Archives du mot-clé empire ottoman

[Parution] Union in Separation

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de l’ouvrage collectif Union in Separation, Diasporic Groups and Identities in the Eastern Mediterranean (1100-1800), coédité par G. Christ, F-J. Morche, R. Zaugg, W. Kaiser, S. Burkhardt et A. D. Beihammer.

Union in Separation_estratto

Edité par Viella et avec l’assistance du projet ConfigMed, l’ouvrage cherche à « étudier les diasporas, et plus particulièrement les diasporas commerçantes, dans la Méditerranée orientale durant le long automne du Moyen-Âge (c. 1100-1800) ». Outre Wolfgang Kaiser, Guillaume Calafat, du projet ConfigMed, figure parmi les auteurs, avec un article intitulé « Osmanlı-Speaking Diasporas: Cross-Diasporic Relations and Intercommunity. Trust between Marseilles, Tunis and Livorno (1600-1650) »

Veuillez trouver ici la préface, une bibliographie sélective et le résumé des articles.

Penser la Méditerranée à l’époque moderne et contemporaine (XVIe-XXe siècle)

Séminaire annuel organisé par

Wolfgang Kaiser, Professeur d’histoire moderne à l’université Paris 1, Directeur d’études à l’EHESS,

Bernard Heyberger, Directeur d’études à l’EHESS et à l’EPHE

Bernard Vincent, Directeur d’études à l’EHESS

En collaboration avec Antonin Durand, ATER à l’ENS Ulm

 

Tous les mardis de 17h à 19 h, du 6 octobre 2015 au 11 janvier 2016

Ecole normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris, salle d’histoire, escalier D, 2ème étage

Contact : wolfgang.kaiser@univ-paris1.fr

Secrétariat d’histoire. Contact: Monique.Bourgeois@ens.fr/ 01 44 32 30 28

 

Partant du constat que la Méditerranée est un objet historique et historiographique attractif mais souvent défini par défaut, et constatant le très petit nombre de lieux d’échange continu entre modernistes et contemporanéistes en histoire méditerranéenne, les organisateurs de ce séminaire proposent une approche des transformations de l’espace méditerranéen sur le long terme (du XVIe au XXe siècle).

 

Programme

6 octobre 2015

Maria Fusaro (Exeter / ConfigMed)

Political Economies of Empire in the Early Modern Mediterranean. The Decline of Venice and the Rise of England 1450-1700

13 octobre 2015

Ali Yacioglu (Stanford)

Wealth and Death in the Ottoman Empire, 16th-19th c.

20 octobre 2015

Celia Keren (Aix-en-Provence)

Une autre histoire de l’internationalisation de la guerre d’Espagne : les évacuations d’enfants espagnols en France entre 1936 et 1939

27 octobre 2015

Peter Hill (Oxford)

Mouvement de traduction en arabe et réseaux méditerranéens, 1800s-1840s : Damiette, Malte et Le Caire

3 novembre 2015

Michael Talbot (Greenwich / ConfigMed)

Algerian Merchants and European Courts (18th c.)  [à confirmer]

10 novembre 2015

Hugo Vermeren (Paris X)

Colonisation maritime en Algérie et peuplement italien à Bône au XIXe siècle

17 novembre 2015

Laura Binz (Berne)

Les catholiques latins à Constantinople aux XVIIe et XVIIIe siècles: Une communauté hétérogène à l’interface entre l’Europe et l’Empire ottoman

24 novembre 2015

M’hamed Oualdi (Princeton / EUI Florence)

De l’Empire ottoman à la colonisation française: les effets d’une transition d’empire sur la formation des familles parmi les exilés tunisiens à la fin du XIXe siècle

1 décembre 2015

Aylin Besiryan (Istanbul / CeTOBAC)

Réformes juridiques ottomanes: Modèles méditerranéens et au-delà

8 décembre 2015

John-Paul Ghobrial (Oxford)

De Samos à Buenos Aires: microhistoire, histoire globale, et l’itinéraire d’un archevêque grec au XVIIème siècle

15 décembre 2015

Isabelle Poutrin (Paris XIII)

Convertir les musulmans dans la péninsule Ibérique à l’époque moderne

4 janvier 2016

Firas Krimsti (Berlin / Istanbul)

Hanna Al-Tabib (D’Alep) and his travel to Istanbul (18th c.)

11 janvier 2016

Clara Alvarez (Paris XIII)

Le royal hôpital de Saint-Jean de Mathe de Tunis: cosmopolitisme dans la régence beylicale

[Conférence] Eléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (XVe – XIXe siècle) / Elements of proof and commercial litigations in the Mediterranean (15th – 19th century)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue des journées d’études intitulées Eléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (XVe – XIXe siècle) / Elements of proof and commercial litigations in the Mediterranean (15th – 19th century), organisées par  Francisco Apellániz, Yavuz Aykan, Rémi Dewière, Wolfgang Kaiser et Johann Petitjean dans le cadre de l’ERC ConfigMed et avec la participation de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, de l’European Research Council et de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC). Vous trouverez ci-dessous l’annonce et le programme. Le flyer est téléchargeable ici en français et ici en anglais.

 

L’European Research Council (Programme Mediterranean Reconfigurations),

l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

et l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine – IHMC présentent

les journées d’étude

Éléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (xve – xixe siècles)

IMG_0243

Joseph VERNET, L’intérieur du port de Marseille vu du pavillon de l’Horloge du Parc (1754)

Paris, 18-20 juin 2015

Salle Marc Bloch (galerie Rollin, escalier C, 2e étage)

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

17, rue de la Sorbonne 75005, Paris

Présentation

Que nous apprennent les artéfacts probatoires produits pour régler les litiges commerciaux au sujet de la configuration juridique de la Méditerranée entre les xve et xixe siècles ?

Depuis 2012, le programme européen ConfigMed s’attache à étudier les litiges commerciaux, le pluralisme juridique et le commerce interculturel en Méditerranée, à la croisée de traditions, de régimes et de référents juridiques divers dont il s’agit d’étudier les rencontres, les compromis et les éventuelles contaminations à partir des conflits impliquant des acteurs économiques venus d’Europe, de l’empire ottoman et du Maghreb.

Ce workshop ambitionne de poursuivre ces travaux et ces réflexions en mettant tout particulièrement l’accent sur la production et la circulation des éléments de preuve en Méditerranée. En partant de l’examen des certificats, des attestations et des déclarations, on tâchera d’examiner leurs effets, tant sur le monde des affaires que sur des systèmes juridiques souvent pensés comme étanches.

L’un des axes structurants de ce workshop consistera à analyser les procédures propres au règlement des litiges commerciaux à travers la production et la circulation de certificats et d’attestations dont les origines, la diversité formelle, la matérialité et les logiques devraient être à même de fournir de nouveaux éléments de réflexion quant à la nature des conflits commerciaux en Méditerranée, aux modalités de leur résolution, ainsi qu’au fonctionnement concret des institutions qui participent de cette résolution.

Ceci passera nécessairement par l’examen attentif de la circulation des preuves et de leur usage, c’est-à-dire, dans de nombreux cas, par la reconstitution de ces chaînes d’écriture et de réécriture. Cette démarche devrait produire matière à discuter la pertinence des frontières habituellement tracées pour séparer des univers que l’enquête révèle souvent poreux, telles que celles qui opposent l’oral et l’écrit ou empêchent de penser la proximité et les échanges entre le privé et le public.

