Archives du mot-clé Venise

[Parution] Judging the Franks

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’article de Francisco Apellániz, « Judging the Franks: Proof, Justice, and Diversity in Late Medieval Alexandria and Damascus » dans le dernier numéro de la revue Comparative Studies in Society and History.

Abstract:

This article describes how Islamic and Frankish legal devices complemented each other and were even combined to settle disagreements in the late medieval Middle East. For this purpose, it focuses on two legal institutions that provided responses to the biases of Islamic law against non-Muslims and to the prejudices of Franks against the local law. The first are the notaries sent to the Mamluk cities by the Venetian government to draw up legal documents and to support the transactions of Venetian merchants. The second are the new royal or siyāsa courts implemented by the sultans, where justice was dispensed by government officials instead of by traditional judges, or qāḍīs. Specifically, the article discusses, in a comparative manner, what constituted proof for Christians and Muslims, whether minorities could bear testimony or not, and how notaries and judges dealt with unbelievers. A common notarial culture, together with the expansion of siyāsa jurisdiction over the affairs of foreigners, brought about a much deeper legal interplay than has previously been understood. Ultimately, it is argued that Mediterranean medieval societies had evolving attitudes toward justice and diversity, and approached their own legal traditions in ways compatible with the conflict resolution, while constantly borrowing legal concepts about difference from each other.

Lien vers l’article sur Academia.edu.

 

Penser la Méditerranée à l’époque moderne et contemporaine (XVIe-XXe siècle)

Séminaire annuel organisé par

Wolfgang Kaiser, Professeur d’histoire moderne à l’université Paris 1, Directeur d’études à l’EHESS,

Bernard Heyberger, Directeur d’études à l’EHESS et à l’EPHE

Bernard Vincent, Directeur d’études à l’EHESS

En collaboration avec Antonin Durand, ATER à l’ENS Ulm

 

Tous les mardis de 17h à 19 h, du 6 octobre 2015 au 11 janvier 2016

Ecole normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris, salle d’histoire, escalier D, 2ème étage

Contact : wolfgang.kaiser@univ-paris1.fr

Secrétariat d’histoire. Contact: Monique.Bourgeois@ens.fr/ 01 44 32 30 28

 

Partant du constat que la Méditerranée est un objet historique et historiographique attractif mais souvent défini par défaut, et constatant le très petit nombre de lieux d’échange continu entre modernistes et contemporanéistes en histoire méditerranéenne, les organisateurs de ce séminaire proposent une approche des transformations de l’espace méditerranéen sur le long terme (du XVIe au XXe siècle).

 

Programme

6 octobre 2015

Maria Fusaro (Exeter / ConfigMed)

Political Economies of Empire in the Early Modern Mediterranean. The Decline of Venice and the Rise of England 1450-1700

13 octobre 2015

Ali Yacioglu (Stanford)

Wealth and Death in the Ottoman Empire, 16th-19th c.

20 octobre 2015

Celia Keren (Aix-en-Provence)

Une autre histoire de l’internationalisation de la guerre d’Espagne : les évacuations d’enfants espagnols en France entre 1936 et 1939

27 octobre 2015

Peter Hill (Oxford)

Mouvement de traduction en arabe et réseaux méditerranéens, 1800s-1840s : Damiette, Malte et Le Caire

3 novembre 2015

Michael Talbot (Greenwich / ConfigMed)

Algerian Merchants and European Courts (18th c.)  [à confirmer]

10 novembre 2015

Hugo Vermeren (Paris X)

Colonisation maritime en Algérie et peuplement italien à Bône au XIXe siècle

17 novembre 2015

Laura Binz (Berne)

Les catholiques latins à Constantinople aux XVIIe et XVIIIe siècles: Une communauté hétérogène à l’interface entre l’Europe et l’Empire ottoman

24 novembre 2015

M’hamed Oualdi (Princeton / EUI Florence)

De l’Empire ottoman à la colonisation française: les effets d’une transition d’empire sur la formation des familles parmi les exilés tunisiens à la fin du XIXe siècle

1 décembre 2015

Aylin Besiryan (Istanbul / CeTOBAC)

Réformes juridiques ottomanes: Modèles méditerranéens et au-delà

8 décembre 2015

John-Paul Ghobrial (Oxford)

De Samos à Buenos Aires: microhistoire, histoire globale, et l’itinéraire d’un archevêque grec au XVIIème siècle

15 décembre 2015

Isabelle Poutrin (Paris XIII)

Convertir les musulmans dans la péninsule Ibérique à l’époque moderne

4 janvier 2016

Firas Krimsti (Berlin / Istanbul)

Hanna Al-Tabib (D’Alep) and his travel to Istanbul (18th c.)

