Archives du mot-clé Maghreb

[Conférence] Eléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (XVe – XIXe siècle) / Elements of proof and commercial litigations in the Mediterranean (15th – 19th century)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue des journées d’études intitulées Eléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (XVe – XIXe siècle) / Elements of proof and commercial litigations in the Mediterranean (15th – 19th century), organisées par  Francisco Apellániz, Yavuz Aykan, Rémi Dewière, Wolfgang Kaiser et Johann Petitjean dans le cadre de l’ERC ConfigMed et avec la participation de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, de l’European Research Council et de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC). Vous trouverez ci-dessous l’annonce et le programme. Le flyer est téléchargeable ici en français et ici en anglais.

 

L’European Research Council (Programme Mediterranean Reconfigurations),

l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

et l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine – IHMC présentent

les journées d’étude

Éléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (xve – xixe siècles)

IMG_0243

Joseph VERNET, L’intérieur du port de Marseille vu du pavillon de l’Horloge du Parc (1754)

Paris, 18-20 juin 2015

Salle Marc Bloch (galerie Rollin, escalier C, 2e étage)

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

17, rue de la Sorbonne 75005, Paris

Présentation

Que nous apprennent les artéfacts probatoires produits pour régler les litiges commerciaux au sujet de la configuration juridique de la Méditerranée entre les xve et xixe siècles ?

Depuis 2012, le programme européen ConfigMed s’attache à étudier les litiges commerciaux, le pluralisme juridique et le commerce interculturel en Méditerranée, à la croisée de traditions, de régimes et de référents juridiques divers dont il s’agit d’étudier les rencontres, les compromis et les éventuelles contaminations à partir des conflits impliquant des acteurs économiques venus d’Europe, de l’empire ottoman et du Maghreb.

Ce workshop ambitionne de poursuivre ces travaux et ces réflexions en mettant tout particulièrement l’accent sur la production et la circulation des éléments de preuve en Méditerranée. En partant de l’examen des certificats, des attestations et des déclarations, on tâchera d’examiner leurs effets, tant sur le monde des affaires que sur des systèmes juridiques souvent pensés comme étanches.

L’un des axes structurants de ce workshop consistera à analyser les procédures propres au règlement des litiges commerciaux à travers la production et la circulation de certificats et d’attestations dont les origines, la diversité formelle, la matérialité et les logiques devraient être à même de fournir de nouveaux éléments de réflexion quant à la nature des conflits commerciaux en Méditerranée, aux modalités de leur résolution, ainsi qu’au fonctionnement concret des institutions qui participent de cette résolution.

Ceci passera nécessairement par l’examen attentif de la circulation des preuves et de leur usage, c’est-à-dire, dans de nombreux cas, par la reconstitution de ces chaînes d’écriture et de réécriture. Cette démarche devrait produire matière à discuter la pertinence des frontières habituellement tracées pour séparer des univers que l’enquête révèle souvent poreux, telles que celles qui opposent l’oral et l’écrit ou empêchent de penser la proximité et les échanges entre le privé et le public.

En considérant les pièces probatoires comme des médias, le workshop abordera le rôle de la preuve dans l’analyse des processus de communication et l’interprétera comme un scénario privilégié de créativité légale et culturelle dans un espace transméditerranéen formé par et pour la résolution des litiges commerciaux.

 

Presentation

What can the evidentiary artifacts that are deployed to resolve commercial litigations tell us about the legal configuration of the Mediterranean between the fifteenth and nineteenth centuries?

Since 2012, the European research program ConfigMed has been studying commercial disputes, legal pluralism, and intercultural trade in the Mediterranean, at the crossroads of different traditions, legal regimes and referents. In this context, our method helps to focus on the encounters, compromises and possible exchanges which resulted from conflicts involving economic actors from Europe to the Ottoman Empire and North Africa.

This workshop aims to continue this work and these reflections with a particular emphasis on the production and circulation of the elements of legal proof in the Mediterranean. Based on the examination of written certificates and declarations, we propose to examine their effect on both the commercial world and legal systems that are often seen as closed within itself.

One of the primary axes of this workshop will be the analysis of the procedures of dispute resolution through the production and circulation of certificates and written testimonies. The origins, formal diversity, materiality and logic of these artifacts should be able to provide food for thought on the nature and resolution of disputes, as well as the practical functions of institutions.