En considérant les pièces probatoires comme des médias, le workshop abordera le rôle de la preuve dans l’analyse des processus de communication et l’interprétera comme un scénario privilégié de créativité légale et culturelle dans un espace transméditerranéen formé par et pour la résolution des litiges commerciaux.

 

Presentation

What can the evidentiary artifacts that are deployed to resolve commercial litigations tell us about the legal configuration of the Mediterranean between the fifteenth and nineteenth centuries?

Since 2012, the European research program ConfigMed has been studying commercial disputes, legal pluralism, and intercultural trade in the Mediterranean, at the crossroads of different traditions, legal regimes and referents. In this context, our method helps to focus on the encounters, compromises and possible exchanges which resulted from conflicts involving economic actors from Europe to the Ottoman Empire and North Africa.

This workshop aims to continue this work and these reflections with a particular emphasis on the production and circulation of the elements of legal proof in the Mediterranean. Based on the examination of written certificates and declarations, we propose to examine their effect on both the commercial world and legal systems that are often seen as closed within itself.

One of the primary axes of this workshop will be the analysis of the procedures of dispute resolution through the production and circulation of certificates and written testimonies. The origins, formal diversity, materiality and logic of these artifacts should be able to provide food for thought on the nature and resolution of disputes, as well as the practical functions of institutions.

This will necessarily involve careful consideration of the circulation and use of evidence, for the reconstitution of the chain of correspondences between litigants, intermediaries and user or producer institutions of evidentiary elements. This should produce material to discuss the relevance of the boundaries usually drawn between worlds that seem to be permeable, such as those opposing the oral and the written, the private and the public.

By considering these evidentiary pieces as instruments, the workshop will address the role of evidence in the analysis of communication processes and interpret it as a privileged scenario of legal and cultural creativity in a trans-Mediterranean space formed by different resolutions of commercial litigations.

Programme/Program

18 Juin/June 2015       13 h 30 – 14 h

Wolfgang Kaiser (Paris 1 & EHESS, IHMC, ConfigMed) : Accueil / Welcome

 

14 h – 18 h

Première Section / First Section : Accéder à la justice / Access to justice

Président/Chair: Wolfgang Kaiser (ConfigMed)

 

Johann Petitjean (Poitiers, IHMC, ConfigMed) : Introduction

 

Michael Talbot (ConfigMed), When no proof is good enough: An Algerian merchant in British and Dutch courts, 1760s-1770s

Angela Falcetta (Padova), The protean use of justice: Ottoman merchants before the Neapolitan courts, eighteenth-early nineteenth centuries

Mahjouba Bijaoui (EHESS), Litiges commerciaux et naufrages : comment résoudre cet imbroglio ? Le cas du consul espagnol Manuel de la Heras dans la Régence d’Alger à la fin du XVIIIe siècle

Hassan Khalilieh (Haifa), Legal pluralism and judicial sovereignty in Islamic Mediterranean

 

19 Juin/June 2015       9 h 30 – 12 h 30

Présidente/Chair : Jessica Goldberg (UCLA)

Andrea Addobbati (Pisa, ConfigMed), The Pareri «pro veritate» at the Pisan Consoli del Mare

Ana Belem Fernández Castro (ConfigMed), Showing the Truth to the Judge: A Study of Judicial Evidence in Sevillian Commercial Courts during the Sixteenth Century

Tommaso Stefini (Yale), The role of written evidence in trade-related disputes between Ottoman and Venetian subjects: a preliminary enquiry

Mafalda Ade Winter (ConfigMed), Le pluralisme juridique en Syrie ottomane : analyse d’un « inventaire de verdicts et de preuves » du Tribunal de commerce de Damas de 1889

 

19 Juin/June 2015       14 – 18 h

Deuxième Section / Second section :

Par-delà l’oral et l’écrit / Beyond the Oral/Written Divide

 

Francisco Apellániz (ConfigMed) : Introduction

 

Président/Chair : Baudouin Dupret (Centre Jacques Berque, Rabat)

Francisco Apellániz (ConfigMed), You cannot produce a Muslim witness’: Handling Systems of Proof Across Religious Boundaries (15th-16th centuries)

Evelyne Oliel Grausz (Paris 1, IHMC, ConfigMed), Oaths, testimonies and elements of proof in Jewish disputes in early modern Livorno.

Jessica Marglin (USC, Los Angeles), Extraterritoriality meets Islamic Law: Commercial litigation and legal proof in the International Mixed Court of Morocco, 1871-1872

Nandini Chatterjee (Exeter), A Comment from the Mughal Indian perspective

 

20 Juin/June 2015                 9 h 30 – 12 h 30

Présidente/Chair : Maria Fusaro (Exeter, ConfigMed)

Joshua White (Virginia), Litigating Ownership Disputes over Ships and Cargo in Ottoman Courts (17th Century)

Yavuz Aykan (ConfigMed), La preuve dans les litiges commerciaux devant le Divan impérial ottoman à l’époque moderne

Ivelina Masheva (Sofia), Oral Testimonies and Written Documents in Commercial Litigations in the Danube Provinces of the Ottoman Empire in the Tanzimat

 

 

Contact: wolfgang.kaiser@univ-paris1.fr / remi.dewiere@univ-paris1.fr

Présentation de séminaire – Les intermédiaires du commerce interculturel entre « Vénitiens », « Insulaires » et « Turcs » dans les Îles Ioniennes, XVIIe-XVIIIe siècles

La prochaine séance du séminaire doctoral mensuel

Sociétés urbaines méditerranéennes. Histoire et anthropologie (INALCO/CREE, EFA, IFEA et IIAC/LAU/CNRS)

 

aura lieu le lundi 3 mars 2014, 17h00-19h00, salle 5.28

PLC, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

métro : Bibliothèque François Mitterrand

 

Les intermédiaires du commerce interculturel entre «Vénitiens», «Insulaires» et «Turcs» dans les Îles Ioniennes, XVIIe-XVIIIe siècles  

présenté par Mathieu GRENET, ERC ConfigMed

les médiations culturelles dans l’espace méditerranéen, dont il s’agit de prolonger le questionnement autour des notions d’intermédiation, de liminalité et de frontière. Du fait de leur situation à l’interface des empires vénitien et ottoman, mais aussi (et peut-être même surtout) du fait de la qualité de la documentation conservée, les Îles Ioniennes se sont rapidement imposées comme un terrain d’enquête privilégié. Privilégié mais également peut-être problématique, puisqu’il s’agit d’interroger l’importance du contexte insulaire et, par là même, la manière dont les représentations traditionnellement liées à un type d’espace conditionnent à leur tour les questionnements de l’historien. L’intérêt du terrain que constituent les Îles Ioniennes ne se limite bien sûr pas à la simple accumulation des histoires singulières de chacune de ces sept îles –Corfou, Paxos, Leucade, Ithaque, Céphalonie, Zante et Cythère. Incorporées entre la fin XIVe et le début du XVIe siècle au Stato da Mar vénitien, les Îles Ioniennes (ou Heptanèse, du grec hepta nisia, « sept îles ») forment au cours de la période moderne une importante frontière entre Venise et l’Empire ottoman. Suite à la reconquête ottomane, en 1714-1715, des Cyclades, du Péloponnèse, et des deux dernières forteresses vénitiennes dans l’île de Crète (Souda et Spinalonga), elles constituent même l’intégralité du fameux Stato da Mar vénitien au-delà de l’Adriatique. L’importance –voire l’omniprésence- de ce contexte d’antagonisme direct entre Venise et l’Empire ottoman appelle à son tour un examen sommaire des motifs qui imprègnent sur le temps long les caractérisations historiques et géographiques de l’espace ionien, et qui interrogent chacun à sa manière un enjeu de la problématique plus large de l’insularité.

