Archives du mot-clé justice commerciale

[Conférence] Eléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (XVe – XIXe siècle) / Elements of proof and commercial litigations in the Mediterranean (15th – 19th century)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue des journées d’études intitulées Eléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (XVe – XIXe siècle) / Elements of proof and commercial litigations in the Mediterranean (15th – 19th century), organisées par  Francisco Apellániz, Yavuz Aykan, Rémi Dewière, Wolfgang Kaiser et Johann Petitjean dans le cadre de l’ERC ConfigMed et avec la participation de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, de l’European Research Council et de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC). Vous trouverez ci-dessous l’annonce et le programme. Le flyer est téléchargeable ici en français et ici en anglais.

 

L’European Research Council (Programme Mediterranean Reconfigurations),

l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

et l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine – IHMC présentent

les journées d’étude

Éléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (xve – xixe siècles)

IMG_0243

Joseph VERNET, L’intérieur du port de Marseille vu du pavillon de l’Horloge du Parc (1754)

Paris, 18-20 juin 2015

Salle Marc Bloch (galerie Rollin, escalier C, 2e étage)

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

17, rue de la Sorbonne 75005, Paris

Présentation

Que nous apprennent les artéfacts probatoires produits pour régler les litiges commerciaux au sujet de la configuration juridique de la Méditerranée entre les xve et xixe siècles ?

Depuis 2012, le programme européen ConfigMed s’attache à étudier les litiges commerciaux, le pluralisme juridique et le commerce interculturel en Méditerranée, à la croisée de traditions, de régimes et de référents juridiques divers dont il s’agit d’étudier les rencontres, les compromis et les éventuelles contaminations à partir des conflits impliquant des acteurs économiques venus d’Europe, de l’empire ottoman et du Maghreb.

Ce workshop ambitionne de poursuivre ces travaux et ces réflexions en mettant tout particulièrement l’accent sur la production et la circulation des éléments de preuve en Méditerranée. En partant de l’examen des certificats, des attestations et des déclarations, on tâchera d’examiner leurs effets, tant sur le monde des affaires que sur des systèmes juridiques souvent pensés comme étanches.

L’un des axes structurants de ce workshop consistera à analyser les procédures propres au règlement des litiges commerciaux à travers la production et la circulation de certificats et d’attestations dont les origines, la diversité formelle, la matérialité et les logiques devraient être à même de fournir de nouveaux éléments de réflexion quant à la nature des conflits commerciaux en Méditerranée, aux modalités de leur résolution, ainsi qu’au fonctionnement concret des institutions qui participent de cette résolution.

Ceci passera nécessairement par l’examen attentif de la circulation des preuves et de leur usage, c’est-à-dire, dans de nombreux cas, par la reconstitution de ces chaînes d’écriture et de réécriture. Cette démarche devrait produire matière à discuter la pertinence des frontières habituellement tracées pour séparer des univers que l’enquête révèle souvent poreux, telles que celles qui opposent l’oral et l’écrit ou empêchent de penser la proximité et les échanges entre le privé et le public.

En considérant les pièces probatoires comme des médias, le workshop abordera le rôle de la preuve dans l’analyse des processus de communication et l’interprétera comme un scénario privilégié de créativité légale et culturelle dans un espace transméditerranéen formé par et pour la résolution des litiges commerciaux.

 

Presentation

What can the evidentiary artifacts that are deployed to resolve commercial litigations tell us about the legal configuration of the Mediterranean between the fifteenth and nineteenth centuries?

Since 2012, the European research program ConfigMed has been studying commercial disputes, legal pluralism, and intercultural trade in the Mediterranean, at the crossroads of different traditions, legal regimes and referents. In this context, our method helps to focus on the encounters, compromises and possible exchanges which resulted from conflicts involving economic actors from Europe to the Ottoman Empire and North Africa.

This workshop aims to continue this work and these reflections with a particular emphasis on the production and circulation of the elements of legal proof in the Mediterranean. Based on the examination of written certificates and declarations, we propose to examine their effect on both the commercial world and legal systems that are often seen as closed within itself.

One of the primary axes of this workshop will be the analysis of the procedures of dispute resolution through the production and circulation of certificates and written testimonies. The origins, formal diversity, materiality and logic of these artifacts should be able to provide food for thought on the nature and resolution of disputes, as well as the practical functions of institutions.

This will necessarily involve careful consideration of the circulation and use of evidence, for the reconstitution of the chain of correspondences between litigants, intermediaries and user or producer institutions of evidentiary elements. This should produce material to discuss the relevance of the boundaries usually drawn between worlds that seem to be permeable, such as those opposing the oral and the written, the private and the public.

By considering these evidentiary pieces as instruments, the workshop will address the role of evidence in the analysis of communication processes and interpret it as a privileged scenario of legal and cultural creativity in a trans-Mediterranean space formed by different resolutions of commercial litigations.

