Archives du mot-clé marchands

[Parution] Judging the Franks

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’article de Francisco Apellániz, « Judging the Franks: Proof, Justice, and Diversity in Late Medieval Alexandria and Damascus » dans le dernier numéro de la revue Comparative Studies in Society and History.

Abstract:

This article describes how Islamic and Frankish legal devices complemented each other and were even combined to settle disagreements in the late medieval Middle East. For this purpose, it focuses on two legal institutions that provided responses to the biases of Islamic law against non-Muslims and to the prejudices of Franks against the local law. The first are the notaries sent to the Mamluk cities by the Venetian government to draw up legal documents and to support the transactions of Venetian merchants. The second are the new royal or siyāsa courts implemented by the sultans, where justice was dispensed by government officials instead of by traditional judges, or qāḍīs. Specifically, the article discusses, in a comparative manner, what constituted proof for Christians and Muslims, whether minorities could bear testimony or not, and how notaries and judges dealt with unbelievers. A common notarial culture, together with the expansion of siyāsa jurisdiction over the affairs of foreigners, brought about a much deeper legal interplay than has previously been understood. Ultimately, it is argued that Mediterranean medieval societies had evolving attitudes toward justice and diversity, and approached their own legal traditions in ways compatible with the conflict resolution, while constantly borrowing legal concepts about difference from each other.

Lien vers l’article sur Academia.edu.

 

Appel à contributions : Les consuls, figures de l’intermédiation marchande

Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècles) (10-12 avril 2014)
• Nice, Centre de la Mediterranee Moderne et Contemporaine,

Le colloque « Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècle)»  est organisé dans le cadre du projet de recherche « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècle) » du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (université de Nice Sophia Antipolis). Ce projet, à travers l’étude de figures de l’intermédiation marchande (commis voyageurs et agents de commerce, consuls, courtiers, commissionnaires, capitaines de navires), entend développer une réflexion sur les principales transformations qu’a connues la pratique du commerce à distance durant les époques moderne et contemporaine. C’est donc uniquement sous l’angle des services que les consuls rendaient aux marchands en particulier et au commerce en général qu’est envisagée ici la « fonction consulaire ». Trois thématiques sont plus précisément explorées autour d’un questionnement unifié : qui, au sein du monde marchand, étaient les bénéficiaires effectifs des services commerciaux assurés par les agents consulaires et quelle était l’utilité réelle des consuls pour les marchands ? Au-delà de ces aspects, c’est la problématique plus générale du rôle qu’ont joué les réseaux consulaires dans la croissance, le décloisonnement et la modernisation du commerce à distance qui est soulevée.

Argumentaire

Les travaux récents sur les agents consulaires européens ont porté sur la mise en place des réseaux consulaires européens à l’époque moderne et au XIXe siècle, sur la diversité des missions qui étaient confiées aux consuls et sur la variété de leurs statuts. Ils y sont définis comme des agents de l’État au sein des réseaux consulaires français et espagnols, et, du moins avant le XXe siècle, comme des commerçants privés pour les autres nations. Des enquêtes prosopographiques de grande ampleur ont par ailleurs été menées sur le déroulement des carrières consulaires qui sont tantôt marquées par la mobilité, tantôt, au contraire, par la constitution de « dynasties » locales. Les thèmes de l’insertion des consuls dans leur contexte social, culturel et institutionnel local, tout autant que celui de leur rôle dans la circulation de l’information ont également été abordés, comme en ont témoigné les colloques récemment organisés sur ces sujets à Nice (24-26 novembre 2011) et à Séville (27-28 septembre 2012). En revanche, les études consacrées aux fonctions assumées par les consuls dans l’intermédiation marchande proprement dite sont demeurées rares. Pourtant, qu’ils soient pourvoyeurs d’information vis-à-vis des ressortissants placés sous leur juridiction ou arbitres dans des différends commerciaux, lobbyistes face aux autorités locales ou entremetteurs au sein de leur communauté, les modalités d’intervention des agents consulaires dans la réduction de l’incertitude marchande et dans l’optimisation des transactions commerciales sont multiples. Poser la question du consul en tant que figure de l’intermédiation marchande, c’est donc s’interroger sur l’efficacité des services commerciaux assumés par les consuls et, à plus grande échelle, sur le rôle qu’ils ont joué dans le décloisonnement des espaces marchands européens.

Dans cette perspective, nous souhaitons engager une réflexion sur trois aspects de ces fonctions marchandes des consuls qui seront placées au centre des problématiques abordées par le colloque :

Concernant l’information commerciale, il faut poursuivre la réflexion en cours et s’interroger plus directement sur l’utilité et l’utilisation des informations commerciales collectées par les consuls.

Lorsqu’elles étaient adressées aux services administratifs centraux étaient-elles redistribuées vers les milieux d’affaires ou simplement archivées ? Existait-il, par ailleurs, des connexions directes entre les consuls et les milieux d’affaires (correspondances privées, via le relais des Chambres de Commerce ou contacts personnels directs, noués dans le cadre d’une sociabilité locale) ? Enfin, retrouve-t-on la trace de décisions économiques et commerciales fondées explicitement sur l’exploitation d’informations fournies par des agents consulaires ?

Un deuxième aspect, absolument essentiel pour la thématique étudié, est celui des fonctions juridictionnelles des consuls.

Bien identifiées dans l’Empire ottoman, ces prérogatives sont en revanche moins bien connues dans les autres pays et ont laissé très peu de traces (sauf cas particulier, comme celui de la course). Il est pourtant certain, et avéré par des sources indirectes, que les consuls jouaient un rôle important d’arbitre dans les litiges survenus parmi leurs administrés et qu’ils offraient par ailleurs une possibilité de recours pour des affaires liant leurs administrés à des compatriotes demeurés au pays. La chancellerie consulaire constitue aussi un instrument important offert aux négociants pour sécuriser leurs transactions, qu’il convient de mieux cerner.

Un troisième thème concerne les fonctions de défense des intérêts économiques, commerciaux et maritimes nationaux assurés par les consuls.

La question du lobbying et des pressions exercées sur les autorités locales ou centrales, notamment pour défendre les privilèges des nations, ont été déjà étudiées. Il en est de même pour les conflits qui caractérisaient souvent les relations entre les consuls et leurs administrés. En revanche, des opérations beaucoup plus informelles demeurent méconnues : ainsi, certains consuls n’hésitaient-ils pas à couvrir les opérations de contrebande de leurs administrés, d’autres à les organiser sous forme de coalition ou de syndicat, de manière à opposer un front commun, sur le marché, face aux autres acteurs locaux. Á travers le contrôle et la surveillance qu’ils exerçaient sur leurs administrés, les consuls œuvraient aussi en faveur des intérêts de puissantes corporations marchandes de leur pays d’origine qui, au-delà des gouvernements, étaient en fait souvent leurs réels commanditaires.

Ces trois thématiques seront plus précisément explorées dans le cadre d’un questionnement transversal, dégagé lors des rencontres préparatoires du colloque : qui étaient, au sein du monde marchand, les bénéficiaires effectifs des services commerciaux assurés par les agents consulaires et quelle était l’utilité réelle des consuls pour ces marchands ?

Organisation
Ce colloque s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche soutenu par la Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC, Université de Nice Sophia Antipolis), dont les travaux préliminaires, issus de deux ateliers de recherche organisés en mars 2012 et mars 2013, sont consultables en ligne (http://cmmc-nice.fr/recherches-2/cfimpresentation/). Ce programme donnera lieu à une publication collective, portant sur l’ensemble des opérations entreprises au cours du quadriennal, dont la parution est prévue en 2015.

Modalités de soumission
Les propositions de communication doivent être envoyées en français, italien, espagnol ou en anglais, avant le 15 novembre 2013
à l’adresse suivante : bartolomei2@laposte.net

Le comité scientifique communiquera les propositions retenues le 15 décembre 2013.
Les propositions comporteront
*   un titre et un résumé d’environ 2000 signes,
*   les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, adresse électronique, adresse postale du domicile, téléphone)
*   et un court CV de ce dernier.

La langue du colloque sera le français, mais des communications en espagnol, anglais et italien pourront être entendues.
L’ensemble des contributeurs s’engage à remettre aux discutants nommés par le Comité scientifique un texte de deux-trois pages de sa contribution un mois au moins avant le colloque.
Le comité d’organisation du colloque prendra en charge les frais d’hébergement et de restauration des invités. Les frais de transport restent à la charge des participants.

