Archives du mot-clé Mathieu Grenet

[Parution] Moralités marchandes dans l’Europe méditerranéenne au XVIIIe siècle

Rives n°49
Crédits : gravure extraite de Jean TAULANE, Trésor d’arithmétique des marchands et des géomètres divisé en deux parties, Marseille, imp. C. Garcin, 1689.
 
Le numéro 49 de la revue Rives Méditerranéennes est paru à la toute fin de l’année 2014. Le dossier a été coordonné par deux membres du Projet ERC ConfigMed : Christopher Denis-Delacour et Biagio Salvemini. Mathieu Grenet et Andrea Addobbati y ont également contribué.

Sommaire

Conférence internationale « Foreigners 
in the Deep Heart of Medieval and Early Modern Societies (Europe, the Mediterranean and the Muslim World) », Florence, Institut Universitaire Européen, 18-20 juin 2014

bookletFlo2014-2

 

Cette conférence internationale, organisée par Francisco Apellaniz (membre du projet ERC ConfigMed), David Do Paço et Cédric Quertier, ouvre une vaste enquête collective autour de la condition des étrangers dans les sociétés européennes, méditerranéennes et musulmanes aux époques médiévale et moderne. Elle aura lieu du 18 au 20 juin 2014, à l’Institut Universitaire Européen de Florence.

Mathieu Grenet, membre du projet ERC ConfigMed, présentera son travail à cette occasion.

Les communications seront organisées autour de sept sessions :

1) A Legal History, I : Courts, Trials and Societies (disc. Tijana KRSTIC)

F. APELLANIZ (European University Institute, Marie Curie Actions) :

Solving Conflict in Mediterranean Complex Environments : Europeans at Markets and Courts in the Late Medieval Middle East (1350-1500)

A. B. FERNANDEZ CASTRO (European University Institute) :

Judging Foreignness in the Audience of the House of Trade of Seville (1583-1598)

J. WUBS-MROZEWICZ (Universiteit Leiden) :

Conflict Resolution with Foreigners in the Hanse area in the Fifteenth and Sixteenth Century: Law and Diplomacy

 

2) A Legal History, II : Foreignness Politics (disc. Roberto ZAUGG)

R. DORIN (Harvard University) :

From Jew to Foreigner: Canon Law and the Expulsion of Jews in the Late Middle Ages

J. M. ESCRIBANO PAEZ (European University Institute) :

Italian Merchants in Iberian and Maghreb’s cities Between the XVth and XVIth Centuries

V. MCGUIRE (European University Institute, Max Weber Programme) :

Franco-Levantines: Reading Citizenship and National Belonging Through the History of the Merchants of Venice

 

3) Foreigners and Elements of Foreignness, I : Determining Foreigners (disc. Giacomo TODESCHINI)

C. QUERTIER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / École Française de Rome) :

Le Marchand florentin à Pise : de l’homme invisible à la nation marchande la plus privilégiée (XIVe siècle)

M. PAKUCS (‘Nicolae Iorga’ Institute of History, Bucharest) :

The pernicious nation of the Greeks: ‘Greek’ Merchants in Transylvania, Sixteenth- Seventeenth Centuries

M. GRENET (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ERC ConfigMed) :

Un cosmopolitisme de frontière ? Marchands ‘étrangers’ et fabrique des identités locales dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

 

4) Foreigners and Elements of Foreignness, II : Migrations and Social Bonding (disc. Roberto ZAUGG)

F. BETTARINI (University of Reading) :

Foreign Communities in Dubrovnik in XVth century : Selection and Naturalisation

C. TARRUELL (École des Hautes Études en Sciences Sociales / Universidad Autónoma de Madrid) :

L’accueil de musulmans et de juifs venus « de leur propre volonté » au sein de la Monarchie hispanique (fin XVIe – début XVIIe siècles)

M. GASPERONI (École des Hautes Études en Sciences Sociales / École Française de Rome) :

Les hommes circulent et s’échangent. Phénomènes migratoires entre Marches et Romagne à l’époque moderne

 

5) Foreigners and Elements of Foreignness, III : Belonging to a Community (disc. Regina GRAFE)

O. MERCAN (European University Institute) :

Italian Communities in Istanbul in the Late 15th and 16th c.

S. MONTEMEZZO (Università di Verona) :

Being Alien Merchants in a Capital City. Venetians in London and Bruges at the End of 15th century

C. SANTUS (École Pratique des Hautes Études / Scuola Normale Superiore di Pisa) :

Becoming Foreigners: Eastern Christians and «Franks» at the turn of the 18th century

6) Social Bonding and Polarisation, I : Geography (disc. Luca MOLA)

D. DO PAÇO (European University Institute, Max Weber Programme) :

From Modern Pacific to Early Modern Central Europe: on Marshall Sahlins’ Process of Indeginization

M. COUDERC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) :

La cour, matrice d’intégration. Les ‘Grecs’ en Europe du Nord-ouest (Angleterre, Bourgogne et France), XVe siècle

S. NADALO (Northwestern University / Paris College of Art) :

From Market to Synagogue: Locating Pluralistic Sociality in the Free Port of Livorno

 

7) Social Bonding and Polarisation, II : The Unbearable Lightness of the Peripherie (disc. Tijana KRSTIC)

A. LESTREMAU (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) :

He ælþeodige unsida lufode. Rois, ducs et étrangers dans l’Angleterre anglo-saxonne au XIe siècle

K. PRAJDA (Institute of History, Hungarian Academy of Sciences) :

Florentine Merchant Companies in the Republic of Venice and in the Kingdom of Hungary During the First Decades of the 15th Century. A Comparative Analysis of Commercial and Social Relations

L. BINZ (European University Institute) :

Latin Catholics in Constantinople 1650-1750

Conclusion : Giacomo TODESCHINI

Programme en pdf : bookletFlo2014-2

Colloque international « Cosmopolitismo tra conflitti e mediazioni. Livorno e il porto franco negli studi più recenti », Livourne, Fortezza Vecchia, 28-29 mai 2014

Ce colloque international, organisé par Lucia Frattarelli Fischer et l’Archivio di Stato di Livorno, se propose de faire le point sur les recherches actuelles sur l’histoire du port toscan de Livourne, avec pour thème principal le cosmopolitisme, récemment mis à l’honneur par les travaux de Francesca Trivellato, Marcella Aglietti, Samuel Fettah ou encore Guillaume Calafat.

Guillaume Calafat et Mathieu Grenet, tous deux membres du projet ERC ConfigMed, présenteront leurs travaux à cette occasion.

Les communications seront organisées autour de trois sessions :

 

1) Port franc et relations internationales (prés. Franco ANGIOLINI et Aurora SAVELLI ; disc. Giovanni LEVI)

Corey TAZZARA, La gestione della Dogana nel primo Seicento

Guillaume CALAFAT, Livorno e la Camera di Commercio di Marsiglia nel Seicento

Danilo PEDEMONTE, « Operando in pregiudizio della Piazza di Livorno »: L’intreccio tra pubblica salute e privati interessi economici nella risposta degli Stati italiani alla pace toscana con i barbareschi

Bernard COOPERMAN, Cosmopolitismo ebraico e provincialismo: l’inserimento di una presenza ebraica ,elle strutture locali di Livorno

Lisa LILLIE, Commercio e comunità: Livorno nell’immaginario inglese in Età Moderna

Magnus RESSEL, Venezia, Livorno e la Germania nel Settecento. Una comparazione tra le comunità mercantili tedeschi in Italia

 

2) L’individu et la communauté : les conditions de la tolérance (prés. Anthony MOLHO et Roberto BIZZOCCHI)

Francesca TRIVELLATO, Livorno, commercio e i limiti del cosmopolitismo

Brett J. AUERBACH-LYNN, Disciplinare l’Inquisizione. Il governo mediceo e il tribunale della fede nella Livorno del primo Seicento

Stefano VILLANI, Dissenzo involontario: comportamenti eterodossi e identità religiosa tra i convertiti britannici di Livorno nella prima età moderna

Cesare SANTUS, Crimini, violenza e corruzione nel Bagno di Livorno attraverso alcuni processi di età moderna

Chiara LA ROCCA et Andrea ADDOBBATI, Un anno col Cancelliere del Tribunale : violenza privata a Livorno a fine ‘700

Marcella AGLIETTI, « Progetto per spurgare lo Stato dei soggetti viziosi ed incorreggibili »: amministrare la ciminalità nella Livorno del Regno d’Etruria

Samuel FETTAH, Contrabbando e tensioni sociali a Livorno tra Settecento e Ottocento

 

3) Consuls et « nations » étrangères : gouverner le cosmopolitisme (prés. Algerina NERI ; disc. Marcello VERGA)

Francisco J. ZAMORA RODRIGUEZ, Stessa famiglia, diversi governi: il Portogallo e la Monarchia spagnola a Livorno attraverso i suoi agenti consolari

Alice SOBRERO, Il console De Silva e il mercante Scotto: « un importantissimo affare » da un millione di pezze

Mathieu GRENET, Al servizio del Gran Signore? Niccolo’ Petrococchino e Angelo Cazzaiti, consoli ottomani a Livorno, c. 1807/1810-1824

Jesper MEIJLING, Livorno e la teoria del mercato

depliantA4_schermo

[colloque] Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (xviie-xixe siècles)

Nice, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, 10-12 avril 2014

Programme

Jeudi 10 avril 2014 (14 h – 19 h)

Session 1 :      Perspectives générales

14 h                 Accueil

14 h 30             Introduction. De l’utilité commerciale des consuls, Arnaud Bartolomei, maître de conférences, Université de Nice Sophia Antipolis

15 h                 L’intermédiation marchande comme attribution des agents consulaires français ? Les prérogatives consulaires dans les manuels consulaires français (xviiie-xxe siècles), Jörg Ulbert, maître de conférences, Université de Bretagne-Sud

15 h 30             Pause

Session 2 :       Les réseaux consulaires en Europe méridionale : des réseaux de protection et de contrôle des marchands

Présidence : Francisco Zamora, Chercheur, CHAM – FCSH/NOVA-UAç

16 h                 Présentation de la session

16 h 15             Le Royaume de Naples et le Levant : un consul à Marseille entre trafics illicites et promotion du commerce actif, Annastella Carrino, professeure-assistante, Università di Bari

16 h 45             Sorvegliare e riunire: consoli genovesi e consoli inglesi nell’alto Tirreno del xviii secolo. Due modelli a confronto, Danilo Pedemonte, doctorant, Università di Genova

17 h 15             Pause

17 h 30             Informer et protéger : l’agent général de la Marine et du Commerce de France à Madrid au service des marchands français (1748-1784), Sylvain Lloret, doctorant, Université de Paris-Sorbonne

18 h 00             La défense des intérêts des négociants français de Cadix d’après la correspondance consulaire ministérielle, Anne Mézin, conservatrice, Archives Nationales

18 h 30             Discussions

 

Vendredi 11 avril 2014 (9 h – 18 h)

Session 3 :       Les réseaux consulaires dans l’Empire ottoman et dans les Régences : d’autres fonctions ?

