Archives du mot-clé diplomatie

[Récompense] Deuxième prix de thèse de l’IISMM

Nous avons le plaisir de vous informer que Rémi Dewière, Research Assistant du projet ConfigMed, est lauréat du deuxième prix de l’IISMM-EHESS, l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman, pour sa thèse de doctorat L’esclave, le savant et le sultan. Représentations du monde et diplomatie au sultanat de Borno (XVIe-XVIIe siècles), sur un total de 92 candidature !

L’attribution solennelle des prix et des mentions aura lieu le vendredi 27 mai 2016 à 15h30 à la Sorbonne (amphi Descartes), avec un bilan scientifique du prix et présentation de la thèse par chacun des lauréats et bénéficiaires de mentions.

Liste des lauréats :

Sept prix et six mentions spéciales ont été décernés, sur un total de 92 candidatures.

Le prix Mohammed Arkoun de la thèse d’islamologie, soutenu par le Bureau Central des Cultes (DLPAJ), Ministère de l’Intérieur et par le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, a été attribué à :

  • Emmanuel Pisani : Hétérodoxes et non-musulmans dans la pensée d’Abū Ḥāmid al-Ġazāli, thèse de philosophie et de théologie, sous la direction de Geneviève Gobillot et Michel Younès, soutenue le 9 janvier 2014 à l’Université Lyon III Jean Moulin.

Le prix de la thèse de l’Agence Universitaire de la Francophonie au Moyen-Orient, soutenu par le Bureau Moyen-Orient de l’AUF, a été attribué à :

  • Assaf Dahdah: Habiter la ville sans droits. Les travailleurs migrants dans les marges de Beyrouth (Liban), thèse de géographie, sous la direction de Virginie Baby-Collin et de Michael F. Davie, soutenue le 3 décembre 2015 à l’Université Aix-Marseille.

Les prix du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans ont été attribués à :

  • le premier prix à Marc Toutant : La culture des derniers Timourides : études des pratiques d’imitation à travers l’exemple de la Khamsa de Mīr ‘Alī Shīr Nawā’ī (1441-1501), thèse d’histoire, sous la direction de Nathalie Clayer, soutenue le 10 décembre 2013 à l’EHESS.
  • le deuxième prix à Boris James : Les Kurdes dans l’Orient mamelouk et mongol de 1250 à 1340 : entre marginalisation et autonomie, thèse d’histoire, sous la direction d’Anne-Marie Eddé, soutenue le 15 mars 2014 à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense.
  • le troisième prix à Malak Labib : La statistique d’État en Égypte à l’ère coloniale : finances, espace public et représentation (1875 – 1922), thèse d’histoire, sous la direction de Ghislaine Alleaume, soutenue le 23 mars 2015 à l’Université Aix-Marseille.

Les prix de l’IISMM-EHESS ont été attribués à :

  • le premier prix à Marie-Paule Hille : Le Xidaotang, une existence collective à l’épreuve du politique. Ethnographie historique et anthropologique d’une communauté musulmane chinoise (Gansu, 1857-2014), thèse d’anthropologie sociale et ethnologie, sous la direction d’Isabelle Thireau, soutenue le 5 décembre 2014 à l’EHESS.
  • le deuxième prix à Rémi Dewière : L’esclave, le savant et le sultan. Représentations du monde et diplomatie au sultanat de Borno (XVIe-XVIIe siècles), thèse d’histoire, sous la direction de Bertrand Hirsch, soutenue le 5 décembre 2015 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Les mentions spéciales du jury ont été attribuées à :

