Archives du mot-clé Circulations

[Parution] L’intelligence des choses. Une histoire de l’information entre Italie et Méditerranée (XVIe-XVIIe siècles)

Nous avons le plaisir de vous informer de la publication de l’ouvrage de Johann Petitjean, de notre projet ERC ConfigMed, L’intelligence des choses, une histoire de l’information entre Italie et Méditerranée (XVIe-XVIIe siècles), publié par les éditions de l’École française de Rome.

J. Petitjean, L’intelligence des choses. Une histoire de l’information entre Italie et Méditerranée (XVIe-XVIIe siècles), Rome, BEFAR, 2013.

Comment s’informait-on des affaires du temps aux XVIe et XVIIe siècles? Ce livre explore les multiples dimensions de l’information en étudiant comment  les données collectées sur  le terrain des guerres ottomanes étaient transmises, reçues et traitées en Italie. Le croisement des sources militaires, administratives et diplomatiques permet de confronter les circuits et  les supports de la veille stratégique opérée par  les agents et les alliés du Saint-Siège sur la Méditerranée, à une époque où la région fait l’objet d’une attention renouvelée. L’information politique alimente les échanges diplomatiques européens et se nourrit d’eux ; elle est supposée réduire la part de risque et d’incertitude liée aux prises de décision et contribuer à la réactualisation constante des savoirs d’État ; ses formats et ses usages infléchissent le rapport des acteurs au temps, à l’espace et aux événements. Reconsidérant le rôle joué par les nouveaux médias, tels les Avvisi a mano et les gazettes, au sein de ces processus, l’analyse met en perspective les origines et les effets de l’invention de l’actualité avec les mutations des pratiques administratives. Examiné à la lumière de la Méditerranée, le gouvernement des nouvelles apparaît alors comme un élément décisif  de la première révolution de l’information.

 

Cover_L'intelligence des choses

BEFAR 354 cover

[Appel à candidatures] Echange de marchandises et paiements en Europe (XIXe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes

Vous trouverez ci dessous un appel à candidatures au VIe Atelier doctoral Sources pour l’histoire économique européenne (XIIIe-XVIIe siècles)Échange de marchandises et paiements e Europe (XIVe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes qui se déroulera à Arezzo du 1er au 5 juillet 2013.

pouet

L’École  française  de  Rome,  en  collaboration  avec  l’École  normale  supérieure  (Paris), l’Université Paris-7-« Denis Diderot », l’Institut d’histoire moderne  et  contemporaine  (CNRS-École normale supérieure), l’Istituto storico italiano per il Medio Evo, l’Université de Sienne (Dipartimento di  Scienze  della  formazione,  scienze  umane  e  della  comunicazione  interculturale  d’Arezzo)  et  la Fraternita dei Laici d’Arezzo, proposent 15 bourses pour de jeunes chercheurs (doctorants ou post-doctorants  de  la  Communauté  européenne)  travaillant  sur  des  thèmes  relatifs  à  l’économie européenne pré-industrielle. Ces bourses prennent en charge les frais de séjour.

