Archives du mot-clé Droit Islamique

[Lecture] Ghislaine Lydon – Lundi 7 décembre, salle Perroy (Sorbonne)

Nous avons l’honneur et le plaisir de vous annoncer que Ghislaine Lydon (UCLA) donnera une lecture le lundi 7 décembre de 15 heures à 17 heures en salle Perroy à la Sorbonne, avant le séminaire hebdomadaire de l’IHMC.

Cette lecture aura pour titre Economies de Papier et Papiers de l’Economie: Esquisse comparative sur la place de l’écrit dans l’histoire commerciale

Professeure assistante à la University of California, Los Angeles, G. Lydon est spécialiste de l’histoire moderne de l’Afrique de l’Ouest, et notamment des échanges transsahariens d’un point de vue commercial et légal. Elle est l’auteure de On Trans-Saharan Trails: Islamic Law, Trade Networks and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa et a co-édité avec Graziano Krätli l’ouvrage collectif The Trans-Saharan Book Trade. Manuscript Culture, Arabic Literacy and Intellectual History in Muslim Africa.

G. Lydon travaille actuellement à la publication d’un ouvrage intitulé Contracting Trust: Paper, Literacy and the Law in the History of Muslim Africa. Cet ouvrage

examines the impact of literacy and writing paper in the organization of early modern and modern Muslim and non-Muslim economies. This is a broad study that begins with a history of the production and use of paper in world history, and goes on to consider how legal institutions and commercial literacy shaped ‘paper economies.’ Depending on the religious frameworks and legal cultures supporting these institutions, they experienced different economic development outcomes.

Nous espérons vous y voir nombreux.

[Francisco Apellaniz] Articles remis et travaux en cours

Nous vous présentons aujourd’hui trois résumés d’articles remis ou en cours d’évaluation de la part de Francisco Apellaniz, membre du projet ERC et actuellement Marie Curie Fellow au European University Institute de Florence.

Western Notaries and Islamic Judges : Solving Conflict in the Mamluk Cities of Commerce

It has become fashionable in recent times to understand cross-cultural trade as the effect of informal cooperation, with religious and ethnic diasporas laboring to grant the necessary trust and helping to circumvent the inconveniences of formal justice. However, Mediterranean merchants made an extensive use of legal artifacts to secure mixed arrangements and kept going to court. In this article I show how a shared notarial culture made possible for merchants of both Islam and Europe to provide written, legal support for their common dealings. Complementarily, I turn to analyze how mixed, interfaith cases were ultimately brought before the Royal Siyāsah Courts in Mamluk Alexandria and Damascus. Notarial agreements, drawn up by Islamic and Latin notaries set the grounds for the informal settlement of disputes. Where informal arrangements did not suffice, the Siyāsah Courts spread their jurisdiction over commercial matters regarding foreign merchants. Together, these two institutions helped to overcome the fundamental problem of conflict resolution in mixed cases. By examining how Latin notaries and Islamic judges dealt with testimony and proof, this article determines the degree of judicial cooperation that actually existed between the two legal systems.

 

Florentine Networks in the Middle East in the Early Renaissance

Though Florentines represented a minority group in the Mamluk sultanate and their business interests were relatively minor, a common identity laid the foundations for their commercial associations. Yet identity was put at play very differently by the members of these networks, and their common belonging, it will be argued, was subjected to manipulation and differently perceived and displayed within the same group, and, according to circumstance, by the same actors. Deprived of the normative and institutional configuration of the European communities, and isolated from government control, Florentine identity in the Middle East was blurred when compared with existence in Italian cities where merchants and exiles flocked in large numbers and whose activities were closely monitored by the Florentine government. Instead, Florentines in the East coalesced into groups that could be more easily entered or left through the manipulation of practices, such as language, family origins, or legal norms such as citizenship.

