Archives du mot-clé Europe

[Appel à communication] Conflits maritimes et moyens de résolution dans l’Europe atlantique

Projet Maritime Conflict Management in Atlantic Europe, 1200-1600

Séminaire International
Conflits maritimes et moyens de résolution dans l’Europe atlantique
(XIIIe-XVIIe siècles)
Université de La Laguna – 21-22 avril 2017

Bien que la vie maritime soit caractérisée par une violence endémique, résultant d’un milieu hostile à l’homme et échappant à l’autorité de l’État, son importance dans la vie économique et sociale a suscité des initiatives publiques et privées visant à assurer le développement des activités et la défense des intérêts mis en cause.
Ces conflits étaient liés aux dommages naturels et humains imputables à la dureté de l’environnement marin. Les premiers résultaient du manque de moyens techniques pour faire face aux dangers de la mer. Les seconds découlaient des contraintes économiques et des aléas pesant sur les activités commerciales et la pêche, et il n’était pas rare que les victimes se convertissent en agresseurs et vice versa. Une autre cause de conflits tenait aux différends qui s’élevaient entre les maîtres de navires et leurs équipages, entre les fréteurs et les affréteurs ou entre ceux qui finançaient les activités maritimes et commerciales (propriétaires de navires et bailleurs de fonds) et ceux qui les réalisaient (maîtres, marchands).
Une des solutions à cette situation, bien qu’elle n’ait guère porté ses fruits, passa par la mise en place de juridictions maritimes dotées des pouvoirs coercitifs. Les autorités, soutenues par les groupes les plus notables du secteur maritime, se préoccupèrent de sauvegarder les intérêts politiques et économiques des différents royaumes. Dans cette perspective, ils employèrent les moyens militaires, judiciaires, législatifs et diplomatiques propres à l’«État moderne». Ils revendiquèrent le monopole de la violence, la primauté du droit et son rôle de premier plan dans les relations internationales. Lorsque ces moyens ne donnèrent pas les résultats escomptés, ils recoururent à des accords particuliers en raison de la haute valeur économique des activités et des biens affectés. Ceux-ci allaient de simples secours économiques à l’arbitrage, en passant par les ententes entre les associations de marchands.
Quel était le rôle des monarques dans la résolution des conflits maritimes ? Quelles méthodes ont-ils appliquées afin de stimuler ou forcer la réitération des dommages de leurs sujets et habitants ou de ceux qui faisait du commerce dans leurs juridictions ? de favoriser ou d’imposer la réparation des dommages subis par leurs sujets comme par les étrangers qui commerçaient à l’intérieur de leur juridiction ? L’activité réglementaire des monarques passa par l’octroi de sauvegardes individuelles et générales aux marchands et aux transporteurs, annulant le principe de responsabilité collective, l’adoption des mesures dissuasives comme la protection par des navires armés et la navigation en convois et le contrôle de la réparation des dommages. En ce qui concerne les activités professionnelles, ils ont promulgué des lois propres et ont favorisé l’incorporation de lois internationales, ce qui a contribué à créer un droit de la mer. Enfin, ils ont surveillé la manière dont les contrats étaient conclus et appliqués entre les particuliers.

 
Des communications en espagnol, en anglais ou en français sur ces différents thèmes seront les bienvenues. Propositions de communication (résumé en 150 mots et un CV sur une seule page) à envoyer avant le 17 mars 2017 à eaznar@ull.edu.es et à l.h.j.sicking@hum.leidenuniv.nl

 
Eduardo Aznar Vallejo (Universidad de La Laguna)
Louis Sicking (Universiteit Leiden / Vrije Universiteit Amsterdam)

app-com-seminaire-internationalmcmfrdef-1

[Parution] Moralités marchandes dans l’Europe méditerranéenne au XVIIIe siècle

Rives n°49
Crédits : gravure extraite de Jean TAULANE, Trésor d’arithmétique des marchands et des géomètres divisé en deux parties, Marseille, imp. C. Garcin, 1689.
 
Le numéro 49 de la revue Rives Méditerranéennes est paru à la toute fin de l’année 2014. Le dossier a été coordonné par deux membres du Projet ERC ConfigMed : Christopher Denis-Delacour et Biagio Salvemini. Mathieu Grenet et Andrea Addobbati y ont également contribué.

Sommaire

Conférence internationale « Foreigners 
in the Deep Heart of Medieval and Early Modern Societies (Europe, the Mediterranean and the Muslim World) », Florence, Institut Universitaire Européen, 18-20 juin 2014

bookletFlo2014-2

 

Cette conférence internationale, organisée par Francisco Apellaniz (membre du projet ERC ConfigMed), David Do Paço et Cédric Quertier, ouvre une vaste enquête collective autour de la condition des étrangers dans les sociétés européennes, méditerranéennes et musulmanes aux époques médiévale et moderne. Elle aura lieu du 18 au 20 juin 2014, à l’Institut Universitaire Européen de Florence.

Mathieu Grenet, membre du projet ERC ConfigMed, présentera son travail à cette occasion.

Les communications seront organisées autour de sept sessions :

1) A Legal History, I : Courts, Trials and Societies (disc. Tijana KRSTIC)

F. APELLANIZ (European University Institute, Marie Curie Actions) :

Solving Conflict in Mediterranean Complex Environments : Europeans at Markets and Courts in the Late Medieval Middle East (1350-1500)

A. B. FERNANDEZ CASTRO (European University Institute) :

Judging Foreignness in the Audience of the House of Trade of Seville (1583-1598)

J. WUBS-MROZEWICZ (Universiteit Leiden) :

Conflict Resolution with Foreigners in the Hanse area in the Fifteenth and Sixteenth Century: Law and Diplomacy

 

2) A Legal History, II : Foreignness Politics (disc. Roberto ZAUGG)

R. DORIN (Harvard University) :

From Jew to Foreigner: Canon Law and the Expulsion of Jews in the Late Middle Ages

J. M. ESCRIBANO PAEZ (European University Institute) :

Italian Merchants in Iberian and Maghreb’s cities Between the XVth and XVIth Centuries

V. MCGUIRE (European University Institute, Max Weber Programme) :

Franco-Levantines: Reading Citizenship and National Belonging Through the History of the Merchants of Venice

 

3) Foreigners and Elements of Foreignness, I : Determining Foreigners (disc. Giacomo TODESCHINI)

C. QUERTIER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / École Française de Rome) :

Le Marchand florentin à Pise : de l’homme invisible à la nation marchande la plus privilégiée (XIVe siècle)