Après la question des prix, abordée en 2012, cette sixième session, d’une durée de cinq jours, aura pour thème l’organisation par les acteurs économiques de la circulation des marchandises et des moyens mis en œuvre pour en assurer le paiement. Elle se donne pour objectif  d’étudier les formes d’organisation commerciale opérant à différentes échelles – des échanges locaux, urbains ou ruraux, aux  circuits  plus  ou  moins  étendus  et  complexes  des  échanges  maritimes  ou  terrestres  qui  se développent à l’échelle continentale. Il serait souhaitable de mettre en évidence les interdépendances entre les différents niveaux de l’échange – opérations de collecte ou de redistribution en particulier–, et les processus de spécialisation des acteurs. L’action des marchands opérant à titre individuel ou en association, firmes dotées ou non d’agences multiples, réseaux fondés sur l’usage de la commission, regroupements  plus  ou  moins  institutionnalisés  d’opérateurs  (guildes,  nations),  sera  envisagée  en interaction  avec  les  processus  et  les  instances  de  régulation  (usages  tacitement  reconnus, interventions du pouvoir politique, justices commerciales) destinés à assurer le contrôle et la sécurité des échanges.
Une  attention  particulière  pourra  être  portée  aux  modes  de  règlement  des  échanges commerciaux qui représentent un point crucial du bon  fonctionnement des affaires. La plupart des moyens de paiement qui seront à disposition des opérateurs à la fin de l’Ancien régime existent déjà au début de la période considérée. Les travaux pourront donc porter sur l’ampleur de leur diffusion, sur  leur évolution  technique  (assignation, endossement) et  la standardisation de  leur(s) usage(s), sur les  garanties  juridiques  dont  ils  sont  progressivement  dotés.  On  s’interrogera  sur  les  conditions (position  économique  des  acteurs,  conjoncture,  type  de  transaction)  qui  conduisent  à  l’usage préférentiel  de  tel  ou  tel  moyen  de  paiement  – espèces,  cédules,  lettre  de  change,  troc –  et  sur l’enregistrement comptable des opérations de paiement qui se complexifie avec le recours généralisé au crédit.

Les  enseignements  se  feront  en  italien,  en  français,  en  anglais  et  en  espagnol.  Les interventions  des  enseignants  et  des  doctorants  seront  accompagnées  d’une  présentation informatique  dans  une  langue  différente  de  celle  utilisée  pour  l’exposé.  L’École  doctorale  prévoit deux sections différentes:
1. La matinée s’organisera autour de deux interventions proposées par des enseignants d’universités et d’institutions scientifiques européennes.
2. L’après-midi sera consacré aux présentations par les jeunes chercheurs de leurs travaux (30 minutes). Ces présentations seront suivies de discussions.

Les  candidats  devront  envoyer  par  courrier  électronique,  au  plus  tard  le  10 mai  2013,  à l’adresse suivante secrmod@efrome.it, un dossier constitué de :
– une lettre de motivation ;
– un  curriculum  vitae  (2 ou 3 pages) accompagné d’une présentation des  recherches en cours et d’un programme de travail ;
– un résumé (min. de 4000 caractères) et titre de l’intervention proposée pour les sessions de l’après-midi ;
– une lettre de recommandation.

Le Comité scientifique se réserve la possibilité d’accueillir d’autres participants à leurs propres frais, s’ils en font une demande motivée.

Les  candidats  retenus  seront  avertis  des  résultats  au  plus  tard  le  25  mai  2013.  Ils  sont  tenus d’assister aux séances de travail avec assiduité. Pour toute information, vous pouvez contacter Claire Challéat, secrétaire des études moderne, contemporaine et de sciences sociales à l’École française de Rome, Piazza Farnese 67, Roma, tel. + 39 06 68601244, e-mail: secrmod@efrome.it

Comité scientifique : Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, François Dumasy, Amedeo Feniello, Franco Franceschi, Stéphane Gioanni, David Igual Luis, Antonella Moriani, Matthieu Scherman.

Appel Arezzo 2013

Programme de recherche « Les fonctions marchandes du consul en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XIXe siècles) »

