Archives du mot-clé commerce

[Lecture] Ghislaine Lydon – Lundi 7 décembre, salle Perroy (Sorbonne)

Nous avons l’honneur et le plaisir de vous annoncer que Ghislaine Lydon (UCLA) donnera une lecture le lundi 7 décembre de 15 heures à 17 heures en salle Perroy à la Sorbonne, avant le séminaire hebdomadaire de l’IHMC.

Cette lecture aura pour titre Economies de Papier et Papiers de l’Economie: Esquisse comparative sur la place de l’écrit dans l’histoire commerciale

Professeure assistante à la University of California, Los Angeles, G. Lydon est spécialiste de l’histoire moderne de l’Afrique de l’Ouest, et notamment des échanges transsahariens d’un point de vue commercial et légal. Elle est l’auteure de On Trans-Saharan Trails: Islamic Law, Trade Networks and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa et a co-édité avec Graziano Krätli l’ouvrage collectif The Trans-Saharan Book Trade. Manuscript Culture, Arabic Literacy and Intellectual History in Muslim Africa.

G. Lydon travaille actuellement à la publication d’un ouvrage intitulé Contracting Trust: Paper, Literacy and the Law in the History of Muslim Africa. Cet ouvrage

examines the impact of literacy and writing paper in the organization of early modern and modern Muslim and non-Muslim economies. This is a broad study that begins with a history of the production and use of paper in world history, and goes on to consider how legal institutions and commercial literacy shaped ‘paper economies.’ Depending on the religious frameworks and legal cultures supporting these institutions, they experienced different economic development outcomes.

Nous espérons vous y voir nombreux.

[Parution] Union in Separation

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de l’ouvrage collectif Union in Separation, Diasporic Groups and Identities in the Eastern Mediterranean (1100-1800), coédité par G. Christ, F-J. Morche, R. Zaugg, W. Kaiser, S. Burkhardt et A. D. Beihammer.

Union in Separation_estratto

Edité par Viella et avec l’assistance du projet ConfigMed, l’ouvrage cherche à « étudier les diasporas, et plus particulièrement les diasporas commerçantes, dans la Méditerranée orientale durant le long automne du Moyen-Âge (c. 1100-1800) ». Outre Wolfgang Kaiser, Guillaume Calafat, du projet ConfigMed, figure parmi les auteurs, avec un article intitulé « Osmanlı-Speaking Diasporas: Cross-Diasporic Relations and Intercommunity. Trust between Marseilles, Tunis and Livorno (1600-1650) »

Veuillez trouver ici la préface, une bibliographie sélective et le résumé des articles.

[Appel à candidatures] Post-doctorat ConfigMed 2015-2017

Nous avons le plaisir de soumettre cet appel à candidature pour une position doctorale dans le projet ConfigMed. La ou le post-doctorant(e) s’occupera du commerce inter culturel et des litiges commerciaux dans l’espace Adriatique à l’époque moderne. Le post-doctorat durera deux ans d’avril 2015 à mars 2017. La date de cloture des candidatures est le 15 janvier 2015.Veuillez trouver ci-dessous l’annonce (en Anglais) pour le poste.

 

[call for applications] ERC ConfigMed_Postdoctoral fellowship 2015-2017

Employer: Université Paris 1 Panthéon Sorbonne; Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC)
Post: Associate Research Fellow
Grade: Post doctorat
Reporting To: Dr Wolfgang Kaiser, Professor in Early Modern History

Fellowship Description
The University Paris 1 Panthéon Sorbonne seeks to appoint one Associate Research Fellow for two years (24 months), to work with Professor Wolfgang Kaiser and his team on his project Mediterranean Reconfigurations, Intercultural Trade, Commercial Litigation and Legal Pluralism, 15th-19th Centuries (ConfigMed), funded by the European Research Council (ERC). Further details on the project are available at http://configmed.hypotheses.org/a-propos-2. The successful candidate will work on intercultural trade, commercial litigation and legal pluralism in the Adriatic Sea in the Early Modern Period, with focus on port cities as Trieste, Ragusa or Ancon and the Ottoman/Habsburg commercial relations.
Main duties and accountabilities of the candidate are to undertake research as appropriate to the field of study including: writing up research work for one publication in a book format; developing research objectives and proposals for own or joint research; making presentations at national and international conferences and similar events; to work in collaboration with colleagues as appropriate to the field of study including: contributing to collaborative decision making within the research group and contributing to the production of collaborative research reports and publications
The candidate should have an excellent PhD in a related field of study, especially competences in comparative legal history and socio-economic history. We expect from the candidate sufficient knowledge on the Adriatic area (historical background, state of the art, archives available), an excellent knowledge at least two of the relevant languages (Italian, German, Serbo-Croat, Osmanli, latin, hebrew…) and good palaeographical skills. Finally, the candidate should be familiar with standard software packages.
Applicants are invited to apply by contacting Wolfgang Kaiser by e-mail (wolfgang.kaiser@univ-paris1.fr), by providing:

• NAME and Surname;
• Phone and email address;
• Abstract of your PhD (English or French);
• Two recommendation letters;
• An updated Curriculum Vitae (2 pages max.);
• A letter of motivation (300 words max., English or French).

The above full-time post is available from 1st April 2015 to 31st March 2017 in the Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Research Laboratory: IHMC). The net salary will be around 2.100 €. The closing date for completed applications is 15th January 2015. We expect to hold interviews in Paris in February.
Paris 1 University is an equal opportunities employer and encourages applications from all candidates who fulfil the eligibility and selection criteria without any distinction whatsoever on any ground such as sex, race, colour, ethnic or social origin, genetic features, language, religion or belief, political or any other opinion, membership of a national minority, property, birth, disability, age, marital status or other family situation or sexual orientation.

Workshop : Capitulations, traités de paix et accords commerciaux en Méditerranée (XVe-XIXe siècles)

Workshop du programme de recherche « Mediterranean Reconfigurations » (ConfigMed ERC AdG n° 295868)

Organisé par Wolfgang Kaiser, Rémi Dewière et Günes Isiksel

Paris, 20 – 21 mars 2014
Collège de France
Bibliothèque des études arabes, turques et islamiques
52, rue du Cardinal Lemoine
75005 Paris
(M° Cardinal Lemoine)

Contact : wolfgang.kaiser [ad] univ-paris1.fr

Le programme de recherche consacré aux « Mediterranean Reconfigurations » dans un temps long (XVe-XIXe siècle) est constamment confronté à des textes, coutumes et usages qui règlent et structurent les relations dites « interculturelles » (et permettent d’interroger de manière critique cette notion) : la présence dans un autre pays, la circulation des hommes et des biens, leur protection, etc. Or cette production régulatrice a focalisé le regard des historiens sur les formes juridiques réglées (les « nations ») et moins sur ce qui hors de leur périmètre. L’expression « unofficial nation » (E. Dursteler) par exemple porte encore la trace de cette concentration et induit par ailleurs à penser le « dehors » comme non structuré. Ce biais historiographique est encore renforcé par la concentration sur les « Capitulations » pendant la période ottomane de l’histoire méditerranéenne.

Le choix d’un temps long pour le programme ConfigMed s’explique dans ce contexte par la volonté de saisir la pluralité des traditions et formes de ces accords, coutumes et usages, des Mamelouks aux Ottomans (et l’héritage byzantin) en passant par les sultans hafsides de Tunis ou ceux du Maroc, et leur coprésence à l’époque moderne (traité de paix selon la matrice des capitulations conclu avec le bey de Tunis en 1616 par un corsaire armé par la ville de Marseille qui agit en « concertation » avec les autorités municipales et royales). Les Capitulations ottomanes sont définies dans les dictionnaires classiques et dans les usuels spécialisés comme l’Encyclopedia of the Ottoman Empire ou le Dictionnaire de l’Ancien Régime, de manière contradictoire et contestable. Considérés au XIXe siècle comme l’exemple-type de traités inégaux, l’asymétrie inhérente à ces documents et leur évolution ont ainsi servi de critère pour suivre au niveau macro-historique l’évolution des rapports de forces et son inversion entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Le processus de l’européisation juridique et politique de la Méditerranée concerne à la fois l’interprétation de la nature des accords (se matérialisant dans les interprétations divergentes du principe pacta sunt servanda dont le respect devait se manifester dans la conduite concrète) et la considération de la qualité des parties concluantes (les « Barbaresques » comme acteurs et sujets – ou non – du droit des gens).

Un premier objectif serait de présenter ce dont nous disposons partant de la pluralité de ces documents, de clarifier les choses voire d’établir une typologie des documents (« capitulations », lettres patentes portant règlement pour le commerce, traités de paix avec articles sur le commerce et la navigation, mais pas exclusivement), de leurs variantes en fonction des traditions administratives (ottomane, mamelouke ou maghrébine) et de suivre leur évolution par rapport au contexte politique. Clarifier les choses aussi en ce sens de voir ensemble les logiques de production de ces textes et de leur utilité comme sources.

Cela pose d’emblée le problème des langues et des traductions : l’accord entre le sultan hafside et Charles Quint en 1535 est présentée dans la traduction française comme « un traité de paix » et dans le texte castillan (sur lequel repose la version arabe) comme une « Capitulación ». Ce plurilinguisme omniprésent en Méditerranée doit être compris comme une chance analytique : on travaille en fait sur des versions sans original, sur autant d’interprétations divergentes que d’acteurs : pour les acteurs et historiens européens, le sultan de Tunis devient par l’accord un « vassal », dans la version arabe un « protégé » faisant allégeance à Charles Quint, matérialisée par le rituel de bay’a (S. Boubaker). Par conséquent, un deuxième objectif qui d’ailleurs a, dès le début, fait partie du programme ConfigMed (y compris l’attention porté aux truchements) serait d’explorer le potentiel explicatif des traductions et versions : les traités sont des lieux de convergence d’interprétations divergentes sur la base de la polysémie des termes (Bourdieu) ou des domaines d’incertitude (Lotman( où les malentendus ne sont pas un frein à la vie commune mais la rendent possible. et qui produisent des routines et des répertoires de conduite qui en partie seulement sont fixés par écrit dans les accords (ou leurs annexes) et feront ainsi partie des régulations.

Un troisième objectif serait ainsi de travailler sur ce processus d’interprétation pragmatique des accords et de leurs applications : les us et coutumes, les attentes implicites des acteurs de la conduite des autres, non pas comme royaume du tacite mais comme expression d’interprétations plurielles des accords qui font intervenir les multiples traditions juridiques et culturelles. La progressive mis en écriture (Verschriftlichung) qui se manifeste par exemple dans le nombre et la précision croissants des clauses dans les Capitulations peut ainsi être interrogée dans l’horizon de l’évolution du rapport des forces et du processus d’européisation et de ses étapes.

Programme :

Jeudi, 20 mars 2014

14 h  Wolfgang Kaiser (Paris 1 – EHESS – ConfigMed): Présentation.

14 h 30 Francisco Apellániz (IUE, Florence): Western Notaries and Islamic Judges : Solving Interfaith Conflict in Late Medieval Alexandria and Damascus.

15 h 30 Günes Isiksel (ConfigMed – CETOBAC): Les ‘ahdname ottomans et les Capitulations :  un essai de catégorisation.

16 h 30 Mathieu Grenet (ConfigMed) : Note critique sur le livre de Maurits H. van den Boogerts, The Capitulations and the Ottoman Legal System : Qadis, Consuls, and Berath in the Eighteenth Century, Leyde-Boston, 2005.

17 h 30 Tommaso Stefini (Brescia) : A contested authority: The bailo’s legal status in the Ottoman Empire in the Venetian and in the Ottoman documents.

Vendredi, 21 mars 2014

09 h 30 Wolfgang Kaiser (ConfigMed): Introduction

10 h Guillaume Calafat (EFR): Traités de paix et de commerce, droit public européen, et Régences ottomanes du Maghreb (XVIIème siècle)

11 h Christopher Denis Delacour (ConfigMed): Politique des traités et commerce, une négociation  incertaine de la souveraineté. Les compagnies françaises des concessions d’Afrique (1569-1793).

12 h Leila Maziane (Casablanca): Réflexion sur les traités de paix et de commerce entre le Maroc et la France à l’époque moderne (traités de 1635, 1682 et 1767).

 

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

[Atelier d’études] L’arbitrage commercial en Méditerranée (15ème-19ème siècles) – (17 janvier 2014)

John Theodore Heins (1697-1756), Allégorie du commerce, huile sur toile, 74,9cm x 137,2cm.

Dans le cadre du projet ERC « Mediterranean Reconfigurations », un premier atelier d’études du programme aura lieu à l’École française de Rome le 17 janvier 2014. La rencontre est ouverte à toute personne intéressée, sur inscription préalable [écrire à : <wolfgang.kaiser[ad]univ-paris1.fr>].