M. PAKUCS (‘Nicolae Iorga’ Institute of History, Bucharest) :

The pernicious nation of the Greeks: ‘Greek’ Merchants in Transylvania, Sixteenth- Seventeenth Centuries

M. GRENET (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ERC ConfigMed) :

Un cosmopolitisme de frontière ? Marchands ‘étrangers’ et fabrique des identités locales dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

 

4) Foreigners and Elements of Foreignness, II : Migrations and Social Bonding (disc. Roberto ZAUGG)

F. BETTARINI (University of Reading) :

Foreign Communities in Dubrovnik in XVth century : Selection and Naturalisation

C. TARRUELL (École des Hautes Études en Sciences Sociales / Universidad Autónoma de Madrid) :

L’accueil de musulmans et de juifs venus « de leur propre volonté » au sein de la Monarchie hispanique (fin XVIe – début XVIIe siècles)

M. GASPERONI (École des Hautes Études en Sciences Sociales / École Française de Rome) :

Les hommes circulent et s’échangent. Phénomènes migratoires entre Marches et Romagne à l’époque moderne

 

5) Foreigners and Elements of Foreignness, III : Belonging to a Community (disc. Regina GRAFE)

O. MERCAN (European University Institute) :

Italian Communities in Istanbul in the Late 15th and 16th c.

S. MONTEMEZZO (Università di Verona) :

Being Alien Merchants in a Capital City. Venetians in London and Bruges at the End of 15th century

C. SANTUS (École Pratique des Hautes Études / Scuola Normale Superiore di Pisa) :

Becoming Foreigners: Eastern Christians and «Franks» at the turn of the 18th century

6) Social Bonding and Polarisation, I : Geography (disc. Luca MOLA)

D. DO PAÇO (European University Institute, Max Weber Programme) :

From Modern Pacific to Early Modern Central Europe: on Marshall Sahlins’ Process of Indeginization

M. COUDERC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) :

La cour, matrice d’intégration. Les ‘Grecs’ en Europe du Nord-ouest (Angleterre, Bourgogne et France), XVe siècle

S. NADALO (Northwestern University / Paris College of Art) :

From Market to Synagogue: Locating Pluralistic Sociality in the Free Port of Livorno

 

7) Social Bonding and Polarisation, II : The Unbearable Lightness of the Peripherie (disc. Tijana KRSTIC)

A. LESTREMAU (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) :

He ælþeodige unsida lufode. Rois, ducs et étrangers dans l’Angleterre anglo-saxonne au XIe siècle

K. PRAJDA (Institute of History, Hungarian Academy of Sciences) :

Florentine Merchant Companies in the Republic of Venice and in the Kingdom of Hungary During the First Decades of the 15th Century. A Comparative Analysis of Commercial and Social Relations

L. BINZ (European University Institute) :

Latin Catholics in Constantinople 1650-1750

Conclusion : Giacomo TODESCHINI

Programme en pdf : bookletFlo2014-2

[colloque] Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (xviie-xixe siècles)

Nice, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, 10-12 avril 2014

Programme

Jeudi 10 avril 2014 (14 h – 19 h)

Session 1 :      Perspectives générales

14 h                 Accueil

14 h 30             Introduction. De l’utilité commerciale des consuls, Arnaud Bartolomei, maître de conférences, Université de Nice Sophia Antipolis

15 h                 L’intermédiation marchande comme attribution des agents consulaires français ? Les prérogatives consulaires dans les manuels consulaires français (xviiie-xxe siècles), Jörg Ulbert, maître de conférences, Université de Bretagne-Sud

15 h 30             Pause

Session 2 :       Les réseaux consulaires en Europe méridionale : des réseaux de protection et de contrôle des marchands

Présidence : Francisco Zamora, Chercheur, CHAM – FCSH/NOVA-UAç

16 h                 Présentation de la session

16 h 15             Le Royaume de Naples et le Levant : un consul à Marseille entre trafics illicites et promotion du commerce actif, Annastella Carrino, professeure-assistante, Università di Bari

16 h 45             Sorvegliare e riunire: consoli genovesi e consoli inglesi nell’alto Tirreno del xviii secolo. Due modelli a confronto, Danilo Pedemonte, doctorant, Università di Genova

17 h 15             Pause

17 h 30             Informer et protéger : l’agent général de la Marine et du Commerce de France à Madrid au service des marchands français (1748-1784), Sylvain Lloret, doctorant, Université de Paris-Sorbonne

18 h 00             La défense des intérêts des négociants français de Cadix d’après la correspondance consulaire ministérielle, Anne Mézin, conservatrice, Archives Nationales

18 h 30             Discussions

 

Vendredi 11 avril 2014 (9 h – 18 h)

Session 3 :       Les réseaux consulaires dans l’Empire ottoman et dans les Régences : d’autres fonctions ?

Présidence : Pierre-Yves Beaurepaire, professeur des universités, Université de Nice Sophia Antipolis, IUF / Mathieu Grenet, Chercheur post-doctorant, ERC Mediterranean Reconfigurations

9 h                   Présentation de la session

9 h 15               Consuls of France in the Levant during the ambassador François Savary de Brèves (1593-1605). The Evidence of a Turkish Manuscript from BnF, Viorel Panaite, professeur des universités, Université de Bucarest

9 h 45               Network South : Swedish Consul George Logie as intermediary of trade, diplomacy and covert associations in North Africa and the Mediterranean, c. 1725-1766, Gustaf Fryksén, Lund University

10 h 15             Pause

10 h 45             A lucrative, dangerous business: il consolato inglese ad Algeri, Tunisi e Tripoli nella seconda metà del xvii secolo, Matteo Barbano, doctorant, Università di Genova

11 h 15                         Deux consuls français dans la Régence de Tunis au XIXe siècle : entre sociabilité locale et protection des intérêts des négociants français (1828-1836), Medhi Jerad, professeur-assistant, Université de Sousse

11 h 45             Discussions

12 h 15             Déjeuner

Session 4 :      Les contours de l’institution consulaire, consuls informels et fonctions informelles des consuls

Présidence : Arnaud Bartolomei, maître de conférences, Université de Nice Sophia Antipolis / Jörg Ulbert, maître de conférences, Université de Bretagne-Sud

13 h 30             Présentation de la session

13 h 45             Jeux d’identités, réseaux et privilèges. Les marchands de la nation suisse à Lyon au xviie siècle, Marco Schnyder, professeur-assistant, Université de Genève

14 h 15             La correspondance consulaire hollandaise en Méditerranée aux xviie et xviiie siècles : quels réseaux pour quels enjeux ?, Thierry Allain, maître de conférences, Université de Montpellier III