Article under review status at the Mediterranean Historical Review

 

Venetian Trading Networks in the Medieval Mediterranean

To understand the system of business relations within the commercial network of the Republic of Venice, this article adopts a network analysis that differs from a standard narrative based on a privileged subset of actors or relations. It allows us to examine the socially mixed group of entrepreneurs, brokers, and shippers at the heart of Venice’s economic system, as well as the various conditions under which they operated. Venice’s overseas mercantile relations, shaped by the ruling patriciate, were riddled with  restrictions upon foreigners and colonial subjects. The Venetian trading community centered in Alexandria from 1418 to 1420 exemplified this far-reaching Venetian system during the fourteenth and fifteenth centuries. It featured a number of lower-rank characters negotiating, flaunting, and frequently breaking the rules, all to the greater profit of the empire.

Journal of Interdisciplinary History (Forthcoming, Issue 2 – Autumn 2013)

[Colloque] L’étude des documents légaux : nouvelles approches de la papyrologie et de la diplomatique arabes

Collège de France – Site Cardinal Lemoine
Salle Levi-Strauss – 75005 Paris
27-29 juin 2013
Organisateurs : Lahcen Daaïf et Moez Dridi dans le cadre du Projet ILM
 

S’efforçant  d’interroger  autrement  le  matériau  papyrologique  et diplomatique,  ce  colloque  se  propose  d’éclairer  le  rapport  entre matérialité  des sources  et  conception  de  l’histoire. D’une  part,  il  explore  le  fonctionnement  du système  judiciaire musulman,  et  à  travers  lui,  le  statut  juridique  des minorités religieuses,  de  l’autre,  il  réexamine  le  rapport  du monde musulman médiéval  à l’Autre,  aux  pays  limitrophes  de  la  dār  al-ḥarb.  Aussi  la  réflexion  des interventions  qui  ponctuent  ce  colloque  porte-t-elle  sur  les  documents  légaux  et écrits officiels à la faveur d’approches croisées rendues possibles grâce aux divers domaines  de  recherche  qui  y  sont  explorés,  histoire,  religion,  droit  normatif  et archéologie.

Qu’ils soient d’Orient (Égypte, Syrie) ou d’Occident musulman (Maghreb, al-Andalus),  les  témoignages  dont  sont  porteurs  ces  écrits  légaux  et  officiels, objets d’une analyse pluridisciplinaire, contribuent à renouveler notre vision de la fonction et de l’autorité des acteurs judiciaires comme de celles des détenteurs du pouvoir politique au Moyen Âge.

Jeudi 27 juin 2013

14h00 -14h30 : Accueil et mot d’ouverture

1)      Réflexions sur le système judiciaire musulman : théorie et pratique

Présidente de séance : A. Zomeño

14h30-15h15 : Mohamed Nasr Abdelrahman Gad (Université Aïn Shams, Le Caire), يسدقلا مرحلا قئاثو ءوض يف ةيكولمملا سدقلا يف ةمذلا لهل ةيئاضقلا تلماعتلا

15h15-16h00 : Brahim Jadla (Université de la Manouba, Tunis), « Les experts judiciaires d’après le manuscrit 18067 (BNT) (les Waṯā’iq d’Ibn Hārūn) »

16h00-16h30 : Pause café

16h30-17h15 : Christian Müller (CNRS-IRHT), « Les actes du qāḍī (Xe -XVI e siècle) : quelles formes et quels contenus ? »

17h15-18h00 : Mathieu Tillier (IFPO-Damas), « Deux papyrus du II e /VIII e siècle relatifs à l’administration judiciaire de Fusṭāṭ »

Vendredi 28 juin 2013

2)      La pratique notariale à travers les documents légaux

Président de séance : B. Jadla

10h00-10h45 : Ursula Bsees (Université de Vienne), « Un héritage, une vente et un troisième document : P. Cair.EgLib.inv.339v »

10h45-11h30 : Lahcen Daaif (CNRS-IRHT), « Signalement des rectifications et des additions (mulḥaqāt) dans les actes légaux »

11h30-11h45 : Pause café

11h45-12h30 : Bassam Dayoub (Université Paris 1) « Les actes de waqf gravés sur la pierre à Damas : éléments de réflexion »

