[Appel à communication] Recompositions géopolitiques en Méditerranée : un défi pour les Mediterranean Studies

Appel à communication

Premier colloque international du cycle « Un nouvel agenda de recherches pour les Mediterranean Studies »

Recompositions géopolitiques en Méditerranée : un défi pour les Mediterranean Studies

Nice & Menton, 08-09 novembre 2013
Université de Nice Sophia-Antipolis, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine- MSH Sud-Est
en partenariat avec l’Institut Universitaire de France
et Science-Po Menton
Organisateurs scientifiques :
Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC et Institut Universitaire de France ; Jean-Pierre Darnis (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC) ; Joseph Martinetti  (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC) en collaboration avec Anthony Jones (Northeastern University & Harvard University)

Espace maritime séparant –et rapprochant- trois continents, la Méditerranée est aussi et peut-être avant tout une représentation, voire une série de représentations ou de mythes qui se sont construits au fil du temps. Ce sont ces images et leur transmission qui forment progressivement le substrat d’où naissent les actions politiques et où se forment les grandes lignes directrices de la politique étrangère. C’est du contraste entre ces représentations que peuvent naître les incompréhensions mutuelles et les difficultés concrètes à collaborer en dépit de la bonne volonté affichée.

Récemment, en rappelant que l’évocation de la Méditerranée ne renvoie pas nécessairement à une mémoire partagée, Philippe Dugot a affirmé que « la Méditerranée est d’abord une idée européenne ». Elle est toutefois devenue aujourd’hui une possibilité géopolitique, qui semble rompre avec les stéréotypes négatifs d’un espace incapable de s’adapter à un modèle occidental perçu comme but ultime. Dans le cadre de la mondialisation, des phénomènes de régionalisation à grande échelle, entre les grands ensembles Nord-Sud, sont en passe se de construire aux Amériques comme en Asie. Ils sont fondés sur les complémentarités potentielles, notamment sur le plan démographique et en termes des ressources, mais aussi sur des intérêts communs, notamment écologiques. La Méditerranée constituerait ainsi l’un de ces « quartiers d’orange » associant pays développés et  pays en voie de développement dans ces grands ensembles régionaux appelés à devenir des lieux forts d’articulation du processus de mondialisation en cours.

C’est dans le contexte de ces transformations qui ont vu le jour une série de projets – le partenariat euro-méditerranéen, l’Union pour la Méditerranée faisant suite à de projets plus anciens comme la Conférence interparlementaire sur la sécurité et la coopération en Méditerranée, et la conférence 5+4 – qui finissent par laisser l’impression d’une inflation de propositions et de visions.  Reste que les clivages sont nombreux, et que les échanges commerciaux entre les deux rives sont relativement modestes ; 2,3% seulement des investissements directs à l’étranger de l’Union Européenne sont par ailleurs dirigés vers la rive Sud de la Méditerranée.

Les différentes initiatives politiques récentes semblent ainsi marquées plus par un effet d’annonce que par des résultats concrets. Par ailleurs, les déstabilisations nées des printemps arabes et de la décomposition interne en cours de la Syrie, ont brutalement rappelé la fragilité de la zone, sans compter la montée en puissance d’AQMI. Il est donc important d’inscrire les enjeux géopolitiques dans une perspective de longue durée, comme le prouve le soutien déterminé de la Russie à l’allié syrien qui s’inscrit dans une logique qui remonte à la fois aux années 1950 et plus loin encore à la recherche par la Russie impériale de facilités navales en Méditerranée.

Enjeux scientifiques :

Nous nous proposons donc de nous interroger sur les racines des représentations qui soutiennent ces projets et sur les raisons qui peuvent expliquer les difficultés persistantes à les traduire dans des réalités. C’est à la fois dans les différentes politiques nationales mais aussi dans les raisons subjacentes au développement d’une politique méditerranéenne de l’Union Européenne qu’il nous faut rechercher les réponses.  Les différents concepts de politique étrangère, les traditions historiques, les visions associées à la formation des élites, le rôle des bureaucraties spécialisées, les opportunités et effets d’aubaines représentés par les programmes méditerranéens sont quelques-uns des éléments qui concurrent à former les représentations de la Méditerranée et à donner forme à des projets politiques qui n’arrivent pas toujours à effacer leurs différentes matrices. Ainsi, la France et l’Italie ont toutes les deux une politique méditerranéenne forte et ancienne, mais en même temps divergente, alors que l’Allemagne a récemment démontré sa volonté de peser sur les décisions en matière de Méditerranée et que l’Union Européenne est devenue un acteur à part entière, sinon majeur, des politiques méditerranéennes. Face à ces initiatives et ambitions européennes, il convient d’analyser aussi les perceptions des autres pays du pourtour méditerranéen, dont le positionnement par rapport à l’Europe est souvent conditionné par la construction d’une réécriture d’un passé récent qui peine à passer, et qui est à l’origine de la création d’un mythe national. L’Algérie fournit toutefois un bon exemple de comportement réactif des pays de la rive sud par rapport à une série de politiques en provenance de la rive européenne.

Cette analyse de l’histoire de la géopolitique de la Méditerranée contemporaine se greffe à la volonté de réfléchir à l’émergence d’un champ d’étude spécifiquement consacré à la Méditerranée. A ce propos, un numéro des Cahiers de la Méditerranée (édition papier et édition électronique) programmé courant 2014 –revue à comité de lecture, classée par l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement supérieur- prolongera les contributions du colloque en les articulant à un dossier programmatique intitulé « refonder les Mediterranean Studies ».

Dans cette perspective, ce colloque international inaugurera le cycle de rencontres « Un nouvel agenda de recherches pour les Mediterranean Studies » destiné à identifier les chantiers les plus prometteurs des Mediterranean Studies. L’objectif est clair, il s’agit de fédérer la recherche, de réunir plusieurs générations de chercheurs, et de dégager ensemble les perspectives de recherche les plus prometteuses, afin qu’elles soient ensuite explorées et approfondies par les laboratoires de recherche, les chercheurs expérimentés et leurs doctorants.

Merci de bien vouloir transmettre aux trois organisateurs par courrier électronique vos propositions de communication avant le 1er mai 2013 sous la forme d’un texte d’une quinzaine de lignes et de les accompagner d’un curriculum vitae incluant vos publications récentes dans le domaine :

pybeaurepaire@gmail.com

Jean-Pierre.DARNIS@unice.fr

joseph.martinetti@orange.fr

 

Call for  proposals

First international conference on « A new research agenda for Mediterranean Studies »

Geopolitical transition in the Mediterranean: a challenge for Mediterranean Studies

Nice & Menton, 8-9 november 2013
Université de Nice Sophia-Antipolis, Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine- MSH Sud-Est
In partnership with l’Institut Universitaire de France
and Science-Po Menton
scientific committee :
Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC et Institut Universitaire de France ; Jean-Pierre Darnis (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC) ; Anthony Jones (Northeastern University & Harvard University) & Joseph Martinetti  (Université de Nice Sophia-Antipolis-CMMC)

A maritime space which separates -and unites- three continents, the Mediterranean is also, and perhaps above all else, a representation of a series of myths that have developed throughout the centuries. These images and the transmission of these images forms the substratum behind both political actions and the main themes and directives of foreign policy. Mutual incomprehension and problems working together despite a willingness to do so, often arise from conflicts between these different representations or myths.

Recently, recalling the fact that talking about the Mediterranean does not necessarily lead to a shared memory of the area, Philippe Dugot said, »the Mediterranean is first and foremost a European idea. » This idea has, however, now become a geopolitical possibility that seems to have broken away from negative stereotypes identifying it as a space unable to adapt to a Western model perceived as a definitive goal. Within the framework of globalisation, some large scale regional associations between North and South are being created both in the Americas and in Asia. These constructions are founded on the potential to complement each other, particularly from the point of view of demography and resources, but also on common goals, particularly in ecology. The Mediterranean could thus become an area that puts together developing and developed nations giving them a voice within these larger regional assemblies that are fast becoming key forums in the ongoing globalization process.

In the context of these transformations a series of projects have seen the light – the Euro-Mediterranean partnership, the Union for the Mediterranean, which followed a series of older projects like the Inter-Parliamentary Conference on Security and Cooperation in the Mediterranean, and the 5+4 Conference – which left the impression of an excess of propositions and visions. Many differences remain and commercial exchanges between the two shores are relatively modest; only 2.3% of the European Union’s direct investments are on the Southern shore of the Mediterranean.

Various recent political initiatives seem more like propositions than programs with real concrete results. In addition, the destabilization caused by the Arab Spring, the internal collapse taking place in Syria, and the increasing strength of AQMI, have brutally recalled the fragility of this area. It is therefore necessary to place the political issues involved in a long-term perspective, as is shown by the determined support given by Russia to its Syrian ally, which is part of a logic that hails back to the 1950s and even further back to Imperial Russia’s desire for naval facilities in the Mediterranean.

Scientific issues :

We propose an inquiry into the myths and representations that support these projects and into what lies behind the persistent difficulties encountered in trying to turn them into reality. The answer lies both in the different national policies but also in the reasoning behind the development of a Mediterranean policy for the European Union. The different ways of conceiving foreign policy, the historical traditions, the different visions associated with creation and education of elites, the role of specialized bureaucracies and the opportunities and collateral effects of Mediterranean programs are some of the elements which form representations of the Mediterranean and lead to political projects which aren’t always able to erase their different matrices.  Thus, France and Italy both have strong and ancient but divergent Mediterranean policies, Germany has recently shown its desire to have a say in Mediterranean issues, and the European Union has become a fully fledged, and likely a major, actor in Mediterranean policies. In the face of these European initiatives and ambitions, it is worthwhile to look at the perceptions of the other Mediterranean rim countries, whose relationship with Europe is often conditioned by the rewriting of a recent past that is not easily forgotten and is at the origin of national myths. Algeria offers a good example of the reactions of Southern shore countries when faced with a series of policies coming from the European shore.

This analysis of the history and geopolitics of the contemporary Mediterranean is closely linked to a more general desire to reflect on the emergence of a specific field of study dedicated to the Mediterranean. With this in mind, an edition of the Cahiers de la Méditerranée (both paper and electronic editions) programmed for 2014 –peer review publication, registered by the Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement supérieur- will continue the work of this conference by placing its contributions in a dossier entitled « Rebuilding Mediterranean Studies ».

This international conference will therefore kick off a series of meetings that are part of the cycle « a new agenda of research for Mediterranean Studies » aimed at finding the most promising areas within Mediterranean Studies. The goal is clear, to gather researchers also involving different generations of scholars, and identify together the most promising perspectives for future study, so that they may be studied by research laboratories as well as senior researchers and their doctoral students.

Please e-mail your proposals to the three organizers before May 1, 2013.  Proposals should be short texts about 15 lines long (500 words) accompanied by a CV which includes your most recent publications and should be sent to the following e-mail addresses:

pybeaurepaire@gmail.com

Jean-Pierre.DARNIS@unice.fr

joseph.martinetti@orange.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.