11 janvier 2016

Clara Alvarez (Paris XIII)

Le royal hôpital de Saint-Jean de Mathe de Tunis: cosmopolitisme dans la régence beylicale

[Parution] Moralités marchandes dans l’Europe méditerranéenne au XVIIIe siècle

Rives n°49
Crédits : gravure extraite de Jean TAULANE, Trésor d’arithmétique des marchands et des géomètres divisé en deux parties, Marseille, imp. C. Garcin, 1689.
 
Le numéro 49 de la revue Rives Méditerranéennes est paru à la toute fin de l’année 2014. Le dossier a été coordonné par deux membres du Projet ERC ConfigMed : Christopher Denis-Delacour et Biagio Salvemini. Mathieu Grenet et Andrea Addobbati y ont également contribué.

Sommaire

Présentation de séminaire – Les intermédiaires du commerce interculturel entre « Vénitiens », « Insulaires » et « Turcs » dans les Îles Ioniennes, XVIIe-XVIIIe siècles

La prochaine séance du séminaire doctoral mensuel

Sociétés urbaines méditerranéennes. Histoire et anthropologie (INALCO/CREE, EFA, IFEA et IIAC/LAU/CNRS)

 

aura lieu le lundi 3 mars 2014, 17h00-19h00, salle 5.28

PLC, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

métro : Bibliothèque François Mitterrand

 

Les intermédiaires du commerce interculturel entre «Vénitiens», «Insulaires» et «Turcs» dans les Îles Ioniennes, XVIIe-XVIIIe siècles  

présenté par Mathieu GRENET, ERC ConfigMed

les médiations culturelles dans l’espace méditerranéen, dont il s’agit de prolonger le questionnement autour des notions d’intermédiation, de liminalité et de frontière. Du fait de leur situation à l’interface des empires vénitien et ottoman, mais aussi (et peut-être même surtout) du fait de la qualité de la documentation conservée, les Îles Ioniennes se sont rapidement imposées comme un terrain d’enquête privilégié. Privilégié mais également peut-être problématique, puisqu’il s’agit d’interroger l’importance du contexte insulaire et, par là même, la manière dont les représentations traditionnellement liées à un type d’espace conditionnent à leur tour les questionnements de l’historien. L’intérêt du terrain que constituent les Îles Ioniennes ne se limite bien sûr pas à la simple accumulation des histoires singulières de chacune de ces sept îles –Corfou, Paxos, Leucade, Ithaque, Céphalonie, Zante et Cythère. Incorporées entre la fin XIVe et le début du XVIe siècle au Stato da Mar vénitien, les Îles Ioniennes (ou Heptanèse, du grec hepta nisia, « sept îles ») forment au cours de la période moderne une importante frontière entre Venise et l’Empire ottoman. Suite à la reconquête ottomane, en 1714-1715, des Cyclades, du Péloponnèse, et des deux dernières forteresses vénitiennes dans l’île de Crète (Souda et Spinalonga), elles constituent même l’intégralité du fameux Stato da Mar vénitien au-delà de l’Adriatique. L’importance –voire l’omniprésence- de ce contexte d’antagonisme direct entre Venise et l’Empire ottoman appelle à son tour un examen sommaire des motifs qui imprègnent sur le temps long les caractérisations historiques et géographiques de l’espace ionien, et qui interrogent chacun à sa manière un enjeu de la problématique plus large de l’insularité.