14 h 45             Consuls et affairistes : une relecture de la « pénétration pacifique » italienne dans les Balkans à la veille de la Première Guerre mondiale, Fabrice Jesné, maître de conférences, Université de Nantes

15 h 15             Le musée commercial français à Salonique : un projet emblématique de l’action consulaire au tournant des xixe et xxe siècles, Mathieu Jestin, doctorant, Université de Paris I – Panthéon Sorbonne

15 h 45             Discussions

16 h 15             Pause

Session 5 :       Le consul, un intermédiaire entre les capitaines et les marchands

Présidence : Silvia Marzagalli, professeure des universités, Université de Nice Sophia Antipolis, IUF / Maria Fusaro, professeure des universités, University of Exeter, ERC Sailing into Modernity

16 h 30             Présentation de la session

16 h 45             U.S. consuls and the problem of American maritime labor in the Mediterranean, ca. 1795-1815, Nathan Perl-Rosenthal, professeur-assistant, University of Southern California

17 h 15             Le funzioni mercantili dei consoli settinsulari (1800-1807), Gerassimos D. Pagratis, chercheur, Université d’Athènes

17 h 45             Discussions

 

Samedi 12 avril 2014 (9 h – 13 h)

Session 6 :      La juridiction consulaire, une institution au service des marchands

Marcella Aglietti, professeure-assistante, Università di Pisa / Wolfgang Kaiser, professeur des universités, Université de Paris I – Panthéon Sorbonne, EHESS, ERC Mediterranean Reconfigurations

9 h                   Présentation de la session

9 h 15               Consoli inglesi nella Sicilia del Settecento: funzioni istituzionali e attività informali, Salvatore Bottari, chercheur post-doctorant, Università de Messina

9 h 45               Juridiction et arbitrage des consuls français entre Tunis et Livourne (1600-1650), Guillaume Calafat, Chercheur post-doctorant, École française de Rome, ERC Mediterranean Reconfigurations

10 h 15             Consular Courts and the Internationalization of Law: Foreign Protection and Legal Pluralism in Morocco, 1856-1912, Jessica Marglin, professeure-assistante, University of Michigan, Ann Arbor

10 h 45             Discussions

11 h 15             Un consulat sans chancellerie. Le cas du consulat français à Barcelone à la fin du xviie siècle, Julien Sempéré, chercheur, Université de Paris I – Panthéon Sorbonne

11 h 45             L’enregistrement des actes commerciaux à la chancellerie consulaire à Cadix et à Tunis (xviiie et xixe siècles), Arnaud Bartolomei & Anne Brogini, maîtres de conférences, Université de Nice Sophia Antipolis

12 h 15                         Discussions

14 h 30 – 17 h 30  Atelier de recherches : L’exploitation quantitative des sources consulaires : la correspondance

Programme Consuls – 1 Programme Consuls – 2

[Colloque] Frontiere, Rappresentazioni, integrazioni e conflitti tra Europa et America secoli XVI-XX

Du jeudi 20 juin au samedi 22 juin 2013, l’université de Rome 3 organise un colloque international sur les frontières à l’époque moderne. Manuel Lomas Cortes, membre du projet ERC ConfigMed, y participe et interviendra sur les armadas catholiques en Méditerranée au début du XVIIe siècle. Vous trouverez ici le programme du colloque.

Il tema della frontiera si sta imponendo sul panorama storiografico. Ad esso si accompagna quello della migrazione, della permeabilità dei borders e delle conseguenti politiche volte a regolarne le circolazioni, sia in termini di integrazione che di conflitti sociali.

Benché già a metà del secolo scorso Braudel (1963) avesse dimostrato come storicamente non siano esistite delimitazioni rigide fra realtà politiche e culturali ma piuttosto delle aree di permeabilità e di circolazione (Lorey, 1999), sino ad oggi la storiografia ha preferito utilizzare un paradigma di analisi fissato dalla storiografia ottocentesca (Turner, 1893; Ratzel, 1923), centrato sulla prospettiva degli Stati-nazione, interessati alla definizione e alla difesa delle proprie frontiere come limite degli spazi di esercizio della propria sovranità e identità in termini di fisionomia statuale, di controllo e potere di governo, di rapporto univoco tra territorio, popolazione e cultura nazionale. Grazie all’analisi interdisciplinare dei fenomeni complessi che caratterizzano il mondo globalizzato odierno, è urgente individuare nuovi criteri e nuove metodologie d’indagine per cercare di fissare i principi che legittimano l’esercizio dell’autorità in questi spazi di sovranità fluida e incerta, dove nell’interazione tra processi opposti d’integrazione e di conflitto vanno costruendosi nuove identità meticcie. Oggi la coincidenza o “co-appartenenza” tra Stato e territorio è da più versanti messa in discussione (Mezzadra, 2006) mentre si procede a delineare una pluralità di linee di discontinuità (economiche, etniche, linguistiche, etc.) all’interno degli stessi soggetti politici statuali (Gamio, 1971; Merluzzi, 2010).

Il congresso si propone uno studio selettivo di tematiche legate alle dinamiche politiche e sociali in aree di grande trasformazione europee ed extraeuropee. Si porrà l’attenzione all’integrazione e ai conflitti sociali, attraverso l’analisi di una pluralità di linguaggi, da quelli teorici e politici a quelli artistici (immagini fotografiche, pittoriche) nella prospettiva di suscitare un ampliamento e un approfondimento delle conoscenze e delle metodologie d’analisi e di ridefinizione del paradigma storiografico di frontiera.

http://www.dia.uniroma3.it/db/logoRomaTre.jpg

Moralités marchandes dans l’Europe méditerranéenne au XVIIIe siècle: institutions, appartenances, pratiques

Gilbert Buti, Aix-en-Provence ; Christopher Denis-Delacour, Paris 1 ; Olivier Raveux, Aix-en-Provence ; Biagio Salvemini, Bari et Roberto Zaugg, Basel organisent deux journées d’études dans le cadre du programme Aux bords des institutions (Université Aldo Moro de Bari, Université de Bâle, École Française de Rome et UMR TELEMME).
Ces journées auront lieu vendredi 24 mai, 14h-18h et samedi 25 mai, 9h-13h – Salle Paul-Albert Février, à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme de Aix-en-Provence, 5, rue du Château de l’Horloge.