Les travaux récents sur les agents consulaires européens ont porté sur la chronologie de la mise en place du réseau consulaire européen à l’époque moderne, sur la diversité des missions qui étaient confiées aux consuls et sur la variété de leurs statuts – ils sont des fonctionnaires au sein du réseau consulaire français, des commerçants privés pour les autres nations (Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec (dir.), La fonction consulaire à l’époque moderne, Rennes, 2006). Des enquêtes prosopographiques de grande ampleur ont par ailleurs été menées sur le déroulement des carrières consulaires qui sont tantôt marquées par la mobilité, tantôt, au contraire, par la constitution de « dynasties » locales (Anne Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières, [1715-1792], Paris, 1997, Nicole Bensacq-Tixier, Histoire des diplomates et consuls français en Chine (1840-1912), Paris, 2008.). Le thème de l’insertion des consuls dans leur contexte social et institutionnel local, tout autant que celui de leur rôle dans la circulation de l’information, commerciale ou diplomatique, ont également été abordés, comme en ont témoigné les colloques organisés à Nice et à Séville sur le sujet à l’automne 2011 et à l’automne 2012. En revanche, les études consacrées aux fonctions assumées par les consuls dans l’intermédiation marchande proprement dite demeurent rares (cf. par exemple, la contribution de Marc Belissa à l’ouvrage collectif L’information économique, XVIe-XIXe siècle, Paris, 2008). Pourtant, qu’ils soient pourvoyeurs d’information vis-à-vis des ressortissants placés sous leur juridiction ou arbitres dans des différends commerciaux, lobbyistes face aux autorités locales ou entremetteurs au sein de leur communauté, les modalités d’intervention des agents consulaires dans la réduction de l’incertitude marchande et dans l’optimisation des transactions commerciales sont multiples. Poser la question du consul en tant que figure de l’intermédiation marchande, c’est donc s’interroger sur l’efficacité des services commerciaux assumés par les consuls auprès de leurs administrés et, à plus grande échelle, sur le rôle qu’ils ont joué dans le décloisonnement des espaces marchands européens et sur leur capacité à constituer et à incarner un réel « service public » de l’intermédiation marchande, susceptible de concurrencer dans leurs fonctions d’information et de coordination, les réseaux privés et de rendre leur recours moins nécessaire.

Dans cette perspective, nous souhaitons engager une réflexion sur quatre aspects de ces fonctions marchandes des consuls qui nous semblent devoir plus précisément être placées au centre des préoccupations du présent programme de recherche :

  • Concernant l’information commerciale, il faut poursuivre la réflexion ouverte dans D. Margairaz et P. Minard, L’information économique, XVIe-XIXe siècles (Paris, 2008), notamment par les contributions de Claire Lemercier et Marc Belissa et s’interroger plus directement sur l’utilité et l’utilisation des informations commerciales collectées par les consuls : lorsqu’elles étaient adressées aux services administratifs centraux étaient-elles redistribuées vers les milieux d’affaires ou simplement archivées ? Existait-il, par ailleurs, des connexions directes entre les consuls et les milieux d’affaires (correspondances privées, via le relais des Chambres de Commerce ou contacts personnels directs, noués dans le cadre d’une sociabilité locale) ? Enfin, retrouve-t-on la trace de décisions économiques et commerciales fondées explicitement sur l’exploitation d’informations fournies par des agents consulaires ?
  • Un deuxième aspect, absolument essentiel pour la thématique étudié, est celui des fonctions judiciaires des consuls. Celles-ci sont presque toujours reconnues et affirmées mais on en trouve très peu de traces (sauf cas particulier, comme celui de la course). Il est pourtant certain, et avéré par des sources indirectes, que les consuls jouaient un rôle important d’arbitre dans les litiges survenus parmi leurs administrés locaux et qu’ils offraient par ailleurs une possibilité de recours pour des affaires liant leurs administrés locaux à leurs compatriotes demeurés au pays. Une connaissance plus précise de ces fonctions et du rôle que jouait cette autorité consulaire dans la sécurisation des transactions marchandes, pourrait par exemple contribuer à une meilleure compréhension de certains phénomènes diasporiques constatés par les historiens et trop souvent expliqués, jusqu’alors, par des mécanismes de préférence identitaire.
  • Un troisième thème concerne les fonctions de défense des intérêts économiques nationaux assurés par les consuls. La question du lobbying et des pressions exercées sur les autorités locales ou centrales, notamment pour défendre les privilèges des nations, ont été déjà largement étudiées. En revanche, des opérations beaucoup plus informelles demeurent méconnues : ainsi, certains consuls n’hésitaient-ils pas à couvrir les opérations de contrebande de leurs administrés, d’autres à les organiser sous forme de coalition ou de syndicat, de manière à limiter les pratiques de concurrence au sein de la communauté et à opposer un front commun, sur le marché, face aux autres acteurs locaux.
  • Le quatrième thème, enfin, est transversal, puisqu’il porte, plus généralement, sur l’établissement d’études chronologiques fines éclairant les liens entre construction du réseau consulaire et développement des communautés de marchands étrangers. Clairement, il s’agit de réunir suffisamment de cas empiriques pour déterminer si, en général, le réseau consulaire se structure sur la base de communautés marchandes déjà préétablies ou si, au contraire, c’est sa création qui suscite l’installation des marchands