Séminaire medilev-3.03.2014-Grenet

[Livre] M. Grenet, Y. Jambon, M-L. Ville, Histoire urbaine et sciences sociales, Mélanges en l’honneur d’Olivier Zeller

TDMmelangesZeller Souscription_ZellerNous avons le plaisir d’annoncer la sortie prochaine de l’ouvrage collectif Histoire urbaine et sciences sociales, Mélanges en l’honneur d’Olivier Zeller,  co-dirigé par Mathieu Grenet, post-doctorant dans le projet ERC ConfigMed, Yannick Jambon et Marie-Laure Ville.
Vous trouverez en pièce-jointe un bulletin de souscription ainsi que la table des matières de l’ouvrage.

Protéiforme, pluridisciplinaire et profondément novateur, le travail du Professeur Olivier Zeller touche à une large variété de thèmes allant de la démographie historique à l’histoire du théâtre, en passant par l’histoire des formes d’investissement social ou socioprofessionnel de la ville, celle des mobilités urbaines et de la sociabilité résidentielle, la prosopographie et l’histoire familiale, l’évolution du bâti urbain, l’histoire de l’alimentation ou encore celle de la franc-maçonnerie. Dans le souci de rendre hommage tant au chercheur qu’au professeur, vingt historiens, sociologues et démographes présentent ici des contributions autour de la « ville moderne », appréhendée comme un terrain d’enquête pour les sciences sociales.

TABLE DES MATIERES

Préface

Un historien à la croisée des chemins

I. Les territoires urbains : Anatomies et dynamiques.

Typologie architecturale et démographie.

L’habitat collectif à Lyon à l’époque moderne, 1500-1800.

Bernard GAUTHIEZ

Réflexion sur les mutations de la rue : De la spécialisation à la banalisation.

Quelques exemples dans le Paris du XXème siècle.

Maurice GARDEN

La paroisse Saint-Michel de Bordeaux à la fin du XVème siècle :

Étude des dynamiques économiques et sociales d’un espace urbain

Michel BOCHACA

Propriété et perception de l’espace urbain à Nantes sous le règne de Louis XIV :

L’exemple de la paroisse Saint-Saturnin.

Guy SAUPIN

A la conquête de nouveaux territoires : La planification urbaine extra muros en France au

XVIIIe siècle, entre idéal urbanistique et contraintes financières

Yannick JAMBON

Les villes du comté de Bourgogne (Franche-Comté) au temps des Habsbourg :

démographie et économie dans le bas pays.

Paul DELSALLE

II. Les gouvernances de la ville : Idéologies, gestions et tensions.

Sociabilité et institutionnalité.

Structures d’hospitalité et pratiques sociales à Lyon (XVIe-XVIIIe siècles)

Susanne RAU

A propos du principe d’utilité au XVIIème siècle : l’Académie de Lyon et la ville

Jean-Pierre GUTTON

Quand la gestion se fait au rabais.

La politique édilitaire d’une petite ville : Vienne au XVIIIe siècle.

Cécile MANNEVEAU

Marie-Laure VILLE

Le petit âge glaciaire à Lyon.

Des blocs de glace sur la Saône en 1608 ou comment s’en débarrasser.

Françoise BAYARD

Hermoupolis, fin XIXe-début XXe siècle :

Changements économiques, sociaux et idéologiques

Christos LOUKOS

La mort à Venise.

Cimetières et processions funéraires dans la communauté grecque-orthodoxe de Venise

(XVIe-XIXe siècles)

Mathieu GRENET

III. Les cultures de la ville : Pratiques, usages et sociabilités

Le peuple et l’écrit à Lyon au XVIIe siècle

Anne BÉROUJON

Les origines sociales de Claude-François Menestrier, jésuite célèbre né à Lyon, et « l’élitisme

jésuite » en France provinciale au XVIIe siècle

Judi LOACH

Entre économie légale et marchés parallèles :

Les femmes dans le petit commerce alimentaire lyonnais au tournant des XVIIe et XVIIIe

siècles

Anne MONTENACH

Les connexions saxonnes de la Franc-maçonnerie lyonnaise au XVIIIe siècle.

Pierre-Yves BEAUREPAIRE

Les photocartes : une image de la société urbaine française (1852-1914).

Serge CHASSAGNE

Culture urbaine et sociabilité.

Les activités des membres de la Société d’Émulation de l’Ain au XIXe siècle

Guy BRUNET

Postface

Au-delà de la modernité, les obsessions lyonnaises

Bruno BENOIT

E. Natalie Rothman. Brokering Empire: Trans-Imperial Subjects between Venice and Istanbul.

Nous vous proposons la lecture d’une recension écrite par le professeur Wolfgang Kaiser sur l’ouvrage de E. Natalie Rothman, Brokering Empire: Trans-Imperial Subjects between Venice and Istanbul (Ithaca, N.Y.: Cornell University Press. 2012. Pp. xx, 323). Cette recension a été publiée dans le volume 118, numéro 3 de la revue The American Historical Review.

http://ahr.oxfordjournals.org/content/118/3/815.full?keytype=ref&ijkey=25SRPzkpwI76BDV

Les intermédiaires du commerce interculturel entre Vénitiens, Insulaires et « Turcs » dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

Après la description du projet de Christopher Denis-Delacour, voici à présent le projet de Monsieur Mathieu Grenet, dans le cadre de l’ERC ConfigMed.

Les intermédiaires du commerce interculturel entre Vénitiens, Insulaires et « Turcs » dans les Iles Ioniennes au XVIIIe siècle

Cette enquête s’inscrit dans le sillage de mes précédents travaux sur les identités transnationales et les médiations culturelles dans l’espace méditerranéen, dont il s’agit de prolonger le questionnement autour des notions d’intermédiation, de liminalité et de frontière. Du fait de leur situation à l’interface des empires vénitien et ottoman, mais aussi (et peut-être même surtout) du fait de la qualité de la documentation conservée, les Iles Ioniennes se sont rapidement imposées comme un terrain d’enquête privilégié. Privilégié mais également peut-être problématique, puisqu’il s’agit d’interroger l’importance du contexte insulaire pour un questionnaire tel que le mien – et, par là même, la manière dont les représentations traditionnellement liées à un type d’espace conditionnent à leur tour les questionnements de l’historien.

L’intérêt du terrain que constituent les Îles Ioniennes ne se limite bien sûr pas à la simple accumulation des histoires singulières de chacune de ces sept îles – Corfou, Paxos, Leucade, Ithaque, Céphalonie, Zante et Cythère. Incorporées entre la fin XIVe et le début du XVIe siècle au Stato da Mar vénitien[i], les Îles Ioniennes (ou Heptanèse, du grec hepta nisia, « sept iles ») forment au cours de la période moderne une importante frontière entre Venise et l’Empire ottoman. Suite à la reconquête ottomane, en 1714-1715, des Cyclades, du Péloponnèse, et des deux dernières forteresses vénitiennes dans l’île de Crète (Souda et Spinalonga), elle constitue même l’intégralité du fameux Stato da Mar vénitien au-delà de l’Adriatique.

L’importance – voire l’omniprésence – de ce contexte d’antagonisme direct entre Venise et l’Empire ottoman appelle à son tour un examen sommaire des trois motifs qui imprègnent sur le temps long les caractérisations historiques et géographiques de l’espace ionien, et qui interrogent chacun à sa manière un enjeu de la problématique plus large de l’insularité.

  1. Le premier de ces motifs procède d’une lecture géostratégique de la question insulaire : c’est celui des Iles Ioniennes comme « verrous » entre différents espaces maritimes (généralement, l’Adriatique et la Mer ionienne et, au-delà, l’Egée), ou comme « têtes de pont » (et, au 18e siècle, « bases arrières ») de l’expansion vénitienne en Méditerranée orientale[ii].
  2. Le second motif est celui des Îles Ioniennes comme carrefour – ici à la manière dont Denys Lombard a pu parler de « carrefour javanais », c’est-à-dire non pas simplement comme un lieu à la croisée des chemins, mais comme un espace de captation, de hiérarchisation et de redistribution des différents flux qui le traversent[iii].
  3. Enfin, le troisième et dernier motif est celui de la frontière, qui se décline selon deux modes en apparence antithétiques : d’une part celui du limes (et on rappellera par exemple que la ville de Corfou est dotée d’un impressionnant système défensif de fortifications, ainsi que d’un lazaret très actif )[iv] ; d’autre part, celui de la « frontière franchissable », avec notamment une pratique intensive du commerce interlope, de la contrebande et de la piraterie[v].

Prenant acte de l’importance de ces motifs dans notre compréhension des dynamiques propres à l’espace insulaire ionien, mon enquête entend saisir dans leur pluralité les figures de l’intermédiation entre acteurs du commerce interculturel. Il s’agira donc d’évaluer la fréquence des recours à ces figures d’intermédiaires (interprètes, conseillers commerciaux et juridiques, commis, agents, notaires, etc.), mais également de d’examiner les ressources que celles-ci mettent à disposition des acteurs du commerce interculturel. Et si ma documentation porte en priorité sur des litiges commerciaux entre sujets vénitiens et ottomans, je n’entends pas me concentrer sur la seule dimension contentieuse, mais envisager également les multiples formes de coopération interculturelles.

En retour, la fréquence de ces interactions invite à resituer le commerce interculturel dans les Îles Ioniennes dans une série de dynamiques politiques et juridiques plus larges, qui engagent les Vénitiens et les Ottomans, ainsi qu’une variété d’autres acteurs, groupes et pouvoirs locaux. Au-delà du nécessaire effort de contextualisation du local, il s’agira ici aussi bien la place des îles dans les stratégies des États vénitien et ottoman[vi], que les dynamiques inter-insulaires propres à l’espace ionien (circulations, rivalités, dépendance, hiérarchisations, etc.).


[i] Cythère tombe sous domination vénitienne dès 1363, puis Corfou en 1386, Zante en 1485, Céphalonie en 1500 et Ithaque en 1503. Quant à Leucade, elle est disputée par les Vénitiens et les Ottomans jusqu’à la guerre de Morée de 1684-99, avant d’être incorporée au Stato da Mar vénitien.

[ii] Nicholaos G. Moschonas, « Navigation and Trade in the Ionian and Lower Adriatic Seas in the Eighteenth Century », in Apostolos E. Vacalopoulos, Constantinos D. Svolopoulos et Béla K. Kiraly (dir.), Southern European Maritime Commerce and Naval Policies from the Mid-Eighteenth Century to 1914, Boulder (Co), Social Science Monographs, 1988, pp. 189-196.

[iii] Nikos S. Vlassopoulos, Marchands Ioniens en Méditerranée, XVIe-XVIIIe siècles (en grec), Athènes, Finatec, 2001 ; Maria Fusaro, « Les Anglais et les Grecs. Un réseau de coopération commerciale en Méditerranée vénitienne », Annales H.S.S., 58/3 (2003), pp. 605-626 ; Gerassimos D. Pagratis, « Merchants and Shipowners in Venetian Corfu in the first half of the Sixteenth Century », in Maria Cristina Chatziioannou et Gelina Harlaftis (dir.), Following the Nereids: Sea Routes and Maritime Business, 16th-20th Centuries, Athènes, Kerkyra, 2006, pp. 31-43.

[iv] Coll., Venezia e la difesa del Levante, da Lepanto a Candia (1570-1670), Venezia, Arsenale Editrice, 1986 ; Katerina Konstantinidou, « Gli Uffici di Sanità delle Isole Ionie durante il Seicento e il Settecento », Studi Veneziani, 49 (2005), pp. 379-391.

[v] Le thème n’est pas nouveau, ainsi qu’en témoignent les travaux classiques de Georges Douin, La Méditerranée de 1803 à 1805 : pirates et corsaires aux Iles Ioniennes, Paris, Plon-Nourrit, 1917 ; Jean Savant, « Pirates et corsaires septinsulaires », L’Hellénisme contemporain, Athènes, 1940. Nous empruntons la notion de « frontière franchissable » à Natividad Planas, « La frontière franchissable : normes et pratiques dans les échanges entre le royaume de Majorque et les terres d’Islam au XVIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 48/2 (2001), pp. 123-147.

[vi] Sur ce point, voir Nicolas Vatin et Gilles Veinstein, « Introduction », in Insularités ottomanes, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, p. 10.