Séminaire medilev-3.03.2014-Grenet

[Journée d’étude] Alep à l’époque ottomane : un requiem

Alep à l’époque ottomane : un requiem

Le Groupe d’études turques et ottomanes (GÉTO) tiendra sa cinquième Journée d’étude, intitulée « Alep à l’époque ottomane : un requiem », le 21 au 22 février 2014 à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM).

Avec la participation de Mafalda Ade, post-doctorante au projet ERC ConfigMed, Sylvain Cornac, Nicolas Jodoin, Stefan Knost, Abraham Marcus, Bruce Masters, Mary Momdjian, Marco Salati, Elyse Semerdjian, Heghnar Watenpaugh, Charles Wilkins et Stefan Winter.

Consulter www.geto.uqam.ca pour plus d’information.

geto

[Compte Rendu] A.H. de Groot, The Ottoman Empire and the Dutch Republic. A History of the Earliest Diplomatic Relations 1610-1630 (revised edition), Leiden, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2012, 276 p.

Les rééditions sont toujours de grande utilité[1]. Le livre de de Groot avait marqué non seulement l’historiographie des rapports ottomano-néerlandais mais aussi celle du fonctionnement de la diplomatie ottomane à l’époque moderne. La fin des années 1970 avait aussi vu deux autres monographies sur des sujets similaires : celle de Susan Skilliter sur les débuts des relations anglo-ottomanes et celle de Bosscha Erdbrink sur l’ambassade d’un autre résident hollandais, Cornelis Calkoen, un important successeur de Cornelis Haga dont l’ambassade à la Porte entre 1612 et 1630 constitue le sujet du livre de de Groot. Espérons que le livre admirable de Bosscha Erdbrink, le moins diffusé de cette trilogie fasse aussi l’objet d’une réimpression.

Les réimpressions de textes fondateurs d’un domaine d’étude particulier sont importantes aussi pour une autre raison : elles nous permettent de réévaluer l’état de l’art. De Groot prétend dans sa nouvelle préface à l’ouvrage que « historical research done in this particular field since 1978 did not make it necessary for [him] to change any of [his] points and conclusions ». Dans une étude plus récente sur le même sujet, une thèse de doctorat non-publiée, Bülent Arı répète les conclusions de l’auteur[2]. Tout de même, celui-ci fait un usage extensif d’une source très peu étudiée par de Groot ­- le ms. suppl. turc 118 de la BNF qui contient, à quelques exceptions près, les pétitions de Haga à la Porte et les ordres émis à la suite de ses démarches ­- et rééquilibre le récit de ce dernier qui, à nos yeux, reste, en dernière analyse, centré sur le côté hollandais. Un autre manuscrit, toujours de la Bibliothèque Nationale de Paris, étudié dans une série d’articles par Viorel Panaite, laisse à voir la préhistoire de ces rapports à travers la lutte pour les fatwas des résidents des rois de l’Angleterre et de la France à la Porte pour la « protection » des marchands hollandais dans la première décennie du XVIIe siècle[3]. Pourtant, dans sa préface, de Groot passe sous silence ces deux contributions majeures. Or, celles-ci auraient pu permettre à l’A. de revenir sur ses points et remettre à jour son récit en fonction de nouvelles problématiques de l’écriture des relations diplomatiques à l’époque moderne (Pour rester dans le cadre de l’Hexagone, évoquons l’école de Lucien Bély).

Enfin, quelques notifications à l’éditeur (qui plus est, sis dans le berceau de l’édition scientifique !). Dans la nouvelle mise en page de la monographie, les notes intra-codicales ne sont pas mises à jour. Un exemple : la note 37 du cinquième chapitre sur le drogman Paolo Bon (p. 188 de la nouvelle édition) – un des acteurs essentiels de cette histoire sur lequel il faudrait consacrer une petite étude – nous renvoie pour plus d’information aux pp. 134-136. Or, ce renvoi est fait par rapport à l’ancienne édition ; dans la nouvelle, il faut aller aux pp. 114-115. Une seconde remarque : les auteurs cités uniquement dans la bibliographie ne doivent pas faire partie de l’index (par exemple, la rubrique N. Iorga). De même, pour les noms de lieux (cf. la rubrique Ankara de l’index).

Güneş Işıksel


[1]Si je m’abstiens de résumer la trame du début des relations entre la Porte et la République de Sept Provinces Unies ainsi que les carrières des acteurs principaux de cette histoire, c’est pour inviter les lecteurs à relire ce bel ouvrage mais c’est aussi parce que Gilles Veinstein l’avait fait en consacrant un quart de son cours de 2007-2008 au Collège de France à ce sujet : cf. la résumé du cours : http://www.college-de-france.fr/media/gilles-veinstein/UPL35525_Gilles_Veinstein_cours_0708.pdf

[2] Bülent Arı, « The First Dutch Ambassador in Istanbul : Cornelius Haga and the Dutch Capitulations of 1612 », thèse de doctorat non publiée sous la direction de Halil İnalcık, Université de Bilkent, 2003

[3]Voir notamment Viorel Panaite, « Western Merchants and the Ottoman Law : The Legal Section of the Turkish Manuscript no 130 from the Bibliothèque Nationale in Paris », Revue des Études Sud-Est Européennes, XLV (2007), p. 45-62.

The Capitulations and the Ottoman Legal System: Remarques complémentaires

Nous avions publié dans un billet précédent un compte rendu de lecture de l’ouvrage de Maurits H. Van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System, par Mathieu Grenet, membre de notre programme ERC. A l’occasion des rencontres organisées par le programme de recherche « Les fonctions marchandes du consul en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XIXe siècles) », Mathieu Grenet a eu l’occasion de revenir sur un thème particulier de l’ouvrage, à savoir la question des faillites à partir des études empiriques de l’auteur. En voici la teneur.
 

Les études empiriques constituent l’un des points forts de ce livre, un point qui mérite donc quelques développements complémentaires. La question des faillites fait l’objet d’un chapitre entier (le 5e, intitulé « Bankruptcy », p. 207-262). Ce chapitre se compose d’une introduction (pp. 207-208), de deux développements et d’une conclusion (pp. 259-261). Le premier développement (pp. 208-226) touche aux procédures juridiques mises en œuvre dans le traitement des faillites au Levant, et le second (pp. 226-259 et tab. p. 262) correspond à l’étude de quatre cas de faillite à Alep dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Van den Boogert commence par reformuler une série d’observations déjà bien connues des historiens du commerce levantin :

  1. Le manque de liquidités constitue un problème récurrent voire permanent du négoce du Levant, qui explique le caractère massif du recours au crédit parmi les marchands européens.
  2. En retour, la densité et l’importance (en termes de volume financier) des liens unissant débiteurs et créanciers, laisse constamment planer la menace d’une chaine d’insolvabilité à l’échelle locale voire transnationale.
  3. Insolvabilité ne signifie pas faillite, puisqu’un marchand insolvable peut être autorisé par ses créanciers à continuer ses affaires, généralement sur la promesse d’un prochain remboursement. On observe donc une fois encore l’importance capitale de la réputation dans les circuits économiques du Levant.

