Archives du mot-clé Frontière

[Colloque] Frontiere, Rappresentazioni, integrazioni e conflitti tra Europa et America secoli XVI-XX

Du jeudi 20 juin au samedi 22 juin 2013, l’université de Rome 3 organise un colloque international sur les frontières à l’époque moderne. Manuel Lomas Cortes, membre du projet ERC ConfigMed, y participe et interviendra sur les armadas catholiques en Méditerranée au début du XVIIe siècle. Vous trouverez ici le programme du colloque.

Il tema della frontiera si sta imponendo sul panorama storiografico. Ad esso si accompagna quello della migrazione, della permeabilità dei borders e delle conseguenti politiche volte a regolarne le circolazioni, sia in termini di integrazione che di conflitti sociali.

Benché già a metà del secolo scorso Braudel (1963) avesse dimostrato come storicamente non siano esistite delimitazioni rigide fra realtà politiche e culturali ma piuttosto delle aree di permeabilità e di circolazione (Lorey, 1999), sino ad oggi la storiografia ha preferito utilizzare un paradigma di analisi fissato dalla storiografia ottocentesca (Turner, 1893; Ratzel, 1923), centrato sulla prospettiva degli Stati-nazione, interessati alla definizione e alla difesa delle proprie frontiere come limite degli spazi di esercizio della propria sovranità e identità in termini di fisionomia statuale, di controllo e potere di governo, di rapporto univoco tra territorio, popolazione e cultura nazionale. Grazie all’analisi interdisciplinare dei fenomeni complessi che caratterizzano il mondo globalizzato odierno, è urgente individuare nuovi criteri e nuove metodologie d’indagine per cercare di fissare i principi che legittimano l’esercizio dell’autorità in questi spazi di sovranità fluida e incerta, dove nell’interazione tra processi opposti d’integrazione e di conflitto vanno costruendosi nuove identità meticcie. Oggi la coincidenza o “co-appartenenza” tra Stato e territorio è da più versanti messa in discussione (Mezzadra, 2006) mentre si procede a delineare una pluralità di linee di discontinuità (economiche, etniche, linguistiche, etc.) all’interno degli stessi soggetti politici statuali (Gamio, 1971; Merluzzi, 2010).

Il congresso si propone uno studio selettivo di tematiche legate alle dinamiche politiche e sociali in aree di grande trasformazione europee ed extraeuropee. Si porrà l’attenzione all’integrazione e ai conflitti sociali, attraverso l’analisi di una pluralità di linguaggi, da quelli teorici e politici a quelli artistici (immagini fotografiche, pittoriche) nella prospettiva di suscitare un ampliamento e un approfondimento delle conoscenze e delle metodologie d’analisi e di ridefinizione del paradigma storiografico di frontiera.

http://www.dia.uniroma3.it/db/logoRomaTre.jpg

Les galères d’Espagne : une société de frontière itinérante et de conflits dans la Méditerranée des XVI-XVIIe siècles.

Nous continuons notre présentation des projets des différents membres du programme avec celui de Manuel Lomas Cortes. Vous trouverez ci-dessous une version en italien ainsi qu’une traduction en français.

“Le galee di Spagna: una società di frontiera itinerante e conflittiva nel Mediterraneo dei secoli XVI-XVII”

Il progetto di ricerca di Manuel Lomas ha l’obiettivo di riflettere sul significato dell’esistenza della galea al di là del suo ruolo protagonista nella guerra navale e la storia politica del Mediterraneo in età moderna, attraverso l’applicazione dei modelli analitici legati ai recenti studi di frontiera. Si tratta, in primo luogo, di mettere in valore la sua importanza nella vertebrazione territoriale, economica e culturale dello spazio mediterraneo, così come la sua funzione come veicolo di trasmissione non solo di uomini e denaro, ma pure d’idee, creenze e modelli politici e giuridici. Per raggiungere questa meta, Manuel Lomas propone lo studio delle liti comerciali e giurisdizionali vincolate alla presenza delle galee nella costa ed i porti spagnoli, e la ricostruzione delle reti di provveditori, agenti e intermediari finanziari che, attraverso il Mediterraneo, partecipavano nel loro sostegno. In secondo luogo, questa ricerca parte dalla premessa che le squadre di galere possano essere studiate come società di frontiera particolari e periferiche, dotate della sua propia giurisdizione e dove possibilmente si svilupparono mecanismi di rapporto, coesione e sociabilità caractteristici. Le galee dei secoli XVI e XVII furono crogioli sociali, linguistici e culturali, dove coesisterono persone di procedenze geografiche e creenze religiose molto diverse (da principi e grandi signori a ladri ed eretici di ogni sorte), senza mura di separazione ne quasi posibilità d’indiferenza, elemento che fa di loro uno spazio privilegiato per lo studio delle società mediterranee e delle loro forme d’integrazione e  segregazione. A questo fine la presente ricerca propone l’elaborazione di una storia sociale delle galee, a partire dell’analisi della corrispondenza ufficiale, i libri di conti ed i processi giudiziari che coinvolssero l’equipaggio delle galee nei tribunali spagnoli.   

