[Compte Rendu] A.H. de Groot, The Ottoman Empire and the Dutch Republic. A History of the Earliest Diplomatic Relations 1610-1630 (revised edition), Leiden, Nederlands Instituut voor het Nabije Oosten, 2012, 276 p.

Les rééditions sont toujours de grande utilité[1]. Le livre de de Groot avait marqué non seulement l’historiographie des rapports ottomano-néerlandais mais aussi celle du fonctionnement de la diplomatie ottomane à l’époque moderne. La fin des années 1970 avait aussi vu deux autres monographies sur des sujets similaires : celle de Susan Skilliter sur les débuts des relations anglo-ottomanes et celle de Bosscha Erdbrink sur l’ambassade d’un autre résident hollandais, Cornelis Calkoen, un important successeur de Cornelis Haga dont l’ambassade à la Porte entre 1612 et 1630 constitue le sujet du livre de de Groot. Espérons que le livre admirable de Bosscha Erdbrink, le moins diffusé de cette trilogie fasse aussi l’objet d’une réimpression.

Les réimpressions de textes fondateurs d’un domaine d’étude particulier sont importantes aussi pour une autre raison : elles nous permettent de réévaluer l’état de l’art. De Groot prétend dans sa nouvelle préface à l’ouvrage que « historical research done in this particular field since 1978 did not make it necessary for [him] to change any of [his] points and conclusions ». Dans une étude plus récente sur le même sujet, une thèse de doctorat non-publiée, Bülent Arı répète les conclusions de l’auteur[2]. Tout de même, celui-ci fait un usage extensif d’une source très peu étudiée par de Groot ­- le ms. suppl. turc 118 de la BNF qui contient, à quelques exceptions près, les pétitions de Haga à la Porte et les ordres émis à la suite de ses démarches ­- et rééquilibre le récit de ce dernier qui, à nos yeux, reste, en dernière analyse, centré sur le côté hollandais. Un autre manuscrit, toujours de la Bibliothèque Nationale de Paris, étudié dans une série d’articles par Viorel Panaite, laisse à voir la préhistoire de ces rapports à travers la lutte pour les fatwas des résidents des rois de l’Angleterre et de la France à la Porte pour la « protection » des marchands hollandais dans la première décennie du XVIIe siècle[3]. Pourtant, dans sa préface, de Groot passe sous silence ces deux contributions majeures. Or, celles-ci auraient pu permettre à l’A. de revenir sur ses points et remettre à jour son récit en fonction de nouvelles problématiques de l’écriture des relations diplomatiques à l’époque moderne (Pour rester dans le cadre de l’Hexagone, évoquons l’école de Lucien Bély).

Enfin, quelques notifications à l’éditeur (qui plus est, sis dans le berceau de l’édition scientifique !). Dans la nouvelle mise en page de la monographie, les notes intra-codicales ne sont pas mises à jour. Un exemple : la note 37 du cinquième chapitre sur le drogman Paolo Bon (p. 188 de la nouvelle édition) – un des acteurs essentiels de cette histoire sur lequel il faudrait consacrer une petite étude – nous renvoie pour plus d’information aux pp. 134-136. Or, ce renvoi est fait par rapport à l’ancienne édition ; dans la nouvelle, il faut aller aux pp. 114-115. Une seconde remarque : les auteurs cités uniquement dans la bibliographie ne doivent pas faire partie de l’index (par exemple, la rubrique N. Iorga). De même, pour les noms de lieux (cf. la rubrique Ankara de l’index).

Güneş Işıksel


[1]Si je m’abstiens de résumer la trame du début des relations entre la Porte et la République de Sept Provinces Unies ainsi que les carrières des acteurs principaux de cette histoire, c’est pour inviter les lecteurs à relire ce bel ouvrage mais c’est aussi parce que Gilles Veinstein l’avait fait en consacrant un quart de son cours de 2007-2008 au Collège de France à ce sujet : cf. la résumé du cours : http://www.college-de-france.fr/media/gilles-veinstein/UPL35525_Gilles_Veinstein_cours_0708.pdf

[2] Bülent Arı, « The First Dutch Ambassador in Istanbul : Cornelius Haga and the Dutch Capitulations of 1612 », thèse de doctorat non publiée sous la direction de Halil İnalcık, Université de Bilkent, 2003

[3]Voir notamment Viorel Panaite, « Western Merchants and the Ottoman Law : The Legal Section of the Turkish Manuscript no 130 from the Bibliothèque Nationale in Paris », Revue des Études Sud-Est Européennes, XLV (2007), p. 45-62.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *