Archives mensuelles : avril 2016

[Conférence] La précarité sur les routes et les mers de l’antiquité à l’époque moderne

Vivre en mobilité II.

La précarité sur les routes et les mers de l’antiquité à l’époque moderne

Programme

23 mai 2016, Musée d’art et d’histoire de St Denis

22 bis Rue Gabriel Péri, 93200 Saint-Denis (ligne 13, station : Saint-Denis Porte de Paris, sortie 4)

Le programme de recherches Vivre en mobilité, organisé par l’EA 1571 de l’université de Paris 8, s’inscrit dans un renouvellement historiographique que l’on peut qualifier de « tournant migratoire ». Il présente toutefois un déplacement important par rapport à la production scientifique de ces dernières années car il met l’accent sur les acteurs eux-mêmes. Il s’agit en effet, pour mieux comprendre le phénomène migratoire dans la longue durée, de travailler à une sorte de phénoménologie et d’anthropologie historiques du mouvement. Le premier axe de ce programme consiste à étudier la dimension pratique de la mobilité et l’expérience des migrants sur les routes, les mers, ou dans les lieux d’accueil. Comme le premier séminaire, la rencontre du 23 mai 2016 sera consacrée à une approche historique et comparée des formes d’insécurité et de précarité des personnes en déplacement.

Contact : claudia.moatti@gmail.com

 

Programme

9h30 Claudia Moatti (P8) Introduction

10h-Pascal Arnaud (LyonII) L’insécurité sur les mers dans le monde romain

11h D.Valérian (Lyon II), La construction de normes partagées entre chrétiens et musulmans sur la lutte contre la piraterie en Méditerranée

12h : pause déjeuner

13h30 Wolfgang Kaiser (Paris 1), Les « dangers de la plage ». L’insécurité d’un lieu social en Méditerranée à l’époque moderne

14h30 G. Calafat (Paris 1), Les procès de l’insécurité maritime. Procédures et recours en Méditerranée au 17ème siècle

Pause

15h : Marie Pierre Dausse (Paris 8) Les routes de l’Epire antique : un ‘pays fortifié par la nature’ (Plutarque) ?

16h : Didier Gazagnadou (Paris 8): Le nomade est constamment aux aguets, car le danger est partout ! (Déserts, précarité et sécurité pour les nomades du Moyen Orient à partir de relations de voyages et de notes ethnographiques (19e-début 20e)

[Parution] Judging the Franks

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’article de Francisco Apellániz, « Judging the Franks: Proof, Justice, and Diversity in Late Medieval Alexandria and Damascus » dans le dernier numéro de la revue Comparative Studies in Society and History.

Abstract:

This article describes how Islamic and Frankish legal devices complemented each other and were even combined to settle disagreements in the late medieval Middle East. For this purpose, it focuses on two legal institutions that provided responses to the biases of Islamic law against non-Muslims and to the prejudices of Franks against the local law. The first are the notaries sent to the Mamluk cities by the Venetian government to draw up legal documents and to support the transactions of Venetian merchants. The second are the new royal or siyāsa courts implemented by the sultans, where justice was dispensed by government officials instead of by traditional judges, or qāḍīs. Specifically, the article discusses, in a comparative manner, what constituted proof for Christians and Muslims, whether minorities could bear testimony or not, and how notaries and judges dealt with unbelievers. A common notarial culture, together with the expansion of siyāsa jurisdiction over the affairs of foreigners, brought about a much deeper legal interplay than has previously been understood. Ultimately, it is argued that Mediterranean medieval societies had evolving attitudes toward justice and diversity, and approached their own legal traditions in ways compatible with the conflict resolution, while constantly borrowing legal concepts about difference from each other.

Lien vers l’article sur Academia.edu.