L’équipe

Coordination :

Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia Antipolis – CMMC, bartolomei2@laposte.net)

Collaborateurs :

Marcella Aglietti (Universita di Pisa)

Thierry Allain (Université Paul Valéry, CRISES)

Alvaro Aragon (Universidad del Pais Vasco)

Arnaud Bartolomei (Université de Nice, CMMC)

Marc Belissa (Université Paris X-Nanterre)

Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice, CMMC)

Patrick Boulanger (Patrimoine culturel CCI Marseille Provence)

Catia Brilli (Escuela de Estudios Hispano-Americanos, CSIC)

Gilbert Buti (AMU, Telemme)

Guillaume Calafat (EFR)

Annastella Carrino (Universita di Bari)

Gérard Chastagnaret (Université de Provence, Telemme)

Jérôme Cras (Archives diplomatiques de Nantes)

Masao Daemer (Sciences Po-Paris)

Kamel Jerfel (Université de Sousse)

Medhi Jrad (Université de Sousse)

Maria Ghazali (Université de Nice, CMMC)

Mathieu Grenet (ERC Configmed)

Rached Lakhal (Université de Kairouan)

Claire Lemercier (CNRS-CSO)

Sylvain Lloret (Université Paris IV)

Séverine Antigone Marin (Université de Strasbourg)

Silvia Marzagalli (Université de Nice, CMMC)

Anne Mézin (Archives Nationales)

David Plouviez (Université de Nantes)

Biagio Salvemini (Universita di Bari)

Julien Sempéré (Université Paris I)

Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, CERHIO)

Francisco Javier Zamora Rodríguez (Universidad Pablo de Olavide)

 

http://smbg.ntic.fr/licence//logo_ecole/logo_UnivNice_Sophia_20101104175826.jpg

Parution : Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. II. Passages et contacts en Méditerranée

DAKHLIA, Jocelyne, KAISER, Wolfgang (dir.), Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. II. Passages et contacts en Méditerranée, Paris, Albin Michel, 2013, 640 p.

 

Diasporas juives ou grecques, morisques, convers religieux entre islam et christianisme, mercenaires, mamelouks, transfuges et métis de tous bords sont les visages concrets et souvent étonnants de cet espace de « l’entre-deux » qu’est la Méditerranée.

Le deuxième tome de l’aventure scientifique des Musulmans dans l’histoire de l’Europe se réfère directement aux débats civiques du présent, et plus particulièrement aux rapports aujourd’hui complexes et tendus de l’Union européenne à l’Islam et à la Méditerranée. D’une rive à l’autre de celle-ci, pourtant, que de mouvements et de circulations… Franchir « l’autre côté » fait-il de vous un transfuge, un hybride, un émissaire privilégié de transferts culturels ? Faut-il voir un traducteur culturel en chaque marchand, chaque voyageur ou migrant, en chaque esclave ou aventurier de l’Europe à l’Islam ou de l’Islam à l’Europe ? Cette interaction s’inscrit-elle, au contraire, dans la dynamique banale des sociétés ?

C’est de part et d’autre de la Méditerranée, dans une lecture nécessairement réciproque et par des réponses contrastées, que cet ouvrage discute les relations de continuum dans la conflictualité qui ont depuis longtemps marqué les échanges entre l’Europe et les sociétés islamiques. Ni trait d’union pacifique, ni lieu de « choc des civilisations », l’entre-deux méditerranéen ainsi revisité permet d’éclairer les conditions mêmes de production, de maîtrise, mais aussi de dissolution de la différence culturelle. En cela, il est une clé d’intelligibilité cruciale du monde contemporain.