La conclusion principale que van den Boogert tire de ces observations est que la faillite ne constitue pas un « accident » ou une « circonstance exceptionnelle » de l’activité négociante, mais un événement courant, faisant partie intégrante des mécanismes du crédit au Levant.

 

L’analyse prend un tour plus innovant, lorsque l’auteur propose de s’intéresser à la résolution juridique de cas de faillites dans l’Empire ottoman au XVIIIe siècle.

Un premier constat est celui du caractère malheureusement fragmentaire des sources à la disposition de l’historien : ne sont en effet parvenus jusqu’à nous que les cas impliquant les consuls et les ambassadeurs européens, et qui sont généralement les cas les plus complexes juridiquement. Le paradoxe est donc que l’état de la documentation rend plus aisée la reconstruction d’une large faillite ayant impliqué des marchands sur plusieurs continents, que celle d’une « petite » faillite locale.

Un second aspect original de l’analyse de van den Boogert réside dans son traitement des mécanismes coercitifs dont l’Empire ottoman dispose à l’encontre des faillis (pp. 210-211). En l’occurrence, il insiste sur le caractère courant de l’emprisonnement pour dettes, une pratique du droit islamique qui est également garantie par les Capitulations, et dont seuls les consuls et leurs drogmans sont théoriquement exemptés. De fait, cette forme d’emprisonnement temporaire est tellement courante, que l’Empire dispose à cet effet de lieux de détention spécifiques, dont certains observateurs européens proposent même de généraliser l’usage dans leur propre pays[1]. Quant à la procédure lancée par les consulats européens en cas de faillite d’un de leurs nationaux (pp. 217-218), elle comprend la mise sous séquestre des biens du failli, l’établissement d’un inventaire, l’appel lancé aux créanciers pour se faire connaître, la mise en vente des biens afin de régler ses dettes, et l’éventuel l’emprisonnement du failli dans la prison attenante au consulat de sa « nation » (l’arrestation du prévenu pouvant alors être faite par les autorités ottomanes a la demande du consul lui-même, cf. pp. 219-220). L’auteur évoque enfin la conversion à l’Islam (p. 212), souvent décrite comme le moyen pour un marchand européen d’échapper à ses créanciers, et dont il s’attache à montrer qu’il s’agit en réalité d’une pratique dont le net durcissement au cours du XVIIIe siècle (elle doit par exemple être confirmée en présence du consul de l’ancienne « nation » du converti) a très certainement du finir par dissuader ce type de calculs.

Un troisième axe fort de l’étude de van den Boogert concerne enfin l’intervention des consuls européens, dont la capacité d’action se limite traditionnellement aux seuls conflits n’engageant que leurs nationaux et protégés – l’implication de sujets ottomans devant théoriquement entrainer le transfert immédiat du contentieux devant les tribunaux islamiques. Van den Boogert suggère trois révisions à cette partition quelque peu simpliste entre autonomie juridique des « nations » européennes, et prévalence du droit local.

  1. Il souligne d’une part qu’il s’agit là d’une simple coutume, puisque les Capitulations n’établissent à aucun moment le degré d’implication des tribunaux islamiques dans les cas de faillites de marchands européens. Au contraire, certains passages des capitulations mentionnent même la possibilité offerte aux Européens de recourir à la justice islamique dans les conflits qui les opposent entre eux (pp. 212 et 229).
  2. Van den Boogert s’appuie ensuite sur un article des capitulations anglaises de 1675, pour suggérer que les consuls anglais coopèrent avec les tribunaux islamiques afin de régler les faillites de leurs nationaux : l’article en question (n° 73) établit en effet les sommes devant être réglées aux deux principaux officiers du tribunal ottoman (l’huissier, ou mübaşir, et le messager, ou çavuş) en cas de condamnation pour faillite d’un marchand anglais (pp. 212-213).
  3. L’auteur souligne également le statut particulier du consul lui-même au regard de la justice ottomane : si seule la Porte est théoriquement en mesure d’entendre les affaires les concernant, il semble qu’il puisse également être appelé à comparaitre devant le qadi – auquel cas il cherchera le plus souvent à déléguer son drogman à sa place (pp. 228-229).

Van den Boogert revient enfin sur un lien essentiel entre représentation consulaire et mécanismes du crédit : en l’occurrence, le fait qu’avant même l’époque ottomane, les consuls européens aient été perçus comme les garants – au sens économique du terme – de leurs nationaux, particulièrement en cas d’insolvabilité ou de fuite de ces derniers. Si la responsabilité personnelle des représentants européens n’est plus engagée dans de telles circonstances depuis le XVIe siecle, van den Boogert pointe une certaine rémanence dans l’opprobre que la fuite d’un marchand endetté constitue de jeter sur l’ensemble de sa nation – et tout particulièrement sur le consul, tenu implicitement responsable de la défection d’un de ses nationaux (pp. 218-219).

 

L’étude de cas présentée par van den Boogert s’articule autour des faillites, dans les premiers mois de l’année 1763, de quatre magasiniers (warehousemen) maronites, les frères Jarmanos, Yusuf et Antun Sadir, ainsi qu’Antun Diyab. Sujets ottomans, les quatre faillis sont par ailleurs tous protégés européens – Jarmanos Sadir et Antun Diyab sont sous protection hollandaise, tandis que Yusuf et Antun Sadir sont protégés anglais. Enfin, les quatre faillites apparaissent étroitement liées les unes aux autres : après que Jarmanos se soit déclaré insolvable en janvier 1763, c’est au tour de ses frères (et garants) Antun et Yusuf de devoir se déclarer en faillite, avant que le partenaire commercial de Jarmanos, Antun Diyab, ne soit finalement rattrapé par les dettes de son ancien associé.

Une cinquième faillite est enfin liée aux précédentes, en l’occurrence celle du marchand anglais Thomas Lansdown, actif à Alep à la fois en qualité d’agent d’autres marchands anglais, et pour son propre compte[2]. La faillite de Lansdown fait suite à la banqueroute de Yusuf et Antun Sadir, dont il s’était porté caution. Or, la « chance » de Lansdown est, selon van den Boogert, de n’avoir aucun créancier ottoman, et ceci précisément grâce au recours à ces mêmes intermédiaires maronites qui causeront sa perte. Comme d’autres marchands européens, Lansdown a en effet établi une « barrière juridique » (legal barrier) entre lui et ses partenaires ottomans : toutes les transactions engageant ces derniers sont réalisées au nom des Sadir, qui revendent ensuite à Lansdown les produits achetés, cette fois-ci au cours de transactions non enregistrées auprès des tribunaux locaux. En pratique, il est donc virtuellement impossible, lors de la procédure, de lier le nom de Lansdown à celui d’un partenaire ottoman autre que les frères Sadir : Lansdown comme le consulat anglais d’Alep étant ainsi assurés que les autorités ottomanes n’interviendraient pas dans l’affaire, van den Boogert juge que ce cas « was probably how the European representatives in the Ottoman Empire wished all bankruptcies would be » (p. 214).