12h30-14h00 : Pause déjeuner

Président de séance : Ch. Müller

14h00-14h45 : Moez Dridi (CNRS-IRHT), « Le ʿakkām dans la caravane des pèlerins : un métier méconnu, revu à la lumière d’un document légal inédit »

14h45-15h30 : Wissem Gueddich (CNRS-IRHT), « Trois actes de vente d’esclaves rédigés en trois langues (hébreu, arabe, judéo-arabe) : différence et similitude »

15h30-16h00 : Pause café 16h00-16h45 : Naïm Vanthieghem (Université libre de Bruxelles), « Dans l’intimité des notaires égyptiens : témoignages papyrologiques »

16h45-17h30 : Amalia Zomeño (CSIC-Madrid), « Still New Discoveries of Arabic Legal Documents : The Collection of the Historical Archive in Granada »

Samedi 29 juin 2013

3)      Documents témoins : rapport aux minorités et aux pays étrangers

Président de séance : M. Tillier

9h30-10h15 : Farid Bouchiba (RELMIN-Nantes) : « Les formulaires notariaux (kutub al-waṯā’iq) : outils pour l’étude de la conversion des chrétiens, juifs et mazdéens à l’islam en al-Andalus »

10h15-11h : Tamer El-Leithy (Université de New York) : « The Biography of a Coptic cul-de-sac : Reconstituting Kin and Home, Rethinking (Dhimmi) Community and (Islamic) Law »

11h-11h15 : Pause café

11h15-12h : Mohamed Ouerfelli (Université d’Aix-en Provence), « La normalisation des relations diplomatiques au Moyen Âge : les traités de paix et de commerce entre Pise et le Maghreb (XII e – XIVe ) »

12h- 12h45 : Ch. Müller, L. Daaif, M. Dridi, M. Rouabah : animation d’un atelier sur CALD : Comparing Arabic Legal Documents.

12h45-13h00 : Mot de clôture

Contact : Muriel Rouabah
muriel.rouabah@irht.cnrs.fr
Tel. 01 44 27 18 96
 
programme_ILM_juin

The Capitulations and the Ottoman Legal System: Remarques complémentaires

Nous avions publié dans un billet précédent un compte rendu de lecture de l’ouvrage de Maurits H. Van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System, par Mathieu Grenet, membre de notre programme ERC. A l’occasion des rencontres organisées par le programme de recherche « Les fonctions marchandes du consul en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XIXe siècles) », Mathieu Grenet a eu l’occasion de revenir sur un thème particulier de l’ouvrage, à savoir la question des faillites à partir des études empiriques de l’auteur. En voici la teneur.
 

Les études empiriques constituent l’un des points forts de ce livre, un point qui mérite donc quelques développements complémentaires. La question des faillites fait l’objet d’un chapitre entier (le 5e, intitulé « Bankruptcy », p. 207-262). Ce chapitre se compose d’une introduction (pp. 207-208), de deux développements et d’une conclusion (pp. 259-261). Le premier développement (pp. 208-226) touche aux procédures juridiques mises en œuvre dans le traitement des faillites au Levant, et le second (pp. 226-259 et tab. p. 262) correspond à l’étude de quatre cas de faillite à Alep dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Van den Boogert commence par reformuler une série d’observations déjà bien connues des historiens du commerce levantin :

  1. Le manque de liquidités constitue un problème récurrent voire permanent du négoce du Levant, qui explique le caractère massif du recours au crédit parmi les marchands européens.
  2. En retour, la densité et l’importance (en termes de volume financier) des liens unissant débiteurs et créanciers, laisse constamment planer la menace d’une chaine d’insolvabilité à l’échelle locale voire transnationale.
  3. Insolvabilité ne signifie pas faillite, puisqu’un marchand insolvable peut être autorisé par ses créanciers à continuer ses affaires, généralement sur la promesse d’un prochain remboursement. On observe donc une fois encore l’importance capitale de la réputation dans les circuits économiques du Levant.