Par l’existence d’une densité et d’une variété institutionnelles et par la prégnance du commerce sur l’économie, l’espace méditerranéen du «long XVIIIe siècle» peut être perçu comme un laboratoire pertinent pour travailler la thématique des moralités marchandes. Ces deux journées d’études proposent de se pencher sur la question au croisement de quatre niveaux d’analyse : les trajectoires et les caractéristiques personnelles des négociants, avec leurs stratégies d’autoreprésentations ; les encastrements politiques, culturels et sociaux qui façonnent les groupes marchands (l’État, la paroisse, la «nation», la ville, la religion…) ; les institutions productrices de normes et de comportements normés (l’État, mais aussi les tribunaux de commerce, les assemblées de marchands…) ; et les pratiques qui mettent les éthiques, les lois et les discours à l’épreuve du terrain.

Vendredi 24 mai 2013 (14-18 h)

ENTRE ÉTHIQUE PUBLIQUE ET MORALITÉ PRIVÉE
Présidence: Gilbert Buti (Aix-en-Provence)
Discutant: Roberto Zaugg (Basel)

Christopher Denis-Delacour (ERC ConfigMed / Paris 1 Panthéon-Sorbonne): Introduction
Andrea Addobbati (Pisa): Cannella e titoli del tesoro: il mercante virtuoso nell’aneddotica
Annastella Carrino (Bari): Le ambigue tavole delle leggi. Etiche pubbliche e moralità private nella Marsiglia dell’ultimo Settecento. Il caso Strafforello & Peragallo
Mathieu Grenet (ERC ConfigMed / Paris 1 Panthéon-Sorbonne): Moralités marchandes et charité communautaire : le cas grec, fin XVIIIe-début XIXe s.
Sébastien Lupo (Aix-en-Provence): Enjeux éthiques et correspondances négociantes dans l’espace méditerranéen au XVIIIe siècle

Samedi 25 mai 2013 (9-13 h)

LA MORALITÉ MARCHANDE À L’ÉPREUVE DES PRATIQUES
Présidence: Olivier Raveux (Aix-en-Provence)
Discutant: Jean Boutier (Marseille)

Daniele Andreozzi (Trieste): Attraverso. Onore, fiducia, norme e frodi nella Trieste settecentesca
Francisco Javier Zamora Rodríguez (Sevilla): « Les François lui ont l’obligation d’avoir favorisé leur commerce pendant la guerre ». El cónsul español en Livorno entre el comercio y la representación
Alida Clemente (Roma): Quando il reato non è “peccato”: la questione del contrabbando nel Regno di Napoli tra conflitti diplomatici, pluralismo normativo e quotidianità degli scambi. (XVIII secolo)
Alice Sobrero (Pisa): Un self-made man forestiero a Livorno: profitti, privilegi e civismo repubblicano nelle guerre napoleoniche
Samuel Fettah (Aix-en-Provence): Un négociant livournais exemplaire : l’éloge funèbre de Giorgio Maurogordato (1886)
Biagio Salvemini (Bari): Conclusions

2013.05.24-25

[Appel à candidatures] Echange de marchandises et paiements en Europe (XIXe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes

Vous trouverez ci dessous un appel à candidatures au VIe Atelier doctoral Sources pour l’histoire économique européenne (XIIIe-XVIIe siècles)Échange de marchandises et paiements e Europe (XIVe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes qui se déroulera à Arezzo du 1er au 5 juillet 2013.

pouet

L’École  française  de  Rome,  en  collaboration  avec  l’École  normale  supérieure  (Paris), l’Université Paris-7-« Denis Diderot », l’Institut d’histoire moderne  et  contemporaine  (CNRS-École normale supérieure), l’Istituto storico italiano per il Medio Evo, l’Université de Sienne (Dipartimento di  Scienze  della  formazione,  scienze  umane  e  della  comunicazione  interculturale  d’Arezzo)  et  la Fraternita dei Laici d’Arezzo, proposent 15 bourses pour de jeunes chercheurs (doctorants ou post-doctorants  de  la  Communauté  européenne)  travaillant  sur  des  thèmes  relatifs  à  l’économie européenne pré-industrielle. Ces bourses prennent en charge les frais de séjour.

Après la question des prix, abordée en 2012, cette sixième session, d’une durée de cinq jours, aura pour thème l’organisation par les acteurs économiques de la circulation des marchandises et des moyens mis en œuvre pour en assurer le paiement. Elle se donne pour objectif  d’étudier les formes d’organisation commerciale opérant à différentes échelles – des échanges locaux, urbains ou ruraux, aux  circuits  plus  ou  moins  étendus  et  complexes  des  échanges  maritimes  ou  terrestres  qui  se développent à l’échelle continentale. Il serait souhaitable de mettre en évidence les interdépendances entre les différents niveaux de l’échange – opérations de collecte ou de redistribution en particulier–, et les processus de spécialisation des acteurs. L’action des marchands opérant à titre individuel ou en association, firmes dotées ou non d’agences multiples, réseaux fondés sur l’usage de la commission, regroupements  plus  ou  moins  institutionnalisés  d’opérateurs  (guildes,  nations),  sera  envisagée  en interaction  avec  les  processus  et  les  instances  de  régulation  (usages  tacitement  reconnus, interventions du pouvoir politique, justices commerciales) destinés à assurer le contrôle et la sécurité des échanges.
Une  attention  particulière  pourra  être  portée  aux  modes  de  règlement  des  échanges commerciaux qui représentent un point crucial du bon  fonctionnement des affaires. La plupart des moyens de paiement qui seront à disposition des opérateurs à la fin de l’Ancien régime existent déjà au début de la période considérée. Les travaux pourront donc porter sur l’ampleur de leur diffusion, sur  leur évolution  technique  (assignation, endossement) et  la standardisation de  leur(s) usage(s), sur les  garanties  juridiques  dont  ils  sont  progressivement  dotés.  On  s’interrogera  sur  les  conditions (position  économique  des  acteurs,  conjoncture,  type  de  transaction)  qui  conduisent  à  l’usage préférentiel  de  tel  ou  tel  moyen  de  paiement  – espèces,  cédules,  lettre  de  change,  troc –  et  sur l’enregistrement comptable des opérations de paiement qui se complexifie avec le recours généralisé au crédit.

Les  enseignements  se  feront  en  italien,  en  français,  en  anglais  et  en  espagnol.  Les interventions  des  enseignants  et  des  doctorants  seront  accompagnées  d’une  présentation informatique  dans  une  langue  différente  de  celle  utilisée  pour  l’exposé.  L’École  doctorale  prévoit deux sections différentes:
1. La matinée s’organisera autour de deux interventions proposées par des enseignants d’universités et d’institutions scientifiques européennes.
2. L’après-midi sera consacré aux présentations par les jeunes chercheurs de leurs travaux (30 minutes). Ces présentations seront suivies de discussions.