Il en va bien sûr différemment des frères Sadir et d’Antun Diyab, dont la qualité de sujets ottomans et de protégés européens, implique que leurs faillites soient juridiquement résolues à travers une négociation entre autorités ottomane et consulaire – et l’on sait que dès le mois de mars 1763, le qadi d’Alep écrit à la Porte pour demander que lui soit donnée la pleine juridiction sur les faillites des frères Sadir (p. 242). Or, si les prévenus sont d’abord incarcérés dans la prison de leurs consulats respectifs, leurs affaires connaissent des trajectoires très différentes.

Coté anglais, la faillite d’Antun et Yusuf Sadir semble devoir être liquidée rapidement par le consulat avec la collaboration de deux faillis et de l’assentiment de leurs créanciers (pp. 235-236). Cette apparente harmonie se brise néanmoins contre la décision de l’un des créanciers, Abdalqadir Amiri, de porter l’affaire devant le qadi : contestant la qualité de drogman des frères Sadir, celui-ci parvient à les priver de la protection juridique anglaise, et à faire juger leurs faillites selon les lois islamiques – et ceci malgré la mobilisation des marchands anglais et français d’Alep et d’Istanbul contre cette mesure.

Coté hollandais, en revanche, l’affaire prend dès le début un tour extrêmement complexe (pp. 236-242). Au soupçon de faillite frauduleuse rapidement jeté sur Jermanos Sadir et Antun Diyab, s’ajoute la contestation qui s’élève contre la capacité du consul hollandais, Jan Heemskerk, à juger ces affaires, au nom du conflit d’intérêt que fait peser sur l’affaire sa double position de juge et partie – il est en effet l’employeur et l’un des principaux créanciers des deux faillis. Ainsi, seuls trois créanciers choisissent de s’en remettre à la justice consulaire : en l’occurrence trois importants percepteurs ottomans, qui se retrouvent presque immédiatement dédommagés de leurs pertes par le consulat. Il est alors tentant de déduire que le choix de la juridiction consulaire ait permis aux Ottomans d’instaurer un rapport de force qui, du fait de la menace qu’ils font peser d’un dessaisissement de l’affaire au profit des tribunaux islamiques, ne peut que jouer en leur faveur. Mieux, les trois Ottomans menacent avec succès Jan Heemskerk d’une fatwa l’obligeant à régler personnellement les dettes de ses nationaux, afin d’obtenir un règlement rapide – et, semble-t-il, sur les propres deniers du consul – de leurs créances ! La liquidation du reste de la faillite est marquée par le choix du reste des créanciers de Sadir et Diyab de se tourner vers la justice du qadi, et donc de contourner ouvertement ce que le consul hollandais considère comme sa prérogative juridique. Hemskerk répond alors en tentant à son tour de contourner les autorités ottomanes locales, et en en appelant directement à la Porte (en l’occurrence le divan-ı hümayun, ou conseil impérial) : la stratégie du consul se heurte pourtant au refus d’Istanbul d’entendre d’une affaire qu’elle considère relever des pouvoirs locaux, et dont elle confie officiellement l’instruction au qadi d’Alep. Le détail de cette dernière (pp. 248-259), qui s’étend sur de long mois, éclaire d’un jour original la procédure juridique islamique dans l’Empire ottoman, et permet à van den Boogert d’en brosser un tableau bien différent de celui que l’on trouve dans les sources européennes. Bien loin des stéréotypes d’une justice ottomane inique et avide, l’instruction du qadi se révèle en effet minutieuse, respectueuse des droits des prévenus, et dénuée d’a priori idéologiques ou partisans. Sans doute cette affaire est-elle à maints égards particulière, puisque suite aux gesticulations d’Hemskerk, la Porte elle-même a admis suivre ce procès avec la plus grande attention (p. 248). Il n’en reste pas moins que le système juridique ottoman – du moins tel que le présente van den Boogert – se révèle ici non seulement impartial, mais par moments plus favorable aux marchands européens que leurs propres cours consulaires (l’un des trois derniers créanciers ottomans est ainsi débouté de la demande de remboursement qu’il formule à l’endroit d’Hemskerk ; cf. pp. 256-259).

Mathieu Grenet


[1]    Voir par exemple John Howard (1726-1790), An Account of the Principal Lazarettos in Europe with various papers relative to the Plague, 2e éd., Londres, 1791, p. 62 : « Int hose cities which I have seen in Turkey, the debtors have a prison separate and distinct from those of felons. Without such a separation in England, a thorough reformation of the gaols can never be effected. »

[2]    Les historiens du commerce du Levant sont déjà familiers de Lansdown, dont la correspondance constitue la base documentaire de l’étude classique de Ralph Davis, Aleppo and Devonshire Square: English Merchants in the Levant in the Eighteenth Century, Londres, Macmillan, 1967.

Les intermédiaires du commerce interculturel entre Vénitiens, Insulaires et « Turcs » dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

Après la description du projet de Christopher Denis-Delacour, voici à présent le projet de Monsieur Mathieu Grenet, dans le cadre de l’ERC ConfigMed.

Les intermédiaires du commerce interculturel entre Vénitiens, Insulaires et « Turcs » dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

Cette enquête s’inscrit dans le sillage de mes précédents travaux sur les identités transnationales et les médiations culturelles dans l’espace méditerranéen, dont il s’agit de prolonger le questionnement autour des notions d’intermédiation, de liminalité et de frontière. Du fait de leur situation à l’interface des empires vénitien et ottoman, mais aussi (et peut-être même surtout) du fait de la qualité de la documentation conservée, les Iles Ioniennes se sont rapidement imposées comme un terrain d’enquête privilégié. Privilégié mais également peut-être problématique, puisqu’il s’agit d’interroger l’importance du contexte insulaire pour un questionnaire tel que le mien – et, par là même, la manière dont les représentations traditionnellement liées à un type d’espace conditionnent à leur tour les questionnements de l’historien.

L’intérêt du terrain que constituent les Îles Ioniennes ne se limite bien sûr pas à la simple accumulation des histoires singulières de chacune de ces sept îles – Corfou, Paxos, Leucade, Ithaque, Céphalonie, Zante et Cythère. Incorporées entre la fin XIVe et le début du XVIe siècle au Stato da Mar vénitien[i], les Îles Ioniennes (ou Heptanèse, du grec hepta nisia, « sept iles ») forment au cours de la période moderne une importante frontière entre Venise et l’Empire ottoman. Suite à la reconquête ottomane, en 1714-1715, des Cyclades, du Péloponnèse, et des deux dernières forteresses vénitiennes dans l’île de Crète (Souda et Spinalonga), elle constitue même l’intégralité du fameux Stato da Mar vénitien au-delà de l’Adriatique.

L’importance – voire l’omniprésence – de ce contexte d’antagonisme direct entre Venise et l’Empire ottoman appelle à son tour un examen sommaire des trois motifs qui imprègnent sur le temps long les caractérisations historiques et géographiques de l’espace ionien, et qui interrogent chacun à sa manière un enjeu de la problématique plus large de l’insularité.