La conclusion principale que van den Boogert tire de ces observations est que la faillite ne constitue pas un « accident » ou une « circonstance exceptionnelle » de l’activité négociante, mais un événement courant, faisant partie intégrante des mécanismes du crédit au Levant.

 

L’analyse prend un tour plus innovant, lorsque l’auteur propose de s’intéresser à la résolution juridique de cas de faillites dans l’Empire ottoman au XVIIIe siècle.

Un premier constat est celui du caractère malheureusement fragmentaire des sources à la disposition de l’historien : ne sont en effet parvenus jusqu’à nous que les cas impliquant les consuls et les ambassadeurs européens, et qui sont généralement les cas les plus complexes juridiquement. Le paradoxe est donc que l’état de la documentation rend plus aisée la reconstruction d’une large faillite ayant impliqué des marchands sur plusieurs continents, que celle d’une « petite » faillite locale.

Un second aspect original de l’analyse de van den Boogert réside dans son traitement des mécanismes coercitifs dont l’Empire ottoman dispose à l’encontre des faillis (pp. 210-211). En l’occurrence, il insiste sur le caractère courant de l’emprisonnement pour dettes, une pratique du droit islamique qui est également garantie par les Capitulations, et dont seuls les consuls et leurs drogmans sont théoriquement exemptés. De fait, cette forme d’emprisonnement temporaire est tellement courante, que l’Empire dispose à cet effet de lieux de détention spécifiques, dont certains observateurs européens proposent même de généraliser l’usage dans leur propre pays[1]. Quant à la procédure lancée par les consulats européens en cas de faillite d’un de leurs nationaux (pp. 217-218), elle comprend la mise sous séquestre des biens du failli, l’établissement d’un inventaire, l’appel lancé aux créanciers pour se faire connaître, la mise en vente des biens afin de régler ses dettes, et l’éventuel l’emprisonnement du failli dans la prison attenante au consulat de sa « nation » (l’arrestation du prévenu pouvant alors être faite par les autorités ottomanes a la demande du consul lui-même, cf. pp. 219-220). L’auteur évoque enfin la conversion à l’Islam (p. 212), souvent décrite comme le moyen pour un marchand européen d’échapper à ses créanciers, et dont il s’attache à montrer qu’il s’agit en réalité d’une pratique dont le net durcissement au cours du XVIIIe siècle (elle doit par exemple être confirmée en présence du consul de l’ancienne « nation » du converti) a très certainement du finir par dissuader ce type de calculs.

Un troisième axe fort de l’étude de van den Boogert concerne enfin l’intervention des consuls européens, dont la capacité d’action se limite traditionnellement aux seuls conflits n’engageant que leurs nationaux et protégés – l’implication de sujets ottomans devant théoriquement entrainer le transfert immédiat du contentieux devant les tribunaux islamiques. Van den Boogert suggère trois révisions à cette partition quelque peu simpliste entre autonomie juridique des « nations » européennes, et prévalence du droit local.

  1. Il souligne d’une part qu’il s’agit là d’une simple coutume, puisque les Capitulations n’établissent à aucun moment le degré d’implication des tribunaux islamiques dans les cas de faillites de marchands européens. Au contraire, certains passages des capitulations mentionnent même la possibilité offerte aux Européens de recourir à la justice islamique dans les conflits qui les opposent entre eux (pp. 212 et 229).
  2. Van den Boogert s’appuie ensuite sur un article des capitulations anglaises de 1675, pour suggérer que les consuls anglais coopèrent avec les tribunaux islamiques afin de régler les faillites de leurs nationaux : l’article en question (n° 73) établit en effet les sommes devant être réglées aux deux principaux officiers du tribunal ottoman (l’huissier, ou mübaşir, et le messager, ou çavuş) en cas de condamnation pour faillite d’un marchand anglais (pp. 212-213).
  3. L’auteur souligne également le statut particulier du consul lui-même au regard de la justice ottomane : si seule la Porte est théoriquement en mesure d’entendre les affaires les concernant, il semble qu’il puisse également être appelé à comparaitre devant le qadi – auquel cas il cherchera le plus souvent à déléguer son drogman à sa place (pp. 228-229).