Les  candidats  devront  envoyer  par  courrier  électronique,  au  plus  tard  le  10 mai  2013,  à l’adresse suivante secrmod@efrome.it, un dossier constitué de :
– une lettre de motivation ;
– un  curriculum  vitae  (2 ou 3 pages) accompagné d’une présentation des  recherches en cours et d’un programme de travail ;
– un résumé (min. de 4000 caractères) et titre de l’intervention proposée pour les sessions de l’après-midi ;
– une lettre de recommandation.

Le Comité scientifique se réserve la possibilité d’accueillir d’autres participants à leurs propres frais, s’ils en font une demande motivée.

Les  candidats  retenus  seront  avertis  des  résultats  au  plus  tard  le  25  mai  2013.  Ils  sont  tenus d’assister aux séances de travail avec assiduité. Pour toute information, vous pouvez contacter Claire Challéat, secrétaire des études moderne, contemporaine et de sciences sociales à l’École française de Rome, Piazza Farnese 67, Roma, tel. + 39 06 68601244, e-mail: secrmod@efrome.it

Comité scientifique : Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, François Dumasy, Amedeo Feniello, Franco Franceschi, Stéphane Gioanni, David Igual Luis, Antonella Moriani, Matthieu Scherman.

Appel Arezzo 2013

Table ronde : Les musulmans en Europe à l’époque moderne

Jeudi 4 avril, 17-19h
Salle Lombard, 96 bd Raspail, 75006 Paris
Entrée libre.
 Sans titre
 

Table ronde autour des ouvrages :

Henry Laurens, John Tolan, Gilles Veinstein,

L’Europe et l’islam : quinze siècles d’histoire, Odile Jacob, 2009.

Jocelyne Dakhlia, Bernard Vincent (dir.),

Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. I. Une intégration impossible, Albin Michel, 2011.

Lucette Valensi,

Ces étrangers familiers. Musulmans en Europe (XVIe – XVIIIe siècles), Payot, 2012.

Isabelle Poutrin,

Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609, PUF, 2012.

Jocelyne Dakhlia, Wolfgang Kaiser (dir.),

Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. II. Passages et contacts en Méditerranée, Albin Michel, 2013.

Atelier de recherche, Nice, 21 – 22 mars 2013 : Les fonctions marchandes du consul. Les sources de l’enquête.

1ère journée : jeudi 21 mars 2013

 1.      Les fonctions marchandes des consuls d’après la correspondance consulaire

14 h : Introduction

14h30 : Anne Mézin (Archives Nationales) : La correspondance consulaire de Cadix (1666-1792) (fonds CARAN)

A travers la présentation de l’inventaire analytique de la correspondance consulaire de Cadix, qui vient d’être achevé, ma communication proposera une vision d’ensemble des différents types d’intervention que les consuls menaient pour soutenir les opérations des marchands français de la ville, mais aussi les entraves que leurs actions pouvaient représenter pour ces derniers. A l’issue de cette présentation, nous nous demanderons si tous « les marchands français de Cadix » étaient également bénéficiaires des services consulaires et si ces services ne profitaient pas, in fine, plus particulièrement à l’élite de la colonie.

15h : Sylvain Lloret (Université de Paris-Sorbonne) : Les fonds du chargé d’affaires français à Madrid Edouard Boyetet (1772-1784).

Édouard Boyetet, agent général de la Marine et du Commerce de France à Madrid de 1772 à 1784, fut un acteur de premier plan dans la défense des intérêts des marchands français en Espagne. Ses mémoires et correspondances conservés dans les sous-séries BI et BIII du fonds des Affaires étrangères aux Archives Nationales, ainsi que dans les Mémoires et Documents Espagne aux Archives diplomatiques de La Courneuve témoignent des liens qu’il entretenait avec les autorités espagnoles et les consuls français dont il coordonnait l’action et centralisait l’information. Il était l’intermédiaire entre les consuls et l’administration espagnole d’une part et les consuls et le gouvernement français d’autre part. Il était ainsi un informateur de qualité et un protecteur efficace des marchands français. En outre, sa longue expérience de l’Espagne et son rôle de commissionnaire de la maison de négoce Masson à Cadix dans les années 1750 en faisaient un bon connaisseur du pays et lui permettaient de jouir de l’estime et de la confiance des grandes maisons de négoce françaises qui bénéficiaient en priorité de son action.

15h30 : Pause

16h : Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia-Antipolis) : La correspondance consulaire non-ministérielle de Cadix (années 1820) (fonds CADN)

Parmi les nombreux registres de « correspondance départ » du consulat de France à Cadix, archivés à Nantes, une dizaine conservent plus précisément la correspondance destinée aux « autorités françaises, aux autorités espagnoles et aux particuliers » (reg. 102 à 107 pour la période des années 1820). Ma communication se propose d’inventorier les différentes affaires évoquées dans cette correspondance et, notamment, celles dans lesquelles le consul de France à Cadix est sollicité par les Français de Cadix pour défendre leurs intérêts situés en France ou par les Français résidant en France pour intervenir dans la gestion de leurs intérêts situés à Cadix. C’est donc la fonction de recours qu’assumait le consul auprès de particuliers et dans des affaires particulières qui sera ainsi étudiée.

16h30 : Medhi Jrad (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse) : Le fonds d’archives concernant la correspondance des consuls français à Tunis au XIXe siècle (Mathieu de Lesseps et Alexandre Deval)

Ma contribution cherche à présenter un fonds d’archives tunisien (correspondances officielles et/ou confidentielles, actes de chancellerie, extraits de minutes…) de deux consuls français à Tunis, Mathieu de Lesseps et Alexandre Deval. L’intensité de leurs échanges épistolaires montre le rôle joué par ces deux consuls dans la protection des intérêts de leurs « nationaux » et met en évidence les divers bénéficiaires de leur protection. En outre, les documents permettent de comprendre comment les contemporains se représentaient l’utilité de ces acteurs diplomatiques. Ils aident également à préciser leur rôle joué dans la juridiction consulaire.

17h : Thierry Allain (Université Paul-Valéry Montpellier III) : Les consuls hollandais d’après la correspondance échangée avec les autorités municipales d’Amsterdam

Les archives municipales d’Amsterdam conservent les courriers expédiés depuis l’étranger par les agents de la République. Les bourgmestres recevaient directement, de Smyrne et d’Alep, des documents riches d’informations économiques ou judiciaires. Cette source peut être analysée sous l’angle de l’intermédiation marchande car les édiles étaient les traditionnels défenseurs de la bonne marche des affaires. Leur implication à la Direction du Commerce levantin répondait à cet objectif. Quelles informations exactes les consuls leur faisaient-ils parvenir ? Comment réagissaient les bourgmestres aux lettres reçues du Levant ? S’en servaient-ils pour favoriser leurs intérêts, notamment face aux concurrents de Rotterdam ?