Argumentaire :

Ce premier atelier d’études vise à interroger l’une des formes de résolution contentieuse privilégiée par les marchands, non seulement en raison de sa célérité, mais aussi parce qu’elle permettait bien souvent de préserver la confidentialité des transactions et des différends familiaux : l’arbitrage. Ces journées cherchent à proposer une cartographie méditerranéenne des sources, des institutions, des procédures et des usages de l’arbitrage à l’époque moderne, afin de soulever tout un faisceau de questions qui se trouvent au cœur du projet « Mediterranean Reconfigurations ».

  1. Tout d’abord, il convient de réfléchir à la dialectique entre arbitrage et litiges marchands (et, plus généralement, entre arbitrage et litigiosité). Loin d’être considéré à l’époque moderne comme une procédure imparfaite symptomatique de pouvoirs politique et judiciaire faibles, l’arbitrage était fréquemment pensé comme une procédure complémentaire aux tribunaux locaux et arrimée à eux. Il faudra donc être attentif à décrire le plus finement possible l’articulation entre les procédures qui ressortent à l’arbitrage privé, à l’arbitrage public et à l’offre institutionnelle censée permettre la résolution des litiges.
  2. Dans le cadre d’une réflexion sur la spécificité d’une lex mercatoria ou d’un ius mercatorum, il s’agira également de déterminer la rapidité et l’irrévocabilité des arbitrages : pouvait-on faire appel des arbitrages ? À qui pouvait-on s’adresser si la sentence était jugée injuste ou insatisfaisante par l’une des parties ? Comment fonctionnait le système de cautions et de garanties censé assurer le respect des décisions arbitrales ?
  3. La procédure compromissoire était-elle privilégiée dans le cadre de litiges interculturels ou bien, au contraire, délaissée par les commerçants et les marins appartenant à des univers normatifs différents (en raison d’une incertitude du système d’adjudication et de l’enforcement) ? Se pose en creux la question cruciale de la recherche d’une norme commune pour trancher un contentieux : la procédure d’arbitrage favorisait-elle l’établissement conventionnel d’une « troisième norme », entendue comme la rencontre de conceptions différentes du droit ? Autrement dit, la souplesse de la procédure d’arbitrage permettait-elle l’articulation de droits et de cultures juridiques différents ? On touche ici au problème essentiel du « pluralisme normatif » qui intéresse directement le projet « Mediterranean Reconfigurations ».
  4. On sait, par exemple, que l’arbitrage et les « rodes » étaient bien souvent l’apanage des « consuls des nations » au Levant. S’agissait-il d’arbitrages restreints aux marchands et marins de la « nation » ou avaient-ils un rôle au-delà des seuls conationaux ? Il convient d’évaluer la marge de manœuvre et l’autonomie juridictionnelles dont disposaient les arbitres communautaires en dressant une typologie des formes de contentieux arbitrés.
  5. La réflexion sur l’arbitrage ne peut enfin faire l’économie d’une étude des profils socioculturels des arbitres. On pourra réfléchir en particulier au fil ténu entre arbitrage et expertise judiciaire du monde marchand et maritime. La question de la langue des arbitres (à la fois l’idiome mais aussi la langue du droit ou la langue des marchands) fera également l’objet d’une attention spécifique.

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

[Billet] Monopole, négociation interculturelle et gouvernance barbaresque.

Monopole, négociation interculturelle et gouvernance barbaresque.

Les archives de la Compagnie Royale d’Afrique (1741-1793).

Christopher Denis Delacour

 

Si l’édit de février 1741 institue la Compagnie Royale d’Afrique et définit le monopole  français en territoire barbaresque, la défense des prérogatives qui en découlent est loin d’être aisée. Les archives de la Cie Royale d’Afrique témoignent à ce titre des problèmes « pratiques » et juridiques que peuvent poser la gestion d’un privilège commercial sous l’Ancien Régime. Pour ne retenir que l’une des nombreuses pistes à explorer, l’exclusivité de la vente de blés et d’autres produits (laine et corail) comme leur exportation sous le pavillon français pour Marseille retient tout particulièrement notre attention. Les documents mettent en lumière combien la donnée maritime constitue une problématique essentielle pour la Compagnie[1].

Les leviers de la « contrainte » sont en effet peu efficients et l’arsenal juridique à disposition insuffisant : l’affrètement par des étrangers sur des embarcations battant d’autres pavillons est une réalité. Il est ainsi courant que les marchandises destinées à la Compagnie embarquent à destination d’autres Etats, notamment italiens, au détriment des embarcations françaises et du marché marseillais. L’intérêt des archives de la Compagnie ne peut cependant se restreindre aux seuls transporteurs ;  plusieurs niveaux d’analyse sont à appréhender ici de manière concomitante : la dimension des acteurs maritimes mais également les « territoires » de la gouvernance barbaresque. En effet, s’il est possible pour des étrangers d’aller charger les denrées des concessions, de contrevenir ouvertement au monopole ou bien encore d’échapper au contrôle des agents de la Compagnie, c’est grâce à la bienveillance des puissances barbaresques qui participent elles-mêmes à ces trafics. Ce dernier point est essentiel. Nous devons en effet envisager le privilège français non pas en fonction des traités, accords et ordonnances constitutives de la Compagnie[2], mais à partir des manipulations juridiques de la donnée pavillonnaire, du partage de la propriété des embarcations entre Maures et Chrétiens et de la participation directe du souverain-marchand à l’entreprise maritime. Le privilège commercial se transforme sous bien des aspects en un « paroxysme » de la manipulation de l’extra-territorialité juridique. La négociation du monopole revêt alors une importance capitale car elle offre un terrain d’expression à la notion d’interculturalité marchande.

La concurrence étrangère ignore les nombreux accords avec les Régences. Elle y est encouragée car les agents de la Compagnie sont perpétuellement obligés de renégocier le privilège commercial avec les « souverains » des Régences. Si ces derniers réclament prêts financiers et cadeaux auprès de la Compagnie, ils sont loin de faire preuve en retour d’une « moralité marchande » à tout épreuve. C’est le cas du Cheik Abdalla dont la correspondance est entièrement conservée, en arabe et en lettre traduite[3]. Il existe également de nombreuses « lettres diverses » en arabe non traduites contenues dans la correspondance commerciale de la Compagnie[4]. Ces derniers documents restent à explorer. Cependant, plusieurs mémoires présents dans le fonds « Privilèges » témoignent avec plus de précision du double langage tenu par les souverains des Régences[5]. Si ces mémoires nous apprennent combien la Compagnie souffre de la remise en cause de ses privilèges commerciaux et le peu de contraintes juridiques à opposer au phénomène, ils mettent en accusation les puissances de Barbarie qui sont loin d’une « scrupuleuse observation des traités »[6]. Il serait apparemment aisé pour les étrangers de : «…séduire les puissances de Barbarie par l’appât du gain et si difficile à la Compagnie d’astreindre ces puissances à exécuter les traités à la lettre que si on ne peut pas empêcher les étrangers d’exporter des denrées des concessions il faut du moins les empêcher de les importer en France… ». Consuls et agents de la Compagnie présents dans les concessions confirment le phénomène. Ces derniers transmettent régulièrement des listes d’embarcations pratiquant le commerce « interlope », leur nationalité et les affréteurs, le plus souvent des Maures et des Turcs[7]. Surtout, la Compagnie a pu encourager le phénomène lorsque la navigation devenait périlleuse pour le pavillon français. Par exemple lors la guerre de Succession d’Autriche, l’affrètement officiel par les courtiers de Marseille laisse place à un système d’affrètement de bâtiments « neutres » par des négociants italiens, notamment les Rangoni de Livourne[8]. Cette « externalisation » de la gestion des transports permet alors d’aller charger les denrées des concessions pour les acheminer à Marseille en évitant les prises et les arraisonnements. A cette occasion, les agents de la Compagnie expliquent que de faux documents sont fournis et que les officiers des régents sont déclarés comme affréteurs pour pouvoir contourner la course jusqu’à Marseille. Si la pratique n’est pas nouvelle, il s’agit là d’une manipulation administrative visant d’abord à échapper aux contraintes juridiques liées aux prises maritimes ; un système cependant réutilisable en temps de paix au détriment des privilèges de la Compagnie. Plusieurs procès témoignent de la pérennité de ce système de contournement, notamment l’affaire du capitaine vénitien Jean Vianello en 1770[9]. Ce dernier avait tout simplement, après une escale marchande à Tunis, effectué un chargement de blé à Bône avant de se rendre à Marseille pour une revente. A son arrivée à Marseille, mais en réussissant tout de même à faire sa déclaration de santé, il est rapidement mis à l’amende et son chargement est confisqué suite aux plaintes des agents de la Compagnie présents sur place. S’il s’agit d’une contravention manifeste aux ordonnances et privilèges, l’affaire se complexifie rapidement lors du procès devant le tribunal de l’Amirauté de Marseille. Le capitaine met en balance la personnalité de son nolisateur pour échapper aux accusations : il s’agit en effet du capitaine des troupes du Dey d’Alger, Sidi Mahmet. Sans rentrer ici dans les détails de la procédure (l’affaire ira jusqu’au Conseil d’Etat), cette dernière nous permet d’apprécier combien la défense du monopole français apparaît difficile : le litige a obligé la Compagnie à réaffirmer ses privilèges, à justifier de leur légalité, en poussant les dirigeants de l’institution marchande dans leur retranchement juridique. Nous sommes alors loin d’être en territoire juridique « ami » et les ressources du capitaine Vianello grâce à l’entremise barbaresque sont un atout non négligeable.

DSCN0028
DSCN0009Avec l’aimable autorisation du service de reproduction des archives de la chambre de commerce de Marseille ; Source archive des photos: ACCIM, CRA, L III, 360, Correspondants à l’étranger-Barbarie, correspondance avec le Cheik Abdalla et divers (1761-1774).

Ce rapide aperçu du potentiel des archives de la Compagnie nous permet d’envisager une analyse de l’interculturalité marchande au-delà du paradigme de la puissance commerciale française en Méditerranée « orientale ». A partir des litiges juridiques, notamment les procès[10], l’idée d’un monopole univoque sur les marchés et les transports en territoire barbaresque apparaît incertaine. Surtout, plus qu’une distinction traditionnelle entre les bassins occidentaux et orientaux, les archives de la Compagnie témoigne de l’importance des pratiques et des codes à travers lesquels se négocie l’accès à un marché malgré l’accord officiel de privilèges. En tenant compte de ces éléments, il existe une forme de gouvernance barbaresque exercée sur la Compagnie. Nous pouvons l’articuler autour de la notion de iura imperfecta, c’est-à-dire un droit à perfectionner et qui est fonction de l’ouverture ou non du territoire par le souverain[11]. Appliquée aux territoires maritimes, cette notion implique de personnaliser l’embarcation, son pavillon et son capitaine sous l’angle d’intérêts divergents et des tensions inhérentes à la souveraineté des Etats qui s’expriment tout particulièrement sur mer, par l’intermédiaire d’institutions juridiques et économiques, mais également dans le cadre d’une intense négociation extrajudiciaire. L’exemple de la Compagnie témoigne ainsi des ressources d’un Etat ou d’une gouvernance « faible » pour affirmer sa souveraineté et des territoires de son expression marchande.


[1] La documentation est détenue à la chambre de commerce et d’industrie de Marseille (par la suite ACCIM). Citons entre autres les fonds « Contentieux » de la Compagnie : ACCIM, Compagnie Royale d’Afrique (par la suite CRA), L III, Contentieux, 954-962 (1744-1793).

[2] ACCIM, CRA, L III, Compagnie Royale d’Afrique (CRA), 5, Recueil des Edit, Règlements, traités et mémoires depuis 1741.

[3] ACCIM, CRA, L III, 1048, La Calle Affaire avec le Cheik Abdalla (1761-1782).

[4] ACCIM, CRA, L III, 360, Correspondants à l’étranger-Barbarie, correspondance avec le Cheik Abdalla et divers (1761-1774).

[5] ACCIM, CRA, L III, 9, Privilèges de la Cie Royale d’Afrique.

[6]ACCIM, CRA, L III, 9, Privilèges de la Cie Royale d’Afrique : mémoire datant des années 1780.

[7] ACCIM, CRA, L III, 9, Privilèges de la Cie Royale d’Afrique.

[8] ACCIM, CRA, L III, 371, Correspondants à l’étranger-Italie, lettres de Livourne de Joseph Rangoni (1745-1774).

[9] ACCIM, CRA, L III, 963, Procès Jean Vianello, Vénitien contrevenant aux ordonnances  (1770).

[10] ACCIM, CRA, L III 955 à 956-Procès de la Compagnie Royale d’Afrique contre divers (1744-1793).

[11] Georg Cavallar, The rights of strangers. Theories of international hospitality, the global community and political justice since Vitoria, Ashgate, Aldershot, 2002, p. 158.