  • Anahi Alviso-Marino : Les artistes visuels au Yémen, du soutien à la contestation de l’ordre politique, thèse de science politique, sous la direction de Mounia Bennani-Chraïbi et d’Isabelle Sommier, soutenue le 4 décembre 2015 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  • Francesco Chiabotti : Entre soufisme et savoir islamique : l’œuvre de ‘Abd al-Karīm al-Qushayrī (376-465/986-1072), thèse d’islamologie, sous la direction de Denis Gril, soutenue le 12 décembre 2014 à l’Université Aix–Marseille.
  • Elsa Clavé : La malayisation du Sud philippin (XVe-XIXe siècles). Recherches historiques appuyées sur l’analyse des sources narratives et juridiques des sultanats de Sulu (c. 1450-c. 1900) et de Mindanao (c. 1520-c. 1900), thèse d’histoire, sous la direction d’Henry Chambert-Loir, soutenue le 11 décembre 2013 à l’EHESS.
  • Augustin Jomier : Un réformisme islamique dans l’Algérie coloniale. Oulémas ibadites et société du Mzab (c. 1880-c. 1970), thèse d’histoire, sous la direction de Dominique Avon et Sabrina Mervin, soutenue le 2 juillet 2015 à l’Université du Maine (Le Mans).
  • Maho Sebiane : L’invisible : esclavage, sawaili et possession dans le complexe rituel leiwah d’Arabie orientale (sultanat d’Oman-Émirats Arabes Unis), thèse d’ethnomusicologie, sous la direction de Susanne Fürniss, soutenue le 30 juin 2015 à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense.
  • Ismail Warscheid : Traduire le social en normatif : la justice islamique dans le grand Touat (Sahara algérien) au XVIIIe siècle, thèse d’histoire, sous la direction de Houari Touati, soutenue le 8 octobre 2014 à l’EHESS.

Le jury, présidé par Anne-Laure Dupont, maître de conférences en histoire à l’université Paris-Sorbonne, était constitué de volontaires du comité de pilotage de l’IISMM et du Conseil Scientifique du GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans :

  • Mohamed Hocine Benkheira, directeur d’études à la section des sciences religieuses de l’EPHE et membre du GSRL (laboratoire mixte CNRS-EPHE).
  • Pascal Buresi, directeur de recherche au CNRS (CIHAM, UMR 5648), directeur d’études à l’EHESS, directeur de l’IISMM.
  • Nathalie Clayer, directrice de recherche au CNRS, directrice d’études à l’EHESS, directrice du CETOBAC (UMR 8032).
  • Anne-Laure Dupont, maître de conférences, université Paris-Sorbonne.
  • Bernard Heyberger, directeur d’études à l’EHESS (CéSoR) et à l’EPHE.
  • Frédéric Hitzel, chargé de recherches CNRS, directeur adjoint du CETOBAC-EHESS-PSL.
  • Juliette Honvault, chercheur CNRS, Aix Marseille Université, IREMAM (UMR 7310).
  • Pénélope Larzillière, chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement.
  • Corinne Lefèvre, chargée de recherche au CNRS.
  • Catherine Mayeur-Jaouen, professeur des universités (INALCO), membre senior de l’Institut universitaire de France.
  • Franck Mermier, directeur de recherche au CNRS, Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain.
  • Elise Voguet, chargée de recherche à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT/CNRS) et directrice adjointe de l’IISMM.
  • Mercedes Volait, directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire InVisu à l’Institut national d’histoire de l’art (USR 3103).
  • Jean Schmitz, anthropologue, directeur de recherche à l’IRD (retraité), membre de l’IMAF (Institut des Mondes Africains).
  • Houari Touati, enseignant-chercheur, directeur d’études à l’EHESS.

[Compte Rendu] A.H. de Groot, The Ottoman Empire and the Dutch Republic. A History of the Earliest Diplomatic Relations 1610-1630 (revised edition), Leiden, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2012, 276 p.

Les rééditions sont toujours de grande utilité[1]. Le livre de de Groot avait marqué non seulement l’historiographie des rapports ottomano-néerlandais mais aussi celle du fonctionnement de la diplomatie ottomane à l’époque moderne. La fin des années 1970 avait aussi vu deux autres monographies sur des sujets similaires : celle de Susan Skilliter sur les débuts des relations anglo-ottomanes et celle de Bosscha Erdbrink sur l’ambassade d’un autre résident hollandais, Cornelis Calkoen, un important successeur de Cornelis Haga dont l’ambassade à la Porte entre 1612 et 1630 constitue le sujet du livre de de Groot. Espérons que le livre admirable de Bosscha Erdbrink, le moins diffusé de cette trilogie fasse aussi l’objet d’une réimpression.

Les réimpressions de textes fondateurs d’un domaine d’étude particulier sont importantes aussi pour une autre raison : elles nous permettent de réévaluer l’état de l’art. De Groot prétend dans sa nouvelle préface à l’ouvrage que « historical research done in this particular field since 1978 did not make it necessary for [him] to change any of [his] points and conclusions ». Dans une étude plus récente sur le même sujet, une thèse de doctorat non-publiée, Bülent Arı répète les conclusions de l’auteur[2]. Tout de même, celui-ci fait un usage extensif d’une source très peu étudiée par de Groot ­- le ms. suppl. turc 118 de la BNF qui contient, à quelques exceptions près, les pétitions de Haga à la Porte et les ordres émis à la suite de ses démarches ­- et rééquilibre le récit de ce dernier qui, à nos yeux, reste, en dernière analyse, centré sur le côté hollandais. Un autre manuscrit, toujours de la Bibliothèque Nationale de Paris, étudié dans une série d’articles par Viorel Panaite, laisse à voir la préhistoire de ces rapports à travers la lutte pour les fatwas des résidents des rois de l’Angleterre et de la France à la Porte pour la « protection » des marchands hollandais dans la première décennie du XVIIe siècle[3]. Pourtant, dans sa préface, de Groot passe sous silence ces deux contributions majeures. Or, celles-ci auraient pu permettre à l’A. de revenir sur ses points et remettre à jour son récit en fonction de nouvelles problématiques de l’écriture des relations diplomatiques à l’époque moderne (Pour rester dans le cadre de l’Hexagone, évoquons l’école de Lucien Bély).

Enfin, quelques notifications à l’éditeur (qui plus est, sis dans le berceau de l’édition scientifique !). Dans la nouvelle mise en page de la monographie, les notes intra-codicales ne sont pas mises à jour. Un exemple : la note 37 du cinquième chapitre sur le drogman Paolo Bon (p. 188 de la nouvelle édition) – un des acteurs essentiels de cette histoire sur lequel il faudrait consacrer une petite étude – nous renvoie pour plus d’information aux pp. 134-136. Or, ce renvoi est fait par rapport à l’ancienne édition ; dans la nouvelle, il faut aller aux pp. 114-115. Une seconde remarque : les auteurs cités uniquement dans la bibliographie ne doivent pas faire partie de l’index (par exemple, la rubrique N. Iorga). De même, pour les noms de lieux (cf. la rubrique Ankara de l’index).

Güneş Işıksel


[1]Si je m’abstiens de résumer la trame du début des relations entre la Porte et la République de Sept Provinces Unies ainsi que les carrières des acteurs principaux de cette histoire, c’est pour inviter les lecteurs à relire ce bel ouvrage mais c’est aussi parce que Gilles Veinstein l’avait fait en consacrant un quart de son cours de 2007-2008 au Collège de France à ce sujet : cf. la résumé du cours : http://www.college-de-france.fr/media/gilles-veinstein/UPL35525_Gilles_Veinstein_cours_0708.pdf

[2] Bülent Arı, « The First Dutch Ambassador in Istanbul : Cornelius Haga and the Dutch Capitulations of 1612 », thèse de doctorat non publiée sous la direction de Halil İnalcık, Université de Bilkent, 2003

[3]Voir notamment Viorel Panaite, « Western Merchants and the Ottoman Law : The Legal Section of the Turkish Manuscript no 130 from the Bibliothèque Nationale in Paris », Revue des Études Sud-Est Européennes, XLV (2007), p. 45-62.