Archives du mot-clé représentations

[Récompense] Deuxième prix de thèse de l’IISMM

Nous avons le plaisir de vous informer que Rémi Dewière, Research Assistant du projet ConfigMed, est lauréat du deuxième prix de l’IISMM-EHESS, l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman, pour sa thèse de doctorat L’esclave, le savant et le sultan. Représentations du monde et diplomatie au sultanat de Borno (XVIe-XVIIe siècles), sur un total de 92 candidature !

L’attribution solennelle des prix et des mentions aura lieu le vendredi 27 mai 2016 à 15h30 à la Sorbonne (amphi Descartes), avec un bilan scientifique du prix et présentation de la thèse par chacun des lauréats et bénéficiaires de mentions.

Liste des lauréats :

Sept prix et six mentions spéciales ont été décernés, sur un total de 92 candidatures.

Le prix Mohammed Arkoun de la thèse d’islamologie, soutenu par le Bureau Central des Cultes (DLPAJ), Ministère de l’Intérieur et par le Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, a été attribué à :

  • Emmanuel Pisani : Hétérodoxes et non-musulmans dans la pensée d’Abū Ḥāmid al-Ġazāli, thèse de philosophie et de théologie, sous la direction de Geneviève Gobillot et Michel Younès, soutenue le 9 janvier 2014 à l’Université Lyon III Jean Moulin.

Le prix de la thèse de l’Agence Universitaire de la Francophonie au Moyen-Orient, soutenu par le Bureau Moyen-Orient de l’AUF, a été attribué à :

  • Assaf Dahdah: Habiter la ville sans droits. Les travailleurs migrants dans les marges de Beyrouth (Liban), thèse de géographie, sous la direction de Virginie Baby-Collin et de Michael F. Davie, soutenue le 3 décembre 2015 à l’Université Aix-Marseille.

Les prix du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans ont été attribués à :

  • le premier prix à Marc Toutant : La culture des derniers Timourides : études des pratiques d’imitation à travers l’exemple de la Khamsa de Mīr ‘Alī Shīr Nawā’ī (1441-1501), thèse d’histoire, sous la direction de Nathalie Clayer, soutenue le 10 décembre 2013 à l’EHESS.
  • le deuxième prix à Boris James : Les Kurdes dans l’Orient mamelouk et mongol de 1250 à 1340 : entre marginalisation et autonomie, thèse d’histoire, sous la direction d’Anne-Marie Eddé, soutenue le 15 mars 2014 à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense.
  • le troisième prix à Malak Labib : La statistique d’État en Égypte à l’ère coloniale : finances, espace public et représentation (1875 – 1922), thèse d’histoire, sous la direction de Ghislaine Alleaume, soutenue le 23 mars 2015 à l’Université Aix-Marseille.

Les prix de l’IISMM-EHESS ont été attribués à :

  • le premier prix à Marie-Paule Hille : Le Xidaotang, une existence collective à l’épreuve du politique. Ethnographie historique et anthropologique d’une communauté musulmane chinoise (Gansu, 1857-2014), thèse d’anthropologie sociale et ethnologie, sous la direction d’Isabelle Thireau, soutenue le 5 décembre 2014 à l’EHESS.
  • le deuxième prix à Rémi Dewière : L’esclave, le savant et le sultan. Représentations du monde et diplomatie au sultanat de Borno (XVIe-XVIIe siècles), thèse d’histoire, sous la direction de Bertrand Hirsch, soutenue le 5 décembre 2015 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Les mentions spéciales du jury ont été attribuées à :

  • Anahi Alviso-Marino : Les artistes visuels au Yémen, du soutien à la contestation de l’ordre politique, thèse de science politique, sous la direction de Mounia Bennani-Chraïbi et d’Isabelle Sommier, soutenue le 4 décembre 2015 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  • Francesco Chiabotti : Entre soufisme et savoir islamique : l’œuvre de ‘Abd al-Karīm al-Qushayrī (376-465/986-1072), thèse d’islamologie, sous la direction de Denis Gril, soutenue le 12 décembre 2014 à l’Université Aix–Marseille.
  • Elsa Clavé : La malayisation du Sud philippin (XVe-XIXe siècles). Recherches historiques appuyées sur l’analyse des sources narratives et juridiques des sultanats de Sulu (c. 1450-c. 1900) et de Mindanao (c. 1520-c. 1900), thèse d’histoire, sous la direction d’Henry Chambert-Loir, soutenue le 11 décembre 2013 à l’EHESS.
  • Augustin Jomier : Un réformisme islamique dans l’Algérie coloniale. Oulémas ibadites et société du Mzab (c. 1880-c. 1970), thèse d’histoire, sous la direction de Dominique Avon et Sabrina Mervin, soutenue le 2 juillet 2015 à l’Université du Maine (Le Mans).
  • Maho Sebiane : L’invisible : esclavage, sawaili et possession dans le complexe rituel leiwah d’Arabie orientale (sultanat d’Oman-Émirats Arabes Unis), thèse d’ethnomusicologie, sous la direction de Susanne Fürniss, soutenue le 30 juin 2015 à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense.
  • Ismail Warscheid : Traduire le social en normatif : la justice islamique dans le grand Touat (Sahara algérien) au XVIIIe siècle, thèse d’histoire, sous la direction de Houari Touati, soutenue le 8 octobre 2014 à l’EHESS.

Le jury, présidé par Anne-Laure Dupont, maître de conférences en histoire à l’université Paris-Sorbonne, était constitué de volontaires du comité de pilotage de l’IISMM et du Conseil Scientifique du GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans :

  • Mohamed Hocine Benkheira, directeur d’études à la section des sciences religieuses de l’EPHE et membre du GSRL (laboratoire mixte CNRS-EPHE).
  • Pascal Buresi, directeur de recherche au CNRS (CIHAM, UMR 5648), directeur d’études à l’EHESS, directeur de l’IISMM.
  • Nathalie Clayer, directrice de recherche au CNRS, directrice d’études à l’EHESS, directrice du CETOBAC (UMR 8032).
  • Anne-Laure Dupont, maître de conférences, université Paris-Sorbonne.
  • Bernard Heyberger, directeur d’études à l’EHESS (CéSoR) et à l’EPHE.
  • Frédéric Hitzel, chargé de recherches CNRS, directeur adjoint du CETOBAC-EHESS-PSL.
  • Juliette Honvault, chercheur CNRS, Aix Marseille Université, IREMAM (UMR 7310).
  • Pénélope Larzillière, chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement.
  • Corinne Lefèvre, chargée de recherche au CNRS.
  • Catherine Mayeur-Jaouen, professeur des universités (INALCO), membre senior de l’Institut universitaire de France.
  • Franck Mermier, directeur de recherche au CNRS, Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain.
  • Elise Voguet, chargée de recherche à l’Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT/CNRS) et directrice adjointe de l’IISMM.
  • Mercedes Volait, directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire InVisu à l’Institut national d’histoire de l’art (USR 3103).
  • Jean Schmitz, anthropologue, directeur de recherche à l’IRD (retraité), membre de l’IMAF (Institut des Mondes Africains).
  • Houari Touati, enseignant-chercheur, directeur d’études à l’EHESS.

[Journée d’Etude] Quand les Nordiques regardent la Méditerranée (19 septembre 2013)

Quand les Nordiques regardent la Méditerranée… Hommes du nord de l’Europe et expérience de la mer intérieure, XVIe-XXe siècles (19 septembre 2013)

Smyrne 1

logo CRISES                                                                                    logo UPV bleu

Journée d’étude 

organisée par Thierry ALLAIN
(MCF d’Histoire moderne à l’Université Paul-Valéry Montpellier III)

le jeudi 19 septembre 2013

à Montpellier, Université Paul-Valéry Montpellier III

Site Saint-Charles (Rue du Professeur Henri Serre)
Salle des colloques n°1

saint charles

Résumé :

La Méditerranée et ses rivages, interface économique et religieuse majeure, connaît une fréquentation croissante par des hommes venus du nord de l’Europe à partir du XVIe siècle. La journée a pour objet d’analyser les contacts ainsi noués. Les thèmes de l’altérité, de l’appropriation, des usages partagés, ainsi que des représentations, seront abordés. Il s’agit, in fine, d’interroger le processus de construction d’un territoire méditerranéen, perçu d’abord et avant tout dans sa dimension maritime, à travers le regard porté par des Européens du nord.

Argumentaire :

L’historien François Crouzet, dans un essai daté de 1985, avait intitulé l’un de ses chapitres « Quand la Méditerranée regarde l’Angleterre » (dans De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire, XVIIe-XXe siècles, Paris, Perrin). Au-delà du pastiche sans grand génie de sa formule, la rencontre se propose de renverser la perspective et d’explorer la perception de la Méditerranée par les « Nordiques ». On entend par là des hommes venus des rivages de la Manche, de la Mer du nord et de la Baltique, ayant parcouru la Méditerranée voire s’étant installés sur ses rivages. A la catégorie attendue de « gens de mer » viennent s’ajouter d’autres individus (marchands, scientifiques, etc…) l’essentiel étant que tous ces témoins et acteurs aient connu une expérience maritime préliminaire dans le nord de l’Europe.
Le thème choisi pour la journée devrait permettre de se concentrer sur des pistes jusqu’ici peu explorées. La découverte d’un milieu marin différent (sans oublier le littoral), l’adaptation à un certain contexte commercial et géopolitique (la rencontre de trois continents, la caravane, la course barbaresque), l’appréhension de l’altérité sociale et culturelle (à bord des navires et dans les villes portuaires) constituent des pistes stimulantes qui n’ont pas vraiment été étudiées à l’aune de la présence des Nordiques dans la mer intérieure. Les historiens, par exemple, se sont jusqu’ici davantage intéressés à la problématique de la percée commerciale des marchands du nord, sans prêter attention aux expériences personnelles vécues par les Nordiques. Alors que l’accroissement du nombre de ces derniers en Méditerranée a souvent été enregistré, la réflexion n’a pas fait suffisamment de place au regard porté sur l’autre et surtout sur son environnement.
Donner la parole aux acteurs permettrait de sortir du cadre habituel des institutions ou des considérations macroéconomiques. La réflexion pourrait ainsi s’organiser à partir du « ressenti méditerranéen » d’individus venus de rivages septentrionaux, une fois franchi le détroit de Gibraltar. Il est certain que partir du bas de l’échelle présente de nombreux écueils heuristiques, à commencer par la perspective d’un nombre insuffisant d’égo documents ou le risque de surévaluer la parole des individus pouvant et souhaitant diffuser leurs impressions. L’un des enjeux de la rencontre serait donc, sans qu’il s’agisse d’une question accessoire, d’engager une discussion sur des sources indirectes.
L’analyse de la confrontation de ces hommes avec une mer et des rivages nouveaux, en tout cas bien différents de ceux sur lesquels ils ont navigué ou ont séjourné dans les premières années de leur vie, a naturellement pour objectif d’approfondir le dossier de la construction mentale et pratique d’un espace. Investi de cette manière, ce dernier devient pleinement un « territoire ». Les membres du laboratoire C.R.I.S.E.S., regroupés au sein du programme «Pouvoir, territoire, représentation », s’intéressent depuis longtemps à l’inscription des activités humaines dans un espace mouvant et en construction permanente. Il nous a semblé que le thème retenu pour la journée d’études permettait de faire progresser la mise en commun des idées de chercheurs se rattachant à des sciences humaines variées.
Car au cœur même de la notion, si univoque, de « territoire », on trouve le thème privilégié de l’appropriation d’un espace par un groupe ou une société. Des Européens ayant grandi ou vécu sur des rivages septentrionaux, ne sont-ils pas susceptibles de rendre compte de la construction d’un territoire proprement méditerranéen, autrement dit défini par son caractère maritime ? Des angles de recherches comme les limites de l’espace considéré, la vision des paysages, la sensibilité aux aménagements ou des « caractères » propres développés par les sociétés locales, sont devenus classiques quand on s’intéresse au territoire. Le thème retenu pour la rencontre paraît propice à un renouvellement partiel de ces interrogations, dans la mesure où elle a pour objet d’étude un territoire maritime aux frontières mouvantes et à l’appropriation précaire. Le surgissement, à partir du XVIe siècle, d’individus familiers d’autres mers et rivages dans ce territoire construit patiemment depuis des siècles, devrait révéler des approches complexes.

Programme :

– 9h : ouverture de la journée d’étude, accueil des participants Introduction scientifique (Thierry ALLAIN)

Première session (9h30 à 12h30) :  L’expérience de l’insertion (Président Gilbert BUTI)

– 9h30 à 10h : Louis SICKING (Université Leyde)
« L’expérience méditerranéenne des Néerlandais à l’époque moderne : au-delà de la conquête hollandaise de la Méditerranée de Braudel »

– 10h à 10h30 : Christopher DENIS-DELACOUR (Université Paris I/Configmed)
« Les ressources institutionnelles des « faibles » : les déboires du capitaine John Boyes à Civitavecchia (1768) »

– 10h30 à  11h0 : pause

– 11h  à 11h30 : Lionel DUMOND (Université Montpellier III)
« Négociants nordiques en Méditerranée : l’expérience de l’enracinement en Bas-Languedoc jusqu’au milieu du XIXe siècle »

– 11h30 à 12h30 : questions et bilan de la première session

– 12h30 à 13h30 : déjeuner

Deuxième session (13h30 à 16h30) : La force des représentations (Président Stéphane DURAND)

– 13h30 à 14h : Gilbert BUTI (Université Aix-Marseille)
« Marins provençaux et nordiques en Méditerranée au XVIIIe siècle : regards croisés »

– 14h à 14h30 : Thierry ALLAIN (Université Montpellier III)
« Retours d’expérience maritime : les marins hollandais et la navigation en Méditerranée au XVIIIe siècle »

– 14h30 à 15h : pause

– 15h à 15h30 : Patrick LOUVIER (Université Montpellier III)
« Les officiers de la Royal Navy et la Méditerranée au XIXe siècle »

– 15h30 à 16h30 : questions, bilan de la deuxième session et de la journée d’études