Appel à contributions : Les consuls, figures de l’intermédiation marchande

Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècles) (10-12 avril 2014)
• Nice, Centre de la Mediterranee Moderne et Contemporaine,

Le colloque « Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècle)»  est organisé dans le cadre du projet de recherche « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècle) » du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (université de Nice Sophia Antipolis). Ce projet, à travers l’étude de figures de l’intermédiation marchande (commis voyageurs et agents de commerce, consuls, courtiers, commissionnaires, capitaines de navires), entend développer une réflexion sur les principales transformations qu’a connues la pratique du commerce à distance durant les époques moderne et contemporaine. C’est donc uniquement sous l’angle des services que les consuls rendaient aux marchands en particulier et au commerce en général qu’est envisagée ici la « fonction consulaire ». Trois thématiques sont plus précisément explorées autour d’un questionnement unifié : qui, au sein du monde marchand, étaient les bénéficiaires effectifs des services commerciaux assurés par les agents consulaires et quelle était l’utilité réelle des consuls pour les marchands ? Au-delà de ces aspects, c’est la problématique plus générale du rôle qu’ont joué les réseaux consulaires dans la croissance, le décloisonnement et la modernisation du commerce à distance qui est soulevée.

Argumentaire

Les travaux récents sur les agents consulaires européens ont porté sur la mise en place des réseaux consulaires européens à l’époque moderne et au XIXe siècle, sur la diversité des missions qui étaient confiées aux consuls et sur la variété de leurs statuts. Ils y sont définis comme des agents de l’État au sein des réseaux consulaires français et espagnols, et, du moins avant le XXe siècle, comme des commerçants privés pour les autres nations. Des enquêtes prosopographiques de grande ampleur ont par ailleurs été menées sur le déroulement des carrières consulaires qui sont tantôt marquées par la mobilité, tantôt, au contraire, par la constitution de « dynasties » locales. Les thèmes de l’insertion des consuls dans leur contexte social, culturel et institutionnel local, tout autant que celui de leur rôle dans la circulation de l’information ont également été abordés, comme en ont témoigné les colloques récemment organisés sur ces sujets à Nice (24-26 novembre 2011) et à Séville (27-28 septembre 2012). En revanche, les études consacrées aux fonctions assumées par les consuls dans l’intermédiation marchande proprement dite sont demeurées rares. Pourtant, qu’ils soient pourvoyeurs d’information vis-à-vis des ressortissants placés sous leur juridiction ou arbitres dans des différends commerciaux, lobbyistes face aux autorités locales ou entremetteurs au sein de leur communauté, les modalités d’intervention des agents consulaires dans la réduction de l’incertitude marchande et dans l’optimisation des transactions commerciales sont multiples. Poser la question du consul en tant que figure de l’intermédiation marchande, c’est donc s’interroger sur l’efficacité des services commerciaux assumés par les consuls et, à plus grande échelle, sur le rôle qu’ils ont joué dans le décloisonnement des espaces marchands européens.

Dans cette perspective, nous souhaitons engager une réflexion sur trois aspects de ces fonctions marchandes des consuls qui seront placées au centre des problématiques abordées par le colloque :

Concernant l’information commerciale, il faut poursuivre la réflexion en cours et s’interroger plus directement sur l’utilité et l’utilisation des informations commerciales collectées par les consuls.

Lorsqu’elles étaient adressées aux services administratifs centraux étaient-elles redistribuées vers les milieux d’affaires ou simplement archivées ? Existait-il, par ailleurs, des connexions directes entre les consuls et les milieux d’affaires (correspondances privées, via le relais des Chambres de Commerce ou contacts personnels directs, noués dans le cadre d’une sociabilité locale) ? Enfin, retrouve-t-on la trace de décisions économiques et commerciales fondées explicitement sur l’exploitation d’informations fournies par des agents consulaires ?

Un deuxième aspect, absolument essentiel pour la thématique étudié, est celui des fonctions juridictionnelles des consuls.

Bien identifiées dans l’Empire ottoman, ces prérogatives sont en revanche moins bien connues dans les autres pays et ont laissé très peu de traces (sauf cas particulier, comme celui de la course). Il est pourtant certain, et avéré par des sources indirectes, que les consuls jouaient un rôle important d’arbitre dans les litiges survenus parmi leurs administrés et qu’ils offraient par ailleurs une possibilité de recours pour des affaires liant leurs administrés à des compatriotes demeurés au pays. La chancellerie consulaire constitue aussi un instrument important offert aux négociants pour sécuriser leurs transactions, qu’il convient de mieux cerner.

Un troisième thème concerne les fonctions de défense des intérêts économiques, commerciaux et maritimes nationaux assurés par les consuls.

La question du lobbying et des pressions exercées sur les autorités locales ou centrales, notamment pour défendre les privilèges des nations, ont été déjà étudiées. Il en est de même pour les conflits qui caractérisaient souvent les relations entre les consuls et leurs administrés. En revanche, des opérations beaucoup plus informelles demeurent méconnues : ainsi, certains consuls n’hésitaient-ils pas à couvrir les opérations de contrebande de leurs administrés, d’autres à les organiser sous forme de coalition ou de syndicat, de manière à opposer un front commun, sur le marché, face aux autres acteurs locaux. Á travers le contrôle et la surveillance qu’ils exerçaient sur leurs administrés, les consuls œuvraient aussi en faveur des intérêts de puissantes corporations marchandes de leur pays d’origine qui, au-delà des gouvernements, étaient en fait souvent leurs réels commanditaires.

Ces trois thématiques seront plus précisément explorées dans le cadre d’un questionnement transversal, dégagé lors des rencontres préparatoires du colloque : qui étaient, au sein du monde marchand, les bénéficiaires effectifs des services commerciaux assurés par les agents consulaires et quelle était l’utilité réelle des consuls pour ces marchands ?

Organisation
Ce colloque s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche soutenu par la Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC, Université de Nice Sophia Antipolis), dont les travaux préliminaires, issus de deux ateliers de recherche organisés en mars 2012 et mars 2013, sont consultables en ligne (http://cmmc-nice.fr/recherches-2/cfimpresentation/). Ce programme donnera lieu à une publication collective, portant sur l’ensemble des opérations entreprises au cours du quadriennal, dont la parution est prévue en 2015.

Modalités de soumission
Les propositions de communication doivent être envoyées en français, italien, espagnol ou en anglais, avant le 15 novembre 2013
à l’adresse suivante : bartolomei2@laposte.net

Le comité scientifique communiquera les propositions retenues le 15 décembre 2013.
Les propositions comporteront
*   un titre et un résumé d’environ 2000 signes,
*   les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, adresse électronique, adresse postale du domicile, téléphone)
*   et un court CV de ce dernier.

