Archives du mot-clé Atelier

[Appel à candidatures] Echange de marchandises et paiements en Europe (XIXe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes

Vous trouverez ci dessous un appel à candidatures au VIe Atelier doctoral Sources pour l’histoire économique européenne (XIIIe-XVIIe siècles)Échange de marchandises et paiements e Europe (XIVe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes qui se déroulera à Arezzo du 1er au 5 juillet 2013.

pouet

L’École  française  de  Rome,  en  collaboration  avec  l’École  normale  supérieure  (Paris), l’Université Paris-7-« Denis Diderot », l’Institut d’histoire moderne  et  contemporaine  (CNRS-École normale supérieure), l’Istituto storico italiano per il Medio Evo, l’Université de Sienne (Dipartimento di  Scienze  della  formazione,  scienze  umane  e  della  comunicazione  interculturale  d’Arezzo)  et  la Fraternita dei Laici d’Arezzo, proposent 15 bourses pour de jeunes chercheurs (doctorants ou post-doctorants  de  la  Communauté  européenne)  travaillant  sur  des  thèmes  relatifs  à  l’économie européenne pré-industrielle. Ces bourses prennent en charge les frais de séjour.

Après la question des prix, abordée en 2012, cette sixième session, d’une durée de cinq jours, aura pour thème l’organisation par les acteurs économiques de la circulation des marchandises et des moyens mis en œuvre pour en assurer le paiement. Elle se donne pour objectif  d’étudier les formes d’organisation commerciale opérant à différentes échelles – des échanges locaux, urbains ou ruraux, aux  circuits  plus  ou  moins  étendus  et  complexes  des  échanges  maritimes  ou  terrestres  qui  se développent à l’échelle continentale. Il serait souhaitable de mettre en évidence les interdépendances entre les différents niveaux de l’échange – opérations de collecte ou de redistribution en particulier–, et les processus de spécialisation des acteurs. L’action des marchands opérant à titre individuel ou en association, firmes dotées ou non d’agences multiples, réseaux fondés sur l’usage de la commission, regroupements  plus  ou  moins  institutionnalisés  d’opérateurs  (guildes,  nations),  sera  envisagée  en interaction  avec  les  processus  et  les  instances  de  régulation  (usages  tacitement  reconnus, interventions du pouvoir politique, justices commerciales) destinés à assurer le contrôle et la sécurité des échanges.
Une  attention  particulière  pourra  être  portée  aux  modes  de  règlement  des  échanges commerciaux qui représentent un point crucial du bon  fonctionnement des affaires. La plupart des moyens de paiement qui seront à disposition des opérateurs à la fin de l’Ancien régime existent déjà au début de la période considérée. Les travaux pourront donc porter sur l’ampleur de leur diffusion, sur  leur évolution  technique  (assignation, endossement) et  la standardisation de  leur(s) usage(s), sur les  garanties  juridiques  dont  ils  sont  progressivement  dotés.  On  s’interrogera  sur  les  conditions (position  économique  des  acteurs,  conjoncture,  type  de  transaction)  qui  conduisent  à  l’usage préférentiel  de  tel  ou  tel  moyen  de  paiement  – espèces,  cédules,  lettre  de  change,  troc –  et  sur l’enregistrement comptable des opérations de paiement qui se complexifie avec le recours généralisé au crédit.

Les  enseignements  se  feront  en  italien,  en  français,  en  anglais  et  en  espagnol.  Les interventions  des  enseignants  et  des  doctorants  seront  accompagnées  d’une  présentation informatique  dans  une  langue  différente  de  celle  utilisée  pour  l’exposé.  L’École  doctorale  prévoit deux sections différentes:
1. La matinée s’organisera autour de deux interventions proposées par des enseignants d’universités et d’institutions scientifiques européennes.
2. L’après-midi sera consacré aux présentations par les jeunes chercheurs de leurs travaux (30 minutes). Ces présentations seront suivies de discussions.

Les  candidats  devront  envoyer  par  courrier  électronique,  au  plus  tard  le  10 mai  2013,  à l’adresse suivante secrmod@efrome.it, un dossier constitué de :
– une lettre de motivation ;
– un  curriculum  vitae  (2 ou 3 pages) accompagné d’une présentation des  recherches en cours et d’un programme de travail ;
– un résumé (min. de 4000 caractères) et titre de l’intervention proposée pour les sessions de l’après-midi ;
– une lettre de recommandation.

Le Comité scientifique se réserve la possibilité d’accueillir d’autres participants à leurs propres frais, s’ils en font une demande motivée.

Les  candidats  retenus  seront  avertis  des  résultats  au  plus  tard  le  25  mai  2013.  Ils  sont  tenus d’assister aux séances de travail avec assiduité. Pour toute information, vous pouvez contacter Claire Challéat, secrétaire des études moderne, contemporaine et de sciences sociales à l’École française de Rome, Piazza Farnese 67, Roma, tel. + 39 06 68601244, e-mail: secrmod@efrome.it

Comité scientifique : Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, François Dumasy, Amedeo Feniello, Franco Franceschi, Stéphane Gioanni, David Igual Luis, Antonella Moriani, Matthieu Scherman.

Appel Arezzo 2013

Atelier de recherche, Nice, 21 – 22 mars 2013 : Les fonctions marchandes du consul. Les sources de l’enquête.

1ère journée : jeudi 21 mars 2013

 1.      Les fonctions marchandes des consuls d’après la correspondance consulaire

14 h : Introduction

14h30 : Anne Mézin (Archives Nationales) : La correspondance consulaire de Cadix (1666-1792) (fonds CARAN)

A travers la présentation de l’inventaire analytique de la correspondance consulaire de Cadix, qui vient d’être achevé, ma communication proposera une vision d’ensemble des différents types d’intervention que les consuls menaient pour soutenir les opérations des marchands français de la ville, mais aussi les entraves que leurs actions pouvaient représenter pour ces derniers. A l’issue de cette présentation, nous nous demanderons si tous « les marchands français de Cadix » étaient également bénéficiaires des services consulaires et si ces services ne profitaient pas, in fine, plus particulièrement à l’élite de la colonie.

15h : Sylvain Lloret (Université de Paris-Sorbonne) : Les fonds du chargé d’affaires français à Madrid Edouard Boyetet (1772-1784).

Édouard Boyetet, agent général de la Marine et du Commerce de France à Madrid de 1772 à 1784, fut un acteur de premier plan dans la défense des intérêts des marchands français en Espagne. Ses mémoires et correspondances conservés dans les sous-séries BI et BIII du fonds des Affaires étrangères aux Archives Nationales, ainsi que dans les Mémoires et Documents Espagne aux Archives diplomatiques de La Courneuve témoignent des liens qu’il entretenait avec les autorités espagnoles et les consuls français dont il coordonnait l’action et centralisait l’information. Il était l’intermédiaire entre les consuls et l’administration espagnole d’une part et les consuls et le gouvernement français d’autre part. Il était ainsi un informateur de qualité et un protecteur efficace des marchands français. En outre, sa longue expérience de l’Espagne et son rôle de commissionnaire de la maison de négoce Masson à Cadix dans les années 1750 en faisaient un bon connaisseur du pays et lui permettaient de jouir de l’estime et de la confiance des grandes maisons de négoce françaises qui bénéficiaient en priorité de son action.

15h30 : Pause

16h : Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia-Antipolis) : La correspondance consulaire non-ministérielle de Cadix (années 1820) (fonds CADN)

Parmi les nombreux registres de « correspondance départ » du consulat de France à Cadix, archivés à Nantes, une dizaine conservent plus précisément la correspondance destinée aux « autorités françaises, aux autorités espagnoles et aux particuliers » (reg. 102 à 107 pour la période des années 1820). Ma communication se propose d’inventorier les différentes affaires évoquées dans cette correspondance et, notamment, celles dans lesquelles le consul de France à Cadix est sollicité par les Français de Cadix pour défendre leurs intérêts situés en France ou par les Français résidant en France pour intervenir dans la gestion de leurs intérêts situés à Cadix. C’est donc la fonction de recours qu’assumait le consul auprès de particuliers et dans des affaires particulières qui sera ainsi étudiée.

16h30 : Medhi Jrad (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse) : Le fonds d’archives concernant la correspondance des consuls français à Tunis au XIXe siècle (Mathieu de Lesseps et Alexandre Deval)

Ma contribution cherche à présenter un fonds d’archives tunisien (correspondances officielles et/ou confidentielles, actes de chancellerie, extraits de minutes…) de deux consuls français à Tunis, Mathieu de Lesseps et Alexandre Deval. L’intensité de leurs échanges épistolaires montre le rôle joué par ces deux consuls dans la protection des intérêts de leurs « nationaux » et met en évidence les divers bénéficiaires de leur protection. En outre, les documents permettent de comprendre comment les contemporains se représentaient l’utilité de ces acteurs diplomatiques. Ils aident également à préciser leur rôle joué dans la juridiction consulaire.

17h : Thierry Allain (Université Paul-Valéry Montpellier III) : Les consuls hollandais d’après la correspondance échangée avec les autorités municipales d’Amsterdam

Les archives municipales d’Amsterdam conservent les courriers expédiés depuis l’étranger par les agents de la République. Les bourgmestres recevaient directement, de Smyrne et d’Alep, des documents riches d’informations économiques ou judiciaires. Cette source peut être analysée sous l’angle de l’intermédiation marchande car les édiles étaient les traditionnels défenseurs de la bonne marche des affaires. Leur implication à la Direction du Commerce levantin répondait à cet objectif. Quelles informations exactes les consuls leur faisaient-ils parvenir ? Comment réagissaient les bourgmestres aux lettres reçues du Levant ? S’en servaient-ils pour favoriser leurs intérêts, notamment face aux concurrents de Rotterdam ?

17h30 : Discussion générale

2e journée : vendredi 22 mars 2013

2.     D’autres sources consulaires sur les fonctions marchandes des consuls

9h00 : Jérôme Cras (Archives diplomatiques de Nantes) : Les fonds rapatriés des archives consulaires

Mon intervention cherche à faire une présentation générale des sources conservées au CADN propres à alimenter une réflexion sur les fonctions marchandes des consuls. Dans un premier temps je ferai une présentation typologique des archives consulaires relatives à l’activité négociante (actes et registres de chancellerie consulaire, papiers privés déposés en chancellerie après la mort d’un ressortissant, correspondances et rapports relevant à la fois de la mission d’information des consuls et de leur rôle d’intermédiaire entre les autorités locales et les membres de la nation française). Puis j’examinerai, en m’appuyant sur des cas concrets, en quoi cette documentation juridique, politique et commerciale forme des ensembles suffisamment cohérents pour contribuer à une étude des interactions et échanges entre les réseaux consulaires et marchands dans l’espace méditerranéen du XVIIe à la fin du XIXe siècle.

9h30 : Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France) : Les fonds des postes consulaires des États-Unis en Méditerranée (1790-1815)

À partir d’un corpus – la série RG84 aux Archives Nationales de Washington qui comporte l’ensemble des sources relatives aux postes consulaires en Méditerranée – cette intervention se propose d’élaborer une typologie des opérations marchandes exécutées par le consulat et sa chancellerie au service des négociants, armateurs et capitaines américains présents en Méditerranée.

10h00 : Pause

10h30 : Patrick Boulanger (Archives de la CCI Marseille Provence) : Le fonds des archives de la CCI Marseille Provence relatif aux Consuls de France en poste à l’étranger aux XVIIe et XVIIIe siècles

11h00 : Mathieu Grenet (Washington University in St. Louis) : Pétitions marchandes autour de la fonction consulaire : la diaspora grecque et la naissance de la diplomatie neohellénique

Cette présentation s’articulera autour d’une petite série de pétitions adressées par les négociants grecs de Livourne et de Marseille au pouvoir royal athénien à l’occasion de la vague de nomination des consuls grecs en Europe, dans les années 1830-1840. Ces documents permettent dans un premier temps de distinguer une cartographie des conflits intra-communautaires, puisque l’on dispose de plusieurs pétitions émanant de groupes aux intérêts parfois très divergents. Ils pointent également vers une redéfinition des marqueurs identitaires dans la mouvance de la naissance de l’État grec, une redéfinition qui vient bouleverser en profondeur les rapports de force traditionnels entre consuls et marchands dans les communautés de la diaspora grecque.