17h30 : Discussion générale

2e journée : vendredi 22 mars 2013

2.     D’autres sources consulaires sur les fonctions marchandes des consuls

9h00 : Jérôme Cras (Archives diplomatiques de Nantes) : Les fonds rapatriés des archives consulaires

Mon intervention cherche à faire une présentation générale des sources conservées au CADN propres à alimenter une réflexion sur les fonctions marchandes des consuls. Dans un premier temps je ferai une présentation typologique des archives consulaires relatives à l’activité négociante (actes et registres de chancellerie consulaire, papiers privés déposés en chancellerie après la mort d’un ressortissant, correspondances et rapports relevant à la fois de la mission d’information des consuls et de leur rôle d’intermédiaire entre les autorités locales et les membres de la nation française). Puis j’examinerai, en m’appuyant sur des cas concrets, en quoi cette documentation juridique, politique et commerciale forme des ensembles suffisamment cohérents pour contribuer à une étude des interactions et échanges entre les réseaux consulaires et marchands dans l’espace méditerranéen du XVIIe à la fin du XIXe siècle.

9h30 : Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France) : Les fonds des postes consulaires des États-Unis en Méditerranée (1790-1815)

À partir d’un corpus – la série RG84 aux Archives Nationales de Washington qui comporte l’ensemble des sources relatives aux postes consulaires en Méditerranée – cette intervention se propose d’élaborer une typologie des opérations marchandes exécutées par le consulat et sa chancellerie au service des négociants, armateurs et capitaines américains présents en Méditerranée.

10h00 : Pause

10h30 : Patrick Boulanger (Archives de la CCI Marseille Provence) : Le fonds des archives de la CCI Marseille Provence relatif aux Consuls de France en poste à l’étranger aux XVIIe et XVIIIe siècles

11h00 : Mathieu Grenet (Washington University in St. Louis) : Pétitions marchandes autour de la fonction consulaire : la diaspora grecque et la naissance de la diplomatie neohellénique

Cette présentation s’articulera autour d’une petite série de pétitions adressées par les négociants grecs de Livourne et de Marseille au pouvoir royal athénien à l’occasion de la vague de nomination des consuls grecs en Europe, dans les années 1830-1840. Ces documents permettent dans un premier temps de distinguer une cartographie des conflits intra-communautaires, puisque l’on dispose de plusieurs pétitions émanant de groupes aux intérêts parfois très divergents. Ils pointent également vers une redéfinition des marqueurs identitaires dans la mouvance de la naissance de l’État grec, une redéfinition qui vient bouleverser en profondeur les rapports de force traditionnels entre consuls et marchands dans les communautés de la diaspora grecque.

11h30 : Discussion générale

12h00 : Déjeuner

 3.           D’autres sources sur les fonctions marchandes des consuls

13h30 : Julien Sempéré (Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) : L’activité du consul Soleil de Barcelone, d’après les archives notariales

Je me propose de présenter les sources conservées dans les archives notariales barcelonaises qui permettent d’étudier les consuls (français et autres) en poste dans la province catalane. Outre l’Arxiu historic de Protocols de Barcelona (AHPB), d’autres fonds conservent des sources notariales qui complètent celles de l’AHPB. Ainsi, le cœur du propos portera sur les activités consulaires et, si j’ose dire, « paraconsulaires » à partir des sources notariales dont les consuls sont les sujets directs, les témoins ou dans lesquelles ils sont cités. J’aborderai l’exemple particulier de Laurent Soleil (consul de France à Barcelone de 1679 à 1705) en montrant comment ces sources permettent de mieux connaître sa position dans le réseau marchand de la ville, celle de sa famille et, plus largement, des groupes de marchands auxquels sa famille et lui prennent part ainsi que sa relation avec les autres consuls.

14h00 : Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France) : Les relations entre consuls et marchands dans les sources maçonniques

Au XVIIIe siècle comme au XIXe siècle, les consuls affluent dans les loges maçonniques méditerranéennes, notamment dans celles qui sont le plus ouvertes au grand commerce. Au-delà de l’identification de ces consuls francs-maçons (et la mise en évidence de traditions familiales), les archives maçonniques montrent que leur action est souvent déterminante pour la fondation de loges-filles qui accompagnent la croissance dans le champ de la sociabilité des activités négociantes (jusque dans les Echelles levantines), la mise en place et l’entretien des réseaux de correspondance, l’octroi et l’authentification (car les faux sont nombreux) de certificats maçonniques aux négociants et capitaines de navire visiteurs –qui leur permettent  ensuite d’être accueillis par les francs-maçons des ports qu’ils visitent) et la coordination des secours apportés aux francs-maçons en difficulté (capture par la course barbaresque, arrestation par la police, secours matériel en cas de naufrage ou de perte de la cargaison).

14h3 : Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, Lorient) : Le Traicté des consulz (1667) de Pierre Ariste

Présentation des fonctions marchandes des consuls dans le Traicté des consulz de la nation françoise aux paÿs estrangers, contenant leur origine, leurs establissements, leurs fonctions, leurs droicts, esmolumens et autres prérogatives de Pierre Ariste (s.l., 1667, 291 p., BnF, ms Fr. 18595).

15h00 : Discussion générale

15h30 : Conclusions et discussions sur la suite du programme

Atelier 1 : état des lieux bibliographique de la question, Nice, CMMC, vendredi 16 mars 2012

Le vendredi 16 mars 2012, le projet de recherche dirigé par Arnaud Bartolomei et intitulé « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècles) : consuls et agents consulaires » tenait son premier atelier. Plusieurs membres du projet ERC ConfigMed ont participé à cette journée. Nous vous en présentons ici le programme de cette journée :

9h30    Arnaud Bartolomei : accueil, présentation journée, présentation des deux ouvrages dirigés par Jörg Ulbert sur la fonction consulaire (PUR, 2006 pour le volume consacré à l’époque moderne, Dobu Verlag, 2010, pour celui consacré au XIXe siècle).

10h30  Atelier bibliographique 1 :

  • Silvia Marzagalli : Leos Müller, Consuls, Corsairs, and Commerce. The Swedish Consular Service and Long-distance Shipping, 1720-1815, Uppsala, 2004.
  • Guillaume Calafat* : Francesca Trivellato, The Familiarity of Strangers. The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven, 2009.
  • Guillaume Calafat* : Molly Greene, Catholic Pirates and Greek Mercants: A Maritime History of the Early Modern Mediterranean, Princeton, 2010.