La langue du colloque sera le français, mais des communications en espagnol, anglais et italien pourront être entendues.
L’ensemble des contributeurs s’engage à remettre aux discutants nommés par le Comité scientifique un texte de deux-trois pages de sa contribution un mois au moins avant le colloque.
Le comité d’organisation du colloque prendra en charge les frais d’hébergement et de restauration des invités. Les frais de transport restent à la charge des participants.

Comité scientifique du colloque
*   Marcella Aglietti (Universita di Pisa)
*   Thierry Allain (Université Paul-Valéry, CRISES)
*   Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia Antipolis, CMMC)
*   Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia Antipolis-IUF, CMMC)
*   Guillaume Calafat (École française de Rome, ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Mathieu Grenet (ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Maria Fusaro (Exeter University, ERC Sailing into Modernity)
*   Fabrice Jesné (Université de Nantes, CRHIA)
*   Wolfgang Kaiser (Université de Paris-I/EHESS, ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia Antipolis-IUF, CMMC)
*   Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, CERHIO)
*   Francisco Javier Zamora Rodríguez (Centro de História de Além-Mar – FCSH/NOVA-UA)

More info:
http://cmmc-nice.fr/

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

[Compte Rendu] A.H. de Groot, The Ottoman Empire and the Dutch Republic. A History of the Earliest Diplomatic Relations 1610-1630 (revised edition), Leiden, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2012, 276 p.

Les rééditions sont toujours de grande utilité[1]. Le livre de de Groot avait marqué non seulement l’historiographie des rapports ottomano-néerlandais mais aussi celle du fonctionnement de la diplomatie ottomane à l’époque moderne. La fin des années 1970 avait aussi vu deux autres monographies sur des sujets similaires : celle de Susan Skilliter sur les débuts des relations anglo-ottomanes et celle de Bosscha Erdbrink sur l’ambassade d’un autre résident hollandais, Cornelis Calkoen, un important successeur de Cornelis Haga dont l’ambassade à la Porte entre 1612 et 1630 constitue le sujet du livre de de Groot. Espérons que le livre admirable de Bosscha Erdbrink, le moins diffusé de cette trilogie fasse aussi l’objet d’une réimpression.

Les réimpressions de textes fondateurs d’un domaine d’étude particulier sont importantes aussi pour une autre raison : elles nous permettent de réévaluer l’état de l’art. De Groot prétend dans sa nouvelle préface à l’ouvrage que « historical research done in this particular field since 1978 did not make it necessary for [him] to change any of [his] points and conclusions ». Dans une étude plus récente sur le même sujet, une thèse de doctorat non-publiée, Bülent Arı répète les conclusions de l’auteur[2]. Tout de même, celui-ci fait un usage extensif d’une source très peu étudiée par de Groot ­- le ms. suppl. turc 118 de la BNF qui contient, à quelques exceptions près, les pétitions de Haga à la Porte et les ordres émis à la suite de ses démarches ­- et rééquilibre le récit de ce dernier qui, à nos yeux, reste, en dernière analyse, centré sur le côté hollandais. Un autre manuscrit, toujours de la Bibliothèque Nationale de Paris, étudié dans une série d’articles par Viorel Panaite, laisse à voir la préhistoire de ces rapports à travers la lutte pour les fatwas des résidents des rois de l’Angleterre et de la France à la Porte pour la « protection » des marchands hollandais dans la première décennie du XVIIe siècle[3]. Pourtant, dans sa préface, de Groot passe sous silence ces deux contributions majeures. Or, celles-ci auraient pu permettre à l’A. de revenir sur ses points et remettre à jour son récit en fonction de nouvelles problématiques de l’écriture des relations diplomatiques à l’époque moderne (Pour rester dans le cadre de l’Hexagone, évoquons l’école de Lucien Bély).

Enfin, quelques notifications à l’éditeur (qui plus est, sis dans le berceau de l’édition scientifique !). Dans la nouvelle mise en page de la monographie, les notes intra-codicales ne sont pas mises à jour. Un exemple : la note 37 du cinquième chapitre sur le drogman Paolo Bon (p. 188 de la nouvelle édition) – un des acteurs essentiels de cette histoire sur lequel il faudrait consacrer une petite étude – nous renvoie pour plus d’information aux pp. 134-136. Or, ce renvoi est fait par rapport à l’ancienne édition ; dans la nouvelle, il faut aller aux pp. 114-115. Une seconde remarque : les auteurs cités uniquement dans la bibliographie ne doivent pas faire partie de l’index (par exemple, la rubrique N. Iorga). De même, pour les noms de lieux (cf. la rubrique Ankara de l’index).

Güneş Işıksel


[1]Si je m’abstiens de résumer la trame du début des relations entre la Porte et la République de Sept Provinces Unies ainsi que les carrières des acteurs principaux de cette histoire, c’est pour inviter les lecteurs à relire ce bel ouvrage mais c’est aussi parce que Gilles Veinstein l’avait fait en consacrant un quart de son cours de 2007-2008 au Collège de France à ce sujet : cf. la résumé du cours : http://www.college-de-france.fr/media/gilles-veinstein/UPL35525_Gilles_Veinstein_cours_0708.pdf

[2] Bülent Arı, « The First Dutch Ambassador in Istanbul : Cornelius Haga and the Dutch Capitulations of 1612 », thèse de doctorat non publiée sous la direction de Halil İnalcık, Université de Bilkent, 2003

[3]Voir notamment Viorel Panaite, « Western Merchants and the Ottoman Law : The Legal Section of the Turkish Manuscript no 130 from the Bibliothèque Nationale in Paris », Revue des Études Sud-Est Européennes, XLV (2007), p. 45-62.

[Journée d’Etude] Quand les Nordiques regardent la Méditerranée (19 septembre 2013)

Quand les Nordiques regardent la Méditerranée… Hommes du nord de l’Europe et expérience de la mer intérieure, XVIe-XXe siècles (19 septembre 2013)

Smyrne 1

logo CRISES                                                                                    logo UPV bleu

Journée d’étude 

organisée par Thierry ALLAIN
(MCF d’Histoire moderne à l’Université Paul-Valéry Montpellier III)

le jeudi 19 septembre 2013

à Montpellier, Université Paul-Valéry Montpellier III

Site Saint-Charles (Rue du Professeur Henri Serre)
Salle des colloques n°1

saint charles

Résumé :

La Méditerranée et ses rivages, interface économique et religieuse majeure, connaît une fréquentation croissante par des hommes venus du nord de l’Europe à partir du XVIe siècle. La journée a pour objet d’analyser les contacts ainsi noués. Les thèmes de l’altérité, de l’appropriation, des usages partagés, ainsi que des représentations, seront abordés. Il s’agit, in fine, d’interroger le processus de construction d’un territoire méditerranéen, perçu d’abord et avant tout dans sa dimension maritime, à travers le regard porté par des Européens du nord.