Van den Boogert revient enfin sur un lien essentiel entre représentation consulaire et mécanismes du crédit : en l’occurrence, le fait qu’avant même l’époque ottomane, les consuls européens aient été perçus comme les garants – au sens économique du terme – de leurs nationaux, particulièrement en cas d’insolvabilité ou de fuite de ces derniers. Si la responsabilité personnelle des représentants européens n’est plus engagée dans de telles circonstances depuis le XVIe siecle, van den Boogert pointe une certaine rémanence dans l’opprobre que la fuite d’un marchand endetté constitue de jeter sur l’ensemble de sa nation – et tout particulièrement sur le consul, tenu implicitement responsable de la défection d’un de ses nationaux (pp. 218-219).

 

L’étude de cas présentée par van den Boogert s’articule autour des faillites, dans les premiers mois de l’année 1763, de quatre magasiniers (warehousemen) maronites, les frères Jarmanos, Yusuf et Antun Sadir, ainsi qu’Antun Diyab. Sujets ottomans, les quatre faillis sont par ailleurs tous protégés européens – Jarmanos Sadir et Antun Diyab sont sous protection hollandaise, tandis que Yusuf et Antun Sadir sont protégés anglais. Enfin, les quatre faillites apparaissent étroitement liées les unes aux autres : après que Jarmanos se soit déclaré insolvable en janvier 1763, c’est au tour de ses frères (et garants) Antun et Yusuf de devoir se déclarer en faillite, avant que le partenaire commercial de Jarmanos, Antun Diyab, ne soit finalement rattrapé par les dettes de son ancien associé.

Une cinquième faillite est enfin liée aux précédentes, en l’occurrence celle du marchand anglais Thomas Lansdown, actif à Alep à la fois en qualité d’agent d’autres marchands anglais, et pour son propre compte[2]. La faillite de Lansdown fait suite à la banqueroute de Yusuf et Antun Sadir, dont il s’était porté caution. Or, la « chance » de Lansdown est, selon van den Boogert, de n’avoir aucun créancier ottoman, et ceci précisément grâce au recours à ces mêmes intermédiaires maronites qui causeront sa perte. Comme d’autres marchands européens, Lansdown a en effet établi une « barrière juridique » (legal barrier) entre lui et ses partenaires ottomans : toutes les transactions engageant ces derniers sont réalisées au nom des Sadir, qui revendent ensuite à Lansdown les produits achetés, cette fois-ci au cours de transactions non enregistrées auprès des tribunaux locaux. En pratique, il est donc virtuellement impossible, lors de la procédure, de lier le nom de Lansdown à celui d’un partenaire ottoman autre que les frères Sadir : Lansdown comme le consulat anglais d’Alep étant ainsi assurés que les autorités ottomanes n’interviendraient pas dans l’affaire, van den Boogert juge que ce cas « was probably how the European representatives in the Ottoman Empire wished all bankruptcies would be » (p. 214).

Il en va bien sûr différemment des frères Sadir et d’Antun Diyab, dont la qualité de sujets ottomans et de protégés européens, implique que leurs faillites soient juridiquement résolues à travers une négociation entre autorités ottomane et consulaire – et l’on sait que dès le mois de mars 1763, le qadi d’Alep écrit à la Porte pour demander que lui soit donnée la pleine juridiction sur les faillites des frères Sadir (p. 242). Or, si les prévenus sont d’abord incarcérés dans la prison de leurs consulats respectifs, leurs affaires connaissent des trajectoires très différentes.

