne joue pas systématiquement en défaveur des étrangers – bien au contraire.Une troisième contribution importante de The Capitulations and the Ottoman Legal System à notre compréhension du système consulaire européen au Levant, concerne la question de la protection consulaire. Une fois encore, l’auteur s’inscrit en faux contre l’historiographie traditionnelle de la présence européenne au Levant. Ainsi, alors que celle-ci a longtemps voulu voir dans la multiplications des « protégés » et autres « barataires » un indice de l’effritement de la souveraineté exercée par l’Empire ottomane sur ses propres sujets, van den Boogert propose de revoir cette interprétation à la lumière des nouvelles évaluations chiffrées du nombre de barataires. Une telle démarche n’est en soi pas nouvelle : Bruce Masters et Bernard Heyberger ont ainsi depuis longtemps suggéré, pour le cas alépin, de revoir à la baisse les estimations classiques venant corroborer le scénario d’une explosion du nombre des protégés et des barataires au cours du XVIIIe siècle. Le principal mérite de van den Boogert est ici de procéder à une estimation portant non pas sur une Echelle, mais sur l’ensemble du Levant : en proposant le chiffre – très bas – de 2500 barataires à la fin du XVIIIe siècle, l’auteur nous amène ainsi à reconsidérer en profondeur la conception traditionnelle d’un régime de la protection érigé en instrument de l’impérialisme européen dans le Levant. Quant au stéréotype d’une mètis levantine permettant aux minorités non-musulmanes de l’Empire d’usurper à l’envi les privilèges réservés à une petite élite, il se heurte ici encore aux conclusion de l’examen, par l’auteur, des fructueux efforts produits par l’administration ottomane afin d’encadrer juridiquement l’octroi et la délivrance des précieux brevets de protection.

Mathieu Grenet