Argumentaire :

L’historien François Crouzet, dans un essai daté de 1985, avait intitulé l’un de ses chapitres « Quand la Méditerranée regarde l’Angleterre » (dans De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire, XVIIe-XXe siècles, Paris, Perrin). Au-delà du pastiche sans grand génie de sa formule, la rencontre se propose de renverser la perspective et d’explorer la perception de la Méditerranée par les « Nordiques ». On entend par là des hommes venus des rivages de la Manche, de la Mer du nord et de la Baltique, ayant parcouru la Méditerranée voire s’étant installés sur ses rivages. A la catégorie attendue de « gens de mer » viennent s’ajouter d’autres individus (marchands, scientifiques, etc…) l’essentiel étant que tous ces témoins et acteurs aient connu une expérience maritime préliminaire dans le nord de l’Europe.
Le thème choisi pour la journée devrait permettre de se concentrer sur des pistes jusqu’ici peu explorées. La découverte d’un milieu marin différent (sans oublier le littoral), l’adaptation à un certain contexte commercial et géopolitique (la rencontre de trois continents, la caravane, la course barbaresque), l’appréhension de l’altérité sociale et culturelle (à bord des navires et dans les villes portuaires) constituent des pistes stimulantes qui n’ont pas vraiment été étudiées à l’aune de la présence des Nordiques dans la mer intérieure. Les historiens, par exemple, se sont jusqu’ici davantage intéressés à la problématique de la percée commerciale des marchands du nord, sans prêter attention aux expériences personnelles vécues par les Nordiques. Alors que l’accroissement du nombre de ces derniers en Méditerranée a souvent été enregistré, la réflexion n’a pas fait suffisamment de place au regard porté sur l’autre et surtout sur son environnement.
Donner la parole aux acteurs permettrait de sortir du cadre habituel des institutions ou des considérations macroéconomiques. La réflexion pourrait ainsi s’organiser à partir du « ressenti méditerranéen » d’individus venus de rivages septentrionaux, une fois franchi le détroit de Gibraltar. Il est certain que partir du bas de l’échelle présente de nombreux écueils heuristiques, à commencer par la perspective d’un nombre insuffisant d’égo documents ou le risque de surévaluer la parole des individus pouvant et souhaitant diffuser leurs impressions. L’un des enjeux de la rencontre serait donc, sans qu’il s’agisse d’une question accessoire, d’engager une discussion sur des sources indirectes.
L’analyse de la confrontation de ces hommes avec une mer et des rivages nouveaux, en tout cas bien différents de ceux sur lesquels ils ont navigué ou ont séjourné dans les premières années de leur vie, a naturellement pour objectif d’approfondir le dossier de la construction mentale et pratique d’un espace. Investi de cette manière, ce dernier devient pleinement un « territoire ». Les membres du laboratoire C.R.I.S.E.S., regroupés au sein du programme «Pouvoir, territoire, représentation », s’intéressent depuis longtemps à l’inscription des activités humaines dans un espace mouvant et en construction permanente. Il nous a semblé que le thème retenu pour la journée d’études permettait de faire progresser la mise en commun des idées de chercheurs se rattachant à des sciences humaines variées.
Car au cœur même de la notion, si univoque, de « territoire », on trouve le thème privilégié de l’appropriation d’un espace par un groupe ou une société. Des Européens ayant grandi ou vécu sur des rivages septentrionaux, ne sont-ils pas susceptibles de rendre compte de la construction d’un territoire proprement méditerranéen, autrement dit défini par son caractère maritime ? Des angles de recherches comme les limites de l’espace considéré, la vision des paysages, la sensibilité aux aménagements ou des « caractères » propres développés par les sociétés locales, sont devenus classiques quand on s’intéresse au territoire. Le thème retenu pour la rencontre paraît propice à un renouvellement partiel de ces interrogations, dans la mesure où elle a pour objet d’étude un territoire maritime aux frontières mouvantes et à l’appropriation précaire. Le surgissement, à partir du XVIe siècle, d’individus familiers d’autres mers et rivages dans ce territoire construit patiemment depuis des siècles, devrait révéler des approches complexes.

Programme :

– 9h : ouverture de la journée d’étude, accueil des participants Introduction scientifique (Thierry ALLAIN)

Première session (9h30 à 12h30) :  L’expérience de l’insertion (Président Gilbert BUTI)

– 9h30 à 10h : Louis SICKING (Université Leyde)
« L’expérience méditerranéenne des Néerlandais à l’époque moderne : au-delà de la conquête hollandaise de la Méditerranée de Braudel »

– 10h à 10h30 : Christopher DENIS-DELACOUR (Université Paris I/Configmed)
« Les ressources institutionnelles des « faibles » : les déboires du capitaine John Boyes à Civitavecchia (1768) »

– 10h30 à  11h0 : pause

– 11h  à 11h30 : Lionel DUMOND (Université Montpellier III)
« Négociants nordiques en Méditerranée : l’expérience de l’enracinement en Bas-Languedoc jusqu’au milieu du XIXe siècle »

– 11h30 à 12h30 : questions et bilan de la première session

– 12h30 à 13h30 : déjeuner

Deuxième session (13h30 à 16h30) : La force des représentations (Président Stéphane DURAND)

– 13h30 à 14h : Gilbert BUTI (Université Aix-Marseille)
« Marins provençaux et nordiques en Méditerranée au XVIIIe siècle : regards croisés »

– 14h à 14h30 : Thierry ALLAIN (Université Montpellier III)
« Retours d’expérience maritime : les marins hollandais et la navigation en Méditerranée au XVIIIe siècle »

– 14h30 à 15h : pause

– 15h à 15h30 : Patrick LOUVIER (Université Montpellier III)
« Les officiers de la Royal Navy et la Méditerranée au XIXe siècle »

– 15h30 à 16h30 : questions, bilan de la deuxième session et de la journée d’études

Parution : Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne

Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux (dir.) (avec la coll. de Mathieu Grenet), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Presses universitaires de Provence, 2013, 280 pages.