  1. Le premier de ces motifs procède d’une lecture géostratégique de la question insulaire : c’est celui des Iles Ioniennes comme « verrous » entre différents espaces maritimes (généralement, l’Adriatique et la Mer ionienne et, au-delà, l’Egée), ou comme « têtes de pont » (et, au 18e siècle, « bases arrières ») de l’expansion vénitienne en Méditerranée orientale[ii].
  2. Le second motif est celui des Îles Ioniennes comme carrefour – ici à la manière dont Denys Lombard a pu parler de « carrefour javanais », c’est-à-dire non pas simplement comme un lieu à la croisée des chemins, mais comme un espace de captation, de hiérarchisation et de redistribution des différents flux qui le traversent[iii].
  3. Enfin, le troisième et dernier motif est celui de la frontière, qui se décline selon deux modes en apparence antithétiques : d’une part celui du limes (et on rappellera par exemple que la ville de Corfou est dotée d’un impressionnant système défensif de fortifications, ainsi que d’un lazaret très actif )[iv] ; d’autre part, celui de la « frontière franchissable », avec notamment une pratique intensive du commerce interlope, de la contrebande et de la piraterie[v].

Prenant acte de l’importance de ces motifs dans notre compréhension des dynamiques propres à l’espace insulaire ionien, mon enquête entend saisir dans leur pluralité les figures de l’intermédiation entre acteurs du commerce interculturel. Il s’agira donc d’évaluer la fréquence des recours à ces figures d’intermédiaires (interprètes, conseillers commerciaux et juridiques, commis, agents, notaires, etc.), mais également de d’examiner les ressources que celles-ci mettent à disposition des acteurs du commerce interculturel. Et si ma documentation porte en priorité sur des litiges commerciaux entre sujets vénitiens et ottomans, je n’entends pas me concentrer sur la seule dimension contentieuse, mais envisager également les multiples formes de coopération interculturelles.

En retour, la fréquence de ces interactions invite à resituer le commerce interculturel dans les Îles Ioniennes dans une série de dynamiques politiques et juridiques plus larges, qui engagent les Vénitiens et les Ottomans, ainsi qu’une variété d’autres acteurs, groupes et pouvoirs locaux. Au-delà du nécessaire effort de contextualisation du local, il s’agira ici aussi bien la place des îles dans les stratégies des États vénitien et ottoman[vi], que les dynamiques inter-insulaires propres à l’espace ionien (circulations, rivalités, dépendance, hiérarchisations, etc.).


[i] Cythère tombe sous domination vénitienne dès 1363, puis Corfou en 1386, Zante en 1485, Céphalonie en 1500 et Ithaque en 1503. Quant à Leucade, elle est disputée par les Vénitiens et les Ottomans jusqu’à la guerre de Morée de 1684-99, avant d’être incorporée au Stato da Mar vénitien.

[ii] Nicholaos G. Moschonas, « Navigation and Trade in the Ionian and Lower Adriatic Seas in the Eighteenth Century », in Apostolos E. Vacalopoulos, Constantinos D. Svolopoulos et Béla K. Kiraly (dir.), Southern European Maritime Commerce and Naval Policies from the Mid-Eighteenth Century to 1914, Boulder (Co), Social Science Monographs, 1988, pp. 189-196.

[iii] Nikos S. Vlassopoulos, Marchands Ioniens en Méditerranée, XVIe-XVIIIe siècles (en grec), Athènes, Finatec, 2001 ; Maria Fusaro, « Les Anglais et les Grecs. Un réseau de coopération commerciale en Méditerranée vénitienne », Annales H.S.S., 58/3 (2003), pp. 605-626 ; Gerassimos D. Pagratis, « Merchants and Shipowners in Venetian Corfu in the first half of the Sixteenth Century », in Maria Cristina Chatziioannou et Gelina Harlaftis (dir.), Following the Nereids: Sea Routes and Maritime Business, 16th-20th Centuries, Athènes, Kerkyra, 2006, pp. 31-43.

[iv] Coll., Venezia e la difesa del Levante, da Lepanto a Candia (1570-1670), Venezia, Arsenale Editrice, 1986 ; Katerina Konstantinidou, « Gli Uffici di Sanità delle Isole Ionie durante il Seicento e il Settecento », Studi Veneziani, 49 (2005), pp. 379-391.

[v] Le thème n’est pas nouveau, ainsi qu’en témoignent les travaux classiques de Georges Douin, La Méditerranée de 1803 à 1805 : pirates et corsaires aux Iles Ioniennes, Paris, Plon-Nourrit, 1917 ; Jean Savant, « Pirates et corsaires septinsulaires », L’Hellénisme contemporain, Athènes, 1940. Nous empruntons la notion de « frontière franchissable » à Natividad Planas, « La frontière franchissable : normes et pratiques dans les échanges entre le royaume de Majorque et les terres d’Islam au XVIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 48/2 (2001), pp. 123-147.

[vi] Sur ce point, voir Nicolas Vatin et Gilles Veinstein, « Introduction », in Insularités ottomanes, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, p. 10.

[Compte rendu de Lecture] Maurits H. Van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System

Ce billet a été une première fois publié dans le numéro 84 de la revue les Cahiers de la Méditerranée en 2012. Son auteur étant membre du projet ERC ConfigMed, nous avons jugé utile de le publier sur notre site, avec l’aimable autorisation de la rédaction de la revue.
 
« Mathieu Grenet – Maurits H. van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System : Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 84 | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012. URL : http://cdlm.revues.org/6587
 
Nous publierons prochainement le compte rendu d’une discussion autour de l’ouvrage qui eut lieu le 16 mars 2012 dans le cadre du Programme de recherche « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècles) : consuls et agents consulaires. État des Connaissances » (voir notre billet sur cette journée)
 