Programme/Program

18 Juin/June 2015       13 h 30 – 14 h

Wolfgang Kaiser (Paris 1 & EHESS, IHMC, ConfigMed) : Accueil / Welcome

 

14 h – 18 h

Première Section / First Section : Accéder à la justice / Access to justice

Président/Chair: Wolfgang Kaiser (ConfigMed)

 

Johann Petitjean (Poitiers, IHMC, ConfigMed) : Introduction

 

Michael Talbot (ConfigMed), When no proof is good enough: An Algerian merchant in British and Dutch courts, 1760s-1770s

Angela Falcetta (Padova), The protean use of justice: Ottoman merchants before the Neapolitan courts, eighteenth-early nineteenth centuries

Mahjouba Bijaoui (EHESS), Litiges commerciaux et naufrages : comment résoudre cet imbroglio ? Le cas du consul espagnol Manuel de la Heras dans la Régence d’Alger à la fin du XVIIIe siècle

Hassan Khalilieh (Haifa), Legal pluralism and judicial sovereignty in Islamic Mediterranean

 

19 Juin/June 2015       9 h 30 – 12 h 30

Présidente/Chair : Jessica Goldberg (UCLA)

Andrea Addobbati (Pisa, ConfigMed), The Pareri «pro veritate» at the Pisan Consoli del Mare

Ana Belem Fernández Castro (ConfigMed), Showing the Truth to the Judge: A Study of Judicial Evidence in Sevillian Commercial Courts during the Sixteenth Century

Tommaso Stefini (Yale), The role of written evidence in trade-related disputes between Ottoman and Venetian subjects: a preliminary enquiry

Mafalda Ade Winter (ConfigMed), Le pluralisme juridique en Syrie ottomane : analyse d’un « inventaire de verdicts et de preuves » du Tribunal de commerce de Damas de 1889

 

19 Juin/June 2015       14 – 18 h

Deuxième Section / Second section :

Par-delà l’oral et l’écrit / Beyond the Oral/Written Divide

 

Francisco Apellániz (ConfigMed) : Introduction

 

Président/Chair : Baudouin Dupret (Centre Jacques Berque, Rabat)

Francisco Apellániz (ConfigMed), You cannot produce a Muslim witness’: Handling Systems of Proof Across Religious Boundaries (15th-16th centuries)

Evelyne Oliel Grausz (Paris 1, IHMC, ConfigMed), Oaths, testimonies and elements of proof in Jewish disputes in early modern Livorno.

Jessica Marglin (USC, Los Angeles), Extraterritoriality meets Islamic Law: Commercial litigation and legal proof in the International Mixed Court of Morocco, 1871-1872

Nandini Chatterjee (Exeter), A Comment from the Mughal Indian perspective

 

20 Juin/June 2015                 9 h 30 – 12 h 30

Présidente/Chair : Maria Fusaro (Exeter, ConfigMed)

Joshua White (Virginia), Litigating Ownership Disputes over Ships and Cargo in Ottoman Courts (17th Century)

Yavuz Aykan (ConfigMed), La preuve dans les litiges commerciaux devant le Divan impérial ottoman à l’époque moderne

Ivelina Masheva (Sofia), Oral Testimonies and Written Documents in Commercial Litigations in the Danube Provinces of the Ottoman Empire in the Tanzimat

 

 

Contact: wolfgang.kaiser@univ-paris1.fr / remi.dewiere@univ-paris1.fr

[Atelier d’études] L’arbitrage commercial en Méditerranée (15ème-19ème siècles) – (17 janvier 2014)

École française de Rome
European Research Council (Programme « Mediterranean Reconfigurations »)
Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine – IHMC)

Rome, 17 janvier 2014

École Française de Rome,
Piazza Navona, 62,
00186 ROMA

Dans le cadre du programme de l’European Research Council « Mediterranean Reconfigurations », ce premier atelier d’études vise à interroger l’une des formes de résolution contentieuse favorite des marchands, non seulement en raison de sa célérité, mais aussi parce qu’elle permettait bien souvent de préserver la confidentialité des transactions et des différends familiaux : l’arbitrage. Loin d’être considéré à l’époque moderne comme une procédure imparfaite symptomatique de pouvoirs politique et judiciaire faibles, l’arbitrage était fréquemment pensé comme une procédure complémentaire aux tribunaux locaux et arrimée à eux. Cette journée vise ainsi à décrire le plus finement possible l’articulation entre les procédures qui ressortent à l’arbitrage privé, à l’arbitrage public et à l’offre institutionnelle censée permettre la résolution des litiges.

Les interventions tâcheront de questionner tout d’abord la rapidité et l’irrévocabilité des sentences arbitrales. La procédure compromissoire sera également envisagée au prisme des litiges interculturels : l’arbitrage était-il privilégié ou bien délaissé par les commerçants et les marins habitués à des univers normatifs différents ? Se pose en creux la question cruciale du pluralisme normatif et de la recherche d’une éventuelle « norme commune » pour trancher un contentieux. Par ailleurs, il conviendra d’évaluer la marge de manœuvre et l’autonomie juridictionnelles dont disposaient les arbitres communautaires (consuls, massari juifs, etc.). La réflexion sur l’arbitrage ne peut enfin faire l’économie d’une étude des profils socioculturels des arbitres. On pourra réfléchir en particulier au fil ténu entre arbitrage et expertise judiciaire du monde marchand et maritime. La question de la langue des arbitres (à la fois l’idiome mais aussi la langue du droit ou la langue des marchands) fera également l’objet d’une attention spécifique.