Coté anglais, la faillite d’Antun et Yusuf Sadir semble devoir être liquidée rapidement par le consulat avec la collaboration de deux faillis et de l’assentiment de leurs créanciers (pp. 235-236). Cette apparente harmonie se brise néanmoins contre la décision de l’un des créanciers, Abdalqadir Amiri, de porter l’affaire devant le qadi : contestant la qualité de drogman des frères Sadir, celui-ci parvient à les priver de la protection juridique anglaise, et à faire juger leurs faillites selon les lois islamiques – et ceci malgré la mobilisation des marchands anglais et français d’Alep et d’Istanbul contre cette mesure.

Coté hollandais, en revanche, l’affaire prend dès le début un tour extrêmement complexe (pp. 236-242). Au soupçon de faillite frauduleuse rapidement jeté sur Jermanos Sadir et Antun Diyab, s’ajoute la contestation qui s’élève contre la capacité du consul hollandais, Jan Heemskerk, à juger ces affaires, au nom du conflit d’intérêt que fait peser sur l’affaire sa double position de juge et partie – il est en effet l’employeur et l’un des principaux créanciers des deux faillis. Ainsi, seuls trois créanciers choisissent de s’en remettre à la justice consulaire : en l’occurrence trois importants percepteurs ottomans, qui se retrouvent presque immédiatement dédommagés de leurs pertes par le consulat. Il est alors tentant de déduire que le choix de la juridiction consulaire ait permis aux Ottomans d’instaurer un rapport de force qui, du fait de la menace qu’ils font peser d’un dessaisissement de l’affaire au profit des tribunaux islamiques, ne peut que jouer en leur faveur. Mieux, les trois Ottomans menacent avec succès Jan Heemskerk d’une fatwa l’obligeant à régler personnellement les dettes de ses nationaux, afin d’obtenir un règlement rapide – et, semble-t-il, sur les propres deniers du consul – de leurs créances ! La liquidation du reste de la faillite est marquée par le choix du reste des créanciers de Sadir et Diyab de se tourner vers la justice du qadi, et donc de contourner ouvertement ce que le consul hollandais considère comme sa prérogative juridique. Hemskerk répond alors en tentant à son tour de contourner les autorités ottomanes locales, et en en appelant directement à la Porte (en l’occurrence le divan-ı hümayun, ou conseil impérial) : la stratégie du consul se heurte pourtant au refus d’Istanbul d’entendre d’une affaire qu’elle considère relever des pouvoirs locaux, et dont elle confie officiellement l’instruction au qadi d’Alep. Le détail de cette dernière (pp. 248-259), qui s’étend sur de long mois, éclaire d’un jour original la procédure juridique islamique dans l’Empire ottoman, et permet à van den Boogert d’en brosser un tableau bien différent de celui que l’on trouve dans les sources européennes. Bien loin des stéréotypes d’une justice ottomane inique et avide, l’instruction du qadi se révèle en effet minutieuse, respectueuse des droits des prévenus, et dénuée d’a priori idéologiques ou partisans. Sans doute cette affaire est-elle à maints égards particulière, puisque suite aux gesticulations d’Hemskerk, la Porte elle-même a admis suivre ce procès avec la plus grande attention (p. 248). Il n’en reste pas moins que le système juridique ottoman – du moins tel que le présente van den Boogert – se révèle ici non seulement impartial, mais par moments plus favorable aux marchands européens que leurs propres cours consulaires (l’un des trois derniers créanciers ottomans est ainsi débouté de la demande de remboursement qu’il formule à l’endroit d’Hemskerk ; cf. pp. 256-259).

Mathieu Grenet


[1]    Voir par exemple John Howard (1726-1790), An Account of the Principal Lazarettos in Europe with various papers relative to the Plague, 2e éd., Londres, 1791, p. 62 : « Int hose cities which I have seen in Turkey, the debtors have a prison separate and distinct from those of felons. Without such a separation in England, a thorough reformation of the gaols can never be effected. »

[2]    Les historiens du commerce du Levant sont déjà familiers de Lansdown, dont la correspondance constitue la base documentaire de l’étude classique de Ralph Davis, Aleppo and Devonshire Square: English Merchants in the Levant in the Eighteenth Century, Londres, Macmillan, 1967.