La période allant de la fin du xve siècle au début du xixe a été celle de la mise en relation d’espaces lointains, de l’accélération des transactions et des circulations, de la transformation des pratiques et des réseaux du négoce, bref, de la première mondialisation des échanges. La dilatation de l’espace commercial et l’essor du négoce interculturel ont conduit les marchands à mobiliser, ajuster et élargir leurs compétences, notamment celles qui concernent les langues et les langages – considérés ici dans leur acception la plus large. Ce constat a souvent été dressé par les historiens du commerce qui n’ont cependant pas poussé plus avant leurs travaux dans une direction qui les éloignait de leurs études en cours. Ces recherches différées ont rarement été remises sur le métier ou seulement de manière périphérique à l’occasion de réflexions sur la formation des négociants ou des diplomates et sur la médiation interculturelle. Or, force est de reconnaître que dans le commerce international le maniement et la maîtrise de compétences langagières et linguistiques comptent parmi les éléments de la réussite. Cet ouvrage collectif, qui privilégie les espaces méditerranéen et européen, vise à comprendre comment ces compétences ont été acquises, pensées, utilisées et transmises non seulement par les marchands, mais aussi par ceux qui agissaient pour leur compte ou qui les accompagnaient.

Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux

Introduction

Apprentissages et intermédiaires linguistiques

Frédéric Hitzel : L’école des jeunes de langues d’Istanbul, un modèle d’apprentissage des langues orientales

Christiane Villain-Gandossi : Giovani di lingua, drogmans auprès du baile de Venise et la Porte ottomane au XVIe siècle

Mathieu Grenet : Alexis Gierra, « interprète juré des langues orientales » à Marseille : une carrière entre marchands, frères et refugiés (fin XVIIIe-premier tiers du XIXe siècle)

Jochen Hoock et Wolfgang Kaiser : Les manuels plurilingues à l’usage des marchands à l’époque moderne

Les marchands à l’épreuve des langues

Jacques Bottin : La pratique des langues dans l’espace commercial de l’Europe de l’Ouest au début de l’époque moderne

Olivier Raveux : Les marchands orientaux et les langues occidentales au XVIIe siècle : l’exemple des Choffelins de Marseille

Michèle Janin-Thivos : La pratique des langues vivantes chez les marchands français de Lisbonne au XVIIIe siècle. L’exemple de Jacques Ratton père et fils

Gilbert Buti : Langues et langages des capitaines marchands de Marseille au XVIIIe siècle

Jocelyne Dakhlia : La langue franque, langue du marchand en Méditerranée ?

Écritures et classifications

Kéram Kévonian : Organisation et langage de la comptabilité des marchands arméniens (fin XVIIe-début XVIIIe siècle)

Gaëlle Lapeyrie : L’écriture comptable comme langage spécifique des marchands (France méridionale, début XVIIe siècle)

Liliane Pérez et Bernard Vaisbrot : Le livre de comptes de Solomon Hyman. Judaïsme, culture négociante et réseaux innovateurs entre Paris, Londres et Birmingham au XVIIIe siècle

Natacha Coquery : Norme, genre, taxinomie. Désigner les métiers : le Dictionnaire de commerce de Savary des Bruslons

 

 

Workshop : LITIGES COMMERCIAUX DANS L’HISTOIRE : NOUVELLES APPROCHES

NEW APPROCHES TO THE HISTORY  OF COMMERCIAL JUSTICE

WORKSHOP
21st – 22nd FEBRUARY 2013

Organisation
Hanna Sonkajärvi (IHA)

Program:

Thursday 21st February 2013

13.00  Participants Arrival – Lunch

Section 1 : Problems and Perspectives/Enjeux et perspectives

Chair : Laurence Fontaine (CNRS-CRH)
14.15  Hanna Sonkajärvi (IHA/Universität Duisburg-Essen), Introduction
14.45  Albrecht Cordes (Goethe-Universität Frankfurt), Countries, Problems, Sources: the Landscape of Pre-Modern Commercial Law
15.15-15.45  Discussion 15.45-16.00  Coffee break

Section 2 : Specialized Merchant Courts in France/Tribunaux commerciaux spécialisés en France
Chair : Jochen Hoock (université Paris 7)

16.00   Julie Hardwick (University of Texas, Austin), Law and Commerce in the Lyon « Merchants Court » in the Seventeenth Century
16.30  Claire Lemercier (CNRS), Were Commercial Courts Tools of  « Self-Regulation » for the Merchants? The Case of Nineteenth Century Paris

17.00-17.40  Discussion
17.40-18.00  Coffee break

Key Note Lecture/Conférence du soir

Comment/Commentaire : Laurence Fontaine (CNRS-CRH)
18.00  Mark Häberlein (Otto-Friedrich-Universität Bamberg), South German Merchants and the Law Courts, 1500-1620

Friday 22nd February 2013

Section 3 : The Spanish Consulados/Les Consulados espagnols

Chair : Simona Cerutti (EHESS-CRH)
09.00  Tamar Herzog (Stanford University), Commercial Litigation on  Non-Mercantile Issues: the Consulados and Citizenship (Early Modern Spain and Spanish America)
09.30  Carlos Petit Calvo (Universidad de Huelva), Le tribunal de commerce de Séville (1830-1868)
10.00-10.40  Discussion
10.40-11.00  Coffee break

Section 4 : Comparative Approaches/Approches comparatives

Chair : Zacarias Moutoukias (université Paris7)
11.00  Hanna Sonkajärvi (IHA/Universität Duisburg-Essen), Conceptualizing Commercial Litigations in Bilbao and Rio de Janeiro (1750-1850)
11.30  Guillaume Calafat (Université Paris 1/ École française de Rome), Juridictions et étapes du contentieux marchand (Livourne, Pise et Florence, XVIIe-XVIIIe siècle)
12.00-12.40   Discussion

12.40-13.40  Lunch

Section 5 : Commercial Litigations before Non-Specialised Courts/ Arbitrages commerciaux devant des cours non spécialisées

Chair : Wolfgang Kaiser (université Paris 1)
13.40  James Masschaele (Rutgers University, New Jersey), Merchants and Commercial Law in the Late Medieval England
14.10  Dave De ruysscher (Vrije Universiteit Brussel), Merchants before the Antwerp City Court (1490-1550)
14.40-15.20  Discussion
15.20-15.35  Coffee break

15.35  Final discussion/Discussion finale

Entrée libre sur inscription préalable : event@dhi-paris.fr

Deutsches Historisches Institut Paris
Institut historique allemand
Hôtel Duret-de-Chevry    Tel  +33 (0)1 44 54 23 80
8 rue du Parc-Royal    Fax  +33 (0)1 42 71 56 43
75003 Paris    www.dhi-paris.fr

 

Commercial_Justice