Présidence : Pierre-Yves Beaurepaire, professeur des universités, Université de Nice Sophia Antipolis, IUF / Mathieu Grenet, Chercheur post-doctorant, ERC Mediterranean Reconfigurations

9 h                   Présentation de la session

9 h 15               Consuls of France in the Levant during the ambassador François Savary de Brèves (1593-1605). The Evidence of a Turkish Manuscript from BnF, Viorel Panaite, professeur des universités, Université de Bucarest

9 h 45               Network South : Swedish Consul George Logie as intermediary of trade, diplomacy and covert associations in North Africa and the Mediterranean, c. 1725-1766, Gustaf Fryksén, Lund University

10 h 15             Pause

10 h 45             A lucrative, dangerous business: il consolato inglese ad Algeri, Tunisi e Tripoli nella seconda metà del xvii secolo, Matteo Barbano, doctorant, Università di Genova

11 h 15                         Deux consuls français dans la Régence de Tunis au XIXe siècle : entre sociabilité locale et protection des intérêts des négociants français (1828-1836), Medhi Jerad, professeur-assistant, Université de Sousse

11 h 45             Discussions

12 h 15             Déjeuner

Session 4 :      Les contours de l’institution consulaire, consuls informels et fonctions informelles des consuls

Présidence : Arnaud Bartolomei, maître de conférences, Université de Nice Sophia Antipolis / Jörg Ulbert, maître de conférences, Université de Bretagne-Sud

13 h 30             Présentation de la session

13 h 45             Jeux d’identités, réseaux et privilèges. Les marchands de la nation suisse à Lyon au xviie siècle, Marco Schnyder, professeur-assistant, Université de Genève

14 h 15             La correspondance consulaire hollandaise en Méditerranée aux xviie et xviiie siècles : quels réseaux pour quels enjeux ?, Thierry Allain, maître de conférences, Université de Montpellier III

14 h 45             Consuls et affairistes : une relecture de la « pénétration pacifique » italienne dans les Balkans à la veille de la Première Guerre mondiale, Fabrice Jesné, maître de conférences, Université de Nantes

15 h 15             Le musée commercial français à Salonique : un projet emblématique de l’action consulaire au tournant des xixe et xxe siècles, Mathieu Jestin, doctorant, Université de Paris I – Panthéon Sorbonne

15 h 45             Discussions

16 h 15             Pause

Session 5 :       Le consul, un intermédiaire entre les capitaines et les marchands

Présidence : Silvia Marzagalli, professeure des universités, Université de Nice Sophia Antipolis, IUF / Maria Fusaro, professeure des universités, University of Exeter, ERC Sailing into Modernity

16 h 30             Présentation de la session

16 h 45             U.S. consuls and the problem of American maritime labor in the Mediterranean, ca. 1795-1815, Nathan Perl-Rosenthal, professeur-assistant, University of Southern California

17 h 15             Le funzioni mercantili dei consoli settinsulari (1800-1807), Gerassimos D. Pagratis, chercheur, Université d’Athènes

17 h 45             Discussions

 

Samedi 12 avril 2014 (9 h – 13 h)

Session 6 :      La juridiction consulaire, une institution au service des marchands

Marcella Aglietti, professeure-assistante, Università di Pisa / Wolfgang Kaiser, professeur des universités, Université de Paris I – Panthéon Sorbonne, EHESS, ERC Mediterranean Reconfigurations

9 h                   Présentation de la session

9 h 15               Consoli inglesi nella Sicilia del Settecento: funzioni istituzionali e attività informali, Salvatore Bottari, chercheur post-doctorant, Università de Messina

9 h 45               Juridiction et arbitrage des consuls français entre Tunis et Livourne (1600-1650), Guillaume Calafat, Chercheur post-doctorant, École française de Rome, ERC Mediterranean Reconfigurations

10 h 15             Consular Courts and the Internationalization of Law: Foreign Protection and Legal Pluralism in Morocco, 1856-1912, Jessica Marglin, professeure-assistante, University of Michigan, Ann Arbor

10 h 45             Discussions

11 h 15             Un consulat sans chancellerie. Le cas du consulat français à Barcelone à la fin du xviie siècle, Julien Sempéré, chercheur, Université de Paris I – Panthéon Sorbonne

11 h 45             L’enregistrement des actes commerciaux à la chancellerie consulaire à Cadix et à Tunis (xviiie et xixe siècles), Arnaud Bartolomei & Anne Brogini, maîtres de conférences, Université de Nice Sophia Antipolis

12 h 15                         Discussions

14 h 30 – 17 h 30  Atelier de recherches : L’exploitation quantitative des sources consulaires : la correspondance

Programme Consuls – 1 Programme Consuls – 2

Présentation de séminaire – Les intermédiaires du commerce interculturel entre « Vénitiens », « Insulaires » et « Turcs » dans les Îles Ioniennes, XVIIe-XVIIIe siècles

La prochaine séance du séminaire doctoral mensuel

Sociétés urbaines méditerranéennes. Histoire et anthropologie (INALCO/CREE, EFA, IFEA et IIAC/LAU/CNRS)

 

aura lieu le lundi 3 mars 2014, 17h00-19h00, salle 5.28

PLC, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

métro : Bibliothèque François Mitterrand

 

Les intermédiaires du commerce interculturel entre «Vénitiens», «Insulaires» et «Turcs» dans les Îles Ioniennes, XVIIe-XVIIIe siècles  

présenté par Mathieu GRENET, ERC ConfigMed

les médiations culturelles dans l’espace méditerranéen, dont il s’agit de prolonger le questionnement autour des notions d’intermédiation, de liminalité et de frontière. Du fait de leur situation à l’interface des empires vénitien et ottoman, mais aussi (et peut-être même surtout) du fait de la qualité de la documentation conservée, les Îles Ioniennes se sont rapidement imposées comme un terrain d’enquête privilégié. Privilégié mais également peut-être problématique, puisqu’il s’agit d’interroger l’importance du contexte insulaire et, par là même, la manière dont les représentations traditionnellement liées à un type d’espace conditionnent à leur tour les questionnements de l’historien. L’intérêt du terrain que constituent les Îles Ioniennes ne se limite bien sûr pas à la simple accumulation des histoires singulières de chacune de ces sept îles –Corfou, Paxos, Leucade, Ithaque, Céphalonie, Zante et Cythère. Incorporées entre la fin XIVe et le début du XVIe siècle au Stato da Mar vénitien, les Îles Ioniennes (ou Heptanèse, du grec hepta nisia, « sept îles ») forment au cours de la période moderne une importante frontière entre Venise et l’Empire ottoman. Suite à la reconquête ottomane, en 1714-1715, des Cyclades, du Péloponnèse, et des deux dernières forteresses vénitiennes dans l’île de Crète (Souda et Spinalonga), elles constituent même l’intégralité du fameux Stato da Mar vénitien au-delà de l’Adriatique. L’importance –voire l’omniprésence- de ce contexte d’antagonisme direct entre Venise et l’Empire ottoman appelle à son tour un examen sommaire des motifs qui imprègnent sur le temps long les caractérisations historiques et géographiques de l’espace ionien, et qui interrogent chacun à sa manière un enjeu de la problématique plus large de l’insularité.

Séminaire medilev-3.03.2014-Grenet

[Séminaire] Penser la Méditerranée

 
 
Nous vous présentons le programme du séminaire hebdomadaire du CRHM Penser la Méditerranée à l’époque moderne et contemporaine (XVIe-XXe Siècle). Ce séminaire est coorganisé par Wolfgang Kaiser, qui dirige l’ERC ConfigMed. Deux chercheurs du projet ConfigMed sont déjà intervenus dans le cadre du séminaire les mardi 12 Novembre (Biagio Salvemini) et 26 novembre (Christopher Denis Delacour). La semaine prochaine, Wolfgang Kaiser intervient. Eloy Martin Corrales (10 décembre) et Mathieu Grenet (14 janvier 2014) y interviendront également.
 

Penser la Méditerranée à l’époque moderne et contemporaine (XVIe-XXe siècle)

Wolfgang Kaiser, Professeur d’histoire moderne à l’université Paris, directeur d’études à l’EHESS,
Gilles Pécout, Professeur d’histoire contemporaine à l’ENS et directeur d’études à l’EPHE.
Bernard Heyberger, Directeur d’études à l’EHESS et à l’EPHE
Bernard Vincent, Directeur d’études à l’EHESS.


Partant du constat que la Méditerranée est un objet historique et historiographique attractif mais souvent défini par défaut, et constatant le très petit nombre de lieux d’échange continu entre modernistes et contemporanéistes en histoire méditerranéenne, les organisateurs de ce séminaire proposent une approche des transformations de l’espace méditerranéen sur le long terme (du XVIe au XXe siècle) .