11h30 : Discussion générale

12h00 : Déjeuner

 3.           D’autres sources sur les fonctions marchandes des consuls

13h30 : Julien Sempéré (Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) : L’activité du consul Soleil de Barcelone, d’après les archives notariales

Je me propose de présenter les sources conservées dans les archives notariales barcelonaises qui permettent d’étudier les consuls (français et autres) en poste dans la province catalane. Outre l’Arxiu historic de Protocols de Barcelona (AHPB), d’autres fonds conservent des sources notariales qui complètent celles de l’AHPB. Ainsi, le cœur du propos portera sur les activités consulaires et, si j’ose dire, « paraconsulaires » à partir des sources notariales dont les consuls sont les sujets directs, les témoins ou dans lesquelles ils sont cités. J’aborderai l’exemple particulier de Laurent Soleil (consul de France à Barcelone de 1679 à 1705) en montrant comment ces sources permettent de mieux connaître sa position dans le réseau marchand de la ville, celle de sa famille et, plus largement, des groupes de marchands auxquels sa famille et lui prennent part ainsi que sa relation avec les autres consuls.

14h00 : Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France) : Les relations entre consuls et marchands dans les sources maçonniques

Au XVIIIe siècle comme au XIXe siècle, les consuls affluent dans les loges maçonniques méditerranéennes, notamment dans celles qui sont le plus ouvertes au grand commerce. Au-delà de l’identification de ces consuls francs-maçons (et la mise en évidence de traditions familiales), les archives maçonniques montrent que leur action est souvent déterminante pour la fondation de loges-filles qui accompagnent la croissance dans le champ de la sociabilité des activités négociantes (jusque dans les Echelles levantines), la mise en place et l’entretien des réseaux de correspondance, l’octroi et l’authentification (car les faux sont nombreux) de certificats maçonniques aux négociants et capitaines de navire visiteurs –qui leur permettent  ensuite d’être accueillis par les francs-maçons des ports qu’ils visitent) et la coordination des secours apportés aux francs-maçons en difficulté (capture par la course barbaresque, arrestation par la police, secours matériel en cas de naufrage ou de perte de la cargaison).

14h3 : Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, Lorient) : Le Traicté des consulz (1667) de Pierre Ariste

Présentation des fonctions marchandes des consuls dans le Traicté des consulz de la nation françoise aux paÿs estrangers, contenant leur origine, leurs establissements, leurs fonctions, leurs droicts, esmolumens et autres prérogatives de Pierre Ariste (s.l., 1667, 291 p., BnF, ms Fr. 18595).

15h00 : Discussion générale

15h30 : Conclusions et discussions sur la suite du programme

Atelier 1 : état des lieux bibliographique de la question, Nice, CMMC, vendredi 16 mars 2012

Le vendredi 16 mars 2012, le projet de recherche dirigé par Arnaud Bartolomei et intitulé « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècles) : consuls et agents consulaires » tenait son premier atelier. Plusieurs membres du projet ERC ConfigMed ont participé à cette journée. Nous vous en présentons ici le programme de cette journée :

9h30    Arnaud Bartolomei : accueil, présentation journée, présentation des deux ouvrages dirigés par Jörg Ulbert sur la fonction consulaire (PUR, 2006 pour le volume consacré à l’époque moderne, Dobu Verlag, 2010, pour celui consacré au XIXe siècle).

10h30  Atelier bibliographique 1 :

  • Silvia Marzagalli : Leos Müller, Consuls, Corsairs, and Commerce. The Swedish Consular Service and Long-distance Shipping, 1720-1815, Uppsala, 2004.
  • Guillaume Calafat* : Francesca Trivellato, The Familiarity of Strangers. The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven, 2009.
  • Guillaume Calafat* : Molly Greene, Catholic Pirates and Greek Mercants: A Maritime History of the Early Modern Mediterranean, Princeton, 2010.

13h30  Atelier bibliographique 2 :

  • Jörg Ulbert : Eva Fiebig, Hanseatenkreuz und Halbmond. Die hanseatischen Konsulate in der Levante im 19. Jahrhundert, Marburg, 2005
  • Thierry Allain : Alexander H. de Groot, The Ottoman Empire and the Dutch Republic. A history of the Earliest Diplomatic Relations 1610-1630, Leiden/Istanbul,
    NHAI, 1978, 417 pages.
  • Mathieu Grenet* : Maurits van der Boogerts, The Capitulations and the Ottoman Legal System : Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century, Leiden-Boston, Brill, 2005

15h15  Atelier bibliographique 3 :

  • Jörg Ulbert : Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre: Consuls français au Maghreb (1700–1840), Genève, 2002.
  • Medhi Jrad/ Rached Lakhal * : Yvon Debbasch, La Nation française en Tunisie (1577-1835), Paris, 1957.

16h15  Conclusions et discussions sur les suites du programme.