Comité scientifique du colloque
*   Marcella Aglietti (Universita di Pisa)
*   Thierry Allain (Université Paul-Valéry, CRISES)
*   Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia Antipolis, CMMC)
*   Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia Antipolis-IUF, CMMC)
*   Guillaume Calafat (École française de Rome, ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Mathieu Grenet (ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Maria Fusaro (Exeter University, ERC Sailing into Modernity)
*   Fabrice Jesné (Université de Nantes, CRHIA)
*   Wolfgang Kaiser (Université de Paris-I/EHESS, ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia Antipolis-IUF, CMMC)
*   Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, CERHIO)
*   Francisco Javier Zamora Rodríguez (Centro de História de Além-Mar – FCSH/NOVA-UA)

More info:
http://cmmc-nice.fr/

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Parution : Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne

Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux (dir.) (avec la coll. de Mathieu Grenet), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Presses universitaires de Provence, 2013, 280 pages.

La période allant de la fin du xve siècle au début du xixe a été celle de la mise en relation d’espaces lointains, de l’accélération des transactions et des circulations, de la transformation des pratiques et des réseaux du négoce, bref, de la première mondialisation des échanges. La dilatation de l’espace commercial et l’essor du négoce interculturel ont conduit les marchands à mobiliser, ajuster et élargir leurs compétences, notamment celles qui concernent les langues et les langages – considérés ici dans leur acception la plus large. Ce constat a souvent été dressé par les historiens du commerce qui n’ont cependant pas poussé plus avant leurs travaux dans une direction qui les éloignait de leurs études en cours. Ces recherches différées ont rarement été remises sur le métier ou seulement de manière périphérique à l’occasion de réflexions sur la formation des négociants ou des diplomates et sur la médiation interculturelle. Or, force est de reconnaître que dans le commerce international le maniement et la maîtrise de compétences langagières et linguistiques comptent parmi les éléments de la réussite. Cet ouvrage collectif, qui privilégie les espaces méditerranéen et européen, vise à comprendre comment ces compétences ont été acquises, pensées, utilisées et transmises non seulement par les marchands, mais aussi par ceux qui agissaient pour leur compte ou qui les accompagnaient.

Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux

Introduction

Apprentissages et intermédiaires linguistiques

Frédéric Hitzel : L’école des jeunes de langues d’Istanbul, un modèle d’apprentissage des langues orientales

Christiane Villain-Gandossi : Giovani di lingua, drogmans auprès du baile de Venise et la Porte ottomane au XVIe siècle

Mathieu Grenet : Alexis Gierra, « interprète juré des langues orientales » à Marseille : une carrière entre marchands, frères et refugiés (fin XVIIIe-premier tiers du XIXe siècle)

Jochen Hoock et Wolfgang Kaiser : Les manuels plurilingues à l’usage des marchands à l’époque moderne

Les marchands à l’épreuve des langues

Jacques Bottin : La pratique des langues dans l’espace commercial de l’Europe de l’Ouest au début de l’époque moderne

Olivier Raveux : Les marchands orientaux et les langues occidentales au XVIIe siècle : l’exemple des Choffelins de Marseille

Michèle Janin-Thivos : La pratique des langues vivantes chez les marchands français de Lisbonne au XVIIIe siècle. L’exemple de Jacques Ratton père et fils

Gilbert Buti : Langues et langages des capitaines marchands de Marseille au XVIIIe siècle

Jocelyne Dakhlia : La langue franque, langue du marchand en Méditerranée ?

Écritures et classifications

Kéram Kévonian : Organisation et langage de la comptabilité des marchands arméniens (fin XVIIe-début XVIIIe siècle)

Gaëlle Lapeyrie : L’écriture comptable comme langage spécifique des marchands (France méridionale, début XVIIe siècle)

Liliane Pérez et Bernard Vaisbrot : Le livre de comptes de Solomon Hyman. Judaïsme, culture négociante et réseaux innovateurs entre Paris, Londres et Birmingham au XVIIIe siècle

Natacha Coquery : Norme, genre, taxinomie. Désigner les métiers : le Dictionnaire de commerce de Savary des Bruslons