Tous les mardis de 17h à 19 h, du 29 octobre 2013 au 4 février 2014
Ecole normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris, salle d’histoire, escalier D, 2ème étage

29 octobre 2013

Gilles Pécout (ENS / EPHE)

Méditerranée et Europe XIXe-XXe : mutation d’une relation historiographique et idéologique

5 novembre 2013

Cesare Santus (Scuola Normale Superiore, Pise / EPHE)

La communicatio in sacris entre catholiques et non-catholiques parmi les chrétiens de l’Empire Ottoman :

le cas de l’Archipel Grec

12  novembre 2013

Biagio Salvemini (Université de Bari / Paris 1 – ConfigMed)

Où placer les frontières de l’Europe en Méditerranée?  Officiers, consuls et marchands entre

institutions ‘occidentales’ et peste orientale au XVIIIe siècle

19 novembre 2013

Anne Brogini (Université de Nice)

Frontières et réseaux en Méditerranée : le rôle des ordres militaires

26 novembre 2013

Christopher Denis Delacour (Paris 1 – ConfigMed)

Les territoires de la souveraineté maritime. Navigations napolitaines en mer ottomane (1740-1856

3 décembre 2013

Wolfgang Kaiser (Paris 1 / EHESS – ConfigMed),

Le commerce « transculturel » en Méditerranée  revisité, XVe-XVIIe siècles

10 décembre 2013

Eloy Martín Corrales (Université Pompeu Fabra, Barcelone / Paris 1 – ConfigMed)

Le commerce entre Cadix et le Maroc (1789-1828)

17 décembre 2013

Maria Tsoutsoura (Université de Corfou)

Entre philhellénisme et socialisme : apogée et déclin de l’espace ionien (1823-1923)

7 janvier 2014

Jérémie Dubois (Université de Reims),

L’Italie fasciste et le Centre universitaire méditerranéen de Nice de 1933 à la Deuxième Guerre mondiale

14  janvier 2014

Mathieu Grenet (Paris 1 /- ConfigMed)

Retours sur le trans-impérial : quelques réflexions autour du cas ionien, XVIIe-XIXe siècles

21 janvier 2014

Lourdes Amigo (Valencia)

Métaphores du pouvoir: les fêtes en Espagne aux XVI° et XVII° siècles

28 janvier 2014

Edhem Eldem (Université du Bosphore, Istanbul / IISMM)

Des marbres d’Elgin à la Vénus de Milo : le défi d’une vision ottomane de l’archéologie

4 février 2014

Marie-Elisabeth Mitsou (EHESS)

La Méditerranée ou les Balkans? Dilemmes identitaires des grecs après la défaite de 1897

Ecole normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris, salle d’histoire, escalier D, 2ème étage

Secrétariat d’histoire. Contact: Monique.Bourgeois@ens.fr/ 01 44 32 30 28

[Livre] M. Grenet, Y. Jambon, M-L. Ville, Histoire urbaine et sciences sociales, Mélanges en l’honneur d’Olivier Zeller

TDMmelangesZeller Souscription_ZellerNous avons le plaisir d’annoncer la sortie prochaine de l’ouvrage collectif Histoire urbaine et sciences sociales, Mélanges en l’honneur d’Olivier Zeller,  co-dirigé par Mathieu Grenet, post-doctorant dans le projet ERC ConfigMed, Yannick Jambon et Marie-Laure Ville.
Vous trouverez en pièce-jointe un bulletin de souscription ainsi que la table des matières de l’ouvrage.

Protéiforme, pluridisciplinaire et profondément novateur, le travail du Professeur Olivier Zeller touche à une large variété de thèmes allant de la démographie historique à l’histoire du théâtre, en passant par l’histoire des formes d’investissement social ou socioprofessionnel de la ville, celle des mobilités urbaines et de la sociabilité résidentielle, la prosopographie et l’histoire familiale, l’évolution du bâti urbain, l’histoire de l’alimentation ou encore celle de la franc-maçonnerie. Dans le souci de rendre hommage tant au chercheur qu’au professeur, vingt historiens, sociologues et démographes présentent ici des contributions autour de la « ville moderne », appréhendée comme un terrain d’enquête pour les sciences sociales.

TABLE DES MATIERES

Préface

Un historien à la croisée des chemins

I. Les territoires urbains : Anatomies et dynamiques.

Typologie architecturale et démographie.

L’habitat collectif à Lyon à l’époque moderne, 1500-1800.

Bernard GAUTHIEZ

Réflexion sur les mutations de la rue : De la spécialisation à la banalisation.

Quelques exemples dans le Paris du XXème siècle.

Maurice GARDEN

La paroisse Saint-Michel de Bordeaux à la fin du XVème siècle :

Étude des dynamiques économiques et sociales d’un espace urbain

Michel BOCHACA

Propriété et perception de l’espace urbain à Nantes sous le règne de Louis XIV :

L’exemple de la paroisse Saint-Saturnin.

Guy SAUPIN

A la conquête de nouveaux territoires : La planification urbaine extra muros en France au

XVIIIe siècle, entre idéal urbanistique et contraintes financières

Yannick JAMBON

Les villes du comté de Bourgogne (Franche-Comté) au temps des Habsbourg :

démographie et économie dans le bas pays.

Paul DELSALLE

II. Les gouvernances de la ville : Idéologies, gestions et tensions.

Sociabilité et institutionnalité.

Structures d’hospitalité et pratiques sociales à Lyon (XVIe-XVIIIe siècles)

Susanne RAU

A propos du principe d’utilité au XVIIème siècle : l’Académie de Lyon et la ville

Jean-Pierre GUTTON

Quand la gestion se fait au rabais.

La politique édilitaire d’une petite ville : Vienne au XVIIIe siècle.

Cécile MANNEVEAU

Marie-Laure VILLE

Le petit âge glaciaire à Lyon.

Des blocs de glace sur la Saône en 1608 ou comment s’en débarrasser.

Françoise BAYARD

Hermoupolis, fin XIXe-début XXe siècle :

Changements économiques, sociaux et idéologiques

Christos LOUKOS

La mort à Venise.

Cimetières et processions funéraires dans la communauté grecque-orthodoxe de Venise

(XVIe-XIXe siècles)

Mathieu GRENET

III. Les cultures de la ville : Pratiques, usages et sociabilités

Le peuple et l’écrit à Lyon au XVIIe siècle

Anne BÉROUJON

Les origines sociales de Claude-François Menestrier, jésuite célèbre né à Lyon, et « l’élitisme

jésuite » en France provinciale au XVIIe siècle

Judi LOACH

Entre économie légale et marchés parallèles :

Les femmes dans le petit commerce alimentaire lyonnais au tournant des XVIIe et XVIIIe

siècles

Anne MONTENACH

Les connexions saxonnes de la Franc-maçonnerie lyonnaise au XVIIIe siècle.

Pierre-Yves BEAUREPAIRE

Les photocartes : une image de la société urbaine française (1852-1914).

Serge CHASSAGNE

Culture urbaine et sociabilité.

Les activités des membres de la Société d’Émulation de l’Ain au XIXe siècle

Guy BRUNET

Postface

Au-delà de la modernité, les obsessions lyonnaises

Bruno BENOIT

Moralités marchandes dans l’Europe méditerranéenne au XVIIIe siècle: institutions, appartenances, pratiques

Gilbert Buti, Aix-en-Provence ; Christopher Denis-Delacour, Paris 1 ; Olivier Raveux, Aix-en-Provence ; Biagio Salvemini, Bari et Roberto Zaugg, Basel organisent deux journées d’études dans le cadre du programme Aux bords des institutions (Université Aldo Moro de Bari, Université de Bâle, École Française de Rome et UMR TELEMME).
Ces journées auront lieu vendredi 24 mai, 14h-18h et samedi 25 mai, 9h-13h – Salle Paul-Albert Février, à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme de Aix-en-Provence, 5, rue du Château de l’Horloge.

Par l’existence d’une densité et d’une variété institutionnelles et par la prégnance du commerce sur l’économie, l’espace méditerranéen du «long XVIIIe siècle» peut être perçu comme un laboratoire pertinent pour travailler la thématique des moralités marchandes. Ces deux journées d’études proposent de se pencher sur la question au croisement de quatre niveaux d’analyse : les trajectoires et les caractéristiques personnelles des négociants, avec leurs stratégies d’autoreprésentations ; les encastrements politiques, culturels et sociaux qui façonnent les groupes marchands (l’État, la paroisse, la «nation», la ville, la religion…) ; les institutions productrices de normes et de comportements normés (l’État, mais aussi les tribunaux de commerce, les assemblées de marchands…) ; et les pratiques qui mettent les éthiques, les lois et les discours à l’épreuve du terrain.

Vendredi 24 mai 2013 (14-18 h)

ENTRE ÉTHIQUE PUBLIQUE ET MORALITÉ PRIVÉE
Présidence: Gilbert Buti (Aix-en-Provence)
Discutant: Roberto Zaugg (Basel)

Christopher Denis-Delacour (ERC ConfigMed / Paris 1 Panthéon-Sorbonne): Introduction
Andrea Addobbati (Pisa): Cannella e titoli del tesoro: il mercante virtuoso nell’aneddotica
Annastella Carrino (Bari): Le ambigue tavole delle leggi. Etiche pubbliche e moralità private nella Marsiglia dell’ultimo Settecento. Il caso Strafforello & Peragallo
Mathieu Grenet (ERC ConfigMed / Paris 1 Panthéon-Sorbonne): Moralités marchandes et charité communautaire : le cas grec, fin XVIIIe-début XIXe s.
Sébastien Lupo (Aix-en-Provence): Enjeux éthiques et correspondances négociantes dans l’espace méditerranéen au XVIIIe siècle

Samedi 25 mai 2013 (9-13 h)

LA MORALITÉ MARCHANDE À L’ÉPREUVE DES PRATIQUES
Présidence: Olivier Raveux (Aix-en-Provence)
Discutant: Jean Boutier (Marseille)

Daniele Andreozzi (Trieste): Attraverso. Onore, fiducia, norme e frodi nella Trieste settecentesca
Francisco Javier Zamora Rodríguez (Sevilla): « Les François lui ont l’obligation d’avoir favorisé leur commerce pendant la guerre ». El cónsul español en Livorno entre el comercio y la representación
Alida Clemente (Roma): Quando il reato non è “peccato”: la questione del contrabbando nel Regno di Napoli tra conflitti diplomatici, pluralismo normativo e quotidianità degli scambi. (XVIII secolo)
Alice Sobrero (Pisa): Un self-made man forestiero a Livorno: profitti, privilegi e civismo repubblicano nelle guerre napoleoniche
Samuel Fettah (Aix-en-Provence): Un négociant livournais exemplaire : l’éloge funèbre de Giorgio Maurogordato (1886)
Biagio Salvemini (Bari): Conclusions

2013.05.24-25

The Capitulations and the Ottoman Legal System: Remarques complémentaires

Nous avions publié dans un billet précédent un compte rendu de lecture de l’ouvrage de Maurits H. Van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System, par Mathieu Grenet, membre de notre programme ERC. A l’occasion des rencontres organisées par le programme de recherche « Les fonctions marchandes du consul en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XIXe siècles) », Mathieu Grenet a eu l’occasion de revenir sur un thème particulier de l’ouvrage, à savoir la question des faillites à partir des études empiriques de l’auteur. En voici la teneur.
 

Les études empiriques constituent l’un des points forts de ce livre, un point qui mérite donc quelques développements complémentaires. La question des faillites fait l’objet d’un chapitre entier (le 5e, intitulé « Bankruptcy », p. 207-262). Ce chapitre se compose d’une introduction (pp. 207-208), de deux développements et d’une conclusion (pp. 259-261). Le premier développement (pp. 208-226) touche aux procédures juridiques mises en œuvre dans le traitement des faillites au Levant, et le second (pp. 226-259 et tab. p. 262) correspond à l’étude de quatre cas de faillite à Alep dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Van den Boogert commence par reformuler une série d’observations déjà bien connues des historiens du commerce levantin :

  1. Le manque de liquidités constitue un problème récurrent voire permanent du négoce du Levant, qui explique le caractère massif du recours au crédit parmi les marchands européens.
  2. En retour, la densité et l’importance (en termes de volume financier) des liens unissant débiteurs et créanciers, laisse constamment planer la menace d’une chaine d’insolvabilité à l’échelle locale voire transnationale.
  3. Insolvabilité ne signifie pas faillite, puisqu’un marchand insolvable peut être autorisé par ses créanciers à continuer ses affaires, généralement sur la promesse d’un prochain remboursement. On observe donc une fois encore l’importance capitale de la réputation dans les circuits économiques du Levant.

La conclusion principale que van den Boogert tire de ces observations est que la faillite ne constitue pas un « accident » ou une « circonstance exceptionnelle » de l’activité négociante, mais un événement courant, faisant partie intégrante des mécanismes du crédit au Levant.

 

L’analyse prend un tour plus innovant, lorsque l’auteur propose de s’intéresser à la résolution juridique de cas de faillites dans l’Empire ottoman au XVIIIe siècle.

Un premier constat est celui du caractère malheureusement fragmentaire des sources à la disposition de l’historien : ne sont en effet parvenus jusqu’à nous que les cas impliquant les consuls et les ambassadeurs européens, et qui sont généralement les cas les plus complexes juridiquement. Le paradoxe est donc que l’état de la documentation rend plus aisée la reconstruction d’une large faillite ayant impliqué des marchands sur plusieurs continents, que celle d’une « petite » faillite locale.

Un second aspect original de l’analyse de van den Boogert réside dans son traitement des mécanismes coercitifs dont l’Empire ottoman dispose à l’encontre des faillis (pp. 210-211). En l’occurrence, il insiste sur le caractère courant de l’emprisonnement pour dettes, une pratique du droit islamique qui est également garantie par les Capitulations, et dont seuls les consuls et leurs drogmans sont théoriquement exemptés. De fait, cette forme d’emprisonnement temporaire est tellement courante, que l’Empire dispose à cet effet de lieux de détention spécifiques, dont certains observateurs européens proposent même de généraliser l’usage dans leur propre pays[1]. Quant à la procédure lancée par les consulats européens en cas de faillite d’un de leurs nationaux (pp. 217-218), elle comprend la mise sous séquestre des biens du failli, l’établissement d’un inventaire, l’appel lancé aux créanciers pour se faire connaître, la mise en vente des biens afin de régler ses dettes, et l’éventuel l’emprisonnement du failli dans la prison attenante au consulat de sa « nation » (l’arrestation du prévenu pouvant alors être faite par les autorités ottomanes a la demande du consul lui-même, cf. pp. 219-220). L’auteur évoque enfin la conversion à l’Islam (p. 212), souvent décrite comme le moyen pour un marchand européen d’échapper à ses créanciers, et dont il s’attache à montrer qu’il s’agit en réalité d’une pratique dont le net durcissement au cours du XVIIIe siècle (elle doit par exemple être confirmée en présence du consul de l’ancienne « nation » du converti) a très certainement du finir par dissuader ce type de calculs.

Un troisième axe fort de l’étude de van den Boogert concerne enfin l’intervention des consuls européens, dont la capacité d’action se limite traditionnellement aux seuls conflits n’engageant que leurs nationaux et protégés – l’implication de sujets ottomans devant théoriquement entrainer le transfert immédiat du contentieux devant les tribunaux islamiques. Van den Boogert suggère trois révisions à cette partition quelque peu simpliste entre autonomie juridique des « nations » européennes, et prévalence du droit local.

  1. Il souligne d’une part qu’il s’agit là d’une simple coutume, puisque les Capitulations n’établissent à aucun moment le degré d’implication des tribunaux islamiques dans les cas de faillites de marchands européens. Au contraire, certains passages des capitulations mentionnent même la possibilité offerte aux Européens de recourir à la justice islamique dans les conflits qui les opposent entre eux (pp. 212 et 229).
  2. Van den Boogert s’appuie ensuite sur un article des capitulations anglaises de 1675, pour suggérer que les consuls anglais coopèrent avec les tribunaux islamiques afin de régler les faillites de leurs nationaux : l’article en question (n° 73) établit en effet les sommes devant être réglées aux deux principaux officiers du tribunal ottoman (l’huissier, ou mübaşir, et le messager, ou çavuş) en cas de condamnation pour faillite d’un marchand anglais (pp. 212-213).
  3. L’auteur souligne également le statut particulier du consul lui-même au regard de la justice ottomane : si seule la Porte est théoriquement en mesure d’entendre les affaires les concernant, il semble qu’il puisse également être appelé à comparaitre devant le qadi – auquel cas il cherchera le plus souvent à déléguer son drogman à sa place (pp. 228-229).

Van den Boogert revient enfin sur un lien essentiel entre représentation consulaire et mécanismes du crédit : en l’occurrence, le fait qu’avant même l’époque ottomane, les consuls européens aient été perçus comme les garants – au sens économique du terme – de leurs nationaux, particulièrement en cas d’insolvabilité ou de fuite de ces derniers. Si la responsabilité personnelle des représentants européens n’est plus engagée dans de telles circonstances depuis le XVIe siecle, van den Boogert pointe une certaine rémanence dans l’opprobre que la fuite d’un marchand endetté constitue de jeter sur l’ensemble de sa nation – et tout particulièrement sur le consul, tenu implicitement responsable de la défection d’un de ses nationaux (pp. 218-219).

 

L’étude de cas présentée par van den Boogert s’articule autour des faillites, dans les premiers mois de l’année 1763, de quatre magasiniers (warehousemen) maronites, les frères Jarmanos, Yusuf et Antun Sadir, ainsi qu’Antun Diyab. Sujets ottomans, les quatre faillis sont par ailleurs tous protégés européens – Jarmanos Sadir et Antun Diyab sont sous protection hollandaise, tandis que Yusuf et Antun Sadir sont protégés anglais. Enfin, les quatre faillites apparaissent étroitement liées les unes aux autres : après que Jarmanos se soit déclaré insolvable en janvier 1763, c’est au tour de ses frères (et garants) Antun et Yusuf de devoir se déclarer en faillite, avant que le partenaire commercial de Jarmanos, Antun Diyab, ne soit finalement rattrapé par les dettes de son ancien associé.

Une cinquième faillite est enfin liée aux précédentes, en l’occurrence celle du marchand anglais Thomas Lansdown, actif à Alep à la fois en qualité d’agent d’autres marchands anglais, et pour son propre compte[2]. La faillite de Lansdown fait suite à la banqueroute de Yusuf et Antun Sadir, dont il s’était porté caution. Or, la « chance » de Lansdown est, selon van den Boogert, de n’avoir aucun créancier ottoman, et ceci précisément grâce au recours à ces mêmes intermédiaires maronites qui causeront sa perte. Comme d’autres marchands européens, Lansdown a en effet établi une « barrière juridique » (legal barrier) entre lui et ses partenaires ottomans : toutes les transactions engageant ces derniers sont réalisées au nom des Sadir, qui revendent ensuite à Lansdown les produits achetés, cette fois-ci au cours de transactions non enregistrées auprès des tribunaux locaux. En pratique, il est donc virtuellement impossible, lors de la procédure, de lier le nom de Lansdown à celui d’un partenaire ottoman autre que les frères Sadir : Lansdown comme le consulat anglais d’Alep étant ainsi assurés que les autorités ottomanes n’interviendraient pas dans l’affaire, van den Boogert juge que ce cas « was probably how the European representatives in the Ottoman Empire wished all bankruptcies would be » (p. 214).

Il en va bien sûr différemment des frères Sadir et d’Antun Diyab, dont la qualité de sujets ottomans et de protégés européens, implique que leurs faillites soient juridiquement résolues à travers une négociation entre autorités ottomane et consulaire – et l’on sait que dès le mois de mars 1763, le qadi d’Alep écrit à la Porte pour demander que lui soit donnée la pleine juridiction sur les faillites des frères Sadir (p. 242). Or, si les prévenus sont d’abord incarcérés dans la prison de leurs consulats respectifs, leurs affaires connaissent des trajectoires très différentes.

Coté anglais, la faillite d’Antun et Yusuf Sadir semble devoir être liquidée rapidement par le consulat avec la collaboration de deux faillis et de l’assentiment de leurs créanciers (pp. 235-236). Cette apparente harmonie se brise néanmoins contre la décision de l’un des créanciers, Abdalqadir Amiri, de porter l’affaire devant le qadi : contestant la qualité de drogman des frères Sadir, celui-ci parvient à les priver de la protection juridique anglaise, et à faire juger leurs faillites selon les lois islamiques – et ceci malgré la mobilisation des marchands anglais et français d’Alep et d’Istanbul contre cette mesure.

Coté hollandais, en revanche, l’affaire prend dès le début un tour extrêmement complexe (pp. 236-242). Au soupçon de faillite frauduleuse rapidement jeté sur Jermanos Sadir et Antun Diyab, s’ajoute la contestation qui s’élève contre la capacité du consul hollandais, Jan Heemskerk, à juger ces affaires, au nom du conflit d’intérêt que fait peser sur l’affaire sa double position de juge et partie – il est en effet l’employeur et l’un des principaux créanciers des deux faillis. Ainsi, seuls trois créanciers choisissent de s’en remettre à la justice consulaire : en l’occurrence trois importants percepteurs ottomans, qui se retrouvent presque immédiatement dédommagés de leurs pertes par le consulat. Il est alors tentant de déduire que le choix de la juridiction consulaire ait permis aux Ottomans d’instaurer un rapport de force qui, du fait de la menace qu’ils font peser d’un dessaisissement de l’affaire au profit des tribunaux islamiques, ne peut que jouer en leur faveur. Mieux, les trois Ottomans menacent avec succès Jan Heemskerk d’une fatwa l’obligeant à régler personnellement les dettes de ses nationaux, afin d’obtenir un règlement rapide – et, semble-t-il, sur les propres deniers du consul – de leurs créances ! La liquidation du reste de la faillite est marquée par le choix du reste des créanciers de Sadir et Diyab de se tourner vers la justice du qadi, et donc de contourner ouvertement ce que le consul hollandais considère comme sa prérogative juridique. Hemskerk répond alors en tentant à son tour de contourner les autorités ottomanes locales, et en en appelant directement à la Porte (en l’occurrence le divan-ı hümayun, ou conseil impérial) : la stratégie du consul se heurte pourtant au refus d’Istanbul d’entendre d’une affaire qu’elle considère relever des pouvoirs locaux, et dont elle confie officiellement l’instruction au qadi d’Alep. Le détail de cette dernière (pp. 248-259), qui s’étend sur de long mois, éclaire d’un jour original la procédure juridique islamique dans l’Empire ottoman, et permet à van den Boogert d’en brosser un tableau bien différent de celui que l’on trouve dans les sources européennes. Bien loin des stéréotypes d’une justice ottomane inique et avide, l’instruction du qadi se révèle en effet minutieuse, respectueuse des droits des prévenus, et dénuée d’a priori idéologiques ou partisans. Sans doute cette affaire est-elle à maints égards particulière, puisque suite aux gesticulations d’Hemskerk, la Porte elle-même a admis suivre ce procès avec la plus grande attention (p. 248). Il n’en reste pas moins que le système juridique ottoman – du moins tel que le présente van den Boogert – se révèle ici non seulement impartial, mais par moments plus favorable aux marchands européens que leurs propres cours consulaires (l’un des trois derniers créanciers ottomans est ainsi débouté de la demande de remboursement qu’il formule à l’endroit d’Hemskerk ; cf. pp. 256-259).

Mathieu Grenet


[1]    Voir par exemple John Howard (1726-1790), An Account of the Principal Lazarettos in Europe with various papers relative to the Plague, 2e éd., Londres, 1791, p. 62 : « Int hose cities which I have seen in Turkey, the debtors have a prison separate and distinct from those of felons. Without such a separation in England, a thorough reformation of the gaols can never be effected. »

[2]    Les historiens du commerce du Levant sont déjà familiers de Lansdown, dont la correspondance constitue la base documentaire de l’étude classique de Ralph Davis, Aleppo and Devonshire Square: English Merchants in the Levant in the Eighteenth Century, Londres, Macmillan, 1967.

Les intermédiaires du commerce interculturel entre Vénitiens, Insulaires et « Turcs » dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

Après la description du projet de Christopher Denis-Delacour, voici à présent le projet de Monsieur Mathieu Grenet, dans le cadre de l’ERC ConfigMed.

Les intermédiaires du commerce interculturel entre Vénitiens, Insulaires et « Turcs » dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

Cette enquête s’inscrit dans le sillage de mes précédents travaux sur les identités transnationales et les médiations culturelles dans l’espace méditerranéen, dont il s’agit de prolonger le questionnement autour des notions d’intermédiation, de liminalité et de frontière. Du fait de leur situation à l’interface des empires vénitien et ottoman, mais aussi (et peut-être même surtout) du fait de la qualité de la documentation conservée, les Iles Ioniennes se sont rapidement imposées comme un terrain d’enquête privilégié. Privilégié mais également peut-être problématique, puisqu’il s’agit d’interroger l’importance du contexte insulaire pour un questionnaire tel que le mien – et, par là même, la manière dont les représentations traditionnellement liées à un type d’espace conditionnent à leur tour les questionnements de l’historien.

L’intérêt du terrain que constituent les Îles Ioniennes ne se limite bien sûr pas à la simple accumulation des histoires singulières de chacune de ces sept îles – Corfou, Paxos, Leucade, Ithaque, Céphalonie, Zante et Cythère. Incorporées entre la fin XIVe et le début du XVIe siècle au Stato da Mar vénitien[i], les Îles Ioniennes (ou Heptanèse, du grec hepta nisia, « sept iles ») forment au cours de la période moderne une importante frontière entre Venise et l’Empire ottoman. Suite à la reconquête ottomane, en 1714-1715, des Cyclades, du Péloponnèse, et des deux dernières forteresses vénitiennes dans l’île de Crète (Souda et Spinalonga), elle constitue même l’intégralité du fameux Stato da Mar vénitien au-delà de l’Adriatique.

L’importance – voire l’omniprésence – de ce contexte d’antagonisme direct entre Venise et l’Empire ottoman appelle à son tour un examen sommaire des trois motifs qui imprègnent sur le temps long les caractérisations historiques et géographiques de l’espace ionien, et qui interrogent chacun à sa manière un enjeu de la problématique plus large de l’insularité.

  1. Le premier de ces motifs procède d’une lecture géostratégique de la question insulaire : c’est celui des Iles Ioniennes comme « verrous » entre différents espaces maritimes (généralement, l’Adriatique et la Mer ionienne et, au-delà, l’Egée), ou comme « têtes de pont » (et, au 18e siècle, « bases arrières ») de l’expansion vénitienne en Méditerranée orientale[ii].
  2. Le second motif est celui des Îles Ioniennes comme carrefour – ici à la manière dont Denys Lombard a pu parler de « carrefour javanais », c’est-à-dire non pas simplement comme un lieu à la croisée des chemins, mais comme un espace de captation, de hiérarchisation et de redistribution des différents flux qui le traversent[iii].
  3. Enfin, le troisième et dernier motif est celui de la frontière, qui se décline selon deux modes en apparence antithétiques : d’une part celui du limes (et on rappellera par exemple que la ville de Corfou est dotée d’un impressionnant système défensif de fortifications, ainsi que d’un lazaret très actif )[iv] ; d’autre part, celui de la « frontière franchissable », avec notamment une pratique intensive du commerce interlope, de la contrebande et de la piraterie[v].

Prenant acte de l’importance de ces motifs dans notre compréhension des dynamiques propres à l’espace insulaire ionien, mon enquête entend saisir dans leur pluralité les figures de l’intermédiation entre acteurs du commerce interculturel. Il s’agira donc d’évaluer la fréquence des recours à ces figures d’intermédiaires (interprètes, conseillers commerciaux et juridiques, commis, agents, notaires, etc.), mais également de d’examiner les ressources que celles-ci mettent à disposition des acteurs du commerce interculturel. Et si ma documentation porte en priorité sur des litiges commerciaux entre sujets vénitiens et ottomans, je n’entends pas me concentrer sur la seule dimension contentieuse, mais envisager également les multiples formes de coopération interculturelles.

En retour, la fréquence de ces interactions invite à resituer le commerce interculturel dans les Îles Ioniennes dans une série de dynamiques politiques et juridiques plus larges, qui engagent les Vénitiens et les Ottomans, ainsi qu’une variété d’autres acteurs, groupes et pouvoirs locaux. Au-delà du nécessaire effort de contextualisation du local, il s’agira ici aussi bien la place des îles dans les stratégies des États vénitien et ottoman[vi], que les dynamiques inter-insulaires propres à l’espace ionien (circulations, rivalités, dépendance, hiérarchisations, etc.).


[i] Cythère tombe sous domination vénitienne dès 1363, puis Corfou en 1386, Zante en 1485, Céphalonie en 1500 et Ithaque en 1503. Quant à Leucade, elle est disputée par les Vénitiens et les Ottomans jusqu’à la guerre de Morée de 1684-99, avant d’être incorporée au Stato da Mar vénitien.

[ii] Nicholaos G. Moschonas, « Navigation and Trade in the Ionian and Lower Adriatic Seas in the Eighteenth Century », in Apostolos E. Vacalopoulos, Constantinos D. Svolopoulos et Béla K. Kiraly (dir.), Southern European Maritime Commerce and Naval Policies from the Mid-Eighteenth Century to 1914, Boulder (Co), Social Science Monographs, 1988, pp. 189-196.

[iii] Nikos S. Vlassopoulos, Marchands Ioniens en Méditerranée, XVIe-XVIIIe siècles (en grec), Athènes, Finatec, 2001 ; Maria Fusaro, « Les Anglais et les Grecs. Un réseau de coopération commerciale en Méditerranée vénitienne », Annales H.S.S., 58/3 (2003), pp. 605-626 ; Gerassimos D. Pagratis, « Merchants and Shipowners in Venetian Corfu in the first half of the Sixteenth Century », in Maria Cristina Chatziioannou et Gelina Harlaftis (dir.), Following the Nereids: Sea Routes and Maritime Business, 16th-20th Centuries, Athènes, Kerkyra, 2006, pp. 31-43.

[iv] Coll., Venezia e la difesa del Levante, da Lepanto a Candia (1570-1670), Venezia, Arsenale Editrice, 1986 ; Katerina Konstantinidou, « Gli Uffici di Sanità delle Isole Ionie durante il Seicento e il Settecento », Studi Veneziani, 49 (2005), pp. 379-391.

[v] Le thème n’est pas nouveau, ainsi qu’en témoignent les travaux classiques de Georges Douin, La Méditerranée de 1803 à 1805 : pirates et corsaires aux Iles Ioniennes, Paris, Plon-Nourrit, 1917 ; Jean Savant, « Pirates et corsaires septinsulaires », L’Hellénisme contemporain, Athènes, 1940. Nous empruntons la notion de « frontière franchissable » à Natividad Planas, « La frontière franchissable : normes et pratiques dans les échanges entre le royaume de Majorque et les terres d’Islam au XVIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 48/2 (2001), pp. 123-147.

[vi] Sur ce point, voir Nicolas Vatin et Gilles Veinstein, « Introduction », in Insularités ottomanes, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, p. 10.

[Compte rendu de Lecture] Maurits H. Van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System

Ce billet a été une première fois publié dans le numéro 84 de la revue les Cahiers de la Méditerranée en 2012. Son auteur étant membre du projet ERC ConfigMed, nous avons jugé utile de le publier sur notre site, avec l’aimable autorisation de la rédaction de la revue.
 
« Mathieu Grenet – Maurits H. van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System : Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 84 | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012. URL : http://cdlm.revues.org/6587
 
Nous publierons prochainement le compte rendu d’une discussion autour de l’ouvrage qui eut lieu le 16 mars 2012 dans le cadre du Programme de recherche « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècles) : consuls et agents consulaires. État des Connaissances » (voir notre billet sur cette journée)
 

L’historien néerlandais Maurits van den Boogert a publié en 2005 une version remaniée d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Leyde quatre ans plus tôt. Il s’agit d’un travail majeur, dont les qualités témoignent du dynamisme des « études ottomanes » dans le monde académique européen depuis maintenant près de deux décennies. De par son activité, van den Boogert est lui-même un acteur important de ce mouvement : chercheur à l’Institut d’Etude de l’Islam Moderne de Leyde, responsable de la collection The Eastern Question aux éditions Brill, il est également un historien prolifique, auteur ou co-éditeur de cinq ouvrages ainsi que de nombreux articles, tous parus depuis 2003. Il est enfin étroitement associé au projet-fleuve que constitue la troisième édition de la vénérable Encyclopedia of Islam, pour laquelle il a rédigé un certain nombre de notices importantes sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir plus loin. The Capitulations and the Ottoman Legal System: Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century, est consacré à « la perception, la théorie et la pratique du régime des Capitulations dans le système juridique ottoman du XVIIIe siècle » (p. 3). Ce n’est pas la première fois, loin s’en faut, que les historiens se penchent sur les Capitulations, un ensemble de dispositions juridiques qui, du XVIe au début du XXe siècle, règlent le séjour, le statut et les activités des Européens dans les échelles du Levant et de Barbarie. Plus d’un siècle après sa parution, l’étude pionnière de Francis Rey figure ainsi dans la bibliographie de quasiment tous les ouvrages consacrés au commerce levantin à l’époque moderne, souvent accompagnée du travail classique de Nasim Sousa, publié il y a 80 ans. Mais plus qu’en regard de ces « glorieux ancêtres », le travail de van den Boogert doit être restitué dans le contexte d’un renouveau historiographique, autour d’une question dont se sont récemment emparée certains des plus éminents représentants de l’historiographie ottomane contemporaine. Ce renouveau s’articule autour de trois axes principaux, qui reflètent chacun un courant fort de l’historiographie actuelle, et dont ce livre synthétise admirablement les enjeux en même temps qu’il ouvre des perspectives.Un premier axe vise à resituer les Capitulations dans le système juridique ottoman de l’époque moderne – et donc à réinscrire les rapports entre Empire ottoman et puissances européennes dans un régime qui ne soit pas défini a priori comme celui de l’« exception ». Ainsi que le montre van den Boogert, les Capitulations ne sont pas structurellement exogènes au droit ottoman, mais s’intègrent dans les « coutumes juridiques » qui constituent l’une des trois grandes sources du droit islamique. Un second axe interroge les modalités d’application de ces textes – ou, pour le dire avec Jacques Revel, leur praxéologie. Van den Boogert ne se contente pas de souligner l’écart, déjà bien connu des historiens de l’Empire ottoman, entre « textes » et « pratiques ». Portant l’analyse plus loin, il relève que cette application est nettement moins marquée par l’opposition hiératique de systèmes juridiques ottoman d’un côté, et européen(s) de l’autre, que par un processus constant de négociation entre acteurs et institutions. Le troisième et dernier axe de cette enquête conduit à interroger la manière dont les Capitulations, et en particulier le régime de la « protection » qui lui est étroitement associé, ont donné lieu à différentes constructions historiographiques aux résultats parfois fortement contrastés – depuis l’image des Capitulations comme fer de lance du capitalisme marchand et de l’impérialisme européens dans le Levant, jusqu’à l’idée d’un « détournement » des privilèges européens au profit des minorités de l’Empire. Ici encore, Maurits van den Boogert procède à une salutaire « remise à plat » des enjeux historiques et historiographiques de ces différentes interprétations. D’une part en montrant combien celles-ci sont étroitement liées tant au modèle hégémonique d’un déclin ottoman qui s’étendrait sur les deux derniers siècles de l’Empire. D’autre part en dénonçant l’anachronisme d’une projection sur le XVIIIe siècle du modèle plus tardif d’une inféodation des intérêts de l’Empire à ceux des puissances européennes. La nécessité de repenser ensemble ces trois axes étroitement imbriqués voire co-constitutifs, a conduit Maurits van den Boogert à adopter pour son ouvrage un plan relativement atypique. Outre l’ambitieuse remise en perspective historiographique qui occupe la majeurs partie de l’introduction, The Capitulations and the Ottoman Legal System peut ainsi être subdivisé en deux moitiés à peu près égales. Les trois premiers chapitres sont ainsi respectivement consacrées à : 1) Une étude minutieuse et quasi-philologique des différents textes juridiques sur lesquels se fonde le régime capitulaire – les capitulations (ahdnames), les décrets impériaux (fermans), et les brevets de protection (berats) –, ainsi qu’une présentation des différentes juridictions en charge des affaires concernant les ressortissants européens dans l’Empire ; 2) Une analyse des mécanismes de la protection, et de son extension sur les sujets non-musulmans de l’Empire ; 3) Une réflexion sur les « avanies », que van den Boogert considère à la fois comme une pratique révélatrice des équilibres internes de l’administration ottomane à l’époque moderne, et comme un élément essentiel de l’image d’arbitraire et d’oppression projetée par les Européens sur le système juridique ottoman. Dans le prolongement de ces trois développements, l’auteur organise la seconde partie de son ouvrage autour de trois séries d’études portant chacune sur une figure de conflit juridique – en l’occurrence la succession, la faillite commerciale et le vol. Parce qu’il interroge l’encadrement politico-juridique de la présence européenne dans l’Empire ottoman, et parce qu’il s’efforce de saisir au plus près les mécanismes de l’incessante négociation à l’oeuvre derrière les situations de conflit entre « Européens » et « Ottomans », cet ouvrage jette un regard neuf et stimulant sur la question de la représentation consulaire – et l’on signalera à ce propos que van den Boogert est également l’auteur de la notice « Consul » de l’Encyclopedia of Islam. La contribution de van den Boogert à l’étude de la question consulaire me semble importante sur au moins trois aspects.Le premier concerne la place du consulat dans l’organisation des « nations » européennes au Levant. A première vue, l’auteur paraît se tenir à équidistance de l’étude locale comme de l’approche « interconnectée », qui constituent les deux modèles dominants de la vaste littérature consacrée à la « nations » européennes. Or, ce refus de faire des Echelles du Levant autant d’isolats indépendants ou, à l’inverse, de simples maillons d’une plus vaste chaîne reliant l’ensemble des intérêts européens en Méditerranée orientale, permet également à van den Boogert de récuser un modèle trop strictement hiérarchique des rapports sociaux, économiques et politiques à l’intérieur des différentes « nations » européennes. Dans une perspective assez proche de Fredrik Barth, l’accent mis sur les motifs de négociation aux frontières du groupe permet ainsi d’éclairer ce qui se joue à l’intérieur même de ce dernier. Si l’on ne peut que saluer la finesse avec laquelle est analysée l’interaction entre consuls, marchands (nationaux ou non) et protégés, on regrettera le peu de place accordée aux ordres religieux, dont on sait qu’ils s’appuient en partie sur les réseaux consulaires européens (et en particulier français) pour relayer leur action missionnaire en direction des chrétiens orientaux. Cette critique mise à part, son positionnement chronologique offre une fois encore à l’auteur un observatoire des plus intéressants sur la présence européenne au Levant : si van den Boogert enregistre la mainmise croissante qu’exercent les Etats modernes sur leurs ressortissants installés à l’étranger, il se refuse ainsi à faire des consuls les simples relais diplomatiques au service d’« appareils d’Etat trans-territoriaux », et s’inscrit en faux face à l’homologie trompeuse entre système des « nations » et fabrique du « national ».Un second enjeu concerne les liens entre justice consulaire d’un côté, et de l’autre un système juridique islamique que van den Boogert définit comme flexible et fondé sur l’interpénétration de différentes sources du droit. Pourfendant le cliché de « nations » européennes conçues comme autant d’« enclaves » en terre ottomane, l’auteur réaffirme avec force le haut degré d’intégration des juridictions consulaires à l’intérieur même du système juridique ottoman. Une fois encore, l’idée d’une perte d’influence des tribunaux islamiques dans la résolution des conflits sous le régime capitulaire procéderait donc d’une projection sur la période moderne d’une évolution qui n’intervient que plus tardivement. Ainsi que le suggère le sous-titre le l’ouvrage (Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century), les cadis des cours islamiques restent au XVIIIe siècle les protagonistes du système juridique auquel sont soumises les « nations » européennes, et ce quand bien même les consuls ne ménagent pas leurs efforts pour garantir l’autonomie de leurs juridictions. L’étude des avanies, souvent décrites par témoins et historiens comme un véritable système d’extorsion mis en place au profit des différents potentats locaux, permet ainsi à l’auteur de démontrer que si les juridictions consulaires se heurtent occasionnellement à de puissants obstacles, elles disposent néanmoins d’une réelle capacité de négocier, capacité sur laquelle se fonde en grande partie la pratique juridique entre Ottomans et « Européens ». Loin de s’en tenir à une vision manichéenne du supposé « choc » entre pratiques et cultures juridiques, van den Boogert souligne enfin, à travers ses nombreuses études de cas, que le droit ottoman, s’il se montre strict avec ses propres ressortissants bénéficiant du régime de la protection, ne joue pas systématiquement en défaveur des étrangers – bien au contraire.Une troisième contribution importante de The Capitulations and the Ottoman Legal System à notre compréhension du système consulaire européen au Levant, concerne la question de la protection consulaire. Une fois encore, l’auteur s’inscrit en faux contre l’historiographie traditionnelle de la présence européenne au Levant. Ainsi, alors que celle-ci a longtemps voulu voir dans la multiplications des « protégés » et autres « barataires » un indice de l’effritement de la souveraineté exercée par l’Empire ottomane sur ses propres sujets, van den Boogert propose de revoir cette interprétation à la lumière des nouvelles évaluations chiffrées du nombre de barataires. Une telle démarche n’est en soi pas nouvelle : Bruce Masters et Bernard Heyberger ont ainsi depuis longtemps suggéré, pour le cas alépin, de revoir à la baisse les estimations classiques venant corroborer le scénario d’une explosion du nombre des protégés et des barataires au cours du XVIIIe siècle. Le principal mérite de van den Boogert est ici de procéder à une estimation portant non pas sur une Echelle, mais sur l’ensemble du Levant : en proposant le chiffre – très bas – de 2500 barataires à la fin du XVIIIe siècle, l’auteur nous amène ainsi à reconsidérer en profondeur la conception traditionnelle d’un régime de la protection érigé en instrument de l’impérialisme européen dans le Levant. Quant au stéréotype d’une mètis levantine permettant aux minorités non-musulmanes de l’Empire d’usurper à l’envi les privilèges réservés à une petite élite, il se heurte ici encore aux conclusion de l’examen, par l’auteur, des fructueux efforts produits par l’administration ottomane afin d’encadrer juridiquement l’octroi et la délivrance des précieux brevets de protection.

Mathieu Grenet

Atelier de recherche, Nice, 21 – 22 mars 2013 : Les fonctions marchandes du consul. Les sources de l’enquête.

1ère journée : jeudi 21 mars 2013

 1.      Les fonctions marchandes des consuls d’après la correspondance consulaire

14 h : Introduction

14h30 : Anne Mézin (Archives Nationales) : La correspondance consulaire de Cadix (1666-1792) (fonds CARAN)

A travers la présentation de l’inventaire analytique de la correspondance consulaire de Cadix, qui vient d’être achevé, ma communication proposera une vision d’ensemble des différents types d’intervention que les consuls menaient pour soutenir les opérations des marchands français de la ville, mais aussi les entraves que leurs actions pouvaient représenter pour ces derniers. A l’issue de cette présentation, nous nous demanderons si tous « les marchands français de Cadix » étaient également bénéficiaires des services consulaires et si ces services ne profitaient pas, in fine, plus particulièrement à l’élite de la colonie.

15h : Sylvain Lloret (Université de Paris-Sorbonne) : Les fonds du chargé d’affaires français à Madrid Edouard Boyetet (1772-1784).

Édouard Boyetet, agent général de la Marine et du Commerce de France à Madrid de 1772 à 1784, fut un acteur de premier plan dans la défense des intérêts des marchands français en Espagne. Ses mémoires et correspondances conservés dans les sous-séries BI et BIII du fonds des Affaires étrangères aux Archives Nationales, ainsi que dans les Mémoires et Documents Espagne aux Archives diplomatiques de La Courneuve témoignent des liens qu’il entretenait avec les autorités espagnoles et les consuls français dont il coordonnait l’action et centralisait l’information. Il était l’intermédiaire entre les consuls et l’administration espagnole d’une part et les consuls et le gouvernement français d’autre part. Il était ainsi un informateur de qualité et un protecteur efficace des marchands français. En outre, sa longue expérience de l’Espagne et son rôle de commissionnaire de la maison de négoce Masson à Cadix dans les années 1750 en faisaient un bon connaisseur du pays et lui permettaient de jouir de l’estime et de la confiance des grandes maisons de négoce françaises qui bénéficiaient en priorité de son action.

15h30 : Pause

16h : Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia-Antipolis) : La correspondance consulaire non-ministérielle de Cadix (années 1820) (fonds CADN)

Parmi les nombreux registres de « correspondance départ » du consulat de France à Cadix, archivés à Nantes, une dizaine conservent plus précisément la correspondance destinée aux « autorités françaises, aux autorités espagnoles et aux particuliers » (reg. 102 à 107 pour la période des années 1820). Ma communication se propose d’inventorier les différentes affaires évoquées dans cette correspondance et, notamment, celles dans lesquelles le consul de France à Cadix est sollicité par les Français de Cadix pour défendre leurs intérêts situés en France ou par les Français résidant en France pour intervenir dans la gestion de leurs intérêts situés à Cadix. C’est donc la fonction de recours qu’assumait le consul auprès de particuliers et dans des affaires particulières qui sera ainsi étudiée.

16h30 : Medhi Jrad (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse) : Le fonds d’archives concernant la correspondance des consuls français à Tunis au XIXe siècle (Mathieu de Lesseps et Alexandre Deval)

Ma contribution cherche à présenter un fonds d’archives tunisien (correspondances officielles et/ou confidentielles, actes de chancellerie, extraits de minutes…) de deux consuls français à Tunis, Mathieu de Lesseps et Alexandre Deval. L’intensité de leurs échanges épistolaires montre le rôle joué par ces deux consuls dans la protection des intérêts de leurs « nationaux » et met en évidence les divers bénéficiaires de leur protection. En outre, les documents permettent de comprendre comment les contemporains se représentaient l’utilité de ces acteurs diplomatiques. Ils aident également à préciser leur rôle joué dans la juridiction consulaire.

17h : Thierry Allain (Université Paul-Valéry Montpellier III) : Les consuls hollandais d’après la correspondance échangée avec les autorités municipales d’Amsterdam

Les archives municipales d’Amsterdam conservent les courriers expédiés depuis l’étranger par les agents de la République. Les bourgmestres recevaient directement, de Smyrne et d’Alep, des documents riches d’informations économiques ou judiciaires. Cette source peut être analysée sous l’angle de l’intermédiation marchande car les édiles étaient les traditionnels défenseurs de la bonne marche des affaires. Leur implication à la Direction du Commerce levantin répondait à cet objectif. Quelles informations exactes les consuls leur faisaient-ils parvenir ? Comment réagissaient les bourgmestres aux lettres reçues du Levant ? S’en servaient-ils pour favoriser leurs intérêts, notamment face aux concurrents de Rotterdam ?

17h30 : Discussion générale

2e journée : vendredi 22 mars 2013

2.     D’autres sources consulaires sur les fonctions marchandes des consuls

9h00 : Jérôme Cras (Archives diplomatiques de Nantes) : Les fonds rapatriés des archives consulaires

Mon intervention cherche à faire une présentation générale des sources conservées au CADN propres à alimenter une réflexion sur les fonctions marchandes des consuls. Dans un premier temps je ferai une présentation typologique des archives consulaires relatives à l’activité négociante (actes et registres de chancellerie consulaire, papiers privés déposés en chancellerie après la mort d’un ressortissant, correspondances et rapports relevant à la fois de la mission d’information des consuls et de leur rôle d’intermédiaire entre les autorités locales et les membres de la nation française). Puis j’examinerai, en m’appuyant sur des cas concrets, en quoi cette documentation juridique, politique et commerciale forme des ensembles suffisamment cohérents pour contribuer à une étude des interactions et échanges entre les réseaux consulaires et marchands dans l’espace méditerranéen du XVIIe à la fin du XIXe siècle.

9h30 : Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France) : Les fonds des postes consulaires des États-Unis en Méditerranée (1790-1815)

À partir d’un corpus – la série RG84 aux Archives Nationales de Washington qui comporte l’ensemble des sources relatives aux postes consulaires en Méditerranée – cette intervention se propose d’élaborer une typologie des opérations marchandes exécutées par le consulat et sa chancellerie au service des négociants, armateurs et capitaines américains présents en Méditerranée.

10h00 : Pause

10h30 : Patrick Boulanger (Archives de la CCI Marseille Provence) : Le fonds des archives de la CCI Marseille Provence relatif aux Consuls de France en poste à l’étranger aux XVIIe et XVIIIe siècles

11h00 : Mathieu Grenet (Washington University in St. Louis) : Pétitions marchandes autour de la fonction consulaire : la diaspora grecque et la naissance de la diplomatie neohellénique

Cette présentation s’articulera autour d’une petite série de pétitions adressées par les négociants grecs de Livourne et de Marseille au pouvoir royal athénien à l’occasion de la vague de nomination des consuls grecs en Europe, dans les années 1830-1840. Ces documents permettent dans un premier temps de distinguer une cartographie des conflits intra-communautaires, puisque l’on dispose de plusieurs pétitions émanant de groupes aux intérêts parfois très divergents. Ils pointent également vers une redéfinition des marqueurs identitaires dans la mouvance de la naissance de l’État grec, une redéfinition qui vient bouleverser en profondeur les rapports de force traditionnels entre consuls et marchands dans les communautés de la diaspora grecque.

11h30 : Discussion générale

12h00 : Déjeuner

 3.           D’autres sources sur les fonctions marchandes des consuls

13h30 : Julien Sempéré (Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) : L’activité du consul Soleil de Barcelone, d’après les archives notariales

Je me propose de présenter les sources conservées dans les archives notariales barcelonaises qui permettent d’étudier les consuls (français et autres) en poste dans la province catalane. Outre l’Arxiu historic de Protocols de Barcelona (AHPB), d’autres fonds conservent des sources notariales qui complètent celles de l’AHPB. Ainsi, le cœur du propos portera sur les activités consulaires et, si j’ose dire, « paraconsulaires » à partir des sources notariales dont les consuls sont les sujets directs, les témoins ou dans lesquelles ils sont cités. J’aborderai l’exemple particulier de Laurent Soleil (consul de France à Barcelone de 1679 à 1705) en montrant comment ces sources permettent de mieux connaître sa position dans le réseau marchand de la ville, celle de sa famille et, plus largement, des groupes de marchands auxquels sa famille et lui prennent part ainsi que sa relation avec les autres consuls.

14h00 : Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France) : Les relations entre consuls et marchands dans les sources maçonniques

Au XVIIIe siècle comme au XIXe siècle, les consuls affluent dans les loges maçonniques méditerranéennes, notamment dans celles qui sont le plus ouvertes au grand commerce. Au-delà de l’identification de ces consuls francs-maçons (et la mise en évidence de traditions familiales), les archives maçonniques montrent que leur action est souvent déterminante pour la fondation de loges-filles qui accompagnent la croissance dans le champ de la sociabilité des activités négociantes (jusque dans les Echelles levantines), la mise en place et l’entretien des réseaux de correspondance, l’octroi et l’authentification (car les faux sont nombreux) de certificats maçonniques aux négociants et capitaines de navire visiteurs –qui leur permettent  ensuite d’être accueillis par les francs-maçons des ports qu’ils visitent) et la coordination des secours apportés aux francs-maçons en difficulté (capture par la course barbaresque, arrestation par la police, secours matériel en cas de naufrage ou de perte de la cargaison).

14h3 : Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, Lorient) : Le Traicté des consulz (1667) de Pierre Ariste

Présentation des fonctions marchandes des consuls dans le Traicté des consulz de la nation françoise aux paÿs estrangers, contenant leur origine, leurs establissements, leurs fonctions, leurs droicts, esmolumens et autres prérogatives de Pierre Ariste (s.l., 1667, 291 p., BnF, ms Fr. 18595).

15h00 : Discussion générale

15h30 : Conclusions et discussions sur la suite du programme

Atelier 1 : état des lieux bibliographique de la question, Nice, CMMC, vendredi 16 mars 2012

Le vendredi 16 mars 2012, le projet de recherche dirigé par Arnaud Bartolomei et intitulé « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècles) : consuls et agents consulaires » tenait son premier atelier. Plusieurs membres du projet ERC ConfigMed ont participé à cette journée. Nous vous en présentons ici le programme de cette journée :

9h30    Arnaud Bartolomei : accueil, présentation journée, présentation des deux ouvrages dirigés par Jörg Ulbert sur la fonction consulaire (PUR, 2006 pour le volume consacré à l’époque moderne, Dobu Verlag, 2010, pour celui consacré au XIXe siècle).

10h30  Atelier bibliographique 1 :

  • Silvia Marzagalli : Leos Müller, Consuls, Corsairs, and Commerce. The Swedish Consular Service and Long-distance Shipping, 1720-1815, Uppsala, 2004.
  • Guillaume Calafat* : Francesca Trivellato, The Familiarity of Strangers. The Sephardic Diaspora, Livorno, and Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven, 2009.
  • Guillaume Calafat* : Molly Greene, Catholic Pirates and Greek Mercants: A Maritime History of the Early Modern Mediterranean, Princeton, 2010.

13h30  Atelier bibliographique 2 :

  • Jörg Ulbert : Eva Fiebig, Hanseatenkreuz und Halbmond. Die hanseatischen Konsulate in der Levante im 19. Jahrhundert, Marburg, 2005
  • Thierry Allain : Alexander H. de Groot, The Ottoman Empire and the Dutch Republic. A history of the Earliest Diplomatic Relations 1610-1630, Leiden/Istanbul,
    NHAI, 1978, 417 pages.
  • Mathieu Grenet* : Maurits van der Boogerts, The Capitulations and the Ottoman Legal System : Qadis, Consuls, and Beratlı in the Eighteenth Century, Leiden-Boston, Brill, 2005

15h15  Atelier bibliographique 3 :

  • Jörg Ulbert : Christian Windler, La diplomatie comme expérience de l’autre: Consuls français au Maghreb (1700–1840), Genève, 2002.
  • Medhi Jrad/ Rached Lakhal * : Yvon Debbasch, La Nation française en Tunisie (1577-1835), Paris, 1957.

16h15  Conclusions et discussions sur les suites du programme.

Programme de recherche « Les fonctions marchandes du consul en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XIXe siècles) »

Les travaux récents sur les agents consulaires européens ont porté sur la chronologie de la mise en place du réseau consulaire européen à l’époque moderne, sur la diversité des missions qui étaient confiées aux consuls et sur la variété de leurs statuts – ils sont des fonctionnaires au sein du réseau consulaire français, des commerçants privés pour les autres nations (Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec (dir.), La fonction consulaire à l’époque moderne, Rennes, 2006). Des enquêtes prosopographiques de grande ampleur ont par ailleurs été menées sur le déroulement des carrières consulaires qui sont tantôt marquées par la mobilité, tantôt, au contraire, par la constitution de « dynasties » locales (Anne Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières, [1715-1792], Paris, 1997, Nicole Bensacq-Tixier, Histoire des diplomates et consuls français en Chine (1840-1912), Paris, 2008.). Le thème de l’insertion des consuls dans leur contexte social et institutionnel local, tout autant que celui de leur rôle dans la circulation de l’information, commerciale ou diplomatique, ont également été abordés, comme en ont témoigné les colloques organisés à Nice et à Séville sur le sujet à l’automne 2011 et à l’automne 2012. En revanche, les études consacrées aux fonctions assumées par les consuls dans l’intermédiation marchande proprement dite demeurent rares (cf. par exemple, la contribution de Marc Belissa à l’ouvrage collectif L’information économique, XVIe-XIXe siècle, Paris, 2008). Pourtant, qu’ils soient pourvoyeurs d’information vis-à-vis des ressortissants placés sous leur juridiction ou arbitres dans des différends commerciaux, lobbyistes face aux autorités locales ou entremetteurs au sein de leur communauté, les modalités d’intervention des agents consulaires dans la réduction de l’incertitude marchande et dans l’optimisation des transactions commerciales sont multiples. Poser la question du consul en tant que figure de l’intermédiation marchande, c’est donc s’interroger sur l’efficacité des services commerciaux assumés par les consuls auprès de leurs administrés et, à plus grande échelle, sur le rôle qu’ils ont joué dans le décloisonnement des espaces marchands européens et sur leur capacité à constituer et à incarner un réel « service public » de l’intermédiation marchande, susceptible de concurrencer dans leurs fonctions d’information et de coordination, les réseaux privés et de rendre leur recours moins nécessaire.

Dans cette perspective, nous souhaitons engager une réflexion sur quatre aspects de ces fonctions marchandes des consuls qui nous semblent devoir plus précisément être placées au centre des préoccupations du présent programme de recherche :

  • Concernant l’information commerciale, il faut poursuivre la réflexion ouverte dans D. Margairaz et P. Minard, L’information économique, XVIe-XIXe siècles (Paris, 2008), notamment par les contributions de Claire Lemercier et Marc Belissa et s’interroger plus directement sur l’utilité et l’utilisation des informations commerciales collectées par les consuls : lorsqu’elles étaient adressées aux services administratifs centraux étaient-elles redistribuées vers les milieux d’affaires ou simplement archivées ? Existait-il, par ailleurs, des connexions directes entre les consuls et les milieux d’affaires (correspondances privées, via le relais des Chambres de Commerce ou contacts personnels directs, noués dans le cadre d’une sociabilité locale) ? Enfin, retrouve-t-on la trace de décisions économiques et commerciales fondées explicitement sur l’exploitation d’informations fournies par des agents consulaires ?
  • Un deuxième aspect, absolument essentiel pour la thématique étudié, est celui des fonctions judiciaires des consuls. Celles-ci sont presque toujours reconnues et affirmées mais on en trouve très peu de traces (sauf cas particulier, comme celui de la course). Il est pourtant certain, et avéré par des sources indirectes, que les consuls jouaient un rôle important d’arbitre dans les litiges survenus parmi leurs administrés locaux et qu’ils offraient par ailleurs une possibilité de recours pour des affaires liant leurs administrés locaux à leurs compatriotes demeurés au pays. Une connaissance plus précise de ces fonctions et du rôle que jouait cette autorité consulaire dans la sécurisation des transactions marchandes, pourrait par exemple contribuer à une meilleure compréhension de certains phénomènes diasporiques constatés par les historiens et trop souvent expliqués, jusqu’alors, par des mécanismes de préférence identitaire.
  • Un troisième thème concerne les fonctions de défense des intérêts économiques nationaux assurés par les consuls. La question du lobbying et des pressions exercées sur les autorités locales ou centrales, notamment pour défendre les privilèges des nations, ont été déjà largement étudiées. En revanche, des opérations beaucoup plus informelles demeurent méconnues : ainsi, certains consuls n’hésitaient-ils pas à couvrir les opérations de contrebande de leurs administrés, d’autres à les organiser sous forme de coalition ou de syndicat, de manière à limiter les pratiques de concurrence au sein de la communauté et à opposer un front commun, sur le marché, face aux autres acteurs locaux.
  • Le quatrième thème, enfin, est transversal, puisqu’il porte, plus généralement, sur l’établissement d’études chronologiques fines éclairant les liens entre construction du réseau consulaire et développement des communautés de marchands étrangers. Clairement, il s’agit de réunir suffisamment de cas empiriques pour déterminer si, en général, le réseau consulaire se structure sur la base de communautés marchandes déjà préétablies ou si, au contraire, c’est sa création qui suscite l’installation des marchands

L’équipe

Coordination :

Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia Antipolis – CMMC, bartolomei2@laposte.net)

Collaborateurs :

Marcella Aglietti (Universita di Pisa)

Thierry Allain (Université Paul Valéry, CRISES)

Alvaro Aragon (Universidad del Pais Vasco)

Arnaud Bartolomei (Université de Nice, CMMC)

Marc Belissa (Université Paris X-Nanterre)

Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice, CMMC)

Patrick Boulanger (Patrimoine culturel CCI Marseille Provence)

Catia Brilli (Escuela de Estudios Hispano-Americanos, CSIC)

Gilbert Buti (AMU, Telemme)

Guillaume Calafat (EFR)

Annastella Carrino (Universita di Bari)

Gérard Chastagnaret (Université de Provence, Telemme)

Jérôme Cras (Archives diplomatiques de Nantes)

Masao Daemer (Sciences Po-Paris)

Kamel Jerfel (Université de Sousse)

Medhi Jrad (Université de Sousse)

Maria Ghazali (Université de Nice, CMMC)

Mathieu Grenet (ERC Configmed)

Rached Lakhal (Université de Kairouan)

Claire Lemercier (CNRS-CSO)

Sylvain Lloret (Université Paris IV)

Séverine Antigone Marin (Université de Strasbourg)

Silvia Marzagalli (Université de Nice, CMMC)

Anne Mézin (Archives Nationales)

David Plouviez (Université de Nantes)

Biagio Salvemini (Universita di Bari)

Julien Sempéré (Université Paris I)

Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, CERHIO)

Francisco Javier Zamora Rodríguez (Universidad Pablo de Olavide)

 

http://smbg.ntic.fr/licence//logo_ecole/logo_UnivNice_Sophia_20101104175826.jpg

Parution : Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne

Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux (dir.) (avec la coll. de Mathieu Grenet), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Presses universitaires de Provence, 2013, 280 pages.

La période allant de la fin du xve siècle au début du xixe a été celle de la mise en relation d’espaces lointains, de l’accélération des transactions et des circulations, de la transformation des pratiques et des réseaux du négoce, bref, de la première mondialisation des échanges. La dilatation de l’espace commercial et l’essor du négoce interculturel ont conduit les marchands à mobiliser, ajuster et élargir leurs compétences, notamment celles qui concernent les langues et les langages – considérés ici dans leur acception la plus large. Ce constat a souvent été dressé par les historiens du commerce qui n’ont cependant pas poussé plus avant leurs travaux dans une direction qui les éloignait de leurs études en cours. Ces recherches différées ont rarement été remises sur le métier ou seulement de manière périphérique à l’occasion de réflexions sur la formation des négociants ou des diplomates et sur la médiation interculturelle. Or, force est de reconnaître que dans le commerce international le maniement et la maîtrise de compétences langagières et linguistiques comptent parmi les éléments de la réussite. Cet ouvrage collectif, qui privilégie les espaces méditerranéen et européen, vise à comprendre comment ces compétences ont été acquises, pensées, utilisées et transmises non seulement par les marchands, mais aussi par ceux qui agissaient pour leur compte ou qui les accompagnaient.

Gilbert Buti, Michèle Janin-Thivos et Olivier Raveux

Introduction

Apprentissages et intermédiaires linguistiques

Frédéric Hitzel : L’école des jeunes de langues d’Istanbul, un modèle d’apprentissage des langues orientales

Christiane Villain-Gandossi : Giovani di lingua, drogmans auprès du baile de Venise et la Porte ottomane au XVIe siècle

Mathieu Grenet : Alexis Gierra, « interprète juré des langues orientales » à Marseille : une carrière entre marchands, frères et refugiés (fin XVIIIe-premier tiers du XIXe siècle)

Jochen Hoock et Wolfgang Kaiser : Les manuels plurilingues à l’usage des marchands à l’époque moderne

Les marchands à l’épreuve des langues

Jacques Bottin : La pratique des langues dans l’espace commercial de l’Europe de l’Ouest au début de l’époque moderne

Olivier Raveux : Les marchands orientaux et les langues occidentales au XVIIe siècle : l’exemple des Choffelins de Marseille

Michèle Janin-Thivos : La pratique des langues vivantes chez les marchands français de Lisbonne au XVIIIe siècle. L’exemple de Jacques Ratton père et fils

Gilbert Buti : Langues et langages des capitaines marchands de Marseille au XVIIIe siècle

Jocelyne Dakhlia : La langue franque, langue du marchand en Méditerranée ?

Écritures et classifications

Kéram Kévonian : Organisation et langage de la comptabilité des marchands arméniens (fin XVIIe-début XVIIIe siècle)

Gaëlle Lapeyrie : L’écriture comptable comme langage spécifique des marchands (France méridionale, début XVIIe siècle)

Liliane Pérez et Bernard Vaisbrot : Le livre de comptes de Solomon Hyman. Judaïsme, culture négociante et réseaux innovateurs entre Paris, Londres et Birmingham au XVIIIe siècle

Natacha Coquery : Norme, genre, taxinomie. Désigner les métiers : le Dictionnaire de commerce de Savary des Bruslons