Les galères d’Espagne : une société de frontière itinérante et de conflits dans la Méditerranée des xvi-xviie siècles.

Le projet de recherche a pour objectif de réfléchir sur la signification de l’existence de la galère au-delà de son rôle de protagoniste dans la guerre navale et l’histoire politique de la Méditerranée à l’époque moderne. Cette réflexion se construit à travers l’application des modèles analytiques liés aux études récentes sur la frontière. Dans un premier temps, nous chercherons à mettre en valeur l’importance de la galère dans l’articulation territoriale, économique et culturelle de l’espace méditerranéen, et notamment sa fonction comme vecteur des transmissions non seulement des hommes et des flux financiers, mais également d’idées, de croyances et de modèles politiques et juridiques. Pour atteindre cet objectif, je propose l’étude des litiges commerciaux et juridiques liés à la présence des galères sur la côte et les ports espagnols, ainsi que la reconstruction des réseaux d’inspecteurs, agents et intermédiaires financiers qui, à travers la Méditerranée, ont participé à leur pérénité. Dans un second temps, cette recherche part du présupposé que les équipages des galères peuvent être étudiés comme une société de frontière particulière et périphérique, dotée de sa propre juridiction et où se sont probablement développés des mécanismes de rapports, de cohésion et de sociabilité caractéristiques. Les galères du xvie et xviie siècles furent un creuset social, linguistique et culturel où coexistèrent des personnes de provenance géographique et de croyance religieuse extrêmement diverses (des princes et grands seigneurs aux voleurs et hérétiques de toute sorte), sans murs de séparation ni possibilité d’indifférence. Cette caractéristique en fait un espace privilégié pour l’étude de la société méditerranéenne et des ses formes d’intégration et de ségrégation. À cette fin, la présente recherche propose l’élaboration d’une histoire sociale des galères, à partir de l’analyse de la correspondance officielle, des livres de comptes et des procès judiciaires qui concernent l’équipage des galères dans les tribunaux espagnols.

Les intermédiaires du commerce interculturel entre Vénitiens, Insulaires et « Turcs » dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

Après la description du projet de Christopher Denis-Delacour, voici à présent le projet de Monsieur Mathieu Grenet, dans le cadre de l’ERC ConfigMed.

Les intermédiaires du commerce interculturel entre Vénitiens, Insulaires et « Turcs » dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

Cette enquête s’inscrit dans le sillage de mes précédents travaux sur les identités transnationales et les médiations culturelles dans l’espace méditerranéen, dont il s’agit de prolonger le questionnement autour des notions d’intermédiation, de liminalité et de frontière. Du fait de leur situation à l’interface des empires vénitien et ottoman, mais aussi (et peut-être même surtout) du fait de la qualité de la documentation conservée, les Iles Ioniennes se sont rapidement imposées comme un terrain d’enquête privilégié. Privilégié mais également peut-être problématique, puisqu’il s’agit d’interroger l’importance du contexte insulaire pour un questionnaire tel que le mien – et, par là même, la manière dont les représentations traditionnellement liées à un type d’espace conditionnent à leur tour les questionnements de l’historien.

L’intérêt du terrain que constituent les Îles Ioniennes ne se limite bien sûr pas à la simple accumulation des histoires singulières de chacune de ces sept îles – Corfou, Paxos, Leucade, Ithaque, Céphalonie, Zante et Cythère. Incorporées entre la fin XIVe et le début du XVIe siècle au Stato da Mar vénitien[i], les Îles Ioniennes (ou Heptanèse, du grec hepta nisia, « sept iles ») forment au cours de la période moderne une importante frontière entre Venise et l’Empire ottoman. Suite à la reconquête ottomane, en 1714-1715, des Cyclades, du Péloponnèse, et des deux dernières forteresses vénitiennes dans l’île de Crète (Souda et Spinalonga), elle constitue même l’intégralité du fameux Stato da Mar vénitien au-delà de l’Adriatique.

L’importance – voire l’omniprésence – de ce contexte d’antagonisme direct entre Venise et l’Empire ottoman appelle à son tour un examen sommaire des trois motifs qui imprègnent sur le temps long les caractérisations historiques et géographiques de l’espace ionien, et qui interrogent chacun à sa manière un enjeu de la problématique plus large de l’insularité.

  1. Le premier de ces motifs procède d’une lecture géostratégique de la question insulaire : c’est celui des Iles Ioniennes comme « verrous » entre différents espaces maritimes (généralement, l’Adriatique et la Mer ionienne et, au-delà, l’Egée), ou comme « têtes de pont » (et, au 18e siècle, « bases arrières ») de l’expansion vénitienne en Méditerranée orientale[ii].
  2. Le second motif est celui des Îles Ioniennes comme carrefour – ici à la manière dont Denys Lombard a pu parler de « carrefour javanais », c’est-à-dire non pas simplement comme un lieu à la croisée des chemins, mais comme un espace de captation, de hiérarchisation et de redistribution des différents flux qui le traversent[iii].
  3. Enfin, le troisième et dernier motif est celui de la frontière, qui se décline selon deux modes en apparence antithétiques : d’une part celui du limes (et on rappellera par exemple que la ville de Corfou est dotée d’un impressionnant système défensif de fortifications, ainsi que d’un lazaret très actif )[iv] ; d’autre part, celui de la « frontière franchissable », avec notamment une pratique intensive du commerce interlope, de la contrebande et de la piraterie[v].

Prenant acte de l’importance de ces motifs dans notre compréhension des dynamiques propres à l’espace insulaire ionien, mon enquête entend saisir dans leur pluralité les figures de l’intermédiation entre acteurs du commerce interculturel. Il s’agira donc d’évaluer la fréquence des recours à ces figures d’intermédiaires (interprètes, conseillers commerciaux et juridiques, commis, agents, notaires, etc.), mais également de d’examiner les ressources que celles-ci mettent à disposition des acteurs du commerce interculturel. Et si ma documentation porte en priorité sur des litiges commerciaux entre sujets vénitiens et ottomans, je n’entends pas me concentrer sur la seule dimension contentieuse, mais envisager également les multiples formes de coopération interculturelles.

En retour, la fréquence de ces interactions invite à resituer le commerce interculturel dans les Îles Ioniennes dans une série de dynamiques politiques et juridiques plus larges, qui engagent les Vénitiens et les Ottomans, ainsi qu’une variété d’autres acteurs, groupes et pouvoirs locaux. Au-delà du nécessaire effort de contextualisation du local, il s’agira ici aussi bien la place des îles dans les stratégies des États vénitien et ottoman[vi], que les dynamiques inter-insulaires propres à l’espace ionien (circulations, rivalités, dépendance, hiérarchisations, etc.).


[i] Cythère tombe sous domination vénitienne dès 1363, puis Corfou en 1386, Zante en 1485, Céphalonie en 1500 et Ithaque en 1503. Quant à Leucade, elle est disputée par les Vénitiens et les Ottomans jusqu’à la guerre de Morée de 1684-99, avant d’être incorporée au Stato da Mar vénitien.

[ii] Nicholaos G. Moschonas, « Navigation and Trade in the Ionian and Lower Adriatic Seas in the Eighteenth Century », in Apostolos E. Vacalopoulos, Constantinos D. Svolopoulos et Béla K. Kiraly (dir.), Southern European Maritime Commerce and Naval Policies from the Mid-Eighteenth Century to 1914, Boulder (Co), Social Science Monographs, 1988, pp. 189-196.

[iii] Nikos S. Vlassopoulos, Marchands Ioniens en Méditerranée, XVIe-XVIIIe siècles (en grec), Athènes, Finatec, 2001 ; Maria Fusaro, « Les Anglais et les Grecs. Un réseau de coopération commerciale en Méditerranée vénitienne », Annales H.S.S., 58/3 (2003), pp. 605-626 ; Gerassimos D. Pagratis, « Merchants and Shipowners in Venetian Corfu in the first half of the Sixteenth Century », in Maria Cristina Chatziioannou et Gelina Harlaftis (dir.), Following the Nereids: Sea Routes and Maritime Business, 16th-20th Centuries, Athènes, Kerkyra, 2006, pp. 31-43.

[iv] Coll., Venezia e la difesa del Levante, da Lepanto a Candia (1570-1670), Venezia, Arsenale Editrice, 1986 ; Katerina Konstantinidou, « Gli Uffici di Sanità delle Isole Ionie durante il Seicento e il Settecento », Studi Veneziani, 49 (2005), pp. 379-391.

[v] Le thème n’est pas nouveau, ainsi qu’en témoignent les travaux classiques de Georges Douin, La Méditerranée de 1803 à 1805 : pirates et corsaires aux Iles Ioniennes, Paris, Plon-Nourrit, 1917 ; Jean Savant, « Pirates et corsaires septinsulaires », L’Hellénisme contemporain, Athènes, 1940. Nous empruntons la notion de « frontière franchissable » à Natividad Planas, « La frontière franchissable : normes et pratiques dans les échanges entre le royaume de Majorque et les terres d’Islam au XVIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 48/2 (2001), pp. 123-147.

[vi] Sur ce point, voir Nicolas Vatin et Gilles Veinstein, « Introduction », in Insularités ottomanes, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, p. 10.