Archives de catégorie : Actualités / News

Appel à contributions : Les consuls, figures de l’intermédiation marchande

Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècles) (10-12 avril 2014)
• Nice, Centre de la Mediterranee Moderne et Contemporaine,

Le colloque « Les consuls, figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècle)»  est organisé dans le cadre du projet de recherche « Les figures de l’intermédiation marchande en Europe et dans le monde méditerranéen (XVIe-XXIe siècle) » du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (université de Nice Sophia Antipolis). Ce projet, à travers l’étude de figures de l’intermédiation marchande (commis voyageurs et agents de commerce, consuls, courtiers, commissionnaires, capitaines de navires), entend développer une réflexion sur les principales transformations qu’a connues la pratique du commerce à distance durant les époques moderne et contemporaine. C’est donc uniquement sous l’angle des services que les consuls rendaient aux marchands en particulier et au commerce en général qu’est envisagée ici la « fonction consulaire ». Trois thématiques sont plus précisément explorées autour d’un questionnement unifié : qui, au sein du monde marchand, étaient les bénéficiaires effectifs des services commerciaux assurés par les agents consulaires et quelle était l’utilité réelle des consuls pour les marchands ? Au-delà de ces aspects, c’est la problématique plus générale du rôle qu’ont joué les réseaux consulaires dans la croissance, le décloisonnement et la modernisation du commerce à distance qui est soulevée.

Argumentaire

Les travaux récents sur les agents consulaires européens ont porté sur la mise en place des réseaux consulaires européens à l’époque moderne et au XIXe siècle, sur la diversité des missions qui étaient confiées aux consuls et sur la variété de leurs statuts. Ils y sont définis comme des agents de l’État au sein des réseaux consulaires français et espagnols, et, du moins avant le XXe siècle, comme des commerçants privés pour les autres nations. Des enquêtes prosopographiques de grande ampleur ont par ailleurs été menées sur le déroulement des carrières consulaires qui sont tantôt marquées par la mobilité, tantôt, au contraire, par la constitution de « dynasties » locales. Les thèmes de l’insertion des consuls dans leur contexte social, culturel et institutionnel local, tout autant que celui de leur rôle dans la circulation de l’information ont également été abordés, comme en ont témoigné les colloques récemment organisés sur ces sujets à Nice (24-26 novembre 2011) et à Séville (27-28 septembre 2012). En revanche, les études consacrées aux fonctions assumées par les consuls dans l’intermédiation marchande proprement dite sont demeurées rares. Pourtant, qu’ils soient pourvoyeurs d’information vis-à-vis des ressortissants placés sous leur juridiction ou arbitres dans des différends commerciaux, lobbyistes face aux autorités locales ou entremetteurs au sein de leur communauté, les modalités d’intervention des agents consulaires dans la réduction de l’incertitude marchande et dans l’optimisation des transactions commerciales sont multiples. Poser la question du consul en tant que figure de l’intermédiation marchande, c’est donc s’interroger sur l’efficacité des services commerciaux assumés par les consuls et, à plus grande échelle, sur le rôle qu’ils ont joué dans le décloisonnement des espaces marchands européens.

Dans cette perspective, nous souhaitons engager une réflexion sur trois aspects de ces fonctions marchandes des consuls qui seront placées au centre des problématiques abordées par le colloque :

Concernant l’information commerciale, il faut poursuivre la réflexion en cours et s’interroger plus directement sur l’utilité et l’utilisation des informations commerciales collectées par les consuls.

Lorsqu’elles étaient adressées aux services administratifs centraux étaient-elles redistribuées vers les milieux d’affaires ou simplement archivées ? Existait-il, par ailleurs, des connexions directes entre les consuls et les milieux d’affaires (correspondances privées, via le relais des Chambres de Commerce ou contacts personnels directs, noués dans le cadre d’une sociabilité locale) ? Enfin, retrouve-t-on la trace de décisions économiques et commerciales fondées explicitement sur l’exploitation d’informations fournies par des agents consulaires ?

Un deuxième aspect, absolument essentiel pour la thématique étudié, est celui des fonctions juridictionnelles des consuls.

Bien identifiées dans l’Empire ottoman, ces prérogatives sont en revanche moins bien connues dans les autres pays et ont laissé très peu de traces (sauf cas particulier, comme celui de la course). Il est pourtant certain, et avéré par des sources indirectes, que les consuls jouaient un rôle important d’arbitre dans les litiges survenus parmi leurs administrés et qu’ils offraient par ailleurs une possibilité de recours pour des affaires liant leurs administrés à des compatriotes demeurés au pays. La chancellerie consulaire constitue aussi un instrument important offert aux négociants pour sécuriser leurs transactions, qu’il convient de mieux cerner.

Un troisième thème concerne les fonctions de défense des intérêts économiques, commerciaux et maritimes nationaux assurés par les consuls.

La question du lobbying et des pressions exercées sur les autorités locales ou centrales, notamment pour défendre les privilèges des nations, ont été déjà étudiées. Il en est de même pour les conflits qui caractérisaient souvent les relations entre les consuls et leurs administrés. En revanche, des opérations beaucoup plus informelles demeurent méconnues : ainsi, certains consuls n’hésitaient-ils pas à couvrir les opérations de contrebande de leurs administrés, d’autres à les organiser sous forme de coalition ou de syndicat, de manière à opposer un front commun, sur le marché, face aux autres acteurs locaux. Á travers le contrôle et la surveillance qu’ils exerçaient sur leurs administrés, les consuls œuvraient aussi en faveur des intérêts de puissantes corporations marchandes de leur pays d’origine qui, au-delà des gouvernements, étaient en fait souvent leurs réels commanditaires.

Ces trois thématiques seront plus précisément explorées dans le cadre d’un questionnement transversal, dégagé lors des rencontres préparatoires du colloque : qui étaient, au sein du monde marchand, les bénéficiaires effectifs des services commerciaux assurés par les agents consulaires et quelle était l’utilité réelle des consuls pour ces marchands ?

Organisation
Ce colloque s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche soutenu par la Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC, Université de Nice Sophia Antipolis), dont les travaux préliminaires, issus de deux ateliers de recherche organisés en mars 2012 et mars 2013, sont consultables en ligne (http://cmmc-nice.fr/recherches-2/cfimpresentation/). Ce programme donnera lieu à une publication collective, portant sur l’ensemble des opérations entreprises au cours du quadriennal, dont la parution est prévue en 2015.

Modalités de soumission
Les propositions de communication doivent être envoyées en français, italien, espagnol ou en anglais, avant le 15 novembre 2013
à l’adresse suivante : bartolomei2@laposte.net

Le comité scientifique communiquera les propositions retenues le 15 décembre 2013.
Les propositions comporteront
*   un titre et un résumé d’environ 2000 signes,
*   les coordonnées de l’intervenant (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, adresse électronique, adresse postale du domicile, téléphone)
*   et un court CV de ce dernier.

La langue du colloque sera le français, mais des communications en espagnol, anglais et italien pourront être entendues.
L’ensemble des contributeurs s’engage à remettre aux discutants nommés par le Comité scientifique un texte de deux-trois pages de sa contribution un mois au moins avant le colloque.
Le comité d’organisation du colloque prendra en charge les frais d’hébergement et de restauration des invités. Les frais de transport restent à la charge des participants.

Comité scientifique du colloque
*   Marcella Aglietti (Universita di Pisa)
*   Thierry Allain (Université Paul-Valéry, CRISES)
*   Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia Antipolis, CMMC)
*   Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia Antipolis-IUF, CMMC)
*   Guillaume Calafat (École française de Rome, ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Mathieu Grenet (ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Maria Fusaro (Exeter University, ERC Sailing into Modernity)
*   Fabrice Jesné (Université de Nantes, CRHIA)
*   Wolfgang Kaiser (Université de Paris-I/EHESS, ERC Mediterranean Reconfigurations)
*   Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia Antipolis-IUF, CMMC)
*   Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, CERHIO)
*   Francisco Javier Zamora Rodríguez (Centro de História de Além-Mar – FCSH/NOVA-UA)

More info:
http://cmmc-nice.fr/

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

[Livre] M. Grenet, Y. Jambon, M-L. Ville, Histoire urbaine et sciences sociales, Mélanges en l’honneur d’Olivier Zeller

TDMmelangesZeller Souscription_ZellerNous avons le plaisir d’annoncer la sortie prochaine de l’ouvrage collectif Histoire urbaine et sciences sociales, Mélanges en l’honneur d’Olivier Zeller,  co-dirigé par Mathieu Grenet, post-doctorant dans le projet ERC ConfigMed, Yannick Jambon et Marie-Laure Ville.
Vous trouverez en pièce-jointe un bulletin de souscription ainsi que la table des matières de l’ouvrage.

Protéiforme, pluridisciplinaire et profondément novateur, le travail du Professeur Olivier Zeller touche à une large variété de thèmes allant de la démographie historique à l’histoire du théâtre, en passant par l’histoire des formes d’investissement social ou socioprofessionnel de la ville, celle des mobilités urbaines et de la sociabilité résidentielle, la prosopographie et l’histoire familiale, l’évolution du bâti urbain, l’histoire de l’alimentation ou encore celle de la franc-maçonnerie. Dans le souci de rendre hommage tant au chercheur qu’au professeur, vingt historiens, sociologues et démographes présentent ici des contributions autour de la « ville moderne », appréhendée comme un terrain d’enquête pour les sciences sociales.

TABLE DES MATIERES

Préface

Un historien à la croisée des chemins

I. Les territoires urbains : Anatomies et dynamiques.

Typologie architecturale et démographie.

L’habitat collectif à Lyon à l’époque moderne, 1500-1800.

Bernard GAUTHIEZ

Réflexion sur les mutations de la rue : De la spécialisation à la banalisation.

Quelques exemples dans le Paris du XXème siècle.

Maurice GARDEN

La paroisse Saint-Michel de Bordeaux à la fin du XVème siècle :

Étude des dynamiques économiques et sociales d’un espace urbain

Michel BOCHACA

Propriété et perception de l’espace urbain à Nantes sous le règne de Louis XIV :

L’exemple de la paroisse Saint-Saturnin.

Guy SAUPIN

A la conquête de nouveaux territoires : La planification urbaine extra muros en France au

XVIIIe siècle, entre idéal urbanistique et contraintes financières

Yannick JAMBON

Les villes du comté de Bourgogne (Franche-Comté) au temps des Habsbourg :

démographie et économie dans le bas pays.

Paul DELSALLE

II. Les gouvernances de la ville : Idéologies, gestions et tensions.

Sociabilité et institutionnalité.

Structures d’hospitalité et pratiques sociales à Lyon (XVIe-XVIIIe siècles)

Susanne RAU

A propos du principe d’utilité au XVIIème siècle : l’Académie de Lyon et la ville

Jean-Pierre GUTTON

Quand la gestion se fait au rabais.

La politique édilitaire d’une petite ville : Vienne au XVIIIe siècle.

Cécile MANNEVEAU

Marie-Laure VILLE

Le petit âge glaciaire à Lyon.

Des blocs de glace sur la Saône en 1608 ou comment s’en débarrasser.

Françoise BAYARD

Hermoupolis, fin XIXe-début XXe siècle :

Changements économiques, sociaux et idéologiques

Christos LOUKOS

La mort à Venise.

Cimetières et processions funéraires dans la communauté grecque-orthodoxe de Venise

(XVIe-XIXe siècles)

Mathieu GRENET

III. Les cultures de la ville : Pratiques, usages et sociabilités

Le peuple et l’écrit à Lyon au XVIIe siècle

Anne BÉROUJON

Les origines sociales de Claude-François Menestrier, jésuite célèbre né à Lyon, et « l’élitisme

jésuite » en France provinciale au XVIIe siècle

Judi LOACH

Entre économie légale et marchés parallèles :

Les femmes dans le petit commerce alimentaire lyonnais au tournant des XVIIe et XVIIIe

siècles

Anne MONTENACH

Les connexions saxonnes de la Franc-maçonnerie lyonnaise au XVIIIe siècle.

Pierre-Yves BEAUREPAIRE

Les photocartes : une image de la société urbaine française (1852-1914).

Serge CHASSAGNE

Culture urbaine et sociabilité.

Les activités des membres de la Société d’Émulation de l’Ain au XIXe siècle

Guy BRUNET

Postface

Au-delà de la modernité, les obsessions lyonnaises

Bruno BENOIT

[Journée d’Etude] Quand les Nordiques regardent la Méditerranée (19 septembre 2013)

Quand les Nordiques regardent la Méditerranée… Hommes du nord de l’Europe et expérience de la mer intérieure, XVIe-XXe siècles (19 septembre 2013)

Smyrne 1

logo CRISES                                                                                    logo UPV bleu

Journée d’étude 

organisée par Thierry ALLAIN
(MCF d’Histoire moderne à l’Université Paul-Valéry Montpellier III)

le jeudi 19 septembre 2013

à Montpellier, Université Paul-Valéry Montpellier III

Site Saint-Charles (Rue du Professeur Henri Serre)
Salle des colloques n°1

saint charles

Résumé :

La Méditerranée et ses rivages, interface économique et religieuse majeure, connaît une fréquentation croissante par des hommes venus du nord de l’Europe à partir du XVIe siècle. La journée a pour objet d’analyser les contacts ainsi noués. Les thèmes de l’altérité, de l’appropriation, des usages partagés, ainsi que des représentations, seront abordés. Il s’agit, in fine, d’interroger le processus de construction d’un territoire méditerranéen, perçu d’abord et avant tout dans sa dimension maritime, à travers le regard porté par des Européens du nord.

Argumentaire :

L’historien François Crouzet, dans un essai daté de 1985, avait intitulé l’un de ses chapitres « Quand la Méditerranée regarde l’Angleterre » (dans De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire, XVIIe-XXe siècles, Paris, Perrin). Au-delà du pastiche sans grand génie de sa formule, la rencontre se propose de renverser la perspective et d’explorer la perception de la Méditerranée par les « Nordiques ». On entend par là des hommes venus des rivages de la Manche, de la Mer du nord et de la Baltique, ayant parcouru la Méditerranée voire s’étant installés sur ses rivages. A la catégorie attendue de « gens de mer » viennent s’ajouter d’autres individus (marchands, scientifiques, etc…) l’essentiel étant que tous ces témoins et acteurs aient connu une expérience maritime préliminaire dans le nord de l’Europe.
Le thème choisi pour la journée devrait permettre de se concentrer sur des pistes jusqu’ici peu explorées. La découverte d’un milieu marin différent (sans oublier le littoral), l’adaptation à un certain contexte commercial et géopolitique (la rencontre de trois continents, la caravane, la course barbaresque), l’appréhension de l’altérité sociale et culturelle (à bord des navires et dans les villes portuaires) constituent des pistes stimulantes qui n’ont pas vraiment été étudiées à l’aune de la présence des Nordiques dans la mer intérieure. Les historiens, par exemple, se sont jusqu’ici davantage intéressés à la problématique de la percée commerciale des marchands du nord, sans prêter attention aux expériences personnelles vécues par les Nordiques. Alors que l’accroissement du nombre de ces derniers en Méditerranée a souvent été enregistré, la réflexion n’a pas fait suffisamment de place au regard porté sur l’autre et surtout sur son environnement.
Donner la parole aux acteurs permettrait de sortir du cadre habituel des institutions ou des considérations macroéconomiques. La réflexion pourrait ainsi s’organiser à partir du « ressenti méditerranéen » d’individus venus de rivages septentrionaux, une fois franchi le détroit de Gibraltar. Il est certain que partir du bas de l’échelle présente de nombreux écueils heuristiques, à commencer par la perspective d’un nombre insuffisant d’égo documents ou le risque de surévaluer la parole des individus pouvant et souhaitant diffuser leurs impressions. L’un des enjeux de la rencontre serait donc, sans qu’il s’agisse d’une question accessoire, d’engager une discussion sur des sources indirectes.
L’analyse de la confrontation de ces hommes avec une mer et des rivages nouveaux, en tout cas bien différents de ceux sur lesquels ils ont navigué ou ont séjourné dans les premières années de leur vie, a naturellement pour objectif d’approfondir le dossier de la construction mentale et pratique d’un espace. Investi de cette manière, ce dernier devient pleinement un « territoire ». Les membres du laboratoire C.R.I.S.E.S., regroupés au sein du programme «Pouvoir, territoire, représentation », s’intéressent depuis longtemps à l’inscription des activités humaines dans un espace mouvant et en construction permanente. Il nous a semblé que le thème retenu pour la journée d’études permettait de faire progresser la mise en commun des idées de chercheurs se rattachant à des sciences humaines variées.
Car au cœur même de la notion, si univoque, de « territoire », on trouve le thème privilégié de l’appropriation d’un espace par un groupe ou une société. Des Européens ayant grandi ou vécu sur des rivages septentrionaux, ne sont-ils pas susceptibles de rendre compte de la construction d’un territoire proprement méditerranéen, autrement dit défini par son caractère maritime ? Des angles de recherches comme les limites de l’espace considéré, la vision des paysages, la sensibilité aux aménagements ou des « caractères » propres développés par les sociétés locales, sont devenus classiques quand on s’intéresse au territoire. Le thème retenu pour la rencontre paraît propice à un renouvellement partiel de ces interrogations, dans la mesure où elle a pour objet d’étude un territoire maritime aux frontières mouvantes et à l’appropriation précaire. Le surgissement, à partir du XVIe siècle, d’individus familiers d’autres mers et rivages dans ce territoire construit patiemment depuis des siècles, devrait révéler des approches complexes.

Programme :

– 9h : ouverture de la journée d’étude, accueil des participants Introduction scientifique (Thierry ALLAIN)

Première session (9h30 à 12h30) :  L’expérience de l’insertion (Président Gilbert BUTI)

– 9h30 à 10h : Louis SICKING (Université Leyde)
« L’expérience méditerranéenne des Néerlandais à l’époque moderne : au-delà de la conquête hollandaise de la Méditerranée de Braudel »

– 10h à 10h30 : Christopher DENIS-DELACOUR (Université Paris I/Configmed)
« Les ressources institutionnelles des « faibles » : les déboires du capitaine John Boyes à Civitavecchia (1768) »

– 10h30 à  11h0 : pause

– 11h  à 11h30 : Lionel DUMOND (Université Montpellier III)
« Négociants nordiques en Méditerranée : l’expérience de l’enracinement en Bas-Languedoc jusqu’au milieu du XIXe siècle »

– 11h30 à 12h30 : questions et bilan de la première session

– 12h30 à 13h30 : déjeuner

Deuxième session (13h30 à 16h30) : La force des représentations (Président Stéphane DURAND)

– 13h30 à 14h : Gilbert BUTI (Université Aix-Marseille)
« Marins provençaux et nordiques en Méditerranée au XVIIIe siècle : regards croisés »

– 14h à 14h30 : Thierry ALLAIN (Université Montpellier III)
« Retours d’expérience maritime : les marins hollandais et la navigation en Méditerranée au XVIIIe siècle »

– 14h30 à 15h : pause

– 15h à 15h30 : Patrick LOUVIER (Université Montpellier III)
« Les officiers de la Royal Navy et la Méditerranée au XIXe siècle »

– 15h30 à 16h30 : questions, bilan de la deuxième session et de la journée d’études

[Workshop] The Early Modern Mediterranean in the Early Twenty-First Century

Les 2 et 3 juillet 2013 se sont tenus deux journées de workshop à Florence sur la Méditerranée à l’époque moderne. Ce workshop avait pour titre The Early Modern Mediterranean in the Early Twenty-First Century: Methodology, History and Historiography et était organisé par Hannah Baader et Peter N. Miller, au Kunsthistorisches Institut in Florenz.

Parmi les invités, Wolfgang Kaiser, Principal Investigator du projet ERC ConfigMed, fit une intervention sous le titre de “The Mediterranean and Beyond: The wider Horizons of Mediterranean Studies”. Vous trouverez ci-dessous (en pdf) le programme du workshop.

KHI_Firenze_07-13

[Colloque] Frontiere, Rappresentazioni, integrazioni e conflitti tra Europa et America secoli XVI-XX

Du jeudi 20 juin au samedi 22 juin 2013, l’université de Rome 3 organise un colloque international sur les frontières à l’époque moderne. Manuel Lomas Cortes, membre du projet ERC ConfigMed, y participe et interviendra sur les armadas catholiques en Méditerranée au début du XVIIe siècle. Vous trouverez ici le programme du colloque.

Il tema della frontiera si sta imponendo sul panorama storiografico. Ad esso si accompagna quello della migrazione, della permeabilità dei borders e delle conseguenti politiche volte a regolarne le circolazioni, sia in termini di integrazione che di conflitti sociali.

Benché già a metà del secolo scorso Braudel (1963) avesse dimostrato come storicamente non siano esistite delimitazioni rigide fra realtà politiche e culturali ma piuttosto delle aree di permeabilità e di circolazione (Lorey, 1999), sino ad oggi la storiografia ha preferito utilizzare un paradigma di analisi fissato dalla storiografia ottocentesca (Turner, 1893; Ratzel, 1923), centrato sulla prospettiva degli Stati-nazione, interessati alla definizione e alla difesa delle proprie frontiere come limite degli spazi di esercizio della propria sovranità e identità in termini di fisionomia statuale, di controllo e potere di governo, di rapporto univoco tra territorio, popolazione e cultura nazionale. Grazie all’analisi interdisciplinare dei fenomeni complessi che caratterizzano il mondo globalizzato odierno, è urgente individuare nuovi criteri e nuove metodologie d’indagine per cercare di fissare i principi che legittimano l’esercizio dell’autorità in questi spazi di sovranità fluida e incerta, dove nell’interazione tra processi opposti d’integrazione e di conflitto vanno costruendosi nuove identità meticcie. Oggi la coincidenza o “co-appartenenza” tra Stato e territorio è da più versanti messa in discussione (Mezzadra, 2006) mentre si procede a delineare una pluralità di linee di discontinuità (economiche, etniche, linguistiche, etc.) all’interno degli stessi soggetti politici statuali (Gamio, 1971; Merluzzi, 2010).

Il congresso si propone uno studio selettivo di tematiche legate alle dinamiche politiche e sociali in aree di grande trasformazione europee ed extraeuropee. Si porrà l’attenzione all’integrazione e ai conflitti sociali, attraverso l’analisi di una pluralità di linguaggi, da quelli teorici e politici a quelli artistici (immagini fotografiche, pittoriche) nella prospettiva di suscitare un ampliamento e un approfondimento delle conoscenze e delle metodologie d’analisi e di ridefinizione del paradigma storiografico di frontiera.

http://www.dia.uniroma3.it/db/logoRomaTre.jpg

[Francisco Apellaniz] Articles remis et travaux en cours

Nous vous présentons aujourd’hui trois résumés d’articles remis ou en cours d’évaluation de la part de Francisco Apellaniz, membre du projet ERC et actuellement Marie Curie Fellow au European University Institute de Florence.

Western Notaries and Islamic Judges : Solving Conflict in the Mamluk Cities of Commerce

It has become fashionable in recent times to understand cross-cultural trade as the effect of informal cooperation, with religious and ethnic diasporas laboring to grant the necessary trust and helping to circumvent the inconveniences of formal justice. However, Mediterranean merchants made an extensive use of legal artifacts to secure mixed arrangements and kept going to court. In this article I show how a shared notarial culture made possible for merchants of both Islam and Europe to provide written, legal support for their common dealings. Complementarily, I turn to analyze how mixed, interfaith cases were ultimately brought before the Royal Siyāsah Courts in Mamluk Alexandria and Damascus. Notarial agreements, drawn up by Islamic and Latin notaries set the grounds for the informal settlement of disputes. Where informal arrangements did not suffice, the Siyāsah Courts spread their jurisdiction over commercial matters regarding foreign merchants. Together, these two institutions helped to overcome the fundamental problem of conflict resolution in mixed cases. By examining how Latin notaries and Islamic judges dealt with testimony and proof, this article determines the degree of judicial cooperation that actually existed between the two legal systems.

 

Florentine Networks in the Middle East in the Early Renaissance

Though Florentines represented a minority group in the Mamluk sultanate and their business interests were relatively minor, a common identity laid the foundations for their commercial associations. Yet identity was put at play very differently by the members of these networks, and their common belonging, it will be argued, was subjected to manipulation and differently perceived and displayed within the same group, and, according to circumstance, by the same actors. Deprived of the normative and institutional configuration of the European communities, and isolated from government control, Florentine identity in the Middle East was blurred when compared with existence in Italian cities where merchants and exiles flocked in large numbers and whose activities were closely monitored by the Florentine government. Instead, Florentines in the East coalesced into groups that could be more easily entered or left through the manipulation of practices, such as language, family origins, or legal norms such as citizenship.

Article under review status at the Mediterranean Historical Review

 

Venetian Trading Networks in the Medieval Mediterranean

To understand the system of business relations within the commercial network of the Republic of Venice, this article adopts a network analysis that differs from a standard narrative based on a privileged subset of actors or relations. It allows us to examine the socially mixed group of entrepreneurs, brokers, and shippers at the heart of Venice’s economic system, as well as the various conditions under which they operated. Venice’s overseas mercantile relations, shaped by the ruling patriciate, were riddled with  restrictions upon foreigners and colonial subjects. The Venetian trading community centered in Alexandria from 1418 to 1420 exemplified this far-reaching Venetian system during the fourteenth and fifteenth centuries. It featured a number of lower-rank characters negotiating, flaunting, and frequently breaking the rules, all to the greater profit of the empire.

Journal of Interdisciplinary History (Forthcoming, Issue 2 – Autumn 2013)

[Colloque] L’étude des documents légaux : nouvelles approches de la papyrologie et de la diplomatique arabes

Collège de France – Site Cardinal Lemoine
Salle Levi-Strauss – 75005 Paris
27-29 juin 2013
Organisateurs : Lahcen Daaïf et Moez Dridi dans le cadre du Projet ILM
 

S’efforçant  d’interroger  autrement  le  matériau  papyrologique  et diplomatique,  ce  colloque  se  propose  d’éclairer  le  rapport  entre matérialité  des sources  et  conception  de  l’histoire. D’une  part,  il  explore  le  fonctionnement  du système  judiciaire musulman,  et  à  travers  lui,  le  statut  juridique  des minorités religieuses,  de  l’autre,  il  réexamine  le  rapport  du monde musulman médiéval  à l’Autre,  aux  pays  limitrophes  de  la  dār  al-ḥarb.  Aussi  la  réflexion  des interventions  qui  ponctuent  ce  colloque  porte-t-elle  sur  les  documents  légaux  et écrits officiels à la faveur d’approches croisées rendues possibles grâce aux divers domaines  de  recherche  qui  y  sont  explorés,  histoire,  religion,  droit  normatif  et archéologie.

Qu’ils soient d’Orient (Égypte, Syrie) ou d’Occident musulman (Maghreb, al-Andalus),  les  témoignages  dont  sont  porteurs  ces  écrits  légaux  et  officiels, objets d’une analyse pluridisciplinaire, contribuent à renouveler notre vision de la fonction et de l’autorité des acteurs judiciaires comme de celles des détenteurs du pouvoir politique au Moyen Âge.

Jeudi 27 juin 2013

14h00 -14h30 : Accueil et mot d’ouverture

1)      Réflexions sur le système judiciaire musulman : théorie et pratique

Présidente de séance : A. Zomeño

14h30-15h15 : Mohamed Nasr Abdelrahman Gad (Université Aïn Shams, Le Caire), يسدقلا مرحلا قئاثو ءوض يف ةيكولمملا سدقلا يف ةمذلا لهل ةيئاضقلا تلماعتلا

15h15-16h00 : Brahim Jadla (Université de la Manouba, Tunis), « Les experts judiciaires d’après le manuscrit 18067 (BNT) (les Waṯā’iq d’Ibn Hārūn) »

16h00-16h30 : Pause café

16h30-17h15 : Christian Müller (CNRS-IRHT), « Les actes du qāḍī (Xe -XVI e siècle) : quelles formes et quels contenus ? »

17h15-18h00 : Mathieu Tillier (IFPO-Damas), « Deux papyrus du II e /VIII e siècle relatifs à l’administration judiciaire de Fusṭāṭ »

Vendredi 28 juin 2013

2)      La pratique notariale à travers les documents légaux

Président de séance : B. Jadla

10h00-10h45 : Ursula Bsees (Université de Vienne), « Un héritage, une vente et un troisième document : P. Cair.EgLib.inv.339v »

10h45-11h30 : Lahcen Daaif (CNRS-IRHT), « Signalement des rectifications et des additions (mulḥaqāt) dans les actes légaux »

11h30-11h45 : Pause café

11h45-12h30 : Bassam Dayoub (Université Paris 1) « Les actes de waqf gravés sur la pierre à Damas : éléments de réflexion »

12h30-14h00 : Pause déjeuner

Président de séance : Ch. Müller

14h00-14h45 : Moez Dridi (CNRS-IRHT), « Le ʿakkām dans la caravane des pèlerins : un métier méconnu, revu à la lumière d’un document légal inédit »

14h45-15h30 : Wissem Gueddich (CNRS-IRHT), « Trois actes de vente d’esclaves rédigés en trois langues (hébreu, arabe, judéo-arabe) : différence et similitude »

15h30-16h00 : Pause café 16h00-16h45 : Naïm Vanthieghem (Université libre de Bruxelles), « Dans l’intimité des notaires égyptiens : témoignages papyrologiques »

16h45-17h30 : Amalia Zomeño (CSIC-Madrid), « Still New Discoveries of Arabic Legal Documents : The Collection of the Historical Archive in Granada »

Samedi 29 juin 2013

3)      Documents témoins : rapport aux minorités et aux pays étrangers

Président de séance : M. Tillier

9h30-10h15 : Farid Bouchiba (RELMIN-Nantes) : « Les formulaires notariaux (kutub al-waṯā’iq) : outils pour l’étude de la conversion des chrétiens, juifs et mazdéens à l’islam en al-Andalus »

10h15-11h : Tamer El-Leithy (Université de New York) : « The Biography of a Coptic cul-de-sac : Reconstituting Kin and Home, Rethinking (Dhimmi) Community and (Islamic) Law »

11h-11h15 : Pause café

11h15-12h : Mohamed Ouerfelli (Université d’Aix-en Provence), « La normalisation des relations diplomatiques au Moyen Âge : les traités de paix et de commerce entre Pise et le Maghreb (XII e – XIVe ) »

12h- 12h45 : Ch. Müller, L. Daaif, M. Dridi, M. Rouabah : animation d’un atelier sur CALD : Comparing Arabic Legal Documents.

12h45-13h00 : Mot de clôture

Contact : Muriel Rouabah
muriel.rouabah@irht.cnrs.fr
Tel. 01 44 27 18 96
 
programme_ILM_juin

Moralités marchandes dans l’Europe méditerranéenne au XVIIIe siècle: institutions, appartenances, pratiques

Gilbert Buti, Aix-en-Provence ; Christopher Denis-Delacour, Paris 1 ; Olivier Raveux, Aix-en-Provence ; Biagio Salvemini, Bari et Roberto Zaugg, Basel organisent deux journées d’études dans le cadre du programme Aux bords des institutions (Université Aldo Moro de Bari, Université de Bâle, École Française de Rome et UMR TELEMME).
Ces journées auront lieu vendredi 24 mai, 14h-18h et samedi 25 mai, 9h-13h – Salle Paul-Albert Février, à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme de Aix-en-Provence, 5, rue du Château de l’Horloge.

Par l’existence d’une densité et d’une variété institutionnelles et par la prégnance du commerce sur l’économie, l’espace méditerranéen du «long XVIIIe siècle» peut être perçu comme un laboratoire pertinent pour travailler la thématique des moralités marchandes. Ces deux journées d’études proposent de se pencher sur la question au croisement de quatre niveaux d’analyse : les trajectoires et les caractéristiques personnelles des négociants, avec leurs stratégies d’autoreprésentations ; les encastrements politiques, culturels et sociaux qui façonnent les groupes marchands (l’État, la paroisse, la «nation», la ville, la religion…) ; les institutions productrices de normes et de comportements normés (l’État, mais aussi les tribunaux de commerce, les assemblées de marchands…) ; et les pratiques qui mettent les éthiques, les lois et les discours à l’épreuve du terrain.

Vendredi 24 mai 2013 (14-18 h)

ENTRE ÉTHIQUE PUBLIQUE ET MORALITÉ PRIVÉE
Présidence: Gilbert Buti (Aix-en-Provence)
Discutant: Roberto Zaugg (Basel)

Christopher Denis-Delacour (ERC ConfigMed / Paris 1 Panthéon-Sorbonne): Introduction
Andrea Addobbati (Pisa): Cannella e titoli del tesoro: il mercante virtuoso nell’aneddotica
Annastella Carrino (Bari): Le ambigue tavole delle leggi. Etiche pubbliche e moralità private nella Marsiglia dell’ultimo Settecento. Il caso Strafforello & Peragallo
Mathieu Grenet (ERC ConfigMed / Paris 1 Panthéon-Sorbonne): Moralités marchandes et charité communautaire : le cas grec, fin XVIIIe-début XIXe s.
Sébastien Lupo (Aix-en-Provence): Enjeux éthiques et correspondances négociantes dans l’espace méditerranéen au XVIIIe siècle

Samedi 25 mai 2013 (9-13 h)

LA MORALITÉ MARCHANDE À L’ÉPREUVE DES PRATIQUES
Présidence: Olivier Raveux (Aix-en-Provence)
Discutant: Jean Boutier (Marseille)

Daniele Andreozzi (Trieste): Attraverso. Onore, fiducia, norme e frodi nella Trieste settecentesca
Francisco Javier Zamora Rodríguez (Sevilla): « Les François lui ont l’obligation d’avoir favorisé leur commerce pendant la guerre ». El cónsul español en Livorno entre el comercio y la representación
Alida Clemente (Roma): Quando il reato non è “peccato”: la questione del contrabbando nel Regno di Napoli tra conflitti diplomatici, pluralismo normativo e quotidianità degli scambi. (XVIII secolo)
Alice Sobrero (Pisa): Un self-made man forestiero a Livorno: profitti, privilegi e civismo repubblicano nelle guerre napoleoniche
Samuel Fettah (Aix-en-Provence): Un négociant livournais exemplaire : l’éloge funèbre de Giorgio Maurogordato (1886)
Biagio Salvemini (Bari): Conclusions

2013.05.24-25

[Appel à communications] Villes en Méditerranée au Moyen Âge et à l’époque moderne « La ville comme laboratoire des sociétés méditerranéennes »

Les propositions de communications doivent être adressées avant le 10 juillet 2013 par courrier électronique (malamutelisabeth@yahoo.fr). Elles doivent être accompagnées d’un résumé d’une page, à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte. Le comité scientifique fera connaître début octobre les contributions retenues.

Argumentaire scientifique

Le titre mérite explication : il s’agit de concilier l’histoire de la Méditerranée et l’histoire des villes. On se demandera s’il y a une spécificité méditerranéenne à l’histoire des villes. La problématique se fonde sur l’articulation époque médiévale – temps moderne selon trois concepts : adaptation, transformation et/ou rupture. Elle sera présente dans les différents champs sémantiques envisagés : l’espace, les activités, l’urbanisme/l’urbanisation/, le temps, la culture. C’est encore un autre aspect d’une histoire urbaine qui a alimenté nombre d’études depuis Lewis Mumford (La Cité à travers l’histoire, Paris, Seuil 1964).

1) L’espace 

La ville est un ensemble matériel et immatériel produit par une société vivant dans un environnement particulier temporel et spatial (Les villes et le monde, Du Moyen Âge au XXe siècle, éd. M. Acerra et alii., PUR, 2011), qui implique une diversité d’expériences historiques : divergent-elles ou convergent-elles dans la longue durée ? Y a-t-il une spécificité de l’espace méditerranéen ? L’opposition Nord-Sud est-elle pertinente et se conjugue-t-elle avec l’opposition supposée Ouest-Est ?

On rappellera les trois zones de l’époque médiévale : la méditerranéenne (la civitas se perpétue), l’européenne du Nord-ouest (la civitas et le portus), la germanique et anglaise (la ville née des marchands). Ces critères, largement périmés à l’époque moderne, perdent de leur sens à l’époque médiévale entre les villes byzantines qui se transforment à partir des structures de la ville romaine et les villes musulmanes qui naissent de rien ou presque. Dans l’Occident médiéval chrétien coexistent également des types de villes et de civilisations urbaines différentes (emporia; castra). Quel fut le devenir de ces différents types urbains à l’époque moderne : y a-t-il eu adaptation à l’existant ou transformation et rupture ? Se produit-il une fracture à l’époque moderne qui serait désormais pérenne et en lien avec une relative déchéance ou marginalisation économique de l’espace méditerranéen ? Faut-il dater du XVIe siècle ce premier fossé nord-sud alors que les villes prospères ‑ Lyon, Anvers, Séville et Lisbonne ‑ prennent la place occupée jadis par Gênes ou Venise. La question débouche bien évidemment sur l’étude de leurs activités. Peut-on alors considérer qu’il y ait des réseaux spécifiques et des hiérarchies s’appuyant sur des réalités distinctes : plus économiques au Nord, encore « médiévales » au Sud  ou bien, au contraire, y eut-il perméabilité voire uniformisation ?

Il conviendra toutefois de faire intervenir un autre paramètre, politique cette fois avec l’intégration des villes à l’époque moderne dans un système politique, celui des États. Mais alors que dire des cités-États italiennes qui traversèrent époques médiévale et moderne? Que dire des villes « capitales » en Méditerranée : Rome a donné l’exemple d’une mondialisation, d’une assimilation de la ville à la civilisation, comme Constantinople-Istanbul ? Comme Cordoue? Mais ailleurs y eut-il de véritables capitales médiévales dans l’espace méditerranéen ou est-ce le prince qui fit des villes des capitales à l’époque moderne ? Concevoir des degrés de « capitalité » [Voir Les Villes capitales au Moyen Âge, 2006]. Y a-t-il une spécificité méditerranéenne dans les capitales multiples ?

Peut-on finalement distinguer une « Méditerranée urbaine » distincte d’une « Europe urbaine » ? Compte tenu de milliers d’agglomérations différentes par leurs origines, leurs formes, leurs fonctions, leur nombre d’habitants, la superficie de leur territoire infra et extra muros ? Il faudra définir des critères qui puissent en rendre compte. Si l’on considère la démographie urbaine et son évolution, en particulier les grandes villes, force est de reconnaître qu’il y en a autant au Sud qu’au Nord à l’époque moderne. Cette résistance du Sud méditerranéen urbain n’est-elle pas à souligner ? Observe-t-on des différences entre le Nord et le Sud au niveau des comportements démographiques et de la mobilité des hommes ?

Une histoire des villes renvoie à une approche géographique, morphologique, topographique, climatique qui invite à nous interroger sur les îles considérées comme villes, ce qui est une spécificité largement méditerranéenne ; ainsi, des îles de la Méditerranée orientale ont une ville de même nom : Rhodes, Samos, Kos, Corfou, etc. Les récits des voyageurs, les archives insulaires, les correspondances consulaires permettront de pointer des activités, des réseaux pour ces « îles-villes » qui connaissent nombre de continuités entre les périodes médiévale et moderne.

2) Les dimensions économiques de la ville

Plus classique cet axe n’en est pas moins essentiel dans notre questionnement, car les activités ont hiérarchisé les réseaux et structuré socialement les villes. Il s’agira d’étudier la ville comme centre d’échanges et de se demander depuis quand ces fonctions sont étroitement mêlées. Certes, si les marchés et les ports sont une permanence depuis la ville antique dans l’espace méditerranéen, des portus se greffent sur la ville à l’époque médiévale et les emporia, ces villes carrefours vers l’an 1000, sont dans l’espace méditerranéen : villes italiennes, villes musulmanes, Constantinople. Pourtant la ville médiévale n’est-elle pas définie partout à partir du XIVe siècle par sa fonction économique ? Peut-on dire alors que la spécificité de l’espace méditerranéen s’estompe ?

Une seconde approche consistera à saisir la ville à travers ses populations et ses activités : le passage des villes structurées socialement par les métiers qui réglementent les activités urbaines au Moyen Âge à leur abandon progressif à l’époque moderne (qui connaît néanmoins l’affirmation de structures professionnelles originales à l’instar des prud’homies de pêcheurs). Cette transformation tend à enlever le politique aux métiers, et à mener à une rupture dont on se demandera, à partir d’exemples précis, si elle s’est manifestée partout au même moment, selon les mêmes rythmes et les mêmes modalités, dans une conjoncture marquée par l’importance croissante du rôle de l’État à l’époque moderne, mais aussi par l’évolution sociale urbaine spécifique aux villes italiennes, espagnoles ou de la France méridionale. L’introduction des « ouvriers », résultant de l’existence des ateliers et des chantiers, n’a-t-elle pas été retardée dans le midi méditerranéen alors que la monétarisation de l’économie urbaine casse la solidarité des métiers et que l’aristocratie des métiers tend à se fermer dans nombre de places comme Venise ?

Les réseaux économiques ont-ils vraiment été bouleversés et comment ? La fin du Moyen Âge connaissait les grandes sociétés, les succursales, les facteurs et leurs correspondants comme le soulignent des études récentes (Échanges en Méditerranée médiévale, PUP, 2012). Assiste-t-on à une adaptation et à une transformation des réseaux comme on semble le percevoir à travers l’exemple de l’effacement de Venise et du rôle croissant de Marseille à l’époque moderne en direction de l’empire ottoman ? Enfin, le Moyen Âge et l’époque moderne sont marqués par la « colonisation » si l’on entend la domination économique et culturelle et pas seulement politique et militaire. Ceci invite à réfléchir sur l’intégration des villes dans un réseau d’échanges de toute nature, réseaux dont les pôles sont méditerranéens (Gênes, Venise, Cordoue au Moyen Âge, Lisbonne, Séville à l’époque moderne) : mais on doit se demander si justement la colonisation n’a pas dans un premier temps défavorisé l’espace méditerranéen car elle était tournée vers l’Atlantique.

3) Le champ urbanistique : ville musulmane, ville byzantine, ville du monde latin

Aborder les espaces urbains fonctionnels conduira à étudier dans l’espace méditerranéen les liens entre les lieux de la puissance publique et les villes qui les accueillent. Les exemples de Kairouan et du Caire appellent à se demander si la scission entre la ville marchande et la ville politique est toujours de mise pour la ville musulmane à l’époque moderne ? Par ailleurs, malgré leur intégration dans l’État monarchique Grenade, Séville, Malaga et Cordoue ‑ qui se signalaient par leurs conurbations ‑ ont-elles conservé un « paysage distinct »  des autres villes d’Espagne ? De la même façon les villes italiennes à l’époque moderne s’adaptent-elles à l’urbanisme médiéval ? Les exemples italiens de Venise, Gênes et des villes de condottiere amènent à voir si le transfert de l’espace palatial hors du cœur de la cité vers la périphérie, du centre vers les murailles, s’est perpétué au long de la période moderne en croisant pour cela les lectures archéologique et urbanistique avec les lectures idéologique et politique. Assiste-t-on à l’émergence d’un nouvel ordre urbain, à une rupture de l’héritage ?

Le tissu urbain, réorganisé par le réseau des églises au Moyen Âge, subsiste-t-il à l’époque moderne dans l’espace méditerranéen et est-il différent ce celui du reste de l’Europe ? Dans les zones méditerranéennes chrétiennes, les citadelles médiévales constituent un réseau de forteresses, centres de la vie militaire. Si la ville médiévale, qui se ferme par une enceinte, a rompu avec la ville antique ouverte, la ville moderne en détruisant l’enceinte rompt avec la ville médiévale : est-ce pour autant un éternel recommencement, une rupture brutale ou bien la ville moderne naît de la citadelle médiévale ? La ville médiévale, qui se « réurbanise » par l’extension de faubourgs suburbains, ne préfigure-t-elle pas la ville moderne ? Toute l’Europe enregistre une croissance urbaine, et dans la zone romanisée, les antiques civitates débordent de leurs murailles, mais est-ce exactement selon le même processus qu’ailleurs ?

Les formes d’urbanisme sont également renouvelées par l’évolution des rapports sociaux : la différenciation sociale, l’appartenance ethnique, la nature des métiers, les parentèles, la religion, l’exclusion façonnent-elles des quartiers spécifiques dont les caractères sont renforcés à l’époque moderne ? Par ailleurs, à des degrés divers et selon des chronologies différentes, l’espace urbain connaît à l’époque moderne des améliorations qui visent à assainir les rues, à améliorer la qualité des eaux, à assurer l’évacuation des eaux usées (constructions d’égouts), à lutter contre les risques (incendies, épidémies) : il faudra étudier comment ces objectifs laissent leurs marques dans le tissu urbain.

4) Le temps ou « les temps »

Peut-on parler de sédimentations urbaines ? La ville antique constitue-t-elle une première strate du développement urbain ? Il faudra examiner comment la forme de l’habitat transmise de l’époque antique au Moyen Âge se retrouve aux temps modernes qui apportent toutefois nombre de variantes, d’adaptation et voir si les édifices liés aux loisirs (gymnases, théâtres) comme les marchés appartiennent à un « patrimoine méditerranéen urbain » et quel fut le rôle du Moyen Âge : un temps de rétraction urbaine uniquement et partout ? Et alors que dire de la ville musulmane ? Est-ce que la ville moderne a renoué dans tout l’espace méditerranéen avec la ville antique ouverte?

Le temps politique et le temps religieux n’offrent pas de continuité de la ville médiévale avec la cité gréco-romaine. Il n’y a pas davantage de continuité entre la ville moderne et la ville médiévale au niveau politique. On connaît le rôle « politique » des villes au Moyen Âge. Il faudra souligner comment il glisse progressivement entre les mains des États modernes et quelles furent les grandes étapes. On rappellera notamment l’ascension des juristes qui se prolonge en partie à l’époque moderne alors que les villes sont intégrées dans un système politique, celui des États. Mais n’existe-t-il pas des contre exemples ? Constantinople a-t-elle connu une période médiévale ? Les biographies urbaines montrent qu’il n’y a pas « une réalité urbaine » mais plusieurs types de villes qui ont plus ou moins connu l’accumulation des « temps » antique, médiéval pour aboutir à l’époque moderne. La ville moderne qui succède à la ville musulmane de l’Espagne du sud a- t-elle grand chose à voir avec celle qui succède aux castra ? Et celle qui prend la suite du Quattrocento avec Londres ou Paris ? Transformation ici, rupture là. De même, la ville moderne ne reprend-elle pas les apports médiévaux, voire plus anciens, en les adaptant, en les transformant ? Il n’y a pas continuité, mais héritage.

Des permanences peuvent être pourtant pointées à travers le choix du site ; il en est de même des rythmes urbains (temps hebdomadaires, annuels, civiques, festifs, laborieux, religieux) et des « nouvelles formes de sociabilités » (académies, cercles, loges maçonniques, confréries, théâtre). Mais là se pose une autre confrontation, à savoir celle de la ville musulmane avec la ville chrétienne. Ont-elles quelque chose de commun ? Ne doit-on pas alors penser, encore plus qu’ailleurs, en termes d’héritage ? Ne faut-il pas distinguer les aires musulmanes qui s’européanisent dans l’empire ottoman comme c’est le cas avec Salonique à l’époque moderne et la multiplication des écoles. L’influence et le poids de la communauté juive expulsée d’Espagne, ceux des marchands occidentaux ‑ Vénitiens puis Marseillais ‑ participent également à ce mouvement.

Les articulations entre la période médiévale et l’époque moderne sont-elles distinctes dans l’espace méditerranéen ? Le passage de la commune urbaine médiévale à la ville moderne peut être pour cela un excellent terrain d’observation. Cette émancipation s’est accompagnée d’une culture politique et de l’exercice du pouvoir par la « bourgeoisie ». Aussi, une réflexion s’impose : dans quelle mesure l’impulsion a-t-elle été donnée par les villes du Sud ? Quand a eu lieu la rupture de l’époque moderne, si rupture il y a eu, c’est-à-dire changement brutal et soudain ? Qu’est-il resté en héritage dans la représentation que la ville avait d’elle-même à l’époque moderne ? Un patriotisme ? Une mémoire des lieux ?

La mémoire des lieux occupe une place importante dans l’espace urbain. Il faudra examiner comment les acteurs sociaux et politiques ont retraduit dans les discours les anciennes chroniques urbaines, ont capté leur héritage et l’ont parfois instrumentalisé pour le mettre au service d’ambitions collectives ou individuelles. L’histoire plus ou moins mythique des origines de la cité, avec célébration et rituels civiques, peut favoriser la cohésion du groupe ou asseoir la domination de quelques-uns.

Les interventions se répartiront dans les quatre axes énumérés :

Axe 1 : L’espace

Axe 2 : Les dimensions économiques de la ville

Axe 3 : Le champ urbanistique: ville musulmane, ville byzantine, ville du monde latin

Axe 4 : Le temps ou « les temps » des villes

Le comité scientifique du colloque est composé de :

Thierry Allain (Université Paul-Valéry – Montpellier 3)

Anne Brogini (Université de Nice Sophia-Antipolis)

Gilbert Buti (Université d’Aix-Marseille)

Noel Coulet (Université d’Aix-Marseille)

Stéphane Durand (Université d’Avignon et pays du Vaucluse)

Lucien Faggion  (Université d’Aix-Marseille)

Antoine-Marie Graziani (Université Pascal-Paoli)

Philippe Jansen (Université de Nice- Sophia Antipolis)

Wolgang Kaiser (Université Paris I – EHESS)

Élisabeth Malamut (Université d’Aix-Marseille)

Brigitte Marin (Université d’Aix-Marseille)

Paolo Odorico (EHESS)

Mohamed Ouerfelli (Université d’Aix-Marseille)

Christophe Picard (Université Paris I)

Olivier Raveux (Université d’Aix-Marseille)

 

Guillaume Calafat

Maître de conférences en histoire moderne (Université Paris 1). Membre du comité de rédaction de la revue Tracés.

More Posts - Website

Table ronde : Les musulmans en Europe à l’époque moderne

Jeudi 4 avril, 17-19h
Salle Lombard, 96 bd Raspail, 75006 Paris
Entrée libre.
 Sans titre
 

Table ronde autour des ouvrages :

Henry Laurens, John Tolan, Gilles Veinstein,

L’Europe et l’islam : quinze siècles d’histoire, Odile Jacob, 2009.

Jocelyne Dakhlia, Bernard Vincent (dir.),

Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. I. Une intégration impossible, Albin Michel, 2011.

Lucette Valensi,

Ces étrangers familiers. Musulmans en Europe (XVIe – XVIIIe siècles), Payot, 2012.

Isabelle Poutrin,

Convertir les musulmans. Espagne, 1491-1609, PUF, 2012.

Jocelyne Dakhlia, Wolfgang Kaiser (dir.),

Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. II. Passages et contacts en Méditerranée, Albin Michel, 2013.

[Séminaire] L’entreprise maritime, un pont entre les Méditerranées ?

efr

Lundi 25 mars 2013 à 17h30

 

École française de Rome

Piazza Navona, 62

 

voyage levantCorneille Le Brun, Voyage au Levant, Paris, Guillaume Cavelier, 1714, Vue de Smirne
(Paris. Bibliothèque du Musée de l’Homme)

séminaire sur

 

L’entreprise maritime, un pont entre les Méditerranées ?

Acteurs, intermédiaires et pratiques juridiques dans la perspective de Naples et de Marseille (1740-1856)

 

par

Christopher Denis-Delacour

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre de recherches d’histoire moderne (EA 127)

Projet Mediterranean Reconfigurations (ConfigMed) – European Research Council

Chercheur résident à l’EFR

 

discutant

Guillaume Calafat

École française de Rome

 

Vous êtes cordialement invité(e)

L’entreprise maritime, un pont entre les Méditerranées

Nous avons le plaisir de vous présenter le projet de recherche de Christopher Denis-Delacour, dans le cadre de l’ERC ConfigMed. Les projets des autres membres feront l’objet de futurs billets sur notre site.

L’entreprise maritime, un pont entre les Méditerranées.

Acteurs, intermédiaires et pratiques juridiques dans la perspective de Naples et Marseille (1740-1856)

Le présent projet porte sur les capitaines opérant dans les navigations marseillaises et napolitaines et leurs interlocuteurs étatiques et marchands, notamment les consuls, du XVIIIe au XIXe siècle. L’entreprise maritime, (entendue au sens large comme l’ensemble des modalités du commerce maritime, notamment sa réglementation et sa régulation pratique, les connections qu’il favorise et les concurrences qu’il occasionne), constitue ici un observatoire permettant de reconstituer plusieurs formes de transaction économique et/ou identitaires à l’échelle de la Méditerranée, dans une perspective qui transcende la pluralité géographique, culturelle et juridique traditionnellement retenue par l’historiographie.

Pourquoi privilégier l’étude comparée des ports de Marseille et de Naples ? Si Livourne, en tant que port franc total, est selon nous un cas à part, où des groupes et des institutions ont pu interagir par-delà les frontières géographiques mais également ethniques et confessionnelles, et en nourrissant de nouvelles perspectives historiographiques essentielles, cette ouverture reste exceptionnelle. Comprendre comment on règle en Méditerranée occidentale l’interculturalité dans le commerce nécessite d’en complexifier les questionnements au sein d’un espace maritime à la fois en reconfiguration et en extension, mais dans le sens d’un renforcement du contrôle national des échanges qui s’oppose et se nourrit des concurrences qu’il induit. Les tensions autour des marchés orientaux dans la perspective des trafics occidentaux posent alors avec acuité les questions relatives à la territorialisation maritime autour d’une diversité d’acteurs connectant des espaces à des normes malgré une pluralité culturelle loin d’être une barrière économique.

A ce titre le cas napolitain tranche avec ceux, bien connus de l’historiographie, de Venise, Gênes et Livourne. Dépourvues de tradition maritime comme de réseaux transméditerranéens, Naples constitue un terrain d’observation idéal de la mise en place, à partir des années 1740, d’une ambition mercantiliste qui doit toutefois s’appuyer sur une politique maritime incertaine. Or ce programme économique se heurte rapidement à la faiblesse de leurs commanditaires étatiques, notamment en ce qui concerne  leur capacité de projection. Les hésitations du pouvoir, tout comme le « bricolage » institutionnel devant satisfaire les ambitions mercantilistes, sont autant d’éléments interrogeant à la fois le rôle des acteurs marchands et étatiques d’une part, les phénomènes de territorialisation et d’extraterritorialité d’autre part. Car l’ambition des Bourbons devait tenir compte des monopoles propres à certains marchés maritimes. La comparaison avec la structure marseillaise prend alors plus de sens. En effet, alors que la politique commerciale du Royaume des Deux-Siciles se teinte d’un mercantilisme étatique déjà opérant pour la France, cette dernière entame parallèlement une renégociation des traités et capitulations avec l’Empire ottoman. Dans le cas français il s’agit de renforcer les anciennes capitulations le 28 mai 1740 et d’accentuer une position privilégiée sur les marchés du Levant alors que le Regno procède à une normalisation de ses relations avec les Ottomans dans une perspective clairement économique : c’est le sens du traité de paix, de commerce et de navigation conclut le 7 avril 1740. Mais loin de se limiter au versant oriental des marchés Méditerranéens, le Royaume de Naples s’efforça également de renforcer son commerce extérieur avec Tripoli, la Suède, le Danemark et la Hollande, puis plus tard avec la Sardaigne et la Russie. Cette intense activité diplomatico-économique s’accompagna paradoxalement d’un renforcement du contrôle étatique du commerce par l’intermédiaire d’un renouvellement du cadrage institutionnel, notamment par l’intermédiaire du Supremo Magistrato di Commercio crée en 1739. Ce tribunal visait à régler les litiges marchands dans le cadre d’une justice à usage économique. En outre, le Regno renforça sa marine marchande et prit plusieurs mesures visant à en assurer le caractère « national ». A l’image de l’ordonnance de marine colbertienne de 1681, la Prammatica du 18 août 1741 puis le Regolamento per la navigazione de bastimenti mercantili de 1742 devaient réglementer l’activité de la  flotte de commerce napolitaine pour qu’elle soit privilégiée par les négociants locaux. Cette codification mercantiliste des marchés avait déjà été éprouvée côté français et l’activité marseillaise en représentait l’expression la plus aboutie, surtout pour le commerce avec le Levant. Entre le poids des anciennes articulations marchandes et l’irruption de nouveaux acteurs, quel est alors l’espace de négociation commercial laissé aux navigations napolitaines ?

Notre étude portera précisément sur des acteurs se trouvant au cœur de ces questionnements, les capitaines et les équipages. Leur observation permet notamment d’appréhender les problématiques nationales et internationales au sein d’un espace méditerranéen en recomposition, en observant en particulier les interactions maritimes et marchandes de la Péninsule balkanique aux côtes barbaresques. Étudier capitaines et équipages permet en d’autres termes de caractériser les modalités concrètes, mais aussi théoriques, du règlement des problèmes d’interculturalité sur le plan des trafics. C’est une approche centrée sur les circulations reliant notamment Naples et Marseille à l’enchevêtrement des horizons marchands méditerranéens. La capacité d’adaptation des acteurs à des environnements juridiques et culturels variés revêt alors une importance capitale. L’enjeu est de s’affranchir d’une définition basée sur l’appartenance univoque à une zone d’influence économique ou étatique, où l’idée de nationalité dresse de nombreuses frontières normatives, sociales et culturelles entre les espaces littoraux. Dans le cadre de ce projet, je me propose de repérer, à partir des sources émanant des tribunaux de commerce, des agents diplomatiques et consulaires et des autres institutions auxquelles les navigations marseillaises et napolitaines sont confrontées, les processus de négociations auxquels participent les capitaines, les pressions extérieures diffuses qu’ils subissent et, au-delà, la manière dont se projette la normativité occidentale dans d’autres espaces méditerranéens. Pour ce faire, plusieurs niveaux d’analyse seront pris en compte pour caractériser l’interculturalité marchande.

Sur le plan national, les institutions chargées de réguler le commerce à Marseille et à Naples doivent en théorie permettre un accroissement des échanges. Or cela ne va pas de soi. Par exemple, la création du tribunal du Supremo Magistrato di Commercio à Naples en 1739 est loin de correspondre à la mise en place d’une justice à usage économique, rapide et à moindre coût. Entre l’inertie sociale des acteurs, le poids des anciennes structures institutionnelles et la concurrence des mercantilismes locaux, tant sur la frange tyrrhénienne qu’adriatique, les acteurs savent et doivent profiter d’interstices marchands et juridiques qui remettent en cause le caractère national de la projection maritime. L’analyse des procès et de la formalisation judiciaire des tribunaux marchands permettra à ce titre de sortir d’un prisme strictement institutionnel et de leur caractère en apparence univoque, même si les statuts et les règles seront pris en compte, pour les observer  depuis l’extérieur et notamment à partir des relations de pouvoir régissant les rapports entre chacun des acteurs.

Le deuxième niveau d’analyse concernera la projection maritime au-delà du cadre occidental. Outre la cartographie et la reconstitution temporelle et factuelle de cette projection, l’objectif est d’évaluer l’emprise de l’Etat sur l’entreprise maritime et les rythmes de son évolution. En effet, capitaines et équipages doivent s’adapter à des contraintes propres aux pays de capitulation qu’ils font interagir avec les notions occidentales de commerce actif et d’extraterritorialité, dont ils sont censés être les acteurs par excellence. En fonction de ces éléments, nous formulons l’hypothèse qu’il est possible de détecter les formes qu’ont pu revêtir les négociations autour du compromis de l’interculturalité marchande. L’analyse des sources consulaires constitue à ce titre l’une des pistes les plus intéressantes, dans la mesure où ces sources se trouvent  à  l’interface entre problématiques étatique et commerciale : le consul est un acteur local autant que l’agent d’une puissance extérieure, et sa correspondance documente l’activité des capitaines sur lesquels il exerce une juridiction. L’objectif sera d’abord de déceler la nature des ressources mises en jeu par les consuls qui surent tirer profit des difficultés en matière d’organisation des trafics et de contrôle mercantiliste. Associée aux comptes-rendus de litiges et aux procédures des divers tribunaux, cette source permettra de repérer les négociants et les intermédiaires liés aux navigations ainsi que les marges de manœuvre et les angles morts laissés à leur disposition par les consuls et les autres agents de l’extraterritorialité. Quelques sondages déjà effectués montrent à quel point la propriété partagée des embarcations, les procédures de naturalisation et les usages pavillonnaires – que l’action consulaire peut favoriser – , sont autant d’éléments permettant une présence étrangère malgré la proclamation des dogmes mercantilistes, qu’elle soit graduellement ottomane ou artificiellement italienne et française.

À partir du croisement de ces différentes sources, il s’agira enfin de se pencher sur la temporalité des interactions mises en jeu par l’entreprise maritime. La question de la survie des acteurs marchands et étatiques face aux bouleversements institutionnels, entre Révolution, Restauration, processus d’unification italienne et interventions russe et autrichienne, interroge en retour sur l’impact de ces changements sur les stratégies commerciales et juridiques des capitaines. Ce projet est donc aussi l’occasion de revisiter ces conflits en dehors de la perspective militaire et diplomatique traditionnelle. Nous envisageons le traité de Paris de 1856 comme limite chronologique de notre projet, le congrès révélant, outre certains aspects géostratégiques latents depuis le XVIIIe siècle, la façon dont la territorialisation maritime cherche à s’harmoniser de manière incertaine à l’articulation des marchés orientaux et des intérêts étatiques. En fonction de ces multiples reconversions et recompositions, nous pourrons alors vérifier que loin d’être des individus juridiquement rationnels et culturellement rigides face aux institutions, les capitaines et les autres acteurs économiques des trafics maritimes sont clairement dotés d’une perception institutionnelle et sociale qui va bien au-delà d’un marché et d’un espace uniques ; ils se révèlent attentifs aux interstices juridiques qui se présentent et capables d’en influencer le contenu. Il ne s’agit plus alors de se restreindre à une problématique identitaire et frontalière, mais de révéler les formes d’un syncrétisme entre les périphéries socioéconomiques et institutionnelles que connecte l’entreprise maritime « orientale ».

CHRISTOPHER DENIS-DELACOUR

Table Ronde : Les couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée

Le Centre de rechercherches historiques (CRH), l’Institut de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM) et le Centre d’études africaines (CEAf) vous invitent cordialement à une TABLE RONDE autour de l’ouvrage collectif :

Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen Age-XXe siècle), Roger BOTTE et Alessandro STELLA, éds, Paris, Karthala, 2012.

Mercredi 20 février 2013 13h30-17h

EHESS, salle M. & D. Lombard, 96 bd. Raspail, 75006 Paris

sous la présidence de Bernard VINCENT avec

Olivier GRENOUILLEAU

Alessandro STANZIANI

Mohamed OUALDI

Carmen BERNAND

Mot de bienvenue par Jean-Paul COLLEYN, directeur du CEAf.

 

http://h-net.msu.edu/cgi-bin/logbrowse.pl?trx=vx&list=H-West-Africa&month=1302&week=b&msg=fpoKBugBG8YQGJB1s2dEFQ

 

Atelier de recherche, Nice, 21 – 22 mars 2013 : Les fonctions marchandes du consul. Les sources de l’enquête.

1ère journée : jeudi 21 mars 2013

 1.      Les fonctions marchandes des consuls d’après la correspondance consulaire

14 h : Introduction

14h30 : Anne Mézin (Archives Nationales) : La correspondance consulaire de Cadix (1666-1792) (fonds CARAN)

A travers la présentation de l’inventaire analytique de la correspondance consulaire de Cadix, qui vient d’être achevé, ma communication proposera une vision d’ensemble des différents types d’intervention que les consuls menaient pour soutenir les opérations des marchands français de la ville, mais aussi les entraves que leurs actions pouvaient représenter pour ces derniers. A l’issue de cette présentation, nous nous demanderons si tous « les marchands français de Cadix » étaient également bénéficiaires des services consulaires et si ces services ne profitaient pas, in fine, plus particulièrement à l’élite de la colonie.

15h : Sylvain Lloret (Université de Paris-Sorbonne) : Les fonds du chargé d’affaires français à Madrid Edouard Boyetet (1772-1784).

Édouard Boyetet, agent général de la Marine et du Commerce de France à Madrid de 1772 à 1784, fut un acteur de premier plan dans la défense des intérêts des marchands français en Espagne. Ses mémoires et correspondances conservés dans les sous-séries BI et BIII du fonds des Affaires étrangères aux Archives Nationales, ainsi que dans les Mémoires et Documents Espagne aux Archives diplomatiques de La Courneuve témoignent des liens qu’il entretenait avec les autorités espagnoles et les consuls français dont il coordonnait l’action et centralisait l’information. Il était l’intermédiaire entre les consuls et l’administration espagnole d’une part et les consuls et le gouvernement français d’autre part. Il était ainsi un informateur de qualité et un protecteur efficace des marchands français. En outre, sa longue expérience de l’Espagne et son rôle de commissionnaire de la maison de négoce Masson à Cadix dans les années 1750 en faisaient un bon connaisseur du pays et lui permettaient de jouir de l’estime et de la confiance des grandes maisons de négoce françaises qui bénéficiaient en priorité de son action.

15h30 : Pause

16h : Arnaud Bartolomei (Université de Nice Sophia-Antipolis) : La correspondance consulaire non-ministérielle de Cadix (années 1820) (fonds CADN)

Parmi les nombreux registres de « correspondance départ » du consulat de France à Cadix, archivés à Nantes, une dizaine conservent plus précisément la correspondance destinée aux « autorités françaises, aux autorités espagnoles et aux particuliers » (reg. 102 à 107 pour la période des années 1820). Ma communication se propose d’inventorier les différentes affaires évoquées dans cette correspondance et, notamment, celles dans lesquelles le consul de France à Cadix est sollicité par les Français de Cadix pour défendre leurs intérêts situés en France ou par les Français résidant en France pour intervenir dans la gestion de leurs intérêts situés à Cadix. C’est donc la fonction de recours qu’assumait le consul auprès de particuliers et dans des affaires particulières qui sera ainsi étudiée.

16h30 : Medhi Jrad (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse) : Le fonds d’archives concernant la correspondance des consuls français à Tunis au XIXe siècle (Mathieu de Lesseps et Alexandre Deval)

Ma contribution cherche à présenter un fonds d’archives tunisien (correspondances officielles et/ou confidentielles, actes de chancellerie, extraits de minutes…) de deux consuls français à Tunis, Mathieu de Lesseps et Alexandre Deval. L’intensité de leurs échanges épistolaires montre le rôle joué par ces deux consuls dans la protection des intérêts de leurs « nationaux » et met en évidence les divers bénéficiaires de leur protection. En outre, les documents permettent de comprendre comment les contemporains se représentaient l’utilité de ces acteurs diplomatiques. Ils aident également à préciser leur rôle joué dans la juridiction consulaire.

17h : Thierry Allain (Université Paul-Valéry Montpellier III) : Les consuls hollandais d’après la correspondance échangée avec les autorités municipales d’Amsterdam

Les archives municipales d’Amsterdam conservent les courriers expédiés depuis l’étranger par les agents de la République. Les bourgmestres recevaient directement, de Smyrne et d’Alep, des documents riches d’informations économiques ou judiciaires. Cette source peut être analysée sous l’angle de l’intermédiation marchande car les édiles étaient les traditionnels défenseurs de la bonne marche des affaires. Leur implication à la Direction du Commerce levantin répondait à cet objectif. Quelles informations exactes les consuls leur faisaient-ils parvenir ? Comment réagissaient les bourgmestres aux lettres reçues du Levant ? S’en servaient-ils pour favoriser leurs intérêts, notamment face aux concurrents de Rotterdam ?

17h30 : Discussion générale

2e journée : vendredi 22 mars 2013

2.     D’autres sources consulaires sur les fonctions marchandes des consuls

9h00 : Jérôme Cras (Archives diplomatiques de Nantes) : Les fonds rapatriés des archives consulaires

Mon intervention cherche à faire une présentation générale des sources conservées au CADN propres à alimenter une réflexion sur les fonctions marchandes des consuls. Dans un premier temps je ferai une présentation typologique des archives consulaires relatives à l’activité négociante (actes et registres de chancellerie consulaire, papiers privés déposés en chancellerie après la mort d’un ressortissant, correspondances et rapports relevant à la fois de la mission d’information des consuls et de leur rôle d’intermédiaire entre les autorités locales et les membres de la nation française). Puis j’examinerai, en m’appuyant sur des cas concrets, en quoi cette documentation juridique, politique et commerciale forme des ensembles suffisamment cohérents pour contribuer à une étude des interactions et échanges entre les réseaux consulaires et marchands dans l’espace méditerranéen du XVIIe à la fin du XIXe siècle.

9h30 : Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France) : Les fonds des postes consulaires des États-Unis en Méditerranée (1790-1815)

À partir d’un corpus – la série RG84 aux Archives Nationales de Washington qui comporte l’ensemble des sources relatives aux postes consulaires en Méditerranée – cette intervention se propose d’élaborer une typologie des opérations marchandes exécutées par le consulat et sa chancellerie au service des négociants, armateurs et capitaines américains présents en Méditerranée.

10h00 : Pause

10h30 : Patrick Boulanger (Archives de la CCI Marseille Provence) : Le fonds des archives de la CCI Marseille Provence relatif aux Consuls de France en poste à l’étranger aux XVIIe et XVIIIe siècles

11h00 : Mathieu Grenet (Washington University in St. Louis) : Pétitions marchandes autour de la fonction consulaire : la diaspora grecque et la naissance de la diplomatie neohellénique

Cette présentation s’articulera autour d’une petite série de pétitions adressées par les négociants grecs de Livourne et de Marseille au pouvoir royal athénien à l’occasion de la vague de nomination des consuls grecs en Europe, dans les années 1830-1840. Ces documents permettent dans un premier temps de distinguer une cartographie des conflits intra-communautaires, puisque l’on dispose de plusieurs pétitions émanant de groupes aux intérêts parfois très divergents. Ils pointent également vers une redéfinition des marqueurs identitaires dans la mouvance de la naissance de l’État grec, une redéfinition qui vient bouleverser en profondeur les rapports de force traditionnels entre consuls et marchands dans les communautés de la diaspora grecque.

11h30 : Discussion générale

12h00 : Déjeuner

 3.           D’autres sources sur les fonctions marchandes des consuls

13h30 : Julien Sempéré (Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) : L’activité du consul Soleil de Barcelone, d’après les archives notariales

Je me propose de présenter les sources conservées dans les archives notariales barcelonaises qui permettent d’étudier les consuls (français et autres) en poste dans la province catalane. Outre l’Arxiu historic de Protocols de Barcelona (AHPB), d’autres fonds conservent des sources notariales qui complètent celles de l’AHPB. Ainsi, le cœur du propos portera sur les activités consulaires et, si j’ose dire, « paraconsulaires » à partir des sources notariales dont les consuls sont les sujets directs, les témoins ou dans lesquelles ils sont cités. J’aborderai l’exemple particulier de Laurent Soleil (consul de France à Barcelone de 1679 à 1705) en montrant comment ces sources permettent de mieux connaître sa position dans le réseau marchand de la ville, celle de sa famille et, plus largement, des groupes de marchands auxquels sa famille et lui prennent part ainsi que sa relation avec les autres consuls.

14h00 : Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France) : Les relations entre consuls et marchands dans les sources maçonniques

Au XVIIIe siècle comme au XIXe siècle, les consuls affluent dans les loges maçonniques méditerranéennes, notamment dans celles qui sont le plus ouvertes au grand commerce. Au-delà de l’identification de ces consuls francs-maçons (et la mise en évidence de traditions familiales), les archives maçonniques montrent que leur action est souvent déterminante pour la fondation de loges-filles qui accompagnent la croissance dans le champ de la sociabilité des activités négociantes (jusque dans les Echelles levantines), la mise en place et l’entretien des réseaux de correspondance, l’octroi et l’authentification (car les faux sont nombreux) de certificats maçonniques aux négociants et capitaines de navire visiteurs –qui leur permettent  ensuite d’être accueillis par les francs-maçons des ports qu’ils visitent) et la coordination des secours apportés aux francs-maçons en difficulté (capture par la course barbaresque, arrestation par la police, secours matériel en cas de naufrage ou de perte de la cargaison).

14h3 : Jörg Ulbert (Université de Bretagne-Sud, Lorient) : Le Traicté des consulz (1667) de Pierre Ariste

Présentation des fonctions marchandes des consuls dans le Traicté des consulz de la nation françoise aux paÿs estrangers, contenant leur origine, leurs establissements, leurs fonctions, leurs droicts, esmolumens et autres prérogatives de Pierre Ariste (s.l., 1667, 291 p., BnF, ms Fr. 18595).

15h00 : Discussion générale

15h30 : Conclusions et discussions sur la suite du programme