This will necessarily involve careful consideration of the circulation and use of evidence, for the reconstitution of the chain of correspondences between litigants, intermediaries and user or producer institutions of evidentiary elements. This should produce material to discuss the relevance of the boundaries usually drawn between worlds that seem to be permeable, such as those opposing the oral and the written, the private and the public.

By considering these evidentiary pieces as instruments, the workshop will address the role of evidence in the analysis of communication processes and interpret it as a privileged scenario of legal and cultural creativity in a trans-Mediterranean space formed by different resolutions of commercial litigations.

Programme/Program

18 Juin/June 2015       13 h 30 – 14 h

Wolfgang Kaiser (Paris 1 & EHESS, IHMC, ConfigMed) : Accueil / Welcome

 

14 h – 18 h

Première Section / First Section : Accéder à la justice / Access to justice

Président/Chair: Wolfgang Kaiser (ConfigMed)

 

Johann Petitjean (Poitiers, IHMC, ConfigMed) : Introduction

 

Michael Talbot (ConfigMed), When no proof is good enough: An Algerian merchant in British and Dutch courts, 1760s-1770s

Angela Falcetta (Padova), The protean use of justice: Ottoman merchants before the Neapolitan courts, eighteenth-early nineteenth centuries

Mahjouba Bijaoui (EHESS), Litiges commerciaux et naufrages : comment résoudre cet imbroglio ? Le cas du consul espagnol Manuel de la Heras dans la Régence d’Alger à la fin du XVIIIe siècle

Hassan Khalilieh (Haifa), Legal pluralism and judicial sovereignty in Islamic Mediterranean

 

19 Juin/June 2015       9 h 30 – 12 h 30

Présidente/Chair : Jessica Goldberg (UCLA)

Andrea Addobbati (Pisa, ConfigMed), The Pareri «pro veritate» at the Pisan Consoli del Mare

Ana Belem Fernández Castro (ConfigMed), Showing the Truth to the Judge: A Study of Judicial Evidence in Sevillian Commercial Courts during the Sixteenth Century

Tommaso Stefini (Yale), The role of written evidence in trade-related disputes between Ottoman and Venetian subjects: a preliminary enquiry

Mafalda Ade Winter (ConfigMed), Le pluralisme juridique en Syrie ottomane : analyse d’un « inventaire de verdicts et de preuves » du Tribunal de commerce de Damas de 1889

 

19 Juin/June 2015       14 – 18 h

Deuxième Section / Second section :

Par-delà l’oral et l’écrit / Beyond the Oral/Written Divide

 

Francisco Apellániz (ConfigMed) : Introduction

 

Président/Chair : Baudouin Dupret (Centre Jacques Berque, Rabat)

Francisco Apellániz (ConfigMed), You cannot produce a Muslim witness’: Handling Systems of Proof Across Religious Boundaries (15th-16th centuries)

Evelyne Oliel Grausz (Paris 1, IHMC, ConfigMed), Oaths, testimonies and elements of proof in Jewish disputes in early modern Livorno.

Jessica Marglin (USC, Los Angeles), Extraterritoriality meets Islamic Law: Commercial litigation and legal proof in the International Mixed Court of Morocco, 1871-1872

Nandini Chatterjee (Exeter), A Comment from the Mughal Indian perspective

 

20 Juin/June 2015                 9 h 30 – 12 h 30

Présidente/Chair : Maria Fusaro (Exeter, ConfigMed)

Joshua White (Virginia), Litigating Ownership Disputes over Ships and Cargo in Ottoman Courts (17th Century)

Yavuz Aykan (ConfigMed), La preuve dans les litiges commerciaux devant le Divan impérial ottoman à l’époque moderne

Ivelina Masheva (Sofia), Oral Testimonies and Written Documents in Commercial Litigations in the Danube Provinces of the Ottoman Empire in the Tanzimat

 

 

Contact: wolfgang.kaiser@univ-paris1.fr / remi.dewiere@univ-paris1.fr

[Parution] Religion and Trade, Cross-cultural exchanges in the world history, 1000-1900

En cette veille de rentrée universitaire, l’équipe du programme ERC ConfigMed a le plaisir d’annoncer la parution d’un ouvrage collectif, dans lequel deux membres du projet ont collaboré pour l’écriture d’un article commun :

Trivellato, Francesca, Halevi, Leor, Antunes, Catia (eds.), Religion and Trade, Cross-cultural exchanges in the world history, 1000-1900, Oxford, Oxford University Press, 2014.