Programme :

9h30 : François Dumasy (EFR) : Accueil

Wolfgang Kaiser (Paris 1 / ERC) : Présentation du programme et de la journée.

Guillaume Calafat (EFR / Paris 1) et Évelyne Oliel-Grausz (Paris 1 / ERC) : Introduction

10h-13h : Session 1 : Arbitrage et commerce interculturel

Présidence : Biagio Salvemini (Bari / ERC)

Francisco Appelaniz (EUI, Florence) : « Arbitrages entre étrangers et arbitrages entre religions dans les villes du commerce du Moyen Orient ».

Manuel Lomas Cortès (ERC) : « Lite e risoluzione di conflitti nelle galee di guerra del Mediterraneo in età moderna ».

Erica Mezzoli (Trieste) : « While two dogs strive for a bone, a third… Ragusans, Ottoman and Venetians in the XVII Century Contentious Adriatic Basin ».

Mathieu Grenet (ERC) : « Arbitrer entre les langues. Commerce interculturel et médiateurs linguistiques : le cas des îles Ioniennes au XVIIIe siècle ».

15h-18h : Session 2 : Procédures d’arbitrage

Présidence : Maria Fusaro (Exeter)

Andrea Addobbati (Pise / ERC) : « Marinai e mercanti nel porto di Livorno: l’arbitrato al tempo del console Blackwell ».

Guillaume Calafat (EFR / Paris 1) : « L’arbitrage des consuls français en Méditerranée : rodes et résolutions des litiges au XVIIe siècle ».

Évelyne Oliel-Grausz (Paris 1 /ERC) : « Modalités de l’arbitrage dans les conflits entre juifs à Livourne au XVIIIe siècle : enquête, questions et cas choisis ».

Mafalda Ade Winter (ERC) : « La résolution de litiges commerciaux par l’arbitrage informel dans l’Empire ottoman du XIXe siècle : stratégies et entraves ».

18h30 : Wolfgang Kaiser (Paris 1 / ERC) : Conclusions

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

[Atelier d’études] L’arbitrage commercial en Méditerranée (15ème-19ème siècles) – (17 janvier 2014)

John Theodore Heins (1697-1756), Allégorie du commerce, huile sur toile, 74,9cm x 137,2cm.

Dans le cadre du projet ERC « Mediterranean Reconfigurations », un premier atelier d’études du programme aura lieu à l’École française de Rome le 17 janvier 2014. La rencontre est ouverte à toute personne intéressée, sur inscription préalable [écrire à : <wolfgang.kaiser[ad]univ-paris1.fr>].

Argumentaire :

Ce premier atelier d’études vise à interroger l’une des formes de résolution contentieuse privilégiée par les marchands, non seulement en raison de sa célérité, mais aussi parce qu’elle permettait bien souvent de préserver la confidentialité des transactions et des différends familiaux : l’arbitrage. Ces journées cherchent à proposer une cartographie méditerranéenne des sources, des institutions, des procédures et des usages de l’arbitrage à l’époque moderne, afin de soulever tout un faisceau de questions qui se trouvent au cœur du projet « Mediterranean Reconfigurations ».

  1. Tout d’abord, il convient de réfléchir à la dialectique entre arbitrage et litiges marchands (et, plus généralement, entre arbitrage et litigiosité). Loin d’être considéré à l’époque moderne comme une procédure imparfaite symptomatique de pouvoirs politique et judiciaire faibles, l’arbitrage était fréquemment pensé comme une procédure complémentaire aux tribunaux locaux et arrimée à eux. Il faudra donc être attentif à décrire le plus finement possible l’articulation entre les procédures qui ressortent à l’arbitrage privé, à l’arbitrage public et à l’offre institutionnelle censée permettre la résolution des litiges.
  2. Dans le cadre d’une réflexion sur la spécificité d’une lex mercatoria ou d’un ius mercatorum, il s’agira également de déterminer la rapidité et l’irrévocabilité des arbitrages : pouvait-on faire appel des arbitrages ? À qui pouvait-on s’adresser si la sentence était jugée injuste ou insatisfaisante par l’une des parties ? Comment fonctionnait le système de cautions et de garanties censé assurer le respect des décisions arbitrales ?
  3. La procédure compromissoire était-elle privilégiée dans le cadre de litiges interculturels ou bien, au contraire, délaissée par les commerçants et les marins appartenant à des univers normatifs différents (en raison d’une incertitude du système d’adjudication et de l’enforcement) ? Se pose en creux la question cruciale de la recherche d’une norme commune pour trancher un contentieux : la procédure d’arbitrage favorisait-elle l’établissement conventionnel d’une « troisième norme », entendue comme la rencontre de conceptions différentes du droit ? Autrement dit, la souplesse de la procédure d’arbitrage permettait-elle l’articulation de droits et de cultures juridiques différents ? On touche ici au problème essentiel du « pluralisme normatif » qui intéresse directement le projet « Mediterranean Reconfigurations ».
  4. On sait, par exemple, que l’arbitrage et les « rodes » étaient bien souvent l’apanage des « consuls des nations » au Levant. S’agissait-il d’arbitrages restreints aux marchands et marins de la « nation » ou avaient-ils un rôle au-delà des seuls conationaux ? Il convient d’évaluer la marge de manœuvre et l’autonomie juridictionnelles dont disposaient les arbitres communautaires en dressant une typologie des formes de contentieux arbitrés.
  5. La réflexion sur l’arbitrage ne peut enfin faire l’économie d’une étude des profils socioculturels des arbitres. On pourra réfléchir en particulier au fil ténu entre arbitrage et expertise judiciaire du monde marchand et maritime. La question de la langue des arbitres (à la fois l’idiome mais aussi la langue du droit ou la langue des marchands) fera également l’objet d’une attention spécifique.

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Appel à contributions : Les consuls, figures de l’intermédiation marchande

Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècles) (10-12 avril 2014)
• Nice, Centre de la Mediterranee Moderne et Contemporaine,

Le colloque « Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècle)»  est organisé dans le cadre du projet de recherche « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècle) » du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (université de Nice Sophia Antipolis). Ce projet, à travers l’étude de figures de l’intermédiation marchande (commis voyageurs et agents de commerce, consuls, courtiers, commissionnaires, capitaines de navires), entend développer une réflexion sur les principales transformations qu’a connues la pratique du commerce à distance durant les époques moderne et contemporaine. C’est donc uniquement sous l’angle des services que les consuls rendaient aux marchands en particulier et au commerce en général qu’est envisagée ici la « fonction consulaire ». Trois thématiques sont plus précisément explorées autour d’un questionnement unifié : qui, au sein du monde marchand, étaient les bénéficiaires effectifs des services commerciaux assurés par les agents consulaires et quelle était l’utilité réelle des consuls pour les marchands ? Au-delà de ces aspects, c’est la problématique plus générale du rôle qu’ont joué les réseaux consulaires dans la croissance, le décloisonnement et la modernisation du commerce à distance qui est soulevée.

Argumentaire

Les travaux récents sur les agents consulaires européens ont porté sur la mise en place des réseaux consulaires européens à l’époque moderne et au XIXe siècle, sur la diversité des missions qui étaient confiées aux consuls et sur la variété de leurs statuts. Ils y sont définis comme des agents de l’État au sein des réseaux consulaires français et espagnols, et, du moins avant le XXe siècle, comme des commerçants privés pour les autres nations. Des enquêtes prosopographiques de grande ampleur ont par ailleurs été menées sur le déroulement des carrières consulaires qui sont tantôt marquées par la mobilité, tantôt, au contraire, par la constitution de « dynasties » locales. Les thèmes de l’insertion des consuls dans leur contexte social, culturel et institutionnel local, tout autant que celui de leur rôle dans la circulation de l’information ont également été abordés, comme en ont témoigné les colloques récemment organisés sur ces sujets à Nice (24-26 novembre 2011) et à Séville (27-28 septembre 2012). En revanche, les études consacrées aux fonctions assumées par les consuls dans l’intermédiation marchande proprement dite sont demeurées rares. Pourtant, qu’ils soient pourvoyeurs d’information vis-à-vis des ressortissants placés sous leur juridiction ou arbitres dans des différends commerciaux, lobbyistes face aux autorités locales ou entremetteurs au sein de leur communauté, les modalités d’intervention des agents consulaires dans la réduction de l’incertitude marchande et dans l’optimisation des transactions commerciales sont multiples. Poser la question du consul en tant que figure de l’intermédiation marchande, c’est donc s’interroger sur l’efficacité des services commerciaux assumés par les consuls et, à plus grande échelle, sur le rôle qu’ils ont joué dans le décloisonnement des espaces marchands européens.

Dans cette perspective, nous souhaitons engager une réflexion sur trois aspects de ces fonctions marchandes des consuls qui seront placées au centre des problématiques abordées par le colloque :

Concernant l’information commerciale, il faut poursuivre la réflexion en cours et s’interroger plus directement sur l’utilité et l’utilisation des informations commerciales collectées par les consuls.

Lorsqu’elles étaient adressées aux services administratifs centraux étaient-elles redistribuées vers les milieux d’affaires ou simplement archivées ? Existait-il, par ailleurs, des connexions directes entre les consuls et les milieux d’affaires (correspondances privées, via le relais des Chambres de Commerce ou contacts personnels directs, noués dans le cadre d’une sociabilité locale) ? Enfin, retrouve-t-on la trace de décisions économiques et commerciales fondées explicitement sur l’exploitation d’informations fournies par des agents consulaires ?

Un deuxième aspect, absolument essentiel pour la thématique étudié, est celui des fonctions juridictionnelles des consuls.

