Présentation de séminaire – Les intermédiaires du commerce interculturel entre « Vénitiens », « Insulaires » et « Turcs » dans les Îles Ioniennes, XVIIe-XVIIIe siècles

La prochaine séance du séminaire doctoral mensuel

Sociétés urbaines méditerranéennes. Histoire et anthropologie (INALCO/CREE, EFA, IFEA et IIAC/LAU/CNRS)

 

aura lieu le lundi 3 mars 2014, 17h00-19h00, salle 5.28

PLC, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

métro : Bibliothèque François Mitterrand

 

Les intermédiaires du commerce interculturel entre «Vénitiens», «Insulaires» et «Turcs» dans les Îles Ioniennes, XVIIe-XVIIIe siècles  

présenté par Mathieu GRENET, ERC ConfigMed

les médiations culturelles dans l’espace méditerranéen, dont il s’agit de prolonger le questionnement autour des notions d’intermédiation, de liminalité et de frontière. Du fait de leur situation à l’interface des empires vénitien et ottoman, mais aussi (et peut-être même surtout) du fait de la qualité de la documentation conservée, les Îles Ioniennes se sont rapidement imposées comme un terrain d’enquête privilégié. Privilégié mais également peut-être problématique, puisqu’il s’agit d’interroger l’importance du contexte insulaire et, par là même, la manière dont les représentations traditionnellement liées à un type d’espace conditionnent à leur tour les questionnements de l’historien. L’intérêt du terrain que constituent les Îles Ioniennes ne se limite bien sûr pas à la simple accumulation des histoires singulières de chacune de ces sept îles –Corfou, Paxos, Leucade, Ithaque, Céphalonie, Zante et Cythère. Incorporées entre la fin XIVe et le début du XVIe siècle au Stato da Mar vénitien, les Îles Ioniennes (ou Heptanèse, du grec hepta nisia, « sept îles ») forment au cours de la période moderne une importante frontière entre Venise et l’Empire ottoman. Suite à la reconquête ottomane, en 1714-1715, des Cyclades, du Péloponnèse, et des deux dernières forteresses vénitiennes dans l’île de Crète (Souda et Spinalonga), elles constituent même l’intégralité du fameux Stato da Mar vénitien au-delà de l’Adriatique. L’importance –voire l’omniprésence- de ce contexte d’antagonisme direct entre Venise et l’Empire ottoman appelle à son tour un examen sommaire des motifs qui imprègnent sur le temps long les caractérisations historiques et géographiques de l’espace ionien, et qui interrogent chacun à sa manière un enjeu de la problématique plus large de l’insularité.

Séminaire medilev-3.03.2014-Grenet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.