L’historien néerlandais Maurits van den Boogert a publié en 2005 une version remaniée d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Leyde quatre ans plus tôt. Il s’agit d’un travail majeur, dont les qualités témoignent du dynamisme des « études ottomanes » dans le monde académique européen depuis maintenant près de deux décennies. De par son activité, van den Boogert est lui-même un acteur important de ce mouvement : chercheur à l’Institut d’Etude de l’Islam Moderne de Leyde, responsable de la collection The Eastern Question aux éditions Brill, il est également un historien prolifique, auteur ou co-éditeur de cinq ouvrages ainsi que de nombreux articles, tous parus depuis 2003. Il est enfin étroitement associé au projet-fleuve que constitue la troisième édition de la vénérable Encyclopedia of Islam, pour laquelle il a rédigé un certain nombre de notices importantes sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir plus loin. The Capitulations and the Ottoman Legal System: Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century, est consacré à « la perception, la théorie et la pratique du régime des Capitulations dans le système juridique ottoman du XVIIIe siècle » (p. 3). Ce n’est pas la première fois, loin s’en faut, que les historiens se penchent sur les Capitulations, un ensemble de dispositions juridiques qui, du XVIe au début du XXe siècle, règlent le séjour, le statut et les activités des Européens dans les échelles du Levant et de Barbarie. Plus d’un siècle après sa parution, l’étude pionnière de Francis Rey figure ainsi dans la bibliographie de quasiment tous les ouvrages consacrés au commerce levantin à l’époque moderne, souvent accompagnée du travail classique de Nasim Sousa, publié il y a 80 ans. Mais plus qu’en regard de ces « glorieux ancêtres », le travail de van den Boogert doit être restitué dans le contexte d’un renouveau historiographique, autour d’une question dont se sont récemment emparée certains des plus éminents représentants de l’historiographie ottomane contemporaine. Ce renouveau s’articule autour de trois axes principaux, qui reflètent chacun un courant fort de l’historiographie actuelle, et dont ce livre synthétise admirablement les enjeux en même temps qu’il ouvre des perspectives.Un premier axe vise à resituer les Capitulations dans le système juridique ottoman de l’époque moderne – et donc à réinscrire les rapports entre Empire ottoman et puissances européennes dans un régime qui ne soit pas défini a priori comme celui de l’« exception ». Ainsi que le montre van den Boogert, les Capitulations ne sont pas structurellement exogènes au droit ottoman, mais s’intègrent dans les « coutumes juridiques » qui constituent l’une des trois grandes sources du droit islamique. Un second axe interroge les modalités d’application de ces textes – ou, pour le dire avec Jacques Revel, leur praxéologie. Van den Boogert ne se contente pas de souligner l’écart, déjà bien connu des historiens de l’Empire ottoman, entre « textes » et « pratiques ». Portant l’analyse plus loin, il relève que cette application est nettement moins marquée par l’opposition hiératique de systèmes juridiques ottoman d’un côté, et européen(s) de l’autre, que par un processus constant de négociation entre acteurs et institutions. Le troisième et dernier axe de cette enquête conduit à interroger la manière dont les Capitulations, et en particulier le régime de la « protection » qui lui est étroitement associé, ont donné lieu à différentes constructions historiographiques aux résultats parfois fortement contrastés – depuis l’image des Capitulations comme fer de lance du capitalisme marchand et de l’impérialisme européens dans le Levant, jusqu’à l’idée d’un « détournement » des privilèges européens au profit des minorités de l’Empire. Ici encore, Maurits van den Boogert procède à une salutaire « remise à plat » des enjeux historiques et historiographiques de ces différentes interprétations. D’une part en montrant combien celles-ci sont étroitement liées tant au modèle hégémonique d’un déclin ottoman qui s’étendrait sur les deux derniers siècles de l’Empire. D’autre part en dénonçant l’anachronisme d’une projection sur le XVIIIe siècle du modèle plus tardif d’une inféodation des intérêts de l’Empire à ceux des puissances européennes. La nécessité de repenser ensemble ces trois axes étroitement imbriqués voire co-constitutifs, a conduit Maurits van den Boogert à adopter pour son ouvrage un plan relativement atypique. Outre l’ambitieuse remise en perspective historiographique qui occupe la majeurs partie de l’introduction, The Capitulations and the Ottoman Legal System peut ainsi être subdivisé en deux moitiés à peu près égales. Les trois premiers chapitres sont ainsi respectivement consacrées à : 1) Une étude minutieuse et quasi-philologique des différents textes juridiques sur lesquels se fonde le régime capitulaire – les capitulations (ahdnames), les décrets impériaux (fermans), et les brevets de protection (berats) –, ainsi qu’une présentation des différentes juridictions en charge des affaires concernant les ressortissants européens dans l’Empire ; 2) Une analyse des mécanismes de la protection, et de son extension sur les sujets non-musulmans de l’Empire ; 3) Une réflexion sur les « avanies », que van den Boogert considère à la fois comme une pratique révélatrice des équilibres internes de l’administration ottomane à l’époque moderne, et comme un élément essentiel de l’image d’arbitraire et d’oppression projetée par les Européens sur le système juridique ottoman. Dans le prolongement de ces trois développements, l’auteur organise la seconde partie de son ouvrage autour de trois séries d’études portant chacune sur une figure de conflit juridique – en l’occurrence la succession, la faillite commerciale et le vol. Parce qu’il interroge l’encadrement politico-juridique de la présence européenne dans l’Empire ottoman, et parce qu’il s’efforce de saisir au plus près les mécanismes de l’incessante négociation à l’oeuvre derrière les situations de conflit entre « Européens » et « Ottomans », cet ouvrage jette un regard neuf et stimulant sur la question de la représentation consulaire – et l’on signalera à ce propos que van den Boogert est également l’auteur de la notice « Consul » de l’Encyclopedia of Islam. La contribution de van den Boogert à l’étude de la question consulaire me semble importante sur au moins trois aspects.Le premier concerne la place du consulat dans l’organisation des « nations » européennes au Levant. A première vue, l’auteur paraît se tenir à équidistance de l’étude locale comme de l’approche « interconnectée », qui constituent les deux modèles dominants de la vaste littérature consacrée à la « nations » européennes. Or, ce refus de faire des Echelles du Levant autant d’isolats indépendants ou, à l’inverse, de simples maillons d’une plus vaste chaîne reliant l’ensemble des intérêts européens en Méditerranée orientale, permet également à van den Boogert de récuser un modèle trop strictement hiérarchique des rapports sociaux, économiques et politiques à l’intérieur des différentes « nations » européennes. Dans une perspective assez proche de Fredrik Barth, l’accent mis sur les motifs de négociation aux frontières du groupe permet ainsi d’éclairer ce qui se joue à l’intérieur même de ce dernier. Si l’on ne peut que saluer la finesse avec laquelle est analysée l’interaction entre consuls, marchands (nationaux ou non) et protégés, on regrettera le peu de place accordée aux ordres religieux, dont on sait qu’ils s’appuient en partie sur les réseaux consulaires européens (et en particulier français) pour relayer leur action missionnaire en direction des chrétiens orientaux. Cette critique mise à part, son positionnement chronologique offre une fois encore à l’auteur un observatoire des plus intéressants sur la présence européenne au Levant : si van den Boogert enregistre la mainmise croissante qu’exercent les Etats modernes sur leurs ressortissants installés à l’étranger, il se refuse ainsi à faire des consuls les simples relais diplomatiques au service d’« appareils d’Etat trans-territoriaux », et s’inscrit en faux face à l’homologie trompeuse entre système des « nations » et fabrique du « national ».Un second enjeu concerne les liens entre justice consulaire d’un côté, et de l’autre un système juridique islamique que van den Boogert définit comme flexible et fondé sur l’interpénétration de différentes sources du droit. Pourfendant le cliché de « nations » européennes conçues comme autant d’« enclaves » en terre ottomane, l’auteur réaffirme avec force le haut degré d’intégration des juridictions consulaires à l’intérieur même du système juridique ottoman. Une fois encore, l’idée d’une perte d’influence des tribunaux islamiques dans la résolution des conflits sous le régime capitulaire procéderait donc d’une projection sur la période moderne d’une évolution qui n’intervient que plus tardivement. Ainsi que le suggère le sous-titre le l’ouvrage (Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century), les cadis des cours islamiques restent au XVIIIe siècle les protagonistes du système juridique auquel sont soumises les « nations » européennes, et ce quand bien même les consuls ne ménagent pas leurs efforts pour garantir l’autonomie de leurs juridictions. L’étude des avanies, souvent décrites par témoins et historiens comme un véritable système d’extorsion mis en place au profit des différents potentats locaux, permet ainsi à l’auteur de démontrer que si les juridictions consulaires se heurtent occasionnellement à de puissants obstacles, elles disposent néanmoins d’une réelle capacité de négocier, capacité sur laquelle se fonde en grande partie la pratique juridique entre Ottomans et « Européens ». Loin de s’en tenir à une vision manichéenne du supposé « choc » entre pratiques et cultures juridiques, van den Boogert souligne enfin, à travers ses nombreuses études de cas, que le droit ottoman, s’il se montre strict avec ses propres ressortissants bénéficiant du régime de la protection, ne joue pas systématiquement en défaveur des étrangers – bien au contraire.Une troisième contribution importante de The Capitulations and the Ottoman Legal System à notre compréhension du système consulaire européen au Levant, concerne la question de la protection consulaire. Une fois encore, l’auteur s’inscrit en faux contre l’historiographie traditionnelle de la présence européenne au Levant. Ainsi, alors que celle-ci a longtemps voulu voir dans la multiplications des « protégés » et autres « barataires » un indice de l’effritement de la souveraineté exercée par l’Empire ottomane sur ses propres sujets, van den Boogert propose de revoir cette interprétation à la lumière des nouvelles évaluations chiffrées du nombre de barataires. Une telle démarche n’est en soi pas nouvelle : Bruce Masters et Bernard Heyberger ont ainsi depuis longtemps suggéré, pour le cas alépin, de revoir à la baisse les estimations classiques venant corroborer le scénario d’une explosion du nombre des protégés et des barataires au cours du XVIIIe siècle. Le principal mérite de van den Boogert est ici de procéder à une estimation portant non pas sur une Echelle, mais sur l’ensemble du Levant : en proposant le chiffre – très bas – de 2500 barataires à la fin du XVIIIe siècle, l’auteur nous amène ainsi à reconsidérer en profondeur la conception traditionnelle d’un régime de la protection érigé en instrument de l’impérialisme européen dans le Levant. Quant au stéréotype d’une mètis levantine permettant aux minorités non-musulmanes de l’Empire d’usurper à l’envi les privilèges réservés à une petite élite, il se heurte ici encore aux conclusion de l’examen, par l’auteur, des fructueux efforts produits par l’administration ottomane afin d’encadrer juridiquement l’octroi et la délivrance des précieux brevets de protection.

Mathieu Grenet

Programme de l’atelier international sur l’esclavage dans l’Empire ottoman(23 novembre 2012, Paris) / Ottoman Slavery Workshop Programme (November 23rd,2012, Paris)

Endroit/location: Salle Lévi-Strauss (salle 3, rdc/ground floor),
Collège de France — 52, rue du Cardinal Lemoine, Paris 75005
Organisé par le CETOBAC (Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques) (CNRS-EHESS-Collège de France) et l’EPHE-IVe Section (Fondation Campus Condorcet-UMR 7192)

Argumentaire: L’esclavage est un élément fondamental de la société ottomane dite « classique », mais insuffisamment étudié en raison de l’intérêt qui a été longtemps exclusivement porté sur l’esclavage d’Etat ou à la question des captifs en Méditerranée. A l’heure actuelle, il n’existe aucune synthèse satisfaisante en la matière. Les publications d’Ehud Toledano ont porté sur le commerce des esclaves et sa diminution par étapes au XIXe siècle. Hakan Erdem s’est également intéressé au dernier siècle de l’institution jusqu’à l’éclatement de l’Empire après la fin de la Première guerre mondiale, tandis que Madeline Zilfi a repris la littérature secondaire sous l’optique des gender studies. Or la recherche est en train d’évoluer, notamment la jeune recherche, puisque plusieurs thèses sont actuellement en cours de préparation ou d’achèvement sur des sujets voisins, sous la direction de professeurs prestigieux dans le domaine ottomaniste. L’ambition de l’atelier est de traiter le plus possible des différentes facettes de l’institution de sur les plans thématique, géographique et chronologique. Pour ce faire, les communicants mettront l’accent sur la diversité de leurs sources et leurs approches. La critique de l’historiographie ne sera pas négligée, toutefois la priorité sera donnée à la présentation des travaux inédits. Aborder l’espace ottoman de l’époque moderne en tant qu’aire culturelle fournira potentiellement des outils et des élements nécessaires pour le discernement des spécificités et des traits distinctifs de l’esclavage ottoman, avec la prise en considération de l’évolution historique de l’institution. Sur ce point, la provenance de la documentation des provinces centrales, mais aussi des marges de l’Empire se situe au cœur de l’analyse.

Overview: Slavery is a fundamental component of the so-called « classical » Ottoman society, although it has remained largely unexplored because the research exclusively focused on state slavery (ḳul system) and captives in the Mediterranean. At present, there is no satisfactory synthesis on the matter. Ehud Toledano’s publications aimed at studying the 19th century slave trade and its gradual suppression. Hakan Erdem also examined the institution’s demise in the late Ottoman Empire, whereas Madeline Zilfi analysed the historiography through a gender studies approach. And yet, the research is in constant evolution, especially by young academics. The theses of these young researchers on neighbouring topics to Ottoman slavery, advised by prestigious professors of Ottoman studies, are in progress and/or already submitted. The workshop’s ambition is to tackle different thematic, geographic and chronological aspects of the institution as much as possible. In order to do so, the participants will emphasise the diversity of their sources and approaches. Criticism of historiography won’t be neglected, although the priority will be given to the presentation of unpublished original research. Dealing with the early modern Ottoman space as a cultural area can potentially provide the necessary tools for discerning the specific characteristics and distinctive features of Ottoman slavery, along with the consideration of the institution’s historical evolution. In this respect, the documentation of the central provinces, as well as that of the Empire’s margins will be situated at the heart of the analysis.

9h00-9h30/9:00-9:30 a.m.: Accueil/Welcome-introduction

9h30-11h00/9:30-11:00 a.m.: L’esclavage au quotidien au XVIe siècle / Slavery in 16th century daily life

Président de séance: Wolfgang Kaiser, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/EHESS

Hayri Gökşin Özkoray (EPHE, UMR 7192 – associé CETOBAC): « L’esclavage domestique au XVIe s. dans les provinces dites “centrales” (La Roumélie et l’Anatolie) »

Nur Sobers Khan (University Of Cambridge): « “Firasetle nazar edesin”: Recreating the gaze of the Ottoman slave owner at the confluence of textual genres »

11h00-11h30/11:00-11:30 a.m.: Pause café/Coffee break

11h30-13h00/11:30a.m.-1:00 p.m.: La doctrine juridique de l’esclavage ottoman (XVIe-XVIIIe s.) / The juridical doctrine of Ottoman slavery (16th-18th centuries)

Président de séance: Nicolas Vatin, EPHE

Joshua Michael White (University of Virginia): « Piracy and Slavery in Early Modern Ottoman Islamic Law »

Yavuz Aykan (Humboldt Universität zu Berlin): « Qu’est-ce qu’une ümm-i veled? La question de la loi et de la propriété en corrélation avec la question de la liberté et de l’esclavage »

13h00-14h30/1:00-2:30 p.m.: Déjeuner/Lunch

14h30-16h00/Le sort des Africains subsahariens dans l’Empire ottoman (XVIIIe-XIXe s.) / The fate of Sub-Saharan Africans in the Ottoman Empire (18th-19th centuries)

Président de séance: M’hamed Oualdi (INALCO)

Yiannis Spyropoulos (Université de Crète): « Slaves and Freedmen in Early Ottoman Crete » Michael Ferguson (McGill University): « Enslaved and Emancipated Africans in 19th century « Cosmopolitan Izmir » »

16h00-16h30/4:00-4:30 p.m.: Pause café/Coffee break

16h30-18h00/4:30-6:00 p.m.: Discussion générale: étudier l’esclavage dans l’Empire ottoman / General discussion: studying slavery in the Ottoman Empire

 

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website