Bien identifiées dans l’Empire ottoman, ces prérogatives sont en revanche moins bien connues dans les autres pays et ont laissé très peu de traces (sauf cas particulier, comme celui de la course). Il est pourtant certain, et avéré par des sources indirectes, que les consuls jouaient un rôle important d’arbitre dans les litiges survenus parmi leurs administrés et qu’ils offraient par ailleurs une possibilité de recours pour des affaires liant leurs administrés à des compatriotes demeurés au pays. La chancellerie consulaire constitue aussi un instrument important offert aux négociants pour sécuriser leurs transactions, qu’il convient de mieux cerner.

Un troisième thème concerne les fonctions de défense des intérêts économiques, commerciaux et maritimes nationaux assurés par les consuls.

La question du lobbying et des pressions exercées sur les autorités locales ou centrales, notamment pour défendre les privilèges des nations, ont été déjà étudiées. Il en est de même pour les conflits qui caractérisaient souvent les relations entre les consuls et leurs administrés. En revanche, des opérations beaucoup plus informelles demeurent méconnues : ainsi, certains consuls n’hésitaient-ils pas à couvrir les opérations de contrebande de leurs administrés, d’autres à les organiser sous forme de coalition ou de syndicat, de manière à opposer un front commun, sur le marché, face aux autres acteurs locaux. Á travers le contrôle et la surveillance qu’ils exerçaient sur leurs administrés, les consuls œuvraient aussi en faveur des intérêts de puissantes corporations marchandes de leur pays d’origine qui, au-delà des gouvernements, étaient en fait souvent leurs réels commanditaires.

Ces trois thématiques seront plus précisément explorées dans le cadre d’un questionnement transversal, dégagé lors des rencontres préparatoires du colloque : qui étaient, au sein du monde marchand, les bénéficiaires effectifs des services commerciaux assurés par les agents consulaires et quelle était l’utilité réelle des consuls pour ces marchands ?

Organisation
Ce colloque s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche soutenu par la Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC, Université de Nice Sophia Antipolis), dont les travaux préliminaires, issus de deux ateliers de recherche organisés en mars 2012 et mars 2013, sont consultables en ligne (http://cmmc-nice.fr/recherches-2/cfimpresentation/). Ce programme donnera lieu à une publication collective, portant sur l’ensemble des opérations entreprises au cours du quadriennal, dont la parution est prévue en 2015.

Modalités de soumission
Les propositions de communication doivent être envoyées en français, italien, espagnol ou en anglais, avant le 15 novembre 2013
à l’adresse suivante : bartolomei2@laposte.net

Le comité scientifique communiquera les propositions retenues le 15 décembre 2013.
Les propositions comporteront
*   un titre et un résumé d’environ 2000 signes,
*   les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, adresse électronique, adresse postale du domicile, téléphone)
*   et un court CV de ce dernier.

La langue du colloque sera le français, mais des communications en espagnol, anglais et italien pourront être entendues.
L’ensemble des contributeurs s’engage à remettre aux discutants nommés par le Comité scientifique un texte de deux-trois pages de sa contribution un mois au moins avant le colloque.
Le comité d’organisation du colloque prendra en charge les frais d’hébergement et de restauration des invités. Les frais de transport restent à la charge des participants.

Comité scientifique du colloque
*   Marcella Aglietti (Universita di Pisa)
*   Thierry Allain (Université Paul-Valéry, CRISES)
*   Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia Antipolis, CMMC)
*   Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia Antipolis-IUF, CMMC)
*   Guillaume Calafat (École française de Rome, ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Mathieu Grenet (ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Maria Fusaro (Exeter University, ERC Sailing into Modernity)
*   Fabrice Jesné (Université de Nantes, CRHIA)
*   Wolfgang Kaiser (Université de Paris-I/EHESS, ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia Antipolis-IUF, CMMC)
*   Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, CERHIO)
*   Francisco Javier Zamora Rodríguez (Centro de História de Além-Mar – FCSH/NOVA-UA)

More info:
http://cmmc-nice.fr/

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

[Appel à candidatures] Echange de marchandises et paiements en Europe (XIXe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes

Vous trouverez ci dessous un appel à candidatures au VIe Atelier doctoral Sources pour l’histoire économique européenne (XIIIe-XVIIe siècles)Échange de marchandises et paiements e Europe (XIVe-XVIIe siècle) : acteurs, entreprises, réseaux, systèmes qui se déroulera à Arezzo du 1er au 5 juillet 2013.

pouet

L’École  française  de  Rome,  en  collaboration  avec  l’École  normale  supérieure  (Paris), l’Université Paris-7-« Denis Diderot », l’Institut d’histoire moderne  et  contemporaine  (CNRS-École normale supérieure), l’Istituto storico italiano per il Medio Evo, l’Université de Sienne (Dipartimento di  Scienze  della  formazione,  scienze  umane  e  della  comunicazione  interculturale  d’Arezzo)  et  la Fraternita dei Laici d’Arezzo, proposent 15 bourses pour de jeunes chercheurs (doctorants ou post-doctorants  de  la  Communauté  européenne)  travaillant  sur  des  thèmes  relatifs  à  l’économie européenne pré-industrielle. Ces bourses prennent en charge les frais de séjour.

Après la question des prix, abordée en 2012, cette sixième session, d’une durée de cinq jours, aura pour thème l’organisation par les acteurs économiques de la circulation des marchandises et des moyens mis en œuvre pour en assurer le paiement. Elle se donne pour objectif  d’étudier les formes d’organisation commerciale opérant à différentes échelles – des échanges locaux, urbains ou ruraux, aux  circuits  plus  ou  moins  étendus  et  complexes  des  échanges  maritimes  ou  terrestres  qui  se développent à l’échelle continentale. Il serait souhaitable de mettre en évidence les interdépendances entre les différents niveaux de l’échange – opérations de collecte ou de redistribution en particulier–, et les processus de spécialisation des acteurs. L’action des marchands opérant à titre individuel ou en association, firmes dotées ou non d’agences multiples, réseaux fondés sur l’usage de la commission, regroupements  plus  ou  moins  institutionnalisés  d’opérateurs  (guildes,  nations),  sera  envisagée  en interaction  avec  les  processus  et  les  instances  de  régulation  (usages  tacitement  reconnus, interventions du pouvoir politique, justices commerciales) destinés à assurer le contrôle et la sécurité des échanges.
Une  attention  particulière  pourra  être  portée  aux  modes  de  règlement  des  échanges commerciaux qui représentent un point crucial du bon  fonctionnement des affaires. La plupart des moyens de paiement qui seront à disposition des opérateurs à la fin de l’Ancien régime existent déjà au début de la période considérée. Les travaux pourront donc porter sur l’ampleur de leur diffusion, sur  leur évolution  technique  (assignation, endossement) et  la standardisation de  leur(s) usage(s), sur les  garanties  juridiques  dont  ils  sont  progressivement  dotés.  On  s’interrogera  sur  les  conditions (position  économique  des  acteurs,  conjoncture,  type  de  transaction)  qui  conduisent  à  l’usage préférentiel  de  tel  ou  tel  moyen  de  paiement  – espèces,  cédules,  lettre  de  change,  troc –  et  sur l’enregistrement comptable des opérations de paiement qui se complexifie avec le recours généralisé au crédit.

Les  enseignements  se  feront  en  italien,  en  français,  en  anglais  et  en  espagnol.  Les interventions  des  enseignants  et  des  doctorants  seront  accompagnées  d’une  présentation informatique  dans  une  langue  différente  de  celle  utilisée  pour  l’exposé.  L’École  doctorale  prévoit deux sections différentes:
1. La matinée s’organisera autour de deux interventions proposées par des enseignants d’universités et d’institutions scientifiques européennes.
2. L’après-midi sera consacré aux présentations par les jeunes chercheurs de leurs travaux (30 minutes). Ces présentations seront suivies de discussions.

Les  candidats  devront  envoyer  par  courrier  électronique,  au  plus  tard  le  10 mai  2013,  à l’adresse suivante secrmod@efrome.it, un dossier constitué de :
– une lettre de motivation ;
– un  curriculum  vitae  (2 ou 3 pages) accompagné d’une présentation des  recherches en cours et d’un programme de travail ;
– un résumé (min. de 4000 caractères) et titre de l’intervention proposée pour les sessions de l’après-midi ;
– une lettre de recommandation.

Le Comité scientifique se réserve la possibilité d’accueillir d’autres participants à leurs propres frais, s’ils en font une demande motivée.

Les  candidats  retenus  seront  avertis  des  résultats  au  plus  tard  le  25  mai  2013.  Ils  sont  tenus d’assister aux séances de travail avec assiduité. Pour toute information, vous pouvez contacter Claire Challéat, secrétaire des études moderne, contemporaine et de sciences sociales à l’École française de Rome, Piazza Farnese 67, Roma, tel. + 39 06 68601244, e-mail: secrmod@efrome.it

Comité scientifique : Mathieu Arnoux, Jacques Bottin, François Dumasy, Amedeo Feniello, Franco Franceschi, Stéphane Gioanni, David Igual Luis, Antonella Moriani, Matthieu Scherman.

Appel Arezzo 2013

Programme de recherche « Les fonctions marchandes du consul en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XIXe siècles) »

Les travaux récents sur les agents consulaires européens ont porté sur la chronologie de la mise en place du réseau consulaire européen à l’époque moderne, sur la diversité des missions qui étaient confiées aux consuls et sur la variété de leurs statuts – ils sont des fonctionnaires au sein du réseau consulaire français, des commerçants privés pour les autres nations (Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec (dir.), La fonction consulaire à l’époque moderne, Rennes, 2006). Des enquêtes prosopographiques de grande ampleur ont par ailleurs été menées sur le déroulement des carrières consulaires qui sont tantôt marquées par la mobilité, tantôt, au contraire, par la constitution de « dynasties » locales (Anne Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières, [1715-1792], Paris, 1997, Nicole Bensacq-Tixier, Histoire des diplomates et consuls français en Chine (1840-1912), Paris, 2008.). Le thème de l’insertion des consuls dans leur contexte social et institutionnel local, tout autant que celui de leur rôle dans la circulation de l’information, commerciale ou diplomatique, ont également été abordés, comme en ont témoigné les colloques organisés à Nice et à Séville sur le sujet à l’automne 2011 et à l’automne 2012. En revanche, les études consacrées aux fonctions assumées par les consuls dans l’intermédiation marchande proprement dite demeurent rares (cf. par exemple, la contribution de Marc Belissa à l’ouvrage collectif L’information économique, XVIe-XIXe siècle, Paris, 2008). Pourtant, qu’ils soient pourvoyeurs d’information vis-à-vis des ressortissants placés sous leur juridiction ou arbitres dans des différends commerciaux, lobbyistes face aux autorités locales ou entremetteurs au sein de leur communauté, les modalités d’intervention des agents consulaires dans la réduction de l’incertitude marchande et dans l’optimisation des transactions commerciales sont multiples. Poser la question du consul en tant que figure de l’intermédiation marchande, c’est donc s’interroger sur l’efficacité des services commerciaux assumés par les consuls auprès de leurs administrés et, à plus grande échelle, sur le rôle qu’ils ont joué dans le décloisonnement des espaces marchands européens et sur leur capacité à constituer et à incarner un réel « service public » de l’intermédiation marchande, susceptible de concurrencer dans leurs fonctions d’information et de coordination, les réseaux privés et de rendre leur recours moins nécessaire.

Dans cette perspective, nous souhaitons engager une réflexion sur quatre aspects de ces fonctions marchandes des consuls qui nous semblent devoir plus précisément être placées au centre des préoccupations du présent programme de recherche :

  • Concernant l’information commerciale, il faut poursuivre la réflexion ouverte dans D. Margairaz et P. Minard, L’information économique, XVIe-XIXe siècles (Paris, 2008), notamment par les contributions de Claire Lemercier et Marc Belissa et s’interroger plus directement sur l’utilité et l’utilisation des informations commerciales collectées par les consuls : lorsqu’elles étaient adressées aux services administratifs centraux étaient-elles redistribuées vers les milieux d’affaires ou simplement archivées ? Existait-il, par ailleurs, des connexions directes entre les consuls et les milieux d’affaires (correspondances privées, via le relais des Chambres de Commerce ou contacts personnels directs, noués dans le cadre d’une sociabilité locale) ? Enfin, retrouve-t-on la trace de décisions économiques et commerciales fondées explicitement sur l’exploitation d’informations fournies par des agents consulaires ?
  • Un deuxième aspect, absolument essentiel pour la thématique étudié, est celui des fonctions judiciaires des consuls. Celles-ci sont presque toujours reconnues et affirmées mais on en trouve très peu de traces (sauf cas particulier, comme celui de la course). Il est pourtant certain, et avéré par des sources indirectes, que les consuls jouaient un rôle important d’arbitre dans les litiges survenus parmi leurs administrés locaux et qu’ils offraient par ailleurs une possibilité de recours pour des affaires liant leurs administrés locaux à leurs compatriotes demeurés au pays. Une connaissance plus précise de ces fonctions et du rôle que jouait cette autorité consulaire dans la sécurisation des transactions marchandes, pourrait par exemple contribuer à une meilleure compréhension de certains phénomènes diasporiques constatés par les historiens et trop souvent expliqués, jusqu’alors, par des mécanismes de préférence identitaire.
  • Un troisième thème concerne les fonctions de défense des intérêts économiques nationaux assurés par les consuls. La question du lobbying et des pressions exercées sur les autorités locales ou centrales, notamment pour défendre les privilèges des nations, ont été déjà largement étudiées. En revanche, des opérations beaucoup plus informelles demeurent méconnues : ainsi, certains consuls n’hésitaient-ils pas à couvrir les opérations de contrebande de leurs administrés, d’autres à les organiser sous forme de coalition ou de syndicat, de manière à limiter les pratiques de concurrence au sein de la communauté et à opposer un front commun, sur le marché, face aux autres acteurs locaux.
  • Le quatrième thème, enfin, est transversal, puisqu’il porte, plus généralement, sur l’établissement d’études chronologiques fines éclairant les liens entre construction du réseau consulaire et développement des communautés de marchands étrangers. Clairement, il s’agit de réunir suffisamment de cas empiriques pour déterminer si, en général, le réseau consulaire se structure sur la base de communautés marchandes déjà préétablies ou si, au contraire, c’est sa création qui suscite l’installation des marchands

L’équipe

Coordination :

Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia Antipolis – CMMC, bartolomei2@laposte.net)

Collaborateurs :

Marcella Aglietti (Universita di Pisa)

Thierry Allain (Université Paul Valéry, CRISES)

Alvaro Aragon (Universidad del Pais Vasco)

Arnaud Bartolomei (Université de Nice, CMMC)