Vous trouverez ci-dessous un résumé (en Anglais) et le sommaire de l’ouvrage.

Religion and Trade

Résumé
Although trade connects distant people and regions, bringing cultures closer together through the exchange of material goods and ideas, it has not always led to unity and harmony. From the era of the Crusades to the dawn of colonialism, exploitation and violence characterized many trading ventures, which required vessels and convoys to overcome tremendous technological obstacles and merchants to grapple with strange customs and manners in a foreign environment. Yet despite all odds, experienced traders and licensed brokers, as well as ordinary people, travelers, pilgrims, missionaries, and interlopers across the globe, concocted ways of bartering, securing credit, and establishing relationships with people who did not speak their language, wore different garb, and worshipped other gods.

Religion and Trade: Cross-Cultural Exchanges in World History, 1000-1900 focuses on trade across religious boundaries around the Mediterranean Sea and the Atlantic and Indian Oceans during the second millennium. Written by an international team of scholars, the essays in this volume examine a wide range of commercial exchanges, from first encounters between strangers from different continents to everyday transactions between merchants who lived in the same city yet belonged to diverse groups. In order to broach the intriguing yet surprisingly neglected subject of how the relationship between trade and religion developed historically, the authors consider a number of interrelated questions: When and where was religion invoked explicitly as part of commercial policies? How did religious norms affect the everyday conduct of trade? Why did economic imperatives, political goals, and legal institutions help sustain commercial exchanges across religious barriers in different times and places? When did trade between religious groups give way to more tolerant views of <« the other> » and when, by contrast, did it coexist with hostile images of those decried as <« infidels> »?

Exploring captivating examples from across the world and spanning the course of the second millennium, this groundbreaking volume sheds light on the political, economic, and juridical underpinnings of cross-cultural trade as it emerged or developed at various times and places, and reflects on the cultural and religious significance of the passage of strange persons and exotic objects across the many frontiers that separated humankind in medieval and early modern times.

Sommaire
Introduction, Francesca Trivellato
1. Religion and Cross-Cultural Trade: A Framework for Interdisciplinary Inquiry, Leor Halevi
2. The Blessings of Exchange in the Making of the Early English Atlantic, David Harris Sacks
3. Trading with the Muslim World: Religious Limits and Proscriptions in the Portuguese Empire (c. 1480-1570), Giuseppe Marcocci
4. The Economy of Ransoming in the Mediterranean: A Form of Cross-Cultural Trade between Europe and the Maghreb (Seventeenth and Eighteenth Century), Wolfgang Kaiser and Guillaume Calafat
5. Reflections on Reciprocity: A Late Medieval Islamic Perspective on Christian-Muslim Commitment to Captive Exchange, Kathryn A. Miller
6. Cross-Cultural Business Cooperation in the Dutch Trading World, 1580-1776: A View from the Amsterdam Notarial Contracts, Cátia Antunes
7. Trade across Religious and Confessional Boundaries in Early Modern France, Silvia Marzagalli
8. Coins and Commerce: Monetization and Cross-Cultural Collaboration in the Western Indian Ocean (Eleventh to Thirteenth Centuries), Roxani Eleni Margariti
9. Crossing the Great Water: The Hajj and Commerce from Pre-Modern Southeast Asia, Eric Tagliacozzo
10. African Meanings and European-African Discourse: Iconography and Semantics in Seventeenth-Century Salt Cellars from Serra Leoa, Peter Mark

[Billet] Monopole, négociation interculturelle et gouvernance barbaresque.

Monopole, négociation interculturelle et gouvernance barbaresque.

Les archives de la Compagnie Royale d’Afrique (1741-1793).

Christopher Denis Delacour

 

Si l’édit de février 1741 institue la Compagnie Royale d’Afrique et définit le monopole  français en territoire barbaresque, la défense des prérogatives qui en découlent est loin d’être aisée. Les archives de la Cie Royale d’Afrique témoignent à ce titre des problèmes « pratiques » et juridiques que peuvent poser la gestion d’un privilège commercial sous l’Ancien Régime. Pour ne retenir que l’une des nombreuses pistes à explorer, l’exclusivité de la vente de blés et d’autres produits (laine et corail) comme leur exportation sous le pavillon français pour Marseille retient tout particulièrement notre attention. Les documents mettent en lumière combien la donnée maritime constitue une problématique essentielle pour la Compagnie[1].

Les leviers de la « contrainte » sont en effet peu efficients et l’arsenal juridique à disposition insuffisant : l’affrètement par des étrangers sur des embarcations battant d’autres pavillons est une réalité. Il est ainsi courant que les marchandises destinées à la Compagnie embarquent à destination d’autres Etats, notamment italiens, au détriment des embarcations françaises et du marché marseillais. L’intérêt des archives de la Compagnie ne peut cependant se restreindre aux seuls transporteurs ;  plusieurs niveaux d’analyse sont à appréhender ici de manière concomitante : la dimension des acteurs maritimes mais également les « territoires » de la gouvernance barbaresque. En effet, s’il est possible pour des étrangers d’aller charger les denrées des concessions, de contrevenir ouvertement au monopole ou bien encore d’échapper au contrôle des agents de la Compagnie, c’est grâce à la bienveillance des puissances barbaresques qui participent elles-mêmes à ces trafics. Ce dernier point est essentiel. Nous devons en effet envisager le privilège français non pas en fonction des traités, accords et ordonnances constitutives de la Compagnie[2], mais à partir des manipulations juridiques de la donnée pavillonnaire, du partage de la propriété des embarcations entre Maures et Chrétiens et de la participation directe du souverain-marchand à l’entreprise maritime. Le privilège commercial se transforme sous bien des aspects en un « paroxysme » de la manipulation de l’extra-territorialité juridique. La négociation du monopole revêt alors une importance capitale car elle offre un terrain d’expression à la notion d’interculturalité marchande.

La concurrence étrangère ignore les nombreux accords avec les Régences. Elle y est encouragée car les agents de la Compagnie sont perpétuellement obligés de renégocier le privilège commercial avec les « souverains » des Régences. Si ces derniers réclament prêts financiers et cadeaux auprès de la Compagnie, ils sont loin de faire preuve en retour d’une « moralité marchande » à tout épreuve. C’est le cas du Cheik Abdalla dont la correspondance est entièrement conservée, en arabe et en lettre traduite[3]. Il existe également de nombreuses « lettres diverses » en arabe non traduites contenues dans la correspondance commerciale de la Compagnie[4]. Ces derniers documents restent à explorer. Cependant, plusieurs mémoires présents dans le fonds « Privilèges » témoignent avec plus de précision du double langage tenu par les souverains des Régences[5]. Si ces mémoires nous apprennent combien la Compagnie souffre de la remise en cause de ses privilèges commerciaux et le peu de contraintes juridiques à opposer au phénomène, ils mettent en accusation les puissances de Barbarie qui sont loin d’une « scrupuleuse observation des traités »[6]. Il serait apparemment aisé pour les étrangers de : «…séduire les puissances de Barbarie par l’appât du gain et si difficile à la Compagnie d’astreindre ces puissances à exécuter les traités à la lettre que si on ne peut pas empêcher les étrangers d’exporter des denrées des concessions il faut du moins les empêcher de les importer en France… ». Consuls et agents de la Compagnie présents dans les concessions confirment le phénomène. Ces derniers transmettent régulièrement des listes d’embarcations pratiquant le commerce « interlope », leur nationalité et les affréteurs, le plus souvent des Maures et des Turcs[7]. Surtout, la Compagnie a pu encourager le phénomène lorsque la navigation devenait périlleuse pour le pavillon français. Par exemple lors la guerre de Succession d’Autriche, l’affrètement officiel par les courtiers de Marseille laisse place à un système d’affrètement de bâtiments « neutres » par des négociants italiens, notamment les Rangoni de Livourne[8]. Cette « externalisation » de la gestion des transports permet alors d’aller charger les denrées des concessions pour les acheminer à Marseille en évitant les prises et les arraisonnements. A cette occasion, les agents de la Compagnie expliquent que de faux documents sont fournis et que les officiers des régents sont déclarés comme affréteurs pour pouvoir contourner la course jusqu’à Marseille. Si la pratique n’est pas nouvelle, il s’agit là d’une manipulation administrative visant d’abord à échapper aux contraintes juridiques liées aux prises maritimes ; un système cependant réutilisable en temps de paix au détriment des privilèges de la Compagnie. Plusieurs procès témoignent de la pérennité de ce système de contournement, notamment l’affaire du capitaine vénitien Jean Vianello en 1770[9]. Ce dernier avait tout simplement, après une escale marchande à Tunis, effectué un chargement de blé à Bône avant de se rendre à Marseille pour une revente. A son arrivée à Marseille, mais en réussissant tout de même à faire sa déclaration de santé, il est rapidement mis à l’amende et son chargement est confisqué suite aux plaintes des agents de la Compagnie présents sur place. S’il s’agit d’une contravention manifeste aux ordonnances et privilèges, l’affaire se complexifie rapidement lors du procès devant le tribunal de l’Amirauté de Marseille. Le capitaine met en balance la personnalité de son nolisateur pour échapper aux accusations : il s’agit en effet du capitaine des troupes du Dey d’Alger, Sidi Mahmet. Sans rentrer ici dans les détails de la procédure (l’affaire ira jusqu’au Conseil d’Etat), cette dernière nous permet d’apprécier combien la défense du monopole français apparaît difficile : le litige a obligé la Compagnie à réaffirmer ses privilèges, à justifier de leur légalité, en poussant les dirigeants de l’institution marchande dans leur retranchement juridique. Nous sommes alors loin d’être en territoire juridique « ami » et les ressources du capitaine Vianello grâce à l’entremise barbaresque sont un atout non négligeable.