13h30  Atelier bibliographique 2 :

  • Jörg Ulbert : Eva Fiebig, Hanseatenkreuz und Halbmond. Die hanseatischen Konsulate in der Levante im 19. Jahrhundert, Marburg, 2005
  • Thierry Allain : Alexander H. de Groot, The Ottoman Empire and the Dutch Republic. A history of the Earliest Diplomatic Relations 1610-1630, Leiden/Istanbul,
    NHAI, 1978, 417 pages.
  • Mathieu Grenet* : Maurits van der Boogerts, The Capitulations and the Ottoman Legal System : Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century, Leiden-Boston, Brill, 2005

15h15  Atelier bibliographique 3 :

  • Jörg Ulbert : Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre: Consuls français au Maghreb (1700–1840), Genève, 2002.
  • Medhi Jrad/ Rached Lakhal * : Yvon Debbasch, La Nation française en Tunisie (1577-1835), Paris, 1957.

16h15  Conclusions et discussions sur les suites du programme.

Programme de recherche « Les fonctions marchandes du consul en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XIXe siècles) »

Les travaux récents sur les agents consulaires européens ont porté sur la chronologie de la mise en place du réseau consulaire européen à l’époque moderne, sur la diversité des missions qui étaient confiées aux consuls et sur la variété de leurs statuts – ils sont des fonctionnaires au sein du réseau consulaire français, des commerçants privés pour les autres nations (Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec (dir.), La fonction consulaire à l’époque moderne, Rennes, 2006). Des enquêtes prosopographiques de grande ampleur ont par ailleurs été menées sur le déroulement des carrières consulaires qui sont tantôt marquées par la mobilité, tantôt, au contraire, par la constitution de « dynasties » locales (Anne Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières, [1715-1792], Paris, 1997, Nicole Bensacq-Tixier, Histoire des diplomates et consuls français en Chine (1840-1912), Paris, 2008.). Le thème de l’insertion des consuls dans leur contexte social et institutionnel local, tout autant que celui de leur rôle dans la circulation de l’information, commerciale ou diplomatique, ont également été abordés, comme en ont témoigné les colloques organisés à Nice et à Séville sur le sujet à l’automne 2011 et à l’automne 2012. En revanche, les études consacrées aux fonctions assumées par les consuls dans l’intermédiation marchande proprement dite demeurent rares (cf. par exemple, la contribution de Marc Belissa à l’ouvrage collectif L’information économique, XVIe-XIXe siècle, Paris, 2008). Pourtant, qu’ils soient pourvoyeurs d’information vis-à-vis des ressortissants placés sous leur juridiction ou arbitres dans des différends commerciaux, lobbyistes face aux autorités locales ou entremetteurs au sein de leur communauté, les modalités d’intervention des agents consulaires dans la réduction de l’incertitude marchande et dans l’optimisation des transactions commerciales sont multiples. Poser la question du consul en tant que figure de l’intermédiation marchande, c’est donc s’interroger sur l’efficacité des services commerciaux assumés par les consuls auprès de leurs administrés et, à plus grande échelle, sur le rôle qu’ils ont joué dans le décloisonnement des espaces marchands européens et sur leur capacité à constituer et à incarner un réel « service public » de l’intermédiation marchande, susceptible de concurrencer dans leurs fonctions d’information et de coordination, les réseaux privés et de rendre leur recours moins nécessaire.

Dans cette perspective, nous souhaitons engager une réflexion sur quatre aspects de ces fonctions marchandes des consuls qui nous semblent devoir plus précisément être placées au centre des préoccupations du présent programme de recherche :

  • Concernant l’information commerciale, il faut poursuivre la réflexion ouverte dans D. Margairaz et P. Minard, L’information économique, XVIe-XIXe siècles (Paris, 2008), notamment par les contributions de Claire Lemercier et Marc Belissa et s’interroger plus directement sur l’utilité et l’utilisation des informations commerciales collectées par les consuls : lorsqu’elles étaient adressées aux services administratifs centraux étaient-elles redistribuées vers les milieux d’affaires ou simplement archivées ? Existait-il, par ailleurs, des connexions directes entre les consuls et les milieux d’affaires (correspondances privées, via le relais des Chambres de Commerce ou contacts personnels directs, noués dans le cadre d’une sociabilité locale) ? Enfin, retrouve-t-on la trace de décisions économiques et commerciales fondées explicitement sur l’exploitation d’informations fournies par des agents consulaires ?
  • Un deuxième aspect, absolument essentiel pour la thématique étudié, est celui des fonctions judiciaires des consuls. Celles-ci sont presque toujours reconnues et affirmées mais on en trouve très peu de traces (sauf cas particulier, comme celui de la course). Il est pourtant certain, et avéré par des sources indirectes, que les consuls jouaient un rôle important d’arbitre dans les litiges survenus parmi leurs administrés locaux et qu’ils offraient par ailleurs une possibilité de recours pour des affaires liant leurs administrés locaux à leurs compatriotes demeurés au pays. Une connaissance plus précise de ces fonctions et du rôle que jouait cette autorité consulaire dans la sécurisation des transactions marchandes, pourrait par exemple contribuer à une meilleure compréhension de certains phénomènes diasporiques constatés par les historiens et trop souvent expliqués, jusqu’alors, par des mécanismes de préférence identitaire.
  • Un troisième thème concerne les fonctions de défense des intérêts économiques nationaux assurés par les consuls. La question du lobbying et des pressions exercées sur les autorités locales ou centrales, notamment pour défendre les privilèges des nations, ont été déjà largement étudiées. En revanche, des opérations beaucoup plus informelles demeurent méconnues : ainsi, certains consuls n’hésitaient-ils pas à couvrir les opérations de contrebande de leurs administrés, d’autres à les organiser sous forme de coalition ou de syndicat, de manière à limiter les pratiques de concurrence au sein de la communauté et à opposer un front commun, sur le marché, face aux autres acteurs locaux.
  • Le quatrième thème, enfin, est transversal, puisqu’il porte, plus généralement, sur l’établissement d’études chronologiques fines éclairant les liens entre construction du réseau consulaire et développement des communautés de marchands étrangers. Clairement, il s’agit de réunir suffisamment de cas empiriques pour déterminer si, en général, le réseau consulaire se structure sur la base de communautés marchandes déjà préétablies ou si, au contraire, c’est sa création qui suscite l’installation des marchands

L’équipe

Coordination :

Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia Antipolis – CMMC, bartolomei2@laposte.net)

Collaborateurs :

Marcella Aglietti (Universita di Pisa)

Thierry Allain (Université Paul Valéry, CRISES)

Alvaro Aragon (Universidad del Pais Vasco)

Arnaud Bartolomei (Université de Nice, CMMC)

Marc Belissa (Université Paris X-Nanterre)

Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice, CMMC)

Patrick Boulanger (Patrimoine culturel CCI Marseille Provence)

Catia Brilli (Escuela de Estudios Hispano-Americanos, CSIC)

Gilbert Buti (AMU, Telemme)

Guillaume Calafat (EFR)

Annastella Carrino (Universita di Bari)

Gérard Chastagnaret (Université de Provence, Telemme)

Jérôme Cras (Archives diplomatiques de Nantes)

Masao Daemer (Sciences Po-Paris)

Kamel Jerfel (Université de Sousse)

Medhi Jrad (Université de Sousse)

Maria Ghazali (Université de Nice, CMMC)

Mathieu Grenet (ERC Configmed)

Rached Lakhal (Université de Kairouan)

Claire Lemercier (CNRS-CSO)

Sylvain Lloret (Université Paris IV)

Séverine Antigone Marin (Université de Strasbourg)

Silvia Marzagalli (Université de Nice, CMMC)

Anne Mézin (Archives Nationales)

David Plouviez (Université de Nantes)

Biagio Salvemini (Universita di Bari)

Julien Sempéré (Université Paris I)

Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, CERHIO)

Francisco Javier Zamora Rodríguez (Universidad Pablo de Olavide)

 

http://smbg.ntic.fr/licence//logo_ecole/logo_UnivNice_Sophia_20101104175826.jpg

Parution : Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. II. Passages et contacts en Méditerranée

DAKHLIA, Jocelyne, KAISER, Wolfgang (dir.), Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. II. Passages et contacts en Méditerranée, Paris, Albin Michel, 2013, 640 p.

 

Diasporas juives ou grecques, morisques, convers religieux entre islam et christianisme, mercenaires, mamelouks, transfuges et métis de tous bords sont les visages concrets et souvent étonnants de cet espace de « l’entre-deux » qu’est la Méditerranée.

Le deuxième tome de l’aventure scientifique des Musulmans dans l’histoire de l’Europe se réfère directement aux débats civiques du présent, et plus particulièrement aux rapports aujourd’hui complexes et tendus de l’Union européenne à l’Islam et à la Méditerranée. D’une rive à l’autre de celle-ci, pourtant, que de mouvements et de circulations… Franchir « l’autre côté » fait-il de vous un transfuge, un hybride, un émissaire privilégié de transferts culturels ? Faut-il voir un traducteur culturel en chaque marchand, chaque voyageur ou migrant, en chaque esclave ou aventurier de l’Europe à l’Islam ou de l’Islam à l’Europe ? Cette interaction s’inscrit-elle, au contraire, dans la dynamique banale des sociétés ?

C’est de part et d’autre de la Méditerranée, dans une lecture nécessairement réciproque et par des réponses contrastées, que cet ouvrage discute les relations de continuum dans la conflictualité qui ont depuis longtemps marqué les échanges entre l’Europe et les sociétés islamiques. Ni trait d’union pacifique, ni lieu de « choc des civilisations », l’entre-deux méditerranéen ainsi revisité permet d’éclairer les conditions mêmes de production, de maîtrise, mais aussi de dissolution de la différence culturelle. En cela, il est une clé d’intelligibilité cruciale du monde contemporain.

Parution : Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne

Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux (dir.) (avec la coll. de Mathieu Grenet), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Presses universitaires de Provence, 2013, 280 pages.

La période allant de la fin du xve siècle au début du xixe a été celle de la mise en relation d’espaces lointains, de l’accélération des transactions et des circulations, de la transformation des pratiques et des réseaux du négoce, bref, de la première mondialisation des échanges. La dilatation de l’espace commercial et l’essor du négoce interculturel ont conduit les marchands à mobiliser, ajuster et élargir leurs compétences, notamment celles qui concernent les langues et les langages – considérés ici dans leur acception la plus large. Ce constat a souvent été dressé par les historiens du commerce qui n’ont cependant pas poussé plus avant leurs travaux dans une direction qui les éloignait de leurs études en cours. Ces recherches différées ont rarement été remises sur le métier ou seulement de manière périphérique à l’occasion de réflexions sur la formation des négociants ou des diplomates et sur la médiation interculturelle. Or, force est de reconnaître que dans le commerce international le maniement et la maîtrise de compétences langagières et linguistiques comptent parmi les éléments de la réussite. Cet ouvrage collectif, qui privilégie les espaces méditerranéen et européen, vise à comprendre comment ces compétences ont été acquises, pensées, utilisées et transmises non seulement par les marchands, mais aussi par ceux qui agissaient pour leur compte ou qui les accompagnaient.

Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux

Introduction

Apprentissages et intermédiaires linguistiques

Frédéric Hitzel : L’école des jeunes de langues d’Istanbul, un modèle d’apprentissage des langues orientales

Christiane Villain-Gandossi : Giovani di lingua, drogmans auprès du baile de Venise et la Porte ottomane au XVIe siècle

Mathieu Grenet : Alexis Gierra, « interprète juré des langues orientales » à Marseille : une carrière entre marchands, frères et refugiés (fin XVIIIe-premier tiers du XIXe siècle)

Jochen Hoock et Wolfgang Kaiser : Les manuels plurilingues à l’usage des marchands à l’époque moderne

Les marchands à l’épreuve des langues

Jacques Bottin : La pratique des langues dans l’espace commercial de l’Europe de l’Ouest au début de l’époque moderne

Olivier Raveux : Les marchands orientaux et les langues occidentales au XVIIe siècle : l’exemple des Choffelins de Marseille

Michèle Janin-Thivos : La pratique des langues vivantes chez les marchands français de Lisbonne au XVIIIe siècle. L’exemple de Jacques Ratton père et fils

Gilbert Buti : Langues et langages des capitaines marchands de Marseille au XVIIIe siècle

Jocelyne Dakhlia : La langue franque, langue du marchand en Méditerranée ?

Écritures et classifications

Kéram Kévonian : Organisation et langage de la comptabilité des marchands arméniens (fin XVIIe-début XVIIIe siècle)

Gaëlle Lapeyrie : L’écriture comptable comme langage spécifique des marchands (France méridionale, début XVIIe siècle)

Liliane Pérez et Bernard Vaisbrot : Le livre de comptes de Solomon Hyman. Judaïsme, culture négociante et réseaux innovateurs entre Paris, Londres et Birmingham au XVIIIe siècle

Natacha Coquery : Norme, genre, taxinomie. Désigner les métiers : le Dictionnaire de commerce de Savary des Bruslons