Marc Belissa (Université Paris X-Nanterre)

Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice, CMMC)

Patrick Boulanger (Patrimoine culturel CCI Marseille Provence)

Catia Brilli (Escuela de Estudios Hispano-Americanos, CSIC)

Gilbert Buti (AMU, Telemme)

Guillaume Calafat (EFR)

Annastella Carrino (Universita di Bari)

Gérard Chastagnaret (Université de Provence, Telemme)

Jérôme Cras (Archives diplomatiques de Nantes)

Masao Daemer (Sciences Po-Paris)

Kamel Jerfel (Université de Sousse)

Medhi Jrad (Université de Sousse)

Maria Ghazali (Université de Nice, CMMC)

Mathieu Grenet (ERC Configmed)

Rached Lakhal (Université de Kairouan)

Claire Lemercier (CNRS-CSO)

Sylvain Lloret (Université Paris IV)

Séverine Antigone Marin (Université de Strasbourg)

Silvia Marzagalli (Université de Nice, CMMC)

Anne Mézin (Archives Nationales)

David Plouviez (Université de Nantes)

Biagio Salvemini (Universita di Bari)

Julien Sempéré (Université Paris I)

Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, CERHIO)

Francisco Javier Zamora Rodríguez (Universidad Pablo de Olavide)

 

http://smbg.ntic.fr/licence//logo_ecole/logo_UnivNice_Sophia_20101104175826.jpg

Workshop : LITIGES COMMERCIAUX DANS L’HISTOIRE : NOUVELLES APPROCHES

NEW APPROCHES TO THE HISTORY  OF COMMERCIAL JUSTICE

WORKSHOP
21st – 22nd FEBRUARY 2013

Organisation
Hanna Sonkajärvi (IHA)

Program:

Thursday 21st February 2013

13.00  Participants Arrival – Lunch

Section 1 : Problems and Perspectives/Enjeux et perspectives

Chair : Laurence Fontaine (CNRS-CRH)
14.15  Hanna Sonkajärvi (IHA/Universität Duisburg-Essen), Introduction
14.45  Albrecht Cordes (Goethe-Universität Frankfurt), Countries, Problems, Sources: the Landscape of Pre-Modern Commercial Law
15.15-15.45  Discussion 15.45-16.00  Coffee break

Section 2 : Specialized Merchant Courts in France/Tribunaux commerciaux spécialisés en France
Chair : Jochen Hoock (université Paris 7)

16.00   Julie Hardwick (University of Texas, Austin), Law and Commerce in the Lyon « Merchants Court » in the Seventeenth Century
16.30  Claire Lemercier (CNRS), Were Commercial Courts Tools of  « Self-Regulation » for the Merchants? The Case of Nineteenth Century Paris

17.00-17.40  Discussion
17.40-18.00  Coffee break

Key Note Lecture/Conférence du soir

Comment/Commentaire : Laurence Fontaine (CNRS-CRH)
18.00  Mark Häberlein (Otto-Friedrich-Universität Bamberg), South German Merchants and the Law Courts, 1500-1620

Friday 22nd February 2013

Section 3 : The Spanish Consulados/Les Consulados espagnols

Chair : Simona Cerutti (EHESS-CRH)
09.00  Tamar Herzog (Stanford University), Commercial Litigation on  Non-Mercantile Issues: the Consulados and Citizenship (Early Modern Spain and Spanish America)
09.30  Carlos Petit Calvo (Universidad de Huelva), Le tribunal de commerce de Séville (1830-1868)
10.00-10.40  Discussion
10.40-11.00  Coffee break

Section 4 : Comparative Approaches/Approches comparatives

Chair : Zacarias Moutoukias (université Paris7)
11.00  Hanna Sonkajärvi (IHA/Universität Duisburg-Essen), Conceptualizing Commercial Litigations in Bilbao and Rio de Janeiro (1750-1850)
11.30  Guillaume Calafat (Université Paris 1/ École française de Rome), Juridictions et étapes du contentieux marchand (Livourne, Pise et Florence, XVIIe-XVIIIe siècle)
12.00-12.40   Discussion

12.40-13.40  Lunch

Section 5 : Commercial Litigations before Non-Specialised Courts/ Arbitrages commerciaux devant des cours non spécialisées

Chair : Wolfgang Kaiser (université Paris 1)
13.40  James Masschaele (Rutgers University, New Jersey), Merchants and Commercial Law in the Late Medieval England
14.10  Dave De ruysscher (Vrije Universiteit Brussel), Merchants before the Antwerp City Court (1490-1550)
14.40-15.20  Discussion
15.20-15.35  Coffee break

15.35  Final discussion/Discussion finale

Entrée libre sur inscription préalable : event@dhi-paris.fr

Deutsches Historisches Institut Paris
Institut historique allemand
Hôtel Duret-de-Chevry    Tel  +33 (0)1 44 54 23 80
8 rue du Parc-Royal    Fax  +33 (0)1 42 71 56 43
75003 Paris    www.dhi-paris.fr

 

Commercial_Justice