DSCN0028
DSCN0009Avec l’aimable autorisation du service de reproduction des archives de la chambre de commerce de Marseille ; Source archive des photos: ACCIM, CRA, L III, 360, Correspondants à l’étranger-Barbarie, correspondance avec le Cheik Abdalla et divers (1761-1774).

Ce rapide aperçu du potentiel des archives de la Compagnie nous permet d’envisager une analyse de l’interculturalité marchande au-delà du paradigme de la puissance commerciale française en Méditerranée « orientale ». A partir des litiges juridiques, notamment les procès[10], l’idée d’un monopole univoque sur les marchés et les transports en territoire barbaresque apparaît incertaine. Surtout, plus qu’une distinction traditionnelle entre les bassins occidentaux et orientaux, les archives de la Compagnie témoigne de l’importance des pratiques et des codes à travers lesquels se négocie l’accès à un marché malgré l’accord officiel de privilèges. En tenant compte de ces éléments, il existe une forme de gouvernance barbaresque exercée sur la Compagnie. Nous pouvons l’articuler autour de la notion de iura imperfecta, c’est-à-dire un droit à perfectionner et qui est fonction de l’ouverture ou non du territoire par le souverain[11]. Appliquée aux territoires maritimes, cette notion implique de personnaliser l’embarcation, son pavillon et son capitaine sous l’angle d’intérêts divergents et des tensions inhérentes à la souveraineté des Etats qui s’expriment tout particulièrement sur mer, par l’intermédiaire d’institutions juridiques et économiques, mais également dans le cadre d’une intense négociation extrajudiciaire. L’exemple de la Compagnie témoigne ainsi des ressources d’un Etat ou d’une gouvernance « faible » pour affirmer sa souveraineté et des territoires de son expression marchande.


[1] La documentation est détenue à la chambre de commerce et d’industrie de Marseille (par la suite ACCIM). Citons entre autres les fonds « Contentieux » de la Compagnie : ACCIM, Compagnie Royale d’Afrique (par la suite CRA), L III, Contentieux, 954-962 (1744-1793).

[2] ACCIM, CRA, L III, Compagnie Royale d’Afrique (CRA), 5, Recueil des Edit, Règlements, traités et mémoires depuis 1741.

[3] ACCIM, CRA, L III, 1048, La Calle Affaire avec le Cheik Abdalla (1761-1782).

[4] ACCIM, CRA, L III, 360, Correspondants à l’étranger-Barbarie, correspondance avec le Cheik Abdalla et divers (1761-1774).

[5] ACCIM, CRA, L III, 9, Privilèges de la Cie Royale d’Afrique.

[6]ACCIM, CRA, L III, 9, Privilèges de la Cie Royale d’Afrique : mémoire datant des années 1780.

[7] ACCIM, CRA, L III, 9, Privilèges de la Cie Royale d’Afrique.

[8] ACCIM, CRA, L III, 371, Correspondants à l’étranger-Italie, lettres de Livourne de Joseph Rangoni (1745-1774).

[9] ACCIM, CRA, L III, 963, Procès Jean Vianello, Vénitien contrevenant aux ordonnances  (1770).

[10] ACCIM, CRA, L III 955 à 956-Procès de la Compagnie Royale d’Afrique contre divers (1744-1793).

[11] Georg Cavallar, The rights of strangers. Theories of international hospitality, the global community and political justice since Vitoria, Ashgate